Les albums

5375 albums triés par Pertinence et filtrés par Musique symphonique
20,00 €

Symphonies - Paru le 1 mars 2017 | Gustavo Dudamel

Hi-Res Livret
13,49 €
8,99 €

Musique symphonique - Paru le 10 septembre 2012 | naïve classique

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio
Les huit symphonies de Franz Schubert témoignent d'une évolution majeure, irrésistible, de la pensée compositionnelle du compositeur viennois. Les 6 Symphonies s'inscrivent dans les dimensions classiques déployées par Haydn, Mozart et le premier Beethoven, quand la Huitième et la Neuvième s'affirment comme de grandes fresques sonores, puissantes et ombrageuses, qui réclament un sens de l'architecture implacable. Les six symphonies "de jeunesse" demandent du charme, de la poésie, et une science élevée des timbres.
18,00 €
11,99 €

Symphonies - Paru le 5 mai 2017 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles Classica
« Ce jalon d’une probable intégrale lentement distillée, et déjà "dorée" à plusieurs étapes, nous a déstabilisés et fascinés. La prise de son tout d’abord : absolument maîtrisée, elle privilégie la précision et le sentiment d’extrême propreté, mais place la scène sonore à distance au prix de l’impact, de la puissance et d’un certain éclat. À se demander si ce parti pris esthétique n’épouse pas la volonté du chef, à la direction sobre, rapide, objective, comme allégée. Et ce dès les premières notes du mouvement initial : l’appel imposant des huit cors – réclamés par la partition – certes alerte, se révèle ici d’une étrange minceur. Fischer voudrait-il débarrasser l’œuvre de tout excès, d’une certaine "vulgarité" qui pénalise de nombreuses interprétations célèbres ? On sait pourtant en quelle estime il tient les Mahler "de" Bernstein. [...] Une conception originale, qui laisse peut-être sur sa faim au premier regard, mais captive sur la durée. Puisse cette intégrale hors du commun arriver un jour à terme, malgré les difficultés économiques que traverse l’orchestre hongrois depuis 2016. [...] » (Diapason, septembre 2017 / Thierry Soveaux)
49,99 €
34,99 €

Symphonies - Paru le 27 mai 2016 | Berliner Philharmoniker Recordings

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - 4F de Télérama - Diapason d'or / Arte - Le Choix de France Musique
Il n’est pas interdit de voir dans cette intégrale des Symphonies de Beethoven, enregistrée en concert en octobre 2015, une sorte de « couronnement » des années de Sir Simon Rattle à la tête du Philharmonique de Berlin, avant qu’il ne repose la baguette berlinoise. On notera que le chef fait usage d’une édition toute nouvelle des partitions, dont on aurait tort de croire que les versions jouées pendant des décennies sont absolument gravées dans le marbre. Jonathan del Mar a repris toutes les sources, manuscrites autant qu’imprimées, ainsi que les corrections apportées par le compositeur sur certaines épreuves d’éditeur, pour établir une lecture que l’on peut considérer comme définitive – et qui ménage nombre de surprises aux auditeurs ; car bien des hardiesses orchestrales, thématiques et harmoniques furent longtemps considérées comme des erreurs, en particulier par les copistes et les éditeurs, là où Ludwig van désirait aller encore plus loin dans l’avant-garde et la nouveauté. Le livret qui accompagne le coffret précise quelques-unes des modifications, mais l’auditeur un peu curieux aurait sans doute plaisir à écouter d’abord l’enregistrement avant de se faire confirmer que les différences qu’il entend sont bien des nouvelles lectures ! Cela dit, l’édition de del Mar avait déjà été utilisée en concert par Goodman, Mackerras, Gardiner et Abbado, mais rarement enregistrée par des orchestres « modernes ». © SM/Qobuz « À la croisée d’influences a priori inconciliables, le Beethoven de Simon Rattle offre, mieux qu’une synthèse, une vision : formidablement diverse, d’une intensité ne reposant jamais sur la masse, et d’autant plus riche qu’elle projette les Philharmoniker loin de leur zone de confort. Capté en concert en octobre 2015, Simon Rattle fait franchir un nouveau palier à la légendaire histoire beethovénienne des Berlinois.» (Diapason, septembre 2016 / Rémy Louis)
16,99 €
11,49 €

