Votre panier est vide

Rubriques :
Vidéo du jour

Birdy à cœur ouvert

Par Marc Zisman |

Un très beau 4e album pour la jeune Anglaise qui maîtrise de mieux en mieux sa pop habitée par un folk profond et personnel...

Pour sécher les larmes d’une récente peine de cœur, Jasmine Lucilla Elizabeth Jennifer van den Bogaerde alias Birdy dit avoir écouté beaucoup d’Etta James et de Nina Simone. L’Anglaise a ensuite embrayé sur un périple de trois mois en Inde avant de jeter l’ancre en Californie, à Topanga, dans les monts Santa Monica, région liée à la scène seventies de Laurel Canyon qui réunissait notamment James Taylor, Jackson Browne et surtout Joni Mitchell dont Birdy s'est passée en boucle le mythique album Blue (1971).

Tout ça permet à Young Heart, paru il y a quelques jours, d’endosser une sorte de statut d’album de la maturité pour celle qui fut propulsée au sommet des charts en 2011, à seulement 15 ans, grâce à sa reprise de Skinny Love de Bon Iver.

Ici, fini les grosses productions, Birdy fait dans l’épure, le less is more et la chanson-confession. Et dans le domaine embouteillé des albums de rupture, elle réussit à tirer son épingle du jeu grâce à une plume toujours juste (And dark are my days now that I face them on my own, so long are the nights now that I'm sleeping here alone) et une maîtrise de la mélodie chatoyante.

Au milieu de ce quatrième album effectivement sous influence Joni Mitchell, elle affiche même une solide assurance en osant jouer seule au piano un long extrait de la valse n°19 en la mineur de Chopin ! À seulement 25 ans, Birdy semble avoir trouvé dans ce disque cathartique qu'est Young Heart un ton et un style qui lui ressemblent.

ÉCOUTEZ "YOUNG HEART" DE BIRDY SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article