Catégories :

Trifonov chez Rachmaninov

A 24 ans, le pianiste russe amplifie sa virtuosité...

Par Clotilde Maréchal | Vidéo du jour | 24 août 2015
Réagir

Le nouveau Daniil Trifonov arrive ! Entièrement dédié à la musique de Rachmaninov, et plus spécifiquement aux trois cycles de variations pour piano, le disque paraîtra le 28 août chez Deutsche Grammophon. Tout d'abord, la Rhapsodie sur un thème de Paganini, Op. 43, œuvre tardive composée durant l'été 1934, l'une des grandes partitions de son auteur au même titre que la Troisième Symphonie, Les Cloches, ou la Liturgie de Saint-Chrysostome, ou encore les Danses Symphoniques. Ici, pour cet enregistrement, l'Orchestre de Philadelphie, placé sous la direction de Yannick Nézet-Séguin, entourent avec une attention de tous les instants le virtuose né à Nijni Novgorod il y a seulement 24 ans, qui poursuit ensuite avec un autre grand cycle du compositeur russe, malheureusement trop méconnu, les Variations sur un thème de Chopin, dont le thème principal reprend les premières mesures du 20e Prélude de l'Op. 28, en ut mineur. Rachmaninov conçoit à partir de ce fondement fortement polyphonique une œuvre d'une rare complexité, de forme, et dans ses harmonies. Il se souvient de Chopin, bien sûr, pour le côté lyrique (Variations 6 et 21), mais aussi de Jean-Sébastien Bach (Variation 1), voire de Schumann - pour le grand Finale, dont le caractère épique rappelle parfois celui des Études Symphoniques Op. 13. Cette partition, à laquelle Trifonov retire les quelques passages autorisés, certains la conçoivent comme un immense poème lyrique, où les notes se transforment littéralement en paroles (ah ! Jorge Bolet et ses phrasés magiques, chez Decca, en 1986) ; d'autres veulent l'unifier, à l'instar du jeune Trifonov, dont le geste vise avant tout la fluidité. Après une relativement brève page, lumineuse, du jeune virtuose russe lui-même, hommage tendre et affectueux à Rachmaninov, le disque se clôt avec les plus célèbres Variations sur un thème de Corelli ― en fait le thème de « La Follia », qui fut maintes fois utilisée aux XVIIe et XVIIIe siècles, un peu partout en Europe.



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters