Rubriques :
Vieux Sequins et Vieilles Cuirasses

Qobuz & Dub Store Records

Par Barry Moore |

Dans les années 50, la Jamaïque a commencé à enregistrer et éditer sa propre musique, le mento. L?industrie musicale de l?île fit alors ses premiers pas. Rapidement, les sound systems voient le jour et le rhythm?n?blues américain secoue le pays. A partir de 1963, les opérateurs des sound system commencent à enregistrer du ska up-tempo, symbole de l?optimisme d?une Jamaïque fraichement indépendante.

En 1967, la musique jamaïcaine se déplace vers le rocksteady qui deviendra la base des rythmes reggae pour les décennies à venir. Au début des années 70, les versions dub et les deejay dominent la scène. Et la nouvelle prise de conscience des Jamaïcains en tant que peuple noir est au c?ur du reggae roots alors émergeant. Durant les années 80, le c?ur du sujet se déplace à nouveau vers l?insouciance et le festif sur les pistes de danse des clubs, la musique sortant alors des sound systems devenant très populaire. Connue sous le nom de dancehall, elle connaitra une révolution numérique et les effets de ce phénomène se font encore sentir aujourd?hui? Le sang du reggae continue de couler dans les veines des différents styles de la musique jamaïcaine et il existe de nombreux enregistrements remarquables pour chacune de ses périodes.


Dub Store Records s?est fixé comme objectif de couvrir avec précision plus de 50 années de musique jamaïcaine, en transmettant de nombreux enregistrements magnifiques qui ne sont pas commerciaux mais qui sont artistiquement essentiels. Manipulant avec précaution la tradition de la musique reggae, le label a publié jusqu?ici des enregistrements rares et inédits de labels et d?artistes comme Studio One, Federal Records (Federal, Kentone, Merritone), Jammys, Solomonic (Bunny Wailer), Derrick Harriott, Kiddus I, Redman International, Firehouse (King Tubby), Fam's, BMN et bien d?autres à venir.