Les albums

14,49 €
12,49 €

Bandes originales de films - Paru le 15 mars 2019 | WaterTower Music

Hi-Res
16,99 €

Bandes originales de films - Paru le 15 mars 2019 | WaterTower Music

1,99 €

Bandes originales de films - Paru le 3 mai 2019 | Walt Disney Records

13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 29 mars 2019 | WaterTower Music

7,50 €
5,00 €

Bandes originales de films - Paru le 19 février 2019 | HM Chapel Music

Hi-Res
8,99 €

Bandes originales de films - Paru le 8 avril 2019 | Compose Records

5,99 €

Comédies musicales - Paru le 12 avril 2019 | Energy 4 Fitness Digital

5,99 €

Bandes originales de films - Paru le 20 mars 2019 | Cargo Music Entertainment

5,99 €

Comédies musicales - Paru le 15 mars 2019 | Energy 4 Fitness Digital

9,99 €

Bandes originales de films - Paru le 7 avril 2019 | P P RECORDS

5,99 €

Comédies musicales - Paru le 10 mai 2019 | Energy 4 Fitness Digital

21,49 €
14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 1 janvier 1980 | Walt Disney Records

Hi-Res
17,99 €

Bandes originales de films - Paru le 1 janvier 1993 | Geffen*

14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 30 octobre 2001 | Atlantic Records

21,49 €
14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 1 janvier 1977 | Walt Disney Records

Hi-Res
21,49 €
14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 4 mai 2018 | Decca (UMO) (Classics)

Hi-Res
Le London Symphony Orchestra (LSO) est naturellement célèbre pour ses grands enregistrements de musique classique, mais c’est aussi l’une des formations favorites des compositeurs de musique de film, au premier rang desquels se trouve John Williams. C’est grâce au succès international de Star Wars en 1977 que cette particularité du LSO s’est renforcée. On ne sera donