Jazz Magazine Festival revient au Trianon

Pour bien commencer 2019, le Jazz Magazine Festival investit le Trianon ce 26 janvier pour réunir Luigi Grasso, Robin McKelle et Hugh Coltman.

Par Pablo Catibli | Concerts, festivals et tournées | 18 janvier 2019
Réagir
Qobuz

Pour la 4e édition de son festival live, Jazz Magazine vous propose une soirée en trois concerts. Le tout dans le cadre feutré du Trianon.

Dans l'optique de dynamiser la scène jazz, notamment en contribuant à la découverte de nouveaux talents, Jazz Magazine relançait ses concerts en 2016 avec un premier Festival à l’Alhambra. Depuis, c'est plus d'une vingtaine de concerts que le mensuel dirigé par Edouard Rencker à produit ou coproduit, de Camille Bertault à Yilian Canizares, en passant par Cecile Mc Lorin Salvant. Pour le directeur de la publication, il s'agit d'"une sorte de mission d’intérêt général que doit assumer le journal au vu de son passé prestigieux et surtout de sa notoriété".

Ce 26 janvier, Jazz Magazine vous invite à découvrir trois artistes aux univers distincts : le saxophoniste Luigi Grasso, la chanteuse américaine Robin McKelle et le crooner anglais Hugh Coltman.

The Greenwich Sessions by Luigi Grasso à 19h45

« Le voyage est ma maison » osait la poétesse new-yorkaise Muriel Rukeyser. Luigi Grasso revendique son statut de sans domicile fixe, car d’Allemagne aux Caraïbes, de France en Turquie, d’Angleterre en Norvège, du Kazakhstan aux Etats-Unis, il s’est laissé porter par le souffle puissant et tiède de son saxophone, la musique des langues et les mélodies douces ou tragiques de la vie. Ses voyages, sur les rives multiples d’un méridien invisible, lui ont permis de se perdre, pour mieux se retrouver, et de tisser une toile d’émotions vives où se love le plus profond de lui-même. Il propose un embarquement immédiat pour sa Greenwich Session, une invitation au voyage pour feuilleter les différentes étapes du parcours singulier d’un « italien du monde ».

Robin McKelle à 20h30

« J’adore la Soul music, mais je suis aussi attirée par d’autres registres, et je vis dans mon époque. L’actualité nous interpelle tous les jours », rappelait il y a peu Robin McKelle. Pour Melodic Canvas, son dernier album en date, la chanteuse a écrit des chansons comme Do You Believe, « pour interroger notre rapport à la foi », Lyla, « pour évoquer le comportement des plus jeunes sur les réseaux sociaux, les réactions impulsives, la haine qui s’y déverse, et la solitude derrière tout ça ». Ou encore Simple Man, « qui parle d’un migrant ». Elle tenait à aborder ce sujet, car ses grands-parents étaient des migrants : « Je ne serais pas là sans eux. Et l’Amérique est peuplée de gens de tant d’origines diverses... ». Sur scène, la richesse de cet album éclate au grand jour. Car on l’aura compris : il y a un avant et un après Melodic Canvas dans la carrière de Robin McKelle, qui s’y dévoile plus qu’elle ne l’a jamais fait : « La configuration du groupe implique une forme d’exposition plus grande. Les mélodies sont primordiales, mais les arrangements me laissent une grande liberté. C’est ce que je souhaitais. »

Hugh Coltman à 21h30

Des percussions aux cuivres en passant par les guitares, c’est toute l’histoire de la musique afro-américaine qui anime la formation qui accompagne Hugh Coltman. Le chanteur s’est offert un écrin sublime pour onze chansons qui font entendre sa voix chaleureuse de routier des sentiments et de grand connaisseur des émotions humaines, toujours indulgent pour l’amoureux du soir, le paumé de l’aube ou le mélancolique du plein soleil... Who’s Happy? demande son nouvel album. Personne et chacun, semble-t-il répondre... Britannique vivant en France, ancien leader du groupe blues-rock The Hoax avant de se muer en songwriter folk-pop, puis en quadragénaire explorateur du plus beau patrimoine du jazz, Coltman montre une nouvelle facette de l’aventure d’un artiste qui a décidé de s’affranchir des frontières, des formats et des habitudes.

Samedi 26 janvier 2019 de 19h45 à 22h30 Ent. de 38 à 90 euros. Réserver.

Le Trianon - 80, bd de Rochechouart – 75018 Paris Métro : Station Anvers, Ligne 2 Bus : Anvers Sacré-Cœur, Lignes 30 & 54

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters