Les albums

4,99 €

Afrique - Paru le 16 mars 2018 | Buda musique

Distinctions 4F de Télérama - Songlines Five-star review
Sans s’appuyer sur aucune tradition précise, le collectif de Soweto, BCUC (pour Bantu Continua Uhuru Consciousness, traduisible par “l’homme en quête de sa liberté de conscience”) pratique une musique tribale et hybride, à la fois moderne et inspirée par les ancêtres zoulous, mais sans passéisme ni ajout électronique. Des percussions soutenues, des voix positivement énergiques et une basse agile et profonde sont le cœur de leurs longs morceaux qui, tout en apportant un regard éclairé et critique sur la société sud-africaine, mène l’auditeur vers la transe et la joie. Emakhosini n’est que le second album en quinze années de carrière de cet impressionnant groupe de scène. Il porte le nom du lieu où les ancêtres se reposent et propose deux longues improvisations extatiques et stimulantes Moya (l’esprit) et Insimbi (l’acier) et une adaptation désacralisée du Nobody Knows, tiré du répertoire gospel. Assister à une prestation de BCUC est une expérience inoubliable, à laquelle ce disque, quasi thérapeutique, prépare de la meilleure des façons. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz
3,99 €

Afrique - Paru le 7 juin 1973 | Analog Africa

Distinctions 3F de Télérama - Sélection Les Inrocks
Le label de réédition Analog Africa lance une nouvelle collection intitulée Limited Dance Edition et nous propose pour sa première sortie de (re)découvrir le tout premier album de l'Orchestre Poly-Rythmo datant de 1973. Originaire de Cotonou, Bénin, l'Orchestre Poly-Rythmo a enregistré cet album à Lagos au Nigeria sous l'impulsion de son leader Vincent Ahehehinnou. Ce dernier, grand amateur de Fela Kuti, avait alors convaincu son producteur, le label Albarika Store, d'aller enregistrer ce disque dans l'antre de l'inventeur de l'Afro-Beat. Le disque consiste donc en 4 titres référence du genre tous composés par Vincent et qui ont posé les jalons de la réputation et des futures sorties du groupe. A noter que ce disque a été enregistré deux fois car Abrika Store avait refusé le premier enregistrement. Analog Africa a remis la main sur le premier test pressing et propose dans cette réédition deux titres issus de cet enregistrement refusé.
4,99 €

Salsa - Paru le 15 septembre 1997 | World Circuit

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
3,99 €

Afrique - Paru le 10 mai 2019 | Buda musique

Distinctions 4F de Télérama
Comme l’atteste leur patronyme en quatre langues (zoulou, portugais, kiswahili et anglais), les membres du collectif Bantu Continua Uhuru Consciousness ne s’adressent pas uniquement à leur communauté du ghetto de Soweto. S’il témoigne des corruptions et inégalités sociales de leur environnement, leur message est universel, et prône la libération physique et spirituelle de l’homme, où qu’il soit. Les ingrédients de leur musique hybride, organique et essentielle sont simples et maîtrisés. La basse funky domine, ondule et caresse. Les tambours et les congas ouvrent la conscience et poussent irrémédiablement vers la danse. Les voix entre chant zoulou et flow hip-hop ouvrent l’esprit. Les flûtes shona ou la trompe mbomu appellent les ancêtres, les subtils effets sonores électroniques convoquent le présent. Il n’y a plus qu’à se laisser glisser vers une transe salvatrice. Si la puissance musicale de BCUC est particulièrement prégnante lors de leurs prestations scéniques, cet album, le troisième, leur rend parfaitement justice. Deux longues suites dépassant le quart d’heure où alternent de façon naturelle accélérations, ralentissements et breaks. Dans la seconde (Sikhulekile, “nous sommes libres” en xhosa) la présence de Femi Kuti, fils de Fela, l’inventeur de l’afrobeat, fait le lien entre les combats d’hier et ceux d’aujourd’hui. Ses improvisations au saxophone étincellent au cœur du flot énergétique et thérapeutique des sept sorciers sud-africains. L’album se clôt sur un troisième titre de 4 minutes Isivunguvungu (“l’orage”), pour lequel BCUC accueille le poète, slameur et activiste américain Saul Williams, parfaitement au diapason des objectifs du groupe. Au bout des 50 minutes de The Healing (“la guérison”), on ne peut que constater qu’il porte parfaitement son nom et s’étonner qu’il ne soit pas remboursé par la sécurité sociale. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz
4,99 €

Afrique - Paru le 27 mai 2016 | World Circuit

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
4,99 €

Europe - Paru le 23 octobre 2015 | Ici d'ailleurs

Livret Distinctions 4F de Télérama
Les modes passent, trépassent même, mais Angélique Ionatos demeure fidèle à ses valeurs, à son univers et à sa classe innée… Chaque nouvelle escale, live ou studio, de la grande Athénienne recèle un équilibre magnifique entre ce sens rare de la mélodie, ses fines gouttelettes de guitare et évidemment une voix aussi impériale que pouvait l’être Barbara…Un texte de Pablo Neruda, de Sapho, d’Oscar Wilde ou même de Léo Ferré, Angélique Ionatos a toujours trempé cet envoûtant organe dans une matière verbale riche et lettrée. Avec Reste la lumière, elle signe un disque plus personnel que jamais. Elle témoigne ici en filigrane d’un discours politique porté par la vision d’une Grèce sous pression. Son engagement est celui de l’ouverture, de l’acceptation des angoisses pour mieux les combattre, notamment par la transmission de sa culture natale. Un disque sombre mais plein d’espoir transcendé par la force de ses convictions. © CM/Qobuz
3,99 €

Musique indienne - Paru le 1 mars 2018 | Ocora Radio-France

Distinctions 4F de Télérama
3,99 €

Musique indienne - Paru le 24 avril 2007 | Ocora Radio-France

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
7,49 €
4,99 €

Afrique - Paru le 25 février 2013 | Only Music

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
3,99 €
2,99 €

Amérique latine - Paru le 5 novembre 2013 | Sony Music Latin

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
4,99 €

Afrique - Paru le 1 janvier 1999 | World Circuit

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Depuis le décès d'Ali Farka Touré en 2006, son neveu Afel Bocoum est considéré comme l'un des chefs de file de la musique malienne. Ce natif de Niafunké (ville dont rappelons-le Ali Farka Touré fut maire) a signé en 1999 un album au nom très suggestif et poétique ; Alkibar (ce qui veut dire « messager du grand fleuve » en langue songhaï). Tout horizon confondu, il s'agit probablement de ce qui s'est fait de mieux en terme de musique « folk ». Centré autour d'un effectif comprenant une calebasse, des guitares, un ngaka (type de vièle à une corde), des djembés et un choeur mixte, sans oublier Afel Becoum au chant principal, le tout fut enregistré en l'espace de six jours. Le résultat est splendide, marqué par l’atmosphère pittoresque, presque fantomatique (en particulier sur Dofana Il ) de l'école abandonnée (près de Niafunké) dans laquelle l'album fut enregistré. Alkibar est surtout traversé par une spontanéité, que le laps de temps particulièrement court accordé à l'enregistrement, a rendue on ne peut plus charmante et tonique. © René Obe/Qobuz
3,99 €
2,99 €

Musiques du monde - Paru le 25 novembre 2013 | Sony Music Latin

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
5,99 €
3,99 €

Musiques du monde - Paru le 1 janvier 1956 | BnF Collection

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Des enregistrements exceptionnels du guitariste guinéen Kante Facelli, qui fut lors de l'introduction de la guitare dans le pays à la fin des années 40, l'un des plus grands virtuoses de Guinée. Son jeu lancinant et mystérieux, ainsi que sa voix, ne sont pas sans faire penser à Charley Patton, Robert Johnson ou encore Charlie Christian. Bluesmens (ou jazzmen dans le cas de Charlie Christian) qui l'influencèrent probablement par le biais du disque, et qui influenceront par son intermédiaire de grands guitaristes africains, tel que le malien Ali Farka Touré. Un document d'une valeur artistique et historique remarquable, que l'on doit à la collection des documents sonores de la Bibliothèque nationale de France. © René Obe/Qobuz
7,49 €
4,99 €

Musiques du monde - Paru le 1 janvier 1952 | BnF Collection

Hi-Res Livret Distinctions Vieux Sequins
Cette comédienne et chanteuse débuta à Madrid en 1932 avant de revenir en France suite à la guerre d'Espagne. Elle chante et enregistre Jacques Prévert, Aristide Bruant, les chansons de Mère Courage. Elle interprète les Chansons pour accordéon de Pierre Mac Orlan, qui la considère comme étant sa meilleure interprète, Léo Ferré, Béranger. Elle chante également en espagnol, notamment ses interprétations remarquables des chansons folkloriques recueillies par Federico Garcia Lorca. Ce Paseando por Espana obtient le grand prix du disque en 1953. JMP©Qobuz
2,99 €
2,49 €

Amérique latine - Paru le 30 septembre 2013 | Sony Music Latin

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
3,99 €

Afrique - Paru le 28 mars 2011 | HCGN-DJN-BOL

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Tout comme en occident, les troubadours, les trouvères, ou les madrigalistes du XVIe siècle, les griots en Afrique de l'Ouest poursuivirent,et poursuivent encore, un but analogue ; l'union en une intrication autant sublime que métaphysique, du langage, ou pour le dire autrement de la poésie dans sa quintessence, et de la musique, cette dernière apportant le complément d'immanence et de superflu nécessaire à toute poésie. L'épopée du mandingue, conte les exploits de Soundiata Kéïta, exploits relevant du mythe, du rêve, et de la réalité, et dont l'un, non des moindres, fut d'ériger au XIIIe siècle l'empire du Mali. Transmise oralement, chevauchant les siècles et les multiples variations dues aux traditions locales, cette épopée sera enregistrée dans les années 1970 par le griot guinéen Sory Kandia Kouyaté, dans ce que l'on peut considérer comme l'un des plus bels enregistrement de « musique de chambre » du XXème siècle. Outre le fait que la voix de Kandia Kouyaté est l'une des plus belles à avoir jamais creusé un microsillon (voix d'une époustouflante beauté, d'une époustouflante drôlerie , et alliage étonnant des deux, d'une spectrale mélancolie) le trio que forme Kandia Kouyaté, qui s'accompagne également au n'goni sorte de luth, avec Sidiki Diabaté virtuose de la kora (harpe africaine), et El Hadj Djéli Sory Kouyaté virtuose du balafon, révèle la grande maitrise de la musique africaine pour l'un des paramètres les plus mystérieux, hypnotique, et étrange du son ; le timbre. C'est-à-dire, fondamentalement, pour l'harmonie. © René Obe/Qobuz
4,49 €
2,99 €

Afrique - Paru le 22 avril 2013 | Because Music

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
3,99 €
2,99 €

Asie - Paru le 12 février 2014 | Harmity Entertainment Limited

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
2,99 €
2,49 €

Musiques du monde - Paru le 28 janvier 2014 | Sony Music Latin

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
2,99 €
2,49 €

Musiques du monde - Paru le 3 mars 2014 | Sony Music Latin

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio

Le genre

Musiques du monde dans le magazine