Votre panier est vide

Rubriques :
Vidéo du jour

Bebel Gilberto, maintenant !

Par Benjamin MiNiMuM |

Après six ans d'absence marqués par la disparition de ses illustres parents Miúcha et João Gilberto, la chanteuse brésilienne signe "Agora", un beau comeback mêlant bossa-nova et arrangements électro organiques, aériens et jazzy...

Si, sur la pochette d’Agora, Bebel Gilberto relève la tête, ce n’est pas anodin. Ce disque lui a permis de tenir le coup pendant une période éprouvante où elle a successivement perdu son meilleur ami, sa mère, la chanteuse Miúcha en décembre 2018, suivie dans l’au-delà, six mois plus tard, par son père le légendaire chanteur et guitariste João Gilberto.

Soutenue par son producteur et ami proche, l’Américain Thomas Bartlett, dit Doveman (Stufjan Stevens, Norah Jones, Anna Calvi…), Bebel n’a pas dévié de son cap et nous offre un disque moins évident que le Tanto Tempo, qui lui avait permis de se faire un prénom il y a vingt ans, mais sans doute plus nuancé et mature. L’héritage parental bossa-nova est toujours sous-jacent, les arrangements électro organiques, aériens et jazzy dominent, mais son chant est moins figé, moins insouciant et tourné vers la vie.



Tellement bon (Tão Bom), déclame-t-elle dans son ouverture assez éthérée et hantée qui précède le morceau-titre, ancré dans le présent (Agora qui signifie “maintenant”). Les chansons s’enchaînent avec évidence, et Bebel les anime avec une liberté qui sent l’énergie de l’improvisation. Elle brode autour des mélodies avec sa voix devenue instrument libre comme une trompette agile dans un combo de jazz cool.

Sur Na Cara (“dans le visage”), elle est en tête-à-tête avec une autre enfant de légende, Mart'nália, fille du grand sambiste Martinho da Vila. Suit Deixa, premier single volatile comme des bulles de champagne. Mais le meilleur reste à venir. O Que Não Foi Dito (“ce qui n’a pas été dit”), trouve un bel équilibre entre gravité et légèreté, tambours presque martiaux, arrangements oniriques et chant émouvant. Et l’on termine dans les nuages avec Teletransportador, où, sur une mécanique décalée légèrement rétro-futuriste, le chant de Bebel Gilberto déroule une mélodie languide avec tendresse et sincérité.



ÉCOUTEZ "AGORA" DE BEBEL GILBERTO SUR QOBUZ



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article