Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

Orelsan, temps additionnel

Un an après "La Fête est finie", le rappeur joue les prolongations avec un "Epilogue"...

Par Aurélien Chapuis | Vidéo du jour | 6 décembre 2018
Réagir
Qobuz

Automne 2018, Orelsan ajoute un épilogue à son succès déjà très complet La Fête est finie. Très malin, le rappeur de Caen y apporte avec onze nouveaux morceaux des versions complémentaires de ses morceaux iconiques, des seconds avis sur son statut actuel et des pures récréations jouissives.

Ainsi, Fantômes résonne comme une suite de San en version plus technique et libératrice. La Famille, la famille est une réponse optimiste et salvatrice du précédent Défaite de famille au vitriol. En reprenant Mes Grands-parents, inédit qu’il avait fait en exclusivité pour Radio France, Orelsan offre sur cet épilogue un visage très humain, à plusieurs facettes, des relations familiales toujours complexes. Sur Adieu les filles, il reprend l’outro de Bonne Meuf pour en faire un hymne sarcastique et électronique à sa monogamie.

En plus de cette relecture à niveau variable de son œuvre, ce sont les sonorités plus rap et anglaises qui marquent cet Epilogue. Avec leurs batteries sèches et leurs rythmiques saccadées entre grime et 2-step, Discipline ou Epilogue rappellent les bandes-son des films générationnels Human Traffic ou Trainspotting. A mi-chemin entre le spoken word du Mike Skinner de The Streets, les claviers polis de Mura Masa et les explosions découpées décalées de Stormzy, Orelsan embrasse complètement cette culture club londonienne, allant jusqu’à inviter les nouveaux talents de cette scène, Eugy et Kojo Funds pour une version brutale caribéenne de Tout va bien.

Plus technicien et démonstratif que sur l’album original, Orelsan semble s’amuser sur des montagnes russes musicales, offrant une belle et folle diversité aux chansons équilibrées de La Fête est finie. Jusqu’au grand écart des invités avec l’Américain YBN Cordae, rookie en pointe du moment, et Damso pour un duo de titans fantasmagoriques de tous les possibles. En la rallongeant avec autodérision, mise en abyme et influences plus poussées, Orelsan continue la fête de la meilleure des façons, toujours à sa manière. Et apparemment, elle est loin d’être finie.





ECOUTEZ LA FÊTE EST FINIE - ÉPILOGUE D'ORELSAN SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters