Votre panier est vide

Rubriques :
News

Phénoménale Laura Mvula

Par Marc Zisman |

Un magistral deuxième album pour la chanteuse britannique...

En se positionnant sur le devant de l’échiquier de la soul britannique dès son premier album paru en mars 2013, le brillant Sing To The Moon, Laura Mvula se doutait qu’une certaine forme de pression allait désormais la suivre. Raison sans doute pour avoir pris son temps et attendu trois années avant de donner une suite à son bel alliage de soul, R&B, gospel et jazz. Ajouter à cela un divorce, un passage à la trentaine et un fort potentiel à la dépression, The Dreaming Room n’arrive pas vraiment dans un contexte de sérénité absolue… Mais c’est sans doute ce qui a nourri le disque sombre et beau de la chanteuse de Birmingham. La soul que Laura Mvula déploie ici n’est pas sautillante et festive mais plutôt introspective. Elle sonne même comme une sorte de gospel moderne évoquant parfois l’onirisme d’une Julia Holter. Un sentiment de gravité évident comme la chanson Phenomenal Woman le prouve avec son titre emprunté à un poème de Maya Angelou. La grande poétesse américaine est d’ailleurs l’une des principales inspirations de cet album qui impressionne notamment lorsque le LSO (London Sympathy Orchestra) est de la partie. Nile Rodgers de Chic et le guitariste de jazz John Scofield sont eux aussi venus épauler ça-et-là une Laura Mvula réellement bluffante tout au long d’un disque exigeant et qui, au fil des écoutes, livre la force de ses nombreux secrets.





Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !