Votre panier est vide

Rubriques :
News

Justin Townes Earle, au nom du père

Par Max Dembo |

Quand le fils de Steve Earle impose sa singularité...

Porter le nom d’Earle n’était déjà pas facile. Y ajouter le prénom Townes – référence à l’intouchable Townes Van Zandt – plaçait la barre encore plus haut. Mais au fil des ans et des albums, Justin Townes Earle a réussi à imposer ce nom et surtout ses prénoms sans finalement chercher à lutter contre eux. Tranquillement. Sans prétention. Et le septième album du fils de Steve Earle qui vient de paraître chez New West Records s’inscrit dans la continuité d’une carrière d’apparence nonchalante mais très solide niveau écriture et composition. La soul de Memphis comme le blues sont très présents sur ce traité de country rock… Comme papa (qui l’abandonna à sa mère à seulement 2 ans), Earle Junior a dû batailler très tôt contre de gros problèmes d’addiction et comme lui il sait aller puiser à différentes sources pour accoucher de chansons justes et touchantes. Produit par Mike Mogis (Bright Eyes, First Aid Kit), Kids In The Street est le premier disque que son auteur ne réalise pas lui-même. Un album qui arrive alors que Justin Townes Earle a définitivement rangé la seringue et la bouteille au placard, qu’il est casé/marié et deviendra père avant la fin de l’année. Comme il le précise lui-même, il écrivait jusqu'ici toujours sur le passé et s’essaie cette fois à l’avenir. Pour ce qui est du présent, le fils de a peut-être signé son disque le plus accompli.



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article