Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

John Prine, voix dissonante

Le grand songwriter américain sort son premier disque de nouvelles chansons en 13 ans...

Par Marc Zisman | Vidéo du jour | 19 avril 2018
Réagir
Qobuz

Puisque Townes Van Zandt et Guy Clark sont déjà là-haut, il faut profiter de la présence sur terre de John Prine ! Grandiose songwriter peu célébré de ce côté-ci de l’Atlantique mais culte et adulé sur ses terres, il fut à ses débuts un protégé de Kris Kristofferson, loin d'être un sous-Dylan. Prine s'est même imposé au fil des ans comme l'un des portraitistes les plus sous-estimés de sa génération. Et si son humour grinçant l’éloigne toujours de toute tentation neuneu, il sait aussi viser et toucher au cœur. Chez lui surtout, l'anti-establishment n'est jamais bas du front. Mixer causticité et émotion pure avec un tel talent est si rare… Après un superbe disque de duos mixtes avec notamment Kacey Musgraves, Lee Ann Womack, Alison Krauss, Susan Tedeschi, Iris DeMent, Amanda Shires et Miranda Lambert, John Prine sort son premier disque exclusivement composé de nouvelles chansons en treize ans.

Produit avec une certaine retenue et beaucoup de dépouillement par le très demandé Dave Cobb, The Tree Of Forgiveness accueille quelques co-auteurs (Dan Auerbach des Black Keys, Roger Cook, Keith Sykes et Phil Spector) et quelques co-interprètes (Brandi Carlile, Jason Isbell et Amanda Shires). A 71 ans, le songwriter originaire de Chicago a la voix de son âge. Un organe usé par la maladie et la cigarette mais dont la sonorité colle parfaitement à ce qu’il chante. Plus conteur qu'entertainer, Prine trouve ici le juste équilibre entre le vieux fou un brin original et le sage qui regarde la planète avec un certain recul voire une bonne dose d’humour. L’opus parle aussi de mort (depuis vingt ans, ses cancers vont et viennent) et d’amour des siens… Même si l’on est loin de ses chefs d’œuvre des années 70 (l’éponyme John Prine mais aussi Sweet Revenge et Bruised Orange) cette cuvée 2018 se boit tout de même avec beaucoup de plaisir.

Le 13 avril, John Prine était l'invité du Late Show de Stephen Colbert sur CBS pour chanter Summer's End avec à ses côtés, en invités de marque, Sturgill Simpson et Brandi Carlile :



Quelques jours plus tôt, Prine donnait un mini-concert pour NPR où il interprétait cette fois Caravan Of Fools, Summer's End, All The Best et Souvenirs :



ECOUTEZ THE TREE OF FORGIVENESS DE JOHN PRINE SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters