Étant connecté à Facebook, l'article que vous êtes en train de lire est susceptible d'être partagé au bout de 10 secondes de lecture. Vous pouvez configurer ceci dans vos paramètres de services externes.
Bonne lecture!

QIBUZ / Lundi 22 janvier 2018

Confidences, news cocasses, bruits de couloirs, brèves de comptoir et buzz en tous genres : chaque lundi, QIBUZ zoome sur l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non ?

Qibuz Lundi | 22 janvier 2018
Réagir
Qobuz







Le projet XL du boss de XL

Etre le boss a souvent pas mal d’avantages… Richard Russell, patron du label XL Recordings, le confirme avec son projet personnel collaboratif.

Baptisé Everything Is Recorded, l’album paraîtra le 16 février sur son label et aura surtout la particularité de réunir un casting asse fou avec Sampha, le duo Ibeyi, Obongjayar, le rappeur Giggs, Peter Gabriel, Damon Albarn, le saxophoniste Kamasi Washington, Owen Pallett, Rachel Zeffira de Cat’s Eyes, Infinite et Green Gartside de Scritti Politti…

Dans l’antre de la Copper House, son studio londonien, Russel a créé un espace de création destiné aux chanteurs et musiciens qui passent pour y écrire, enregistrer, partager des idées, mixer des albums et faire des sessions diverses. Un lieu de rencontre aussi de nouveaux talents et de noms bien installés.










Vince Staples, bien dans ses baskets

Le rappeur Vince Staples, auteur de l’un des meilleurs albums de 2017 avec Big Fish Theory, se lance dans les baskets. Sur Instagram, le Californien de Long Beach a évoqué sa collaboration avec la marque Converse le temps d’un modèle. On ne sait pas si la paire qui devrait voir le jour très prochainement sera commercialisée à grande échelle ou s’elle restera collector et réservée à quelques happy few… Staples n’est évidemment pas le premier rappeur à signer un contrat avec une marque de chaussures. Tyler, the Creator en a dessiné plusieurs pour Converse tandis que Kendrick Lamar a récemment « revisité » la fameuse Cortez de Nike.






L'Académie du Jazz distribue ses bons points

Comme chaque année, les 62 membres (journalistes, écrivains, photographes, enseignants musicologues, programmateurs de festival...) de l’Académie du jazz ont remis leurs nombreux prix. La chanteuse franco-américaine Cécile McLorin Salvant a reçu le Prix Django-Reinhardt 2017 qui n'avait jamais été attribué à un ou une vocaliste depuis sa création en 1954. Ce prix – le plus prestigieux de l'Académie – récompense le meilleur musicien ou la meilleure musicienne français(e) de l'année écoulée. C'est seulement la quatrième fois qu'une femme le remporte. « Elle possède une voix d'une justesse absolument renversante avec une élasticité rare, ce qui fait qu'elle l'utilise comme un instrumentiste de haut vol le ferait », a déclaré à l'AFP François Lacharme, président depuis 2005 de l'Académie. Le palmarès complet de cette année est le suivant : Grand Prix de l'Académie du Jazz (meilleur disque de l'année) pour Bringin' it (Mack Avenue/Pias) de Christian McBride. Prix du Disque Français (meilleur disque enregistré par un musicien français) pour New Monk Trio (Gazebo) de Laurent de Wilde. Prix du musicien européen (récompensé pour son œuvre ou son actualité récente) à la chanteuse Susanne Abbuehl. Prix de la meilleure réédition ou du meilleur inédit pour Les Liaisons dangereuses 1960 (Sam Records - Saga) de Thelonious Monk et Complete Parisian Small Group Sessions 1956-1959 (Fresh Sound) de Lucky Thompson. Prix Jazz Classique à Michel Pastre avec Dany Doriz et Ken Peplowski pour Tribute to Lionel Hampton (Autoproduction). Prix du Jazz Vocal à Karin Krok pour The Many Faces of Karin Krog, Recordings 1967-2017 (Odin). Prix Blues à Thornetta Davis pour Honest Woman (Sweet Mama Music). Prix Soul aux Como Mamas pour Move Upstairs (Daptone Records). Et Prix du livre de Jazz à André Hodeir, le jazz et son double de Pierre Fargeton (Éditions Symétrie).






Les Smiths sans… Marr et Morrissey?!?!?

Peut-on sérieusement parler de reformation… Surtout lorsque les deux membres principaux d’un groupe ne sont pas de la partie… Cet été, trois ex-Smiths – le batteur Mike Joyce, le bassiste Andy Rourke et le deuxième guitariste Craig Gannon – monteront sur scène pour une célébration live de la musique de leur ancien groupe. Intitulé Classically Smiths, ce spectacle a été conçu par les musiciens du Camerata Orchestra et revisitera le répertoire des Smiths en version orchestrale.






L’âme d’Oh Happy Day s’est envolée…

A moins d’être un expert en gospel, le nom d’Edwin Hawkins n’affole pas trop l’excitomètre. Pourtant, le chanteur qui s’est éteint chez lui en Californie à l’âge de 74 ans, emporté par un cancer du pancréas, était derrière le plus célèbre tube du genre, Oh Happy Day, qui plafonna au sommet des charts en 1969. Dans les années 60, Hawkins avait co-fondé le Northern California State Youth Choir qui mêlait gospel traditionnel et rhythm’n’blues. Sorti sous le nom des Edwin Hawkins Singers, Oh Happy Day (dont la voix principale était celle de Dorothy Combs Morrison) s’écoulera à des millions d’exemplaires et permettra au chanteur de recevoir un Grammy Award. La composition n’était pas originale mais la relecture d’un hymne du XVIIIe siècle inspiré des Actes des Apôtres. En 1970, la formation décrochera un second tube aux côtés de la chanteuse Melanie avec le single Lay Down (Candles In The Rain).






La grosse guest list de Mouse On Mars

Le retour de Mouse On Mars dans les bacs le 13 avril risque de faire pas mal de bruit. Pour ce nouvel album intitulé Dimensional People, Jan St. Werner et Andi Toma se sont offert une belle brochette d’invités parmi lesquels Justin Vernon alias Bon Iver, Zach Condon alias Beirut, Aaron et Bryce Dessner de The National, Sam Amidon, Lisa Hannigan, Spank Rock et Swamp Dogg. Le dernier album studio en date du tandem allemand, Parastrophics datait de 2012.






Shane MacGowan, 60 ans et (pas) toutes ses dents !

Pour souffler ses 60 bougies, Shane MacGowan s’est fait plaisir. Le chanteur des Pogues a en effet organisé un concert au National Concert Hall de Dublin en envoyant quelques invitations à un bon paquet de stars. Résultat, les spectateurs ont eu la chance de voir défiler sur scène, aux côtés du chanteur édenté callé dans un fauteuil roulant, des pointures comme Bono, Johnny Depp, Nick Cave ou bien encore Sinéad O’Connor.










Overdose de médicaments pour Tom Petty

Plus de trois mois après, on connait enfin les circonstances de la mort de Tom Petty, décédé le 3 octobre 2017 à 66 ans. Selon l’AFP, la star aurait succombé à une overdose de médicaments, notamment du fentanyl, opiacé puissant déjà à l'origine de la mort de Prince. « Notre famille a rencontré ce matin l'équipe de médecins légistes selon lesquels Tom Petty a succombé à une overdose résultant d'une prise de plusieurs médicaments », décrit un communiqué diffusé par la femme et la fille du musicien, Dana et Aria Petty. Elles soulignent que le chanteur souffrait de plusieurs problèmes graves de santé, dont un emphysème, des problèmes de genoux et principalement une hanche fracturée. « Malgré cette blessure douloureuse, il a maintenu sa tournée avec 53 dates prévues, aggravant sa fracture. Nous pensons que la douleur était devenue tout simplement insupportable, causant sa prise excessive de médicaments », poursuit le communiqué. Elles ajoutent savoir qu'il s'était fait prescrire plusieurs antalgiques dont des patches de fentanyl et qu'elles pensent, « comme le médecin légiste l'a conclu, que son décès fut un accident malheureux ».






Jean-Luc Choplin quitte la Seine Musicale

Qibuz vous en parlait il y a quelques semaines, c’est désormais officiel : selon l’AFP, Jean-Luc Choplin a quitté ses fonctions de programmation à la Seine Musicale, le paquebot de l'Ile Seguin, selon un communiqué : « Jean-Luc Choplin, président du Comité de Programmation de la Seine Musicale, a souhaité se consacrer à de nouveaux projets et ne renouvellera pas sa mission de conseil artistique en 2018. » Le bruit du départ de l’artisan du renouveau de la Comédie musicale américaine au Théâtre du Châtelet à Paris courait depuis plusieurs semaines. Choplin souhaitait disposer de moyens de création de grands spectacles à La Seine Musicale, et pas seulement de production de spectacles déjà créés, comme cela a été le cas pour West Side Story, remonté sur l'Ile Seguin mais créé au Châtelet. Jean-Luc Choplin avait quitté en 2016 le Châtelet après dix ans de programmation éclectique, dont la création de comédies musicales en anglais qui avaient valu au théâtre le surnom de « Broadway sur Seine ». Il était consultant extérieur auprès de la Seine Musicale, équipement culturel doté de deux grandes salles construit par le Département des Hauts-de-Seine et exploité par STS Événements, une société commune entre TF1 et Sodexo, dirigée par Olivier Haber. « C'est une séparation à l'amiable, indique-t-on dans son entourage, soulignant que « certains projets, qui pourraient être des comédies musicales, pourraient se concrétiser à la Seine Musicale » dans les deux ou trois ans qui viennent. La programmation du paquebot de l'Ile Seguin sera assurée par un « comité de conseillers artistiques » placés sous l'autorité du directeur général Olivier Haber, précise le communiqué.





Vous aimez QIBUZ ? Vous pouvez nous adresser vos tuyaux pas percés, informations, commentaires ! Écrivez-nous à : qibuz@qobuz.com

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

À lire dans la rubrique Pop/Rock

À lire dans la rubrique Chanson française

À lire dans la rubrique Electro

À lire dans la rubrique Soul/Funk/R&B

À lire dans la rubrique Rap

À lire dans la rubrique Blues/Country/Folk

À lire dans la rubrique Film

À lire dans la rubrique Classique

À lire dans la rubrique Jazz

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters