Votre panier est vide

Rubriques :
News

Ballaké et ses invités

Par Benjamin MiNiMuM |

Avec "Djourou", le maître malien de la kora, Ballaké Sissoko, signe un magnifique album où l'on croise Piers Faccini, Oxmo Puccino, Camille, Feu! Chatterton et quelques autres...

Le nouvel album de Ballaké Sissoko est un splendide bouquet de cordes (Djourou en bambara). Celles de la kora de ce maître malien préludent (Demba Kunda) accueillent et se lient à celles de la kora de la Gambienne Sona Jobarteh, qui offre aussi son chant soyeux sur le morceau titre.

Les autres instruments venus danser avec la harpe africaine sont le violoncelle virtuose de son complice Vincent Segal qu’accompagne la clarinette de Patrick Messina, pour une improvisation autour d’Hector Berlioz Jeu sur la symphonie fantastique.

De prestigieuses cordes vocales se joignent aussi à la fête. Le choix des invités est éclectique et de bon goût. Son compatriote Salif Keita posse son chant de rossignol sur Guelen. Oxmo Puccino vient rendre hommage de son flow poétique à ses racines mandingues sur Frotter les mains. Camille apporte sa fièvre magique à Kora.

Piers Faccini insuffle sa tendre mélancolie sur Kadidja qu’il interprète brillamment en bambara. L’ensemble se complète par un second solo de Ballaké, Mandé Tabolo, situé entre le duo avec Camille et celui avec Oxmo.

Djourou se referme sur une association inattendue avec les Parisiens de Feu! Chatterton (Un vêtement pour la lune). À l'arrivée, le luxueux casting de ce disque souligne avant tout l’inventivité et l’inspiration sans frontières de Ballaké Sissoko, cet immense musicien.

ÉCOUTEZ "DJOUROU" DE BALLAKÉ SISSOKO SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article