Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

David Linx, embarquement immédiat

Avec le trio d'André Ceccarelli, le chanteur revisite Rufus Wainwright, Otis Redding, Cole Porter, Ryuichi Sakamoto...

Par Clotilde Maréchal | Vidéo du jour | 6 février 2018
Réagir
Qobuz

En 2009, le groupe d’André Ceccarelli avec Diego Imbert à la basse et Pierre-Alain Goualch au piano invite David Linx pour l’enregistrement d’un hommage à Claude Nougaro. Le trio se transforme alors en quartet très soudé comme l’ont prouvé les nombreux concerts donnés dans la foulée par les quatre musiciens.

L'album 7000 Miles qui vient de paraître témoigne aussi de cette complicité totale. Même si la voix de Linx est la locomotive du projet, le trio de Ceccarelli n’est évidemment pas là juste pour la déco. Au contraire. L’organe élastique du chanteur bruxellois fait corps avec la musique de ses partenaires.

L’entente et les échanges sont mêmes assez fascinants, qu’il s’agisse d’une chanson de Rufus Wainwright (Poses) ou d’Otis Redding ((Sittin' On) The Dock Of The Bay) à un standard du Great American Songbook (Night And Day) ou à un thème de Ryuichi Sakamoto pour le cinéma (7000 Miles extrait de la B.O. de Babel d’Alejandro González Iñárritu). Encore plus que sur ses enregistrements précédents, David Linx offre ici un spectre vocal plus ample, alternant d’une séquence envoûtante à une approche plus virtuose, c’est selon…



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters