Catégories :

Les albums

78937 albums triés par Plus distingués et filtrés par Reggae
CD12,99 €

Reggae - Paru le 26 mai 2017 | Soul Jazz Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Songlines Five-star review
On ne vantera jamais assez le splendide travail de réédition qu’effectue le label londonien Soul Jazz avec le catalogue de Studio One, le label le plus important de l’histoire du reggae, légué par son fondateur Coxsone Dodd. Remarqué dans les sphères du genre via les excellentes compiles 100 % Dynamite à la fin des 90’s, Soul Jazz a hérité des droits du label jamaïcain au tournant du millénaire, peu avant la mort de Coxsone en 2004. Pour la petite histoire, Coxsone, notoirement intraitable dès qu’il était question de business (il employait des avocats pour surveiller les violations de ses droits d’auteur – de l’argent perdu puisque toute la Jamaïque considère Studio One comme du domaine public), a été convaincu en écoutant les compilations jazz de Soul Jazz Records…Après une cinquantaine de références, la série se penche sur le groupe fondateur de la musique jamaïcaine moderne, les Skatalites, le house band de Studio One. Mené par le génial  tromboniste Don Drummond, la bande a backé les plus grands chanteurs de l'époque et comptait dans ses rangs les instrumentistes les plus doués du pays (Tommy McCook, Jackie Mittoo, Ernest Ranglin, Johnny “Dizzy” Moore, Lloyd Knibbs, Lloyd Brevett, Roland Alphonso…) et donnait le tempo des tendances musicales. Après avoir mis le ska sur le devant de la scène de 1963 à 1965, les Skatalites sont rentrées de tournée avec l'idée de ralentir le tempo, ce qui engendra le rocksteady. En 1965, le groupe se sépare après l’incarcération de Don Drummond pour le meurtre de sa femme. Les Skatalites s’éparpilleront par la suite mais l’essentiel était fait. Il est regroupé dans cette compilation avec les grands tubes du groupe, du Guns of Navarone à El Pussy Cat, ainsi que le Tell Them Lord des Wailers, trio vocal novice mené par le jeune Robert Marley, qui squattait souvent le canapé de Coxsone quand il ne savait pas où dormir… © Smaël Bouaici/Qobuz
CD9,99 €

Reggae - Paru le 14 octobre 2013 | Jarring Effects

Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz
HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Reggae - Paru le 20 avril 2018 | A&M

Hi-Res Livret Distinctions Grammy Awards
Sting et Shaggy : pas si surprenant comme tandem. En 1979, le leader de Police sortait Reggatta de Blanc, un second album sous influence jamaïcaine qui nourrissait la vague punky reggae versée par les Britanniques Clash, PIL, Ruts, Madness comme Bob Marley lui-même. Fasciné depuis toujours par les rythmes caribéens, Gordon Sumner ne s'en est finalement jamais détaché. Alors, quand son manager Martin Kierszenbaum, qui travaille avec Shaggy, lui fait écouter son prochain carton dancehall, le bassiste fait le déplacement depuis sa maison de Malibu pour chanter dessus. L'entente entre le Jamaïcain et l’ex-Police étant au zénith, le titre deviendra le single Don't Make Me Wait, et six mois plus tard, 44/876 était boucléen tandem. De Crooked Tree à Dreaming in the USA, qui redore le blason américain, les deux compères parviennent, entre reggae, dancehall et pop catchy, à un album des plus surprenants, sans jamais tomber dans le ridicule. « L'album dont le monde a besoin », selon Orville Richard Burrell alias Shaggy… © Charlotte Saintoin/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD11,99 €

Reggae - Paru le 22 septembre 2002 | Island Records (The Island Def Jam Music Group / Universal Music)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale audio
En décembre 2017, trente-trois ans après sa sortie, Legend fêtait sa 500e semaine consécutive dans le Billboard 200 américain. Un record seulement dépassé par Dark Side of the Moon de Pink Floyd. Cette compilation, sortie trois ans après la mort de Bob Marley (en 1981) et dont il s’écoule encore aujourd’hui quelques milliers d’exemplaires par mois, a aussi largement passé le cap des 30 millions, plaçant Bob Marley au même rang que des icônes de la pop comme Madonna, Michael Jackson ou Queen. Seul artiste “non occidental” à atteindre ces cercles généralement réservés aux Anglais et Américains, le Jamaïcain a indéniablement bénéficié de la force de frappe commerciale du label londonien Island et du “lissage” de ses ingénieurs du son. Même s’il ne faut pas négliger la puissance et l’universalité du songwriting de Bob Marley, on peut objectivement penser que les versions brutes concoctées dans le studio de Lee Perry au tout début des 70’s n’auraient pas connu autant de succès.Si elle a été parfois décriée pour son manque de représentativité, difficile de nier l’efficacité de cette compilation posthume dont le tracklisting va droit au but : toucher le plus de monde possible. Elle contient donc les titres les plus populaires de la carrière de Bob, dont de nombreux extraits d’Exodus, composé en majeure partie à Londres – Jamming, Punky Reggae Party, Three Little Birds, One Love, Waiting in Vain – et surtout les titres les plus crossovers du Tuff Gong, dont les oreilles ont, tout au long de sa carrière, été ouvertes aux autres courants, soul, disco, rock et même punk. On y retrouve les hymnes No Woman No Cry et Redemption Song, qui ont donné à Marley l’image d’un Dylan noir, mais aucune chanson des albums Natty Dread, Rastaman Vibration, Babylon by Bus et Survival, ni de textes trop politiques ou violents comme War, qui reprend le discours de l’empereur d’Éthiopie Haile Selassie à l’ONU, ou le déchirant Burning and Looting (à l’exception de I Shot The Sheriff, passage obligé après la reprise de Clapton). Parfaite introduction au reggae pour les néophytes, Legend fut pendant longtemps l’arbre qui cachait la jungle des talentueux artistes jamaïcains derrière Bob Marley. Et si, aujourd’hui, les sons caribéens se propagent partout le monde, les millions de copies de Legend dans les salons du monde entier y sont sans doute pour quelque chose. © Smaël Bouaici/Qobuz
CD13,49 €

Reggae - Paru le 1 janvier 2001 | Island Records (The Island Def Jam Music Group / Universal Music)

Distinctions Qobuz Référence
Uprising sera le dernier album studio de Bob Marley et de ses Wailers. Du moins le dernier à sortir de son vivant. L’état de Marley commençait à inquiéter ses compagnons, pourtant Marley y délivra toutes ses forces tant lors de l’enregistrement que de la gigantesque tournée "Uprising Tour" qui allait suivre. Malgré des critiques mitigées à sa sortie, Uprising enregistra d’excellentes ventes. Il est aussi connu pour abriter une des plus belles chansons de Bob Marley. À la guitare et au chant, Marley hérissait les poils de toute une génération avec la poignante Redemption Song.
CD13,49 €

Reggae - Paru le 1 janvier 2001 | Island Records (The Island Def Jam Music Group / Universal Music)

Distinctions Qobuz Référence
HI-RES14,99 €
CD12,49 €

Reggae - Paru le 10 mars 2017 | Wagram Music - Chapter Two Records

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
CD15,49 €

Reggae - Paru le 1 janvier 2004 | Tuff Gong

Distinctions Qobuz Référence
HI-RES11,99 €
CD7,99 €

Reggae - Paru le 21 octobre 2014 | Soulbeats Records

Hi-Res Livret Distinctions Sélection JAZZ NEWS
Groundation représente le résultat de la rencontre entre la Californie et la Jamaïque. Le groupe continue son exploration des frontières entre reggae et jazz avec son huitième album intitulé A Miracle. On pourrait en effet presque parler de miracle tant l’alchimie entre les deux genres musicaux semble ici surnaturelle. La bande à Harisson Stafford a toujours le chic pour mêler diverses influences avec une facilité déconcertante, puisant dans les racines jamaïcaines et y ajoutant leurs improvisations harmoniques, rythmiques et leurs nombreuses petites touches jazzy qui apportent une vraie fraicheur et une certaine dynamique à ce style déjà si attrayant. Impossible de ne pas penser à Bob Marley en écoutant cet album, tant son influence semble rayonner à travers chaque chanson ; Groundation se paye d’ailleurs le luxe de s’accompagner de Marcia Griffiths et Judy Mowatt, les célèbres choristes du roi du reggae. © LG/Qobuz
CD23,99 €

