Votre panier est vide

Rubriques :
Actualités

CES 2021 : un salon virtuel mais des évolutions bien réelles

Par Alban Amouroux |

A situation exceptionnelle, salon exceptionnel. A cause des conditions sanitaires que l’on connaît, pour la première fois, le traditionnel Consumer Electronics Show de Las Vegas se déroule de façon virtuelle. Les présentations sont toutes en ligne mais elles restent réservées aux professionnels de l’électronique grand public et à la presse. Malgré tout, les fabricants n’ont absolument pas cessé de travailler et d’innover ces derniers mois, au contraire. La preuve avec ces quelques nouveautés sélectionnées dans les domaines de la vidéo en ultra-haute définition, de l’audio 3D et des interfaces multimédias.

Des images de plus en plus lumineuses

Les téléviseurs concentrent leur évolution cette année sur la qualité d’image. Que leur résolution soit en 4K ou en 8K, le HDR (Dolby Vision et/ou HDR10+) est déjà largement généralisé. Cette technologie augmente la dynamique de l’image, c’est-à-dire la différence entre les éléments les plus sombres et les plus lumineux, pour se rapprocher de ce que peut voir l’œil dans la réalité. Le HDR a une grande latitude de fonctionnement pour générer des pics de luminosité qui se retrouvent limités par la capacité des écrans. Ce regain de luminosité et de pouvoir de contraste en 2021 passe par un rétroéclairage à la fois plus fin et plus puissant des téléviseurs. TCL comme LG utilisent pour cela la technologie Mini-LED basée sur une double dalle : une dalle LED pour le rétroéclairage, une dalle LCD pour l’image.

C’est donc sur ce point que les téléviseurs évoluent cette saison avec encore plus de dynamique pour des images toujours plus éclatantes. Il est vrai que c’est un des critères les plus importants pour rendre l’image réaliste. L’autre critère primordial est celui du nombre d’images par seconde qui évolue avec la norme HDMI 2.1 dernièrement officialisée. Celle-ci ouvre la porte à la qualité 8K à 60 Hz et à la 4K à 120 Hz. Cette dernière est essentielle pour le jeu vidéo mais pourrait également être utilisée pour les films dans un futur proche. Quant à la 8K, on en parle un peu moins car les contenus ne sont toujours pas là.

Des téléviseurs qui simplifient l’accès à nos contenus préférés

L’interface à l’écran prend un nouveau tournant avec Google TV et webOS 6. Les téléviseurs connectés se pilotent à travers une interface proposant des contenus, des services et des applications. Android TV, créée par Google, est par exemple utilisée chez Philips, Sony et TCL. Après plusieurs évolutions, Android TV devient Google TV. L’interface est à nouveau simplifiée pour mettre en avant les contenus inter-plateformes. Le premier choix offert à l’utilisateur s’appelle « Pour vous ». Il rassemble des recommandations correspondantes aux goûts de l’utilisateur présentées de façon uniforme, qu’elles proviennent de Netflix, de myCanal ou de YouTube, entre autres exemples. Les applications sont donc mises au second plan et les contenus deviennent prépondérants. Ce qui est très intéressant maintenant que nous sommes submergés de nouvelles séries et de nouveaux films chaque semaine.

Quant à webOS 6, c’est la dernière version de l’interface signée LG pour ses gammes de téléviseurs. Elle se concentre elle aussi sur les contenus préférés des utilisateurs, quelle que soit l’application. Ces interfaces se pilotent via les télécommandes des téléviseurs mais également à la voix : Google Assistant pour Google TV, et le choix entre Google Assistant ou Amazon Alexa pour webOS 6. Pour rester dans le domaine des services vidéo pour TV connectées, Sony vient tout simplement de présenter son propre service de VOD : Sony Bravia Core. Il ne faut pas oublier que Sony fait partie des majors du cinéma avec un catalogue de films suffisamment alléchant pour générer de l’intérêt (Sony/Columbia/TriStar). Ce service de streaming sera disponible exclusivement en Ultra-HD 4K, avec HDR et IMAX Enhanced sur les contenus les plus récents. C’est-à-dire la qualité d’un Blu-ray UHD sans perte. Ce qui nécessitera une liaison Internet avec fibre et, au passage, un téléviseur Sony Bravia 4K XR de dernière génération.

