Votre panier est vide

Rubriques :
Chers disparus

Antoine Duhamel est mort

Par Max Dembo |

Le grand compositeur de musiques de films Antoine Duhamel, qui a notamment signé de nombreuses partitions pour les cinéastes de la Nouvelle Vague, s’est éteint à l’âge de 89 ans.

Antoine Duhamel est décédé le 10 septembre 2014. Fils de l'écrivain Georges Duhamel et de la comédienne Blanche Albane, le compositeur s’était fait un nom en signant principalement des musiques de films. Il est notamment l’auteur du mythique Thème de Ferdinand dans Pierrot le fou de Jean-Luc Godard…

Né le 30 juillet 1925 à Valmondois, Antoine Duhamel avait étudié la musique auprès notamment d'Olivier Messiaen et de René Leibowitz. Également étudiant en psychologie et musicologie, il commencera par écrire de la musique pour la publicité et l’animation à la fin des années 50 avant de composer plus de soixante partitions pour le 7e Art entre 1962 et 2007. Une vaste œuvre malheureusement mal rééditée à l’exception d’une belle anthologie publiée, en deux volumes, par Universal en 2000 et 2005, Le Cinéma d’Antoine Duhamel, malheureusement indisponible en numérique…

Jean-Luc Godard, François Truffaut, Jean-Daniel Pollet, Alexandre Astruc ou bien encore Bertrand Tavernier comptent parmi les nombreux metteurs en scène ayant fait appel à Duhamel. Sa réussite dans ce genre artistique populaire a masqué le musicien « sérieux » qu'il était car, selon lui, « un compositeur pour le cinéma doit d'abord être un compositeur tout court ». Fan de dodécaphonisme mais aussi de musique populaire et de jazz, il laisse de nombreuses œuvres concertantes et symphoniques, des opéras et de la musique religieuse. Parmi ses multiples faits d’arme, en 1965, il composa la musique des feuilletons Belphégor et Le Chevalier de Maison Rouge

En 1980, Antoine Duhamel avait fondé l'École Nationale de Musique de Villeurbanne. À l'occasion de l'hommage qui lui était rendu en février 2008, il fait don à la Cinémathèque Française d'un fonds de quatre partitions : Pierrot le fou et Week-end de Jean-Luc Godard, Ridicule de Patrice Leconte et L'Homme du large de Marcel Lherbier, pour lequel il composa un essai symphonique en 1983.

Lauréat de la Sacem qui lui décerne le Prix Georges Enesco en 1977 et du Prix de la SACD en 1988, Antoine Duhamel était aussi ancien directeur artistique aux Discophiles français. Il fut également administrateur (1987-1994) et vice-président de la Sacem à deux reprises. A noter qu’en 2007, le grand spécialiste de la musique de film Stéphane Lerouge a publié Conversations avec Antoine Duhamel aux éditions Textuel.





À découvrir autour de l'article