Reggae - Paru le 1 janvier 2013 | Tuff Gong

Distinctions Qobuz Référence
La deuxième moitié des 70’s est une période prolifique pour Bob Marley, alors au faîte de sa gloire, durant laquelle il envahit les bacs au rythme d’un album par an. Après Rastaman Vibration en 1976, Exodus en 1977, le Jamaïcain sort en mars 1978 ce Kaya, dont les titres sont issus des mêmes sessions qu’Exodus, effectuées lors des premiers mois de son exil londonien début 77. L’album est largement considéré comme son disque le plus léger, sans doute à cause de son thème, Kaya signifiant marijuana en argot jamaïcain. Le disque débute d’ailleurs par le “Excuse me while I light my spliff ” d’Easy Skanking, comme si Marley assumait le côté B-side de ces chansons. Mais on aurait tort de sous-estimer la machine à hits qu’étaient les Wailers, puisque l’album contient deux des tubes les plus populaires de leur discographie, Is This Love et Satisfy My Soul – il sera certifié double platine en France et disque d’or aux USA.Bob Marley profita aussi de ses sessions pour revisiter sa période Lee Perry, avec d’abord le morceau-titre Kaya, pour une version ciselée sans la délirante guitare flamenco de Scratch, comme un symbole de l’influence d’Island – au détriment du romantisme diront certains… –, tandis que Sun Is Shining, plus éthéré que l’original, prend de l’envergure et du piquant avec la guitare électrique de Junior Marvin. Sur la face B de l’époque, on trouvait également She’s Gone, une chanson d’amoureux éconduit, Crisis, qui ressemble à un spin-off né d’une répétition d’Is This Love, ou le “rastaman chant” Time Will Tell, rythmé par le tambour nyabinghi. Le disque se conclut de manière pince-sans-rire avec Smile Jamaica, titre composé en vue du concert du même nom du 5 décembre 1976, au National Heroes Park de Kingston en Jamaïque, auquel Bob Marley avait participé deux jours après s’être fait tirer dessus… © Smaël Bouaici/Qobuz
CD14,99 €

Reggae - Paru le 19 mai 2017 | VP Records

Distinctions Songlines Five-star review
CD13,49 €

Reggae - Paru le 1 janvier 2001 | Island Records (The Island Def Jam Music Group / Universal Music)

Distinctions Qobuz Référence
CD8,99 €

Dub - Paru le 19 octobre 2018 | Jarring Effects

Distinctions 4F de Télérama
HI-RES14,99 €
CD10,99 €

Reggae - Paru le 5 octobre 2018 | Yotanka Records

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Retour aux sources pour Zenzile. Après Elements en 2017, qui oscillait entre rock et électro, le groupe d’Angers revient au dub pur et dur, avec un nouvel opus de leur série 5+1, entamée en 1999 avec la chanteuse Jamika. Le quintet, leader de la première vague dub hexagonale aux côtés de High Tone ou Improvisators Dub, a cette fois invité le chanteur Jay Ree du groupe City Kay, qui avait déjà collaboré avec eux sur l’album Electric Soul en 2012.Sur ce maxi de 5 titres – tous accompagnés de leur version dub –, Jay Ree démontre toute l’étendue de sa palette vocale, en mode rub-a-dub à la Dillinger sur 4000 Years, qui détourne le 400 Years des Wailers (évoquant l’esclavage), détaché comme Barry Brown sur Stay Close to Me, ou plus emphatique tel Horace Andy sur So Good So Far. Il n’y a pas à pinailler : Jay Ree est une pioche parfaite pour ce disque. Sa voix se moule naturellement dans les basses profondes fabriquées par Zenzile, qui n’a rien perdu de son sens du dub sous influence Basic Channel, avec d’ailleurs un hommage assumé à Rhythm & Sound, l’alias reggae du duo allemand Maurizio, sur le très deep morceau de clôture Disconnected. © Smaël Bouaici/Qobuz
CD8,99 €

Reggae - Paru le 10 mars 2015 | Baco Records

Distinctions 4F de Télérama
Annoncé par le single Who Knows en duo avec Chronixx, ce troisième album marque l’absence de Don Corleon et l’arrivée de Winta James dans le groupe Protoje. Il s’agit donc du fruit de cette rencontre entre Don Corleon et le collectif In Digg Nation, qui apporte une touche de modernité aux titres influencés par les seventies, eighties et le hip hop. D’où Ancient Future, pensé en collectif, et qui accueille Jesse Royal, Kabaka Pyramid, Mortimer et la chanteuse Sevana. On notera notamment le très pop Love Gone Cold qui clame avec assurance « I know you think about me every night », repris par les chœurs dans un court « Yes you do »… © LR/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Dub - Paru le 27 octobre 2014 | Yotanka Productions

