Votre panier est vide

Rubriques :
News

Arvo Pärt est vivant !

Par Max Dembo |

Le compositeur estonien souffle aujourd'hui ses 80 bougies...

Il y a 80 ans jour pour jour, le 11 septembre 1935, à Paide, à une centaine de kilomètres au sud de la capitale estonienne Tallinn, voyait le jour un compositeur totalement à part qui réussira notamment à unir, à sa manière, le minimalisme et le sacré. Singularité qu'Arvo Pärt appliquera dans la musique de chambre comme dans la musique symphonique… Le style formaliste et intense du mystique Estonien divise et laisse donc rarement de marbre. Et comme dans ce genre de situation, ses détracteurs s’emportent autant que ses adorateurs. Lui reste zen, lâchant un simple : « Je ne suis pas certain qu'il puisse y avoir du progrès dans l'art ». Progrès or not progrès, Pärt a réussi à imposer un style… Pour l’aider à souffler ses 80 bougies, petit hommage vidéo avec d’abord un document de 1997. Lors d’un documentaire que la BBC consacra à Björk, la chanteuse islandaise pu rencontrer le compositeur estonien, une de ses idoles. Björk évoque Arvo Pärt au bout de 2'17'', leur conversation débutant à 4'13'' de la vidéo :



Moins anecdotique et un poil plus riche, ce documentaire qui suit Arvo Pärt aussi bien dans sa cuisine qu'au travail, And then came the evening and the morning, réalisé par le Russe Dorian Supin en 1990 :



Un peu de musique pour finir avec le « tube partien » par excellence, le Cantus in memoriam Benjamin Britten composé en 1977, un an après la mort du compositeur anglais, et qui fut créé à Londres en 1979. Arvo Pärt avait raconté commencé à apprécier le style de Britten peu avant sa mort. « Des sentiments inexplicables de culpabilité et de remords montèrent en moi... Je venais seulement de découvrir Britten pour moi-même. Juste avant sa mort, je commençais à apprécier la pureté inhabituelle de sa musique. J’avais l’impression d’un type de pureté comparable à celle des ballades de Guillaume de Machaut. Et, ajouté à cela, depuis longtemps j’avais voulu rencontrer Britten en personne, et maintenant cela n’adviendrait pas. » Sur ces images, une version de ce Cantus in memoriam Benjamin Britten interprétée aux Proms de Londres en 2010 par le BBC Symphony Orchestra dirigé par Edward Gardner :





Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article