Catégories :

Ivo ou le retour du pianiste prodigue

Hormis quelques concerts, le pianiste Ivo Pogorelich se faisait rare ces vingt dernières années. Pour son retour au disque, il a choisi deux géants du répertoire : Beethoven et Rachmaninoff. Si son tempérament d'artiste tapageur et iconoclaste est aujourd'hui plus contenu, ce nouvel enregistrement n'en réserve pas moins de très beaux moments de musique.

Par Elsa Siffert | Vidéo du jour | 27 août 2019
Réagir



On l’attendait autant qu’on le redoutait !

Soucieux de soigner le retour du pianiste, Sony Classical – adieu Deutsche Grammophon – a déroulé le tapis rouge. Enregistré au Schloss Elmau et au Concert Hall de Raiding – Beethoven dans la première salle, Rachmaninoff dans la deuxième – ce nouvel album offre un son ample à la réverbération dosée. De quoi accueillir la rugosité du jeu d'Ivo Pogorelich ainsi que ses nuances plus tendres. Une main de fer gantée de velours. Pogorelich ne cherche pas à séduire, comme en témoigne cette version de la Sonate n° 27, op. 90 de Beethoven dans un tempo délibérément moins allant, fruit d'une approche analytique de l'œuvre :



De Rachmaninoff, il choisit la Deuxième Sonate en si bémol mineur, op. 36 dans sa version originelle non raccourcie et dont les nombreuses sections dépaysent l’auditeur qui se perd avec le musicien dans une errance hallucinée. Pogorelich nous y conduit progressivement et nous apprivoise d’abord avec deux œuvres d'un Beethoven rare au disque si l'on excepte les intégrales : ses Sonates n° 22 en fa majeur, op. 54 et n° 24 en fa dièse majeur, op. 78. Le répertoire choisi est donc à la fois sage (deux figures majeures du répertoire), ambitieux (des partitions exigeantes) et généreux (justement pour les raisons qu’on vient d’évoquer).

Serions-nous donc en terrain connu ? Rien n’est moins sûr car l’interprète empoigne littéralement les partitions, déployant un discours héroïque dans un souffle puissant. Mais Pogorelich reste ce musicien expressif scrutant les textes avec autant de malice que d’âpreté, en dépit de tempos souvent plus lents. Le programme en est comme rétro-éclairé par une vision personnelle des œuvres.

Écoutez le nouveau disque d'IVO POGORELICH sur QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur QOBUZ, rejoignez-nous sur FACEBOOK


À découvrir autour de l'article

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters