Rubriques :

Bill Withers, l'autre soul

Grandiose songwriter solitaire et singulier, l'auteur de "Ain’t No Sunshine" et "Lean On Me" est mort à l'âge de 81 ans...

Par Marc Zisman | Vidéo du jour | 7 avril 2020
Réagir

Ain’t No Sunshine, Lean On Me, Lovely Day et Just the Two of Us. Lorsqu’on on abat un tel carré d’as, on peut dormir tranquille… C’est ce que Bill Withers fait désormais pour toujours, emporté le 30 mars 2020 par des complications cardiaques irréversibles. Le grand soulman qui tire ainsi sa révérence à 81 ans s’était déjà éclipsé, depuis le milieu des années 80, du show business qui le fatiguait voire l’irritait…

Finalement, Withers fut atypique dès ses débuts. Aucune passion dévorante depuis le berceau, aucun don dès la cour de récré, non, la musique ne vint à lui que passé la trentaine… Après une enfance aride près des mines de charbon de Virginie à Slab Fork, il s’engage dans l’US Navy et y passe neuf ans avant de travailler dans l’aéronautique. Durant les heures creuses, Bill Withers compose, joue, chante et réussit finalement à emballer le producteur Clarence Avant et son label Sussex qui lui font enregistrer son premier album Just As I Am avec l’organiste Booker T. à la production, sa rythmique des MG’s (le batteur Al Jackson et le bassiste Duck Dunn) et même en guest Stephen Stills à la guitare ! Un baptême discographique propulsé vers le sommet des charts grâce à son single Ain’t No Sunshine qui se place en troisième position au Billboard ! En un claquement de doigts, le Withers ouvrier qui pose sur la pochette de cet album qui paraît en mai 1971 avec sa lunch box devient un acteur majeur de la soul music.



L’art de Bill Withers se démarque vite de celui de ses confrères en abordant le genre par son versant folk. Chez lui, les cuivres ne sont pas chaud bouillants et la rythmique n’est pas un enchaînement d’uppercuts. Tout est plus subtil avec Bill Withers, plus profond, plus dépouillé et épuré aussi. Ses contemporains choisiront leur camp, Stax ou Motown, mais lui se positionnera toujours ailleurs. Ce qui se confirme sur ses merveilleux albums suivants, publiés chaque année avec une grande régularité jusqu’en 1978 : Still Bill avec Lean on Me et Use Me, les deux plus gros tubes de l’été 1972, +'Justments (1974), Making Music (1975), Naked & Warm (1976), Menagerie (1977) et 'Bout Love (1978).



Durant cette période, Withers écrira pour Gladys Knight & the Pips et intègrera même, en octobre 1974, la tournée de James Brown, Etta James et B.B. King au Zaïre pour le combat de boxe entre Ali et Foreman… Il ralentira la cadence, se limitant à quelques piges ça-et-là sur Dreams in Stone de Michel Berger, Soul Shadows des Crusaders, In the Name of Love de Ralph MacDonald et surtout Just the Two of Us du saxophoniste Grover Washington Jr..



Légèrement remotivé, il retourne en studio et accouche de Watching You Watching Me en 1985. Un comeback au succès limité qui lui font raccrocher les gants définitivement à seulement 47 ans après ce huitième et dernier album. En 2015, Bill Withers est intronisé au Rock & Roll Hall of Fame ; un certain Stevie Wonder se charge du discours et de l'interprétation de ses grands classiques...



ÉCOUTEZ BILL WITHERS SUR QOBUZ


ÉCOUTEZ NOTRE PLAYLIST BILL WITHERS



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Vos lectures