Symphonies - Paru le 27 octobre 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Record of the Month - Diapason d'or / Arte - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Un album, une symphonie : on se croirait revenu au temps du Long Play, à l’époque des Mravinsky, Doráti, Markevitch, Karajan et de nombreux autres interprètes ayant marqué la discographie de la dernière symphonie de Piotr Ilitch Tchaikovski. La couverture semble aussi le confirmer, elle rappelle d’anciennes couvertures RCA des années cinquante et soixante. Sony Classical, soutenant à fond le chef gréco-russe dans ses volontés artistiques, n’hésite pas à publier un album d’environ quarante-cinq minutes – ils avaient fait mieux avec le précédent Sacre du printemps (2015), qui avait reçu les lauriers de la presse. Ici, Teodor Currentzis poursuit donc son exploration du monde tchaïkovskien, avec la Pathétique, en accusant les contrastes dynamiques, par des moyens parfois naturels ou parfois plus techniques (Adagio lamentoso), pratiquant ainsi des méthodes plus spécifiques aux productions pop. Il exploite le caractère volontiers sombre de l’œuvre, et avant même l’énergie rythmique, cherche à créer des atmosphères qui ne sont pas loin d’être le plus souvent morbides. Pour les discophiles, cette parution est une belle occasion de réviser sa discographie, et pour tous les autres ardents utilisateurs de Qobuz une opportunité de redécouvrir ce véritable emblème du répertoire orchestral. © TG/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Musique de scène - Paru le 3 février 2017 | LSO Live

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Choc de Classica - Choc Classica de l'année - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Voilà la suite du cycle que John Eliot Gardiner et le London Symphony Orchestra – flanqué du Monteverdi Choir quand besoin est – ont consacré à l’intégrale des œuvres symphoniques de Mendelssohn. Et quoi de plus normal que d’attendre le quatrième centenaire de la mort de Shakespeare pour offrir la musique de scène du Songe d’une nuit d’été, le grand chef-d’œuvre du compositeur, dont l’ouverture fut écrite par un jeune génie de dix-sept ans, tandis que le reste de la partition date de la fin de sa courte vie… Gardiner, à la tête d’un orchestre moderne, sait parfaitement insuffler ce qu’il faut de clarté boisée pour le faire sonner comme s’il était « d’époque », sans quelques-uns des défauts des instruments des années 1830 ou 1840 ; ce qui confère, curieusement, encore plus de modernité à cette partition assez avant-gardiste par nature ! Par ailleurs, afin de préserver la fluidité du discours musical, il a fait quelques toute petites coupures dans des passages de « mélodrame », où la musique ne fait que sous-tendre des répliques, sans réelle intention musicale. Par contre, il rajoute quelques moments courts mais très importants du texte de Shakespeare, récités par trois jeunes comédiens anglais de la Guildhall School, annonçant diverses scènes illustrées par la musique. © SM/Qobuz « John Eliot Gardiner, en glissant les mots de Shakespeare entre les notes de Mendelssohn, saisit toute la fantaisie d’un chef-d’œuvre nocturne. Et le LSO fait dans la dentelle... à des tempos inouïs. [...] la saveur des timbres qu’il tire du LSO, au terme d’un travail sans doute exigeant, et la qualité des phrasés minutieux, tout imprégnés de la fantaisie mendelssohnienne, sont un modèle d’adaptation pour un orchestre tout ce qu’il y a de plus moderne. Mention spéciale aux vents, et médaille d’or à la flûte assumant sur le vif et sous les micros, un Scherzo vertigineux (même Toscanini est plus lent !).» (Diapason, avril 2017 / Jérôme Bastianelli) « Le chef britannique se fait poète de la baguette, peignant le clair-obscur de cette nuit apaisante, révélant les climats multiples et ambivalents de l’ouverture. Il cisèle la grâce de la pièce en veillant à compenser le lyrisme par quelques éclats de bouffonnerie. La justesse des interventions des solistes et du Chœur Monteverdi renforce la féerie de l’œuvre.» (Classica, novembre 2017)
6,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 juillet 2013 | Les Indispensables de Diapason

