Catégories :

Steve Earle au fond de la mine

Pour son 20e album, le maître de l'americana signe un hommage poignant aux mineurs morts en 2010 en Virginie-Occidentale...

Par Marc Zisman | Vidéo du jour | 22 mai 2020
Réagir

Le 5 avril 2010, une explosion détruit la mine d’Upper Big Branch en Virginie-Occidentale, propriété de du géant du charbon Massey Energy. 29 mineurs périssent dans la pire tragédie minière américaine de ces 40 dernières années. Alors que le CEO aurait dû passer le restant de ses jours derrière les barreaux pour avoir enfreint les règles de sécurité protégeant ses employés, il n’écope que d’une amande et de quelques mois de prison. Pire, il se lance en politique… Dix ans plus tard, qui se souvient des victimes ? Steve Earle !

Le pape de l’americana consacre même sa livraison 2020 baptisée Ghosts of West Virginia à cette tragédie que les dramaturges Jessica Blank et Erik Jensen ont transformé en pièce, Coal Country. Le tandem lui avait demandé d’écrire des chansons pour leur spectacle, compositions qu’on retrouve ici agrémentées de quelques autres. Filtré par son inimitable voix burinée et son approche roots mêlant country, rock, folk, bluegrass et blues, tout prend ici une tournure impressionnante. Et plus qu’émouvante lorsque sur It's About Blood Steve Earle récite le nom des 29 ouvriers disparus…



Comme toujours chez lui, le militantisme anticapitaliste est au cœur de son art. Mais Earle veut se rendre utile ici et faire changer d’avis les pro-Trump, plus de 68% des électeurs de Virginie-Occidentale. « Au train où vont les choses, il est de ma responsabilité de faire un album qui parle aux gens qui ne votent pas comme moi. Le danger actuel c’est que si on répète que les supporters de Trump sont tous des racistes et des connards, on est foutu car ça n’est pas la vérité. C'est un pas vers quelque chose qui pourrait prendre une génération à changer… On doit apprendre à communiquer les uns avec les autres. Mon implication dans ce projet c’est ma petite contribution à cet effort. Et la façon de le faire – et de le faire impeccablement – est simplement d'honorer les gars qui sont morts à Upper Big Branch. »

Impeccablement il l’est ! Car en bon troubadour expert en mythologie américaine, Steve Earle évite avec Ghosts of West Virginia les lourdeurs souvent inhérentes aux disques « à message ». Au point de signer ici un de ses albums les plus puissants.







En 2013, Qobuz avait rencontré Steve Earle de passage à Paris à l'occasion de la sortie de son album The Low Highway. Séance de rattrapage :



ÉCOUTEZ "GHOSTS OF WEST VIRGINIA" DE STEVE EARLE & THE DUKES SUR QOBUZ



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Vos lectures