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Le dub de Zenzile prend ici un tournant peut-être un peu plus mécanique dans la mesure où les sons sont parfois un peu plus rêches, comme sur le titre évocateur Die Fabrik. Mais la flûte traversière s’invite sur un titre plus mystérieux, Die Laden, et le piano sur Die Bourgeoisie, dont on pourrait presque croire que le début est un hommage à Erik Satie. L’expérience du groupe français se fait sentir dans cet enregistrement instrumental hétéroclite, cimenté par les titres de chansons, semblables dans la forme mais pas dans le fond. © HR/Qobuz
CD9,99 €

Dub - Paru le 24 septembre 2012 | Zenzile

Distinctions Sélection FIP
CD12,49 €

Reggae - Paru le 7 juin 2019 | Trojan Records

Distinctions Songlines Five-star review
CD5,99 €

Dub - Paru le 10 octobre 2011 | L'Autre Distribution

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD12,49 €

Reggae - Paru le 24 mars 2014 | Wagram Music - Chapter Two Records

Livret Distinctions 4 étoiles Rock and Folk
Vétéran du reggae Made in Kingston, Clinton Fearon n’a jamais déposé les armes, continuant avec une ferveur inoxydable à propager sa musique partout où il y a des oreilles pour l’écouter. Avec ce bien nommé Goodness, le bassiste sexagénaire livre 13 compositions originales du meilleur acabit qui raviront les puristes du reggae, les fans de la première heure (celle des Gladiators !) comme les néophytes. Un excellent disque à la patine estampillée 70’s, miracle de l’enregistrement analogique cher à Clinton. Nicolas Gal/QOBUZ

Le genre

Musiques du monde dans le magazine
  • Sahra Halgan, révolte somalienne sur les Trans
    Sahra Halgan, révolte somalienne sur les Trans Jeudi 5 décembre, Sahra Halgan, grande voix engagée du Somaliland, fera résonner son rock mêlant sonorités d'Afrique et du Moyen Orient à l'Ubu de Rennes.
  • Ibrahim Maalouf | One Cover One Word
    Ibrahim Maalouf | One Cover One Word Rencontre avec le trompettiste pour la sortie de "S3NS", un album aux saveurs sud-américaines. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Trans Musicales 2019 : la planète est à Rennes !
    Trans Musicales 2019 : la planète est à Rennes ! Du 4 au 8 décembres, Rennes accueillera ses 41e Rencontres Trans Musicales avec notamment Etienne Daho, Acid Arab mais surtout plus de 80 groupes venus des quatre coins du monde. Demandez le progra...
  • Aziza Brahim, la lutte continue
    Aziza Brahim, la lutte continue Avec "Sahari", la grande voix sahraouie chante toujours aussi puissamment l'exil et le déracinement en utilisant quelques sonorités électroniques inédites...
  • Lankum, l'autre Irlande
    Lankum, l'autre Irlande Avec son 3e album, le groupe dublinois éradique encore plus les clichés liés à la musique de leur terre d'Irlande...
  • Flavia Coelho | One Cover One Word
    Flavia Coelho | One Cover One Word Rencontre avec la plus parisienne des chanteuses brésiliennes pour la sortie de son album "DNA". Une interview One Cover One Word pour mieux cerner justement son ADN musical.
  • Souad Massi | One Cover One Word
    Souad Massi | One Cover One Word Rencontre avec la grande chanteuse kabyle pour la sortie de "Oumniya", un album sur lequel elle se met à nu comme jamais. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Flavia Coelho en session pour Qobuz
    Flavia Coelho en session pour Qobuz Pour la sortie de son album "DNA", la chanteuse brésilienne installée à Paris était sur la scène des Trois Baudets le temps d'un petit live exclusif...
  • Le souhait de Souad
    Le souhait de Souad Avec "Oumnyia", la chanteuse kabyle Souad Massi chante avec ses tripes les maux de sa terre natale...
  • Ibrahim Maalouf, mucho caliente !
    Ibrahim Maalouf, mucho caliente ! Avec "S3NS", le trompettiste signe un album ancré dans la musique latino, entre euphorie et saudade...