Livret Distinctions Diapason d'or
18,00 €
11,99 €

Symphonies - Paru le 27 mai 2015 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Prise de Son d'Exception - Hi-Res Audio
" Le Mahler à fleur de peau mais jamais hystérique, propice à la nostalgie, d'Ivan Fischer ne fera sans doute pas l'unanimité. Une fois encore, il nous fascine par sa singularité même, partagée avec un orchestre aux saveurs entêtantes. [...] Il faut écouter cet enregistrement comme un tout. C'est ainsi qu'il livrera son suc. Ce n'est pas la surface qui intéresse Ivan Fischer : il va au cœur du message mahlérien et le fait avec un sentiment d'évidence qui remettrait presque au goût du jour la notion, volontiers contestée, d'authenticité. [...] Il y a décidément un style Ivan Fischer dans Mahler, qui n'appartient aujourd'hui à personne d'autre. [...] Oui, cette version prend tout son temps, oui elle manque parfois de tranchant, mais ce que l'on gagne en contrepartie — le charme, la sensibilité, la nostalgie — compense au centuple. " (Diapason, janvier 2014 / Christian Merlin)
17,99 €
11,99 €

Symphonies - Paru le 28 avril 2017 | Berliner Philharmoniker Recordings

Hi-Res Livret
13,49 €
8,99 €

Musique symphonique - Paru le 27 septembre 2010 | naïve classique

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio - Stereophile: Record To Die For
Le nouvel album des Musiciens du Louvre-Grenoble est un retour aux premières amours de Marc Minkowski, le cas Haendel, avec l'une des oeuvres instrumentales les lus célèbres du compositeur, la Water Music. Un programme complété par l’ouverture en forme de suite (cas unique chez Haendel) de l’opéra Rodrigo. Une fête sonore et rythmique complètement jouissive, à ne pas manquer !
11,99 €

Symphonies - Paru le 2 octobre 2015 | Naxos

Livret Distinctions 5 de Diapason
16,99 €
11,49 €

Symphonies - Paru le 5 février 2016 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Choc Classica de l'année
Rien de nouveau sous le soleil ? Oh que si ! Cet enregistrement des Quatrième et Cinquième Symphonies de Beethoven par le vénérable Nikolaus Harnoncourt est des plus neufs qui soient, puisque le chef l’a réalisé en mai 2015 dans la célébrissime Goldener Saal de Vienne, qui plus est avec son orchestre « personnel » qu’est le Concentus Musicus, et non pas l’un des orchestres modernes avec lesquels il les a déjà enregistrées. La différence est des plus notables, puisqu’il fait appel à un instrumentarium tel qu’en disposait Beethoven en son temps, en particulier des vents dont les sonorités sont franchement différentes de ce que l’on connaît de nos jours – et pour lesquelles le génial sourd avait conçu chaque note sachant ce qu’elle donnerait une fois jouée. Le résultat est une véritable explosion de coloris, bien loin des accents souvent trop polis et policés des interprétations à la romantique, et la Cinquième semble ici d’une véritable férocité d’avant-garde – ce qu’elle fut à sa création et est encore de nos jours. Selon Harnoncourt, c’est la première fois que lui-même (c’est dire !) avait l’occasion d’aborder ce répertoire sans la moindre « retouche » sonore due aux évolutions instrumentales depuis deux siècles. Auditeurs, attention : vous n’écouterez plus jamais ces deux Symphonies de Beethoven avec la même oreille une fois goûté à la fontaine originale que nous ouvre ici Harnoncourt du haut de ses quatre-vingt cinq printemps. Vingt ans après une intégrale très remarquée en son temps des Symphonies de Beethoven réalisée par Nikolaus Harnoncourt avec l’Orchestre de Chambre d’Europe (Teldec), le chef autrichien a décidé de clore sa carrière musicale par un ultime pavé dans la mare et non par l'intégrale des symphonies annoncée à laquelle il a dû renoncer, ses forces l'ayant abandonné. © SM/Qobuz « "De toute ma vie de musicien, explique le chef dans la notice, je n'ai jamais pu interpréter une œuvre deux fois de la même façon."» [...] Pourtant, ce qui nous frappe d'abord, c'est moins l'évolution du geste que sa constance. La suprématie du discours, le triomphe de l'accent sur le rythme et de l'articulation sur le mouvement, la rage tantôt cachée tantôt affichée. Tout était déjà là en 1990. [...] Ce qui n'y était pas, ce sont les instruments. [...] Modernes en 1990, "historiques" en 2015, ils apportent le grain et la couleur. [...] Attachez vos ceintures, le retour va secouer !» (Diapason, mars 2016 / Ivan A. Alexandre)  
16,99 €
11,49 €

