Votre panier est vide

Rubriques :
News

Nick Waterhouse, le rétro dans le viseur

Par Max Dembo |

La soul et le rock vintage d'un Californien virtuose...

La légende veut que tout petit, Nick Waterhouse se passait en boucle une cassette de Black Flag donnée par son père ! Là s’arrête sans aucun doute la filiation entre les papes du punk hardcore et cet artisan d’un rhythm’n’blues joliment rétro… Avec Time's All Gone publié en 2012 et Holly deux ans plus tard, Nick Waterhouse s’est imposé comme un expert élégant de la soul d’antan. Mais une soul en cinémascope, gorgée de rock’n’roll, de blues et même de jazz. Le Californien d’Huntington Beach confirme avec Never Twice qui vient de paraitre qu’il est surtout un songwriter hors-pair qui ne se contente jamais de copier ses ainés des sixties. Sur le single Katchi aux effluves doo-wop, il croise même le fer avec Leon Bridges, un autre ambassadeur de la soul music sépia. Plus loin, l’instrumental Lucky Once est une superbe composition que n’aurait pas renié Burt Bacharach et Hal David. A l’arrivée, Nick Waterhouse sert un cocktail post-moderne cool et élégant de rhythm’nblues 50’s, de jazz, de soul et de boogaloo 60’s avec un zeste de modernité. Avec leur savoir-faire et leur expertise, le flûtiste jazz Bob Kenmotsu, le saxophoniste de Tom Waits et Elvis Costello, Ralph Carney, et l’organiste Will Blades (dément sur Straight Love Affair) viennent rendre l’affaire encore plus sérieuse. Aucun doute, Waterhouse signe ici son disque le plus personnel et le moins passéiste.





Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article