Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Tigran, retour à Gyumri

Quand le pianiste arménien embarque sa poésie sur sa terre natale...

Par Max Dembo | Vidéo du jour | 21 février 2018
Réagir
Qobuz

Si le cinq titres For Gyumri paraît à peine un an après l’album An Ancient Observer, c’est qu’il en est un peu le compagnon. Pour Tigran, toutes ces pièces – celles de l’album comme celles du EP – sont des observations musicales sur le monde dans lequel nous vivons et sur le poids de l’histoire que nous portons sur nos épaules. Le Gyumri du titre n’est autre que la ville natale du pianiste arménien. C’est là qu’il vit le jour en 1987 avant que sa famille ne déménage à Los Angeles en 2003.

Désormais installé à Erevan, la capitale de l’Arménie, Tigran touche au sublime en revenant comme ici à ses fondamentaux. Capable d’à peu près tout, son jazz atypique est hautement narratif car dépouillé de tout artifice. Et comme toujours dans un tel contexte, ses improvisations sont empreintes de poésie et son piano parle une langue merveilleuse dont il est l’unique dépositaire.




ECOUTEZ FOR GYUMRI DE TIGRAN HAMASYAN


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters