Votre panier est vide

Rubriques :
Vidéo du jour

Toots, le retour

Par Smaël Bouaici |

Avec "Got to Be Tough", le leader des Maytals signe un comeback assez éclectique avec un featuring de Ziggy Marley...

Dix ans après son dernier album studio, Flip and Twist, Toots Hibbert revient avec Got to Be Tough, un festin de reggae, mais pas que. Pour le leader des Maytals, auteur des classiques Do the Reggay, Funky Kingston ou du tube 54-46, et qui a traversé toutes les époques de la musique jamaïcaine depuis le ska et le rocksteady dans les 60’s, le reggae n’a jamais été qu’un substrat. Au contraire de la plupart de ses collègues à Kingston, Toots ne s’est pas enfermé dans le reggae rasta pur dans les 70’s.

S’il parle souvent de dieu (la Jamaïque est un des pays qui comptent le plus d’églises par habitant), il n’est pas sectaire musicalement et il le prouve une nouvelle fois sur ce disque où il est accompagné notamment de Zak Starkey à la guitare, Cyril Neville aux percus et surtout Sly Dunbar à la batterie – dont la carrière est une allégorie de l’ouverture d’esprit.



Les influences funk, blues, soul voire country sont disséminées dans les dix pistes richement orchestrées de ce Got To Be Tough, même si la voix de Toots n’est jamais plus belle sur des titres plus dépouillés, comme sur Stand Accused, où il prend du coffre sur un skank en mineur.

Le gros morceau est évidemment le featuring avec Ziggy Marley, sur une reprise de son père Three Little Birds. Une cover avec un arrangement beaucoup plus nerveux, un rythme ska porté par une guitare électrique en disto, qui sonne finalement très anglaise. Encore une fois, Toots fait du reggae pour ceux qui n’aiment pas que le reggae. Et c’est sans doute la raison de son succès.



ÉCOUTEZ "GOT TO BE TOUGH" DE TOOTS AND THE MAYTALS SUR QOBUZ



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article