Votre panier est vide

Rubriques :
Vidéo du jour

Lennon, 40 ans déjà...

Par Marc Zisman |

Que reste-t-il de la musique de l'ex-Beatles, assassiné deux semaines avant Noël 1980...

Lundi 8 décembre 1980 à 22h50, John Lennon s’écroule devant le Dakota Building de Manhattan où il réside, atteint par les balles du 38 Special d’un certain Mark Chapman, un fan auquel il avait signé un autographe quelques heures plus tôt. L’ex-Beatles alors âgé de 40 ans est déclaré mort à son arrivée au St. Luke’s Roosevelt Hospital Center. La planète est sous le choc de la disparition précoce de cet artiste hors norme mais aussi des idées pacifistes qu’il portait à bout de voix et qu’il incarnait…

Quarante ans après, l’héritage des Fab Four reste l’un des carburants les plus utilisés dans la musique populaire. Toujours aussi influente elle aussi, son œuvre solo qui renferme des chefs d’œuvre comme Plastic Ono Band (1970) ou Imagine (1971). Sur ce dernier, le Liverpuldien prouvait à nouveau qu’il savait tout faire : ballades poignantes (Jealous Guy), textes hautement poétiques, rêves éveillés pop et rock’n’roll furieux et carrés (It’s So Hard, I Don’t Wanna Be A Soldier, Gimme Some Truth). Lennon trouvait même le temps d’attaquer en frontal son ex-camarade Paul McCartney sur le cinglant How Do You Sleep. Cerise sur le gâteau Imagine, la production parfaite signée par le savant fou du son, Phil Spector.

Jusqu’au bout, John Lennon étonnera et fascinera ses fans. Comme avec Double Fantasy, paru trois semaines avant son assassinat. En quelques jours, l’ultime opus plafonne au sommet des charts, porté par ses tubesques singles (Just Like) Starting Over et Woman. Un disque marquant un tournant dans la carrière solo de l’ancien Beatles, la politique et l’engagement s’éclipsant au profit de thématiques plus personnelles voire plus introspectives. Et l’expérimental côtoyait le plus commercial dans une sorte d’harmonie magique.

ÉCOUTEZ JOHN LENNON SUR QOBUZ

ÉCOUTEZ NOTRE PLAYLIST JOHN LENNON

À découvrir autour de l'article