Musique symphonique - Paru le 21 avril 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« Les sonorités envoûtantes, la puissance explosive, l'art consommé de la dissonance de la Philharmonie de Vienne subliment Schmidt et Strauss. [...] On apprécie d'autant plus ce nouvel enregistrement qu'il est intelligemment couplé avec l'un des extraits les plus célèbres de l'opéra Intermezzo. Là encore, les sonorités des pupitres viennois, par leur lyrisme envoûtant, font merveille. Chaque intervention soliste (premier violon, clarinette, etc.) touche au miracle, tant l'art du chant et de la mélodie est sublimé par une formation en état d'apesanteur. [...] » (Classica, juin 2016)
14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 14 octobre 2016 | Mariinsky

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
Ce n’est pas l’habituelle Suite de Casse-noisette de Tchaïkovski que donne l’Orchestre du Mariinsky dirigé par Valery Gergiev, mais bien le ballet complet. Cela dit, il ne s’agit pas d’un ouvrage très long, de sorte que lors de la création à Saint-Pétersbourg en 1892, il servait de « première partie » alors que la deuxième présentait la création de l’opéra Yolanta du même Tchaïkovski. Deux œuvres de l’ultime maturité du compositeur donc, d’une richesse insondable tous deux, mais pour le présent album, la « seconde partie » offre la Quatrième Symphonie du même Tchaïkovski, autrement plus tragique (hormis le primesautier dernier mouvement) que Casse-noisette. L’Orchestre du Mariinsky (temporairement rebaptisé Kirov pendant la dictature stalinienne) sonne exactement comme doit sonner un grand orchestre russe de la grande tradition ! © SM/Qobuz « Un chef audacieux mais réfléchi. Profondeur et intériorité marquent ces nouvelles versions de Valery Gergiev, qui n'hésite jamais à prendre des risques. [...] Dans ce deuxième enregistrement de Casse-Noisette avec son orchestre Mariinsky, Valery Gergiev prend soin de raffermir le caractère impérieux de la mélodie, tout en adoucissant le cadre rythmique dans lequel elle s'inscrit. [...] Cet enregistrement confirme l'aptitude de Gergiev à se réinventer, et ce, sans la moindre perte de génie. » (Classica, décembre 2016)
18,00 €
11,99 €

Musique symphonique - Paru le 27 mai 2015 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Hi-Res Audio
De l'univers malhérien, dont il poursuit ici l'exploration avec la Symphonie n° 1, après les Deuxième, Quatrième et Sixième, Iván Fischer privilégie une conception fortement colorée. La direction du chef hongrois valorise les teintes rougeoyantes de son orchestre (Kräftig) ainsi que des tenues d'archets parfois inhabituelles (Feierlich und gemessen), et souligne ainsi l'élégance parfois rustique de l'écriture malhérienne. Une interprétation passionnante, et, qui déploie une énergie moderniste enthousiasmante !

Le genre

Musique symphonique dans le magazine