Des interfaces de plus en plus grandes, même dans les voitures

A l’heure des contenus dématérialisés toujours plus nombreux et de l’automatisation des fonctions de notre environnement, les interfaces sont prépondérantes. Google TV et webOS 6 sont également des points d’accès vers les fonctions de la maison connectée. Pas seulement la diffusion de la musique et de la vidéo, mais aussi la lumière, la sécurité, le chauffage ou encore tout ce qui concerne l’électroménager avec des robots aspirateurs, des frigos et des lave-linge toujours plus intelligents. Il en va de même dans l’automobile, où les écrans se multiplient et deviennent de plus en plus grands. Là aussi, ils donnent accès aux contenus des utilisateurs de façon extensive, tout en offrant un contrôle complet et unifié des fonctionnalités. Mercedes a présenté son tableau de bord MBUX Hyperscreen constitué d’un écran géant de 55". Dans son laboratoire roulant Vision S, Sony travaille également sur la qualité de vie à bord. Celle-ci passe par la conduite autonome, de nombreux capteurs liés aux actions du conducteur mais aussi un écran horizontal occupant la totalité du tableau de bord ainsi que des écrans pour les passagers arrière.

Ces interfaces sont bien entendu associées à des systèmes de reproduction sonore de plus en plus complexes qui s’affranchissent des limites de l’habitacle grâce à un traitement du signal audio avancé et une multiplication des haut-parleurs. Des solutions de qualité, avec par exemple le retour de l’emblématique McIntosh chez Jeep pour un système de 19 haut-parleurs dénommé MX950. Panasonic et Klipsch se sont associés afin de proposer un ensemble de reproduction certifié Dolby Atmos pour la voiture. N’oublions pas Sennheiser qui travaille sur une déclinaison de sa technologie audio 3D Ambeo embarquée.

Du son à 360° dans les casques et les enceintes sans fil

L’audio 3D est justement une tendance de fond dans le monde du son. L’objectif est aujourd'hui de virtualiser le son pour le rendre plus immersif. Il est déjà appliqué aux barres de son qui doivent reproduire les canaux surround sans enceinte surround physique. Dans ce domaine, Samsung a présenté de nouvelles barres accompagnées de la compatibilité AirPlay 2. TCL propose également une nouvelle série de barres compatibles Atmos avec assistants vocaux intégrés, la gamme Alto. Quant à Panasonic, le fabricant japonais suit le chemin inauguré par son concurrent Yamaha et sa SR-C20A, c’est-à-dire une minibarre de son immersive dédiée au gaming à placer entre le clavier le moniteur. Cette Panasonic SC-HTB01, compatible Atmos/DTS:X et optimisée pour certains jeux, a reçu un CES Innovation Award.

Mais l’audio 3D passe aussi par les enceintes. C’est l’angle principal des nouvelles enceintes sans fil Sony SRS-RA3000 et SRS-RA5000. Ces deux modèles disposent de multiples haut-parleurs orientés dans les trois plans afin de reproduire le son via la technologie 360 Reality Audio créée par Sony. Elle est également utilisable sur smartphone avec n’importe quel casque. Sony met à disposition des créateurs les outils de traitement audio pour générer de la musique à 360°. Harman Kardon inaugure de son côté une nouvelle gamme d’enceintes sans fil avec les Radiance 2400. Ce sont de très fines colonnes, quelques centimètres de diamètre, capables de diffuser le son à 360°. Elles sont accompagnées d’un caisson de basse séparé pour les fréquences graves. Après le mono puis la stéréo, la 3D pourrait bien devenir incontournable pour les écoutes musicales. Déjà appliquée aux barres de son, la 3D s’adresse désormais aux deux autres marchés principaux de l’audio grand public que sont les casques et les enceintes sans fil.

De la Hi-Fi vintage et moderne à la fois

Le CES est rarement le lieu où sont dévoilées les nouveautés Hi-Fi, qui n’obéissent pas vraiment à un calendrier annuel, contrairement aux téléviseurs. Les acteurs de la haute-fidélité sont donc peu présents, à l’exception des marques appartenant à de grands groupes. JBL, dans le giron de Samsung, profite du CES pour fêter ses 75 années d’existence. La marque iconique américaine dévoile un amplificateur intégré qui pourrait aussi devenir une référence. Le SA750 arbore un look volontairement vintage, entre façade aluminium, gros boutons et panneaux latéraux en bois. Mais tout cela cache un appareil résolument moderne avec streameur UPnP & Roon, mais aussi un calibrage audio automatique via Dirac Live. Il est complété par une édition 75e anniversaire des enceintes monitors L100. Elles bénéficient d’un placage bois intégral, d’un woofer et d’un filtre passif améliorés. Ces L100 75th sont une édition limitée à 750 paires dans le monde.

Bien que virtuelle, cette édition du CES ne nous a pas déçus en termes de nouveautés audio/vidéo grand public. Il n’y a pas de révolution, mais une véritable évolution. Ceci grâce à l’intégration de technologies qui ont fait leurs preuves dans les environnements professionnels avant de nous être délivrées maintenant qu’elles sont matures. C’est à la fois l’explosion des interfaces – en termes de quantité et de surface d’affichage – et leur rationalisation, avec une vraie réflexion portée à la présentation des informations et des contenus. Ceux-ci sont condensés, personnalisés et adaptés dynamiquement à tout un chacun selon ses goûts, ses habitudes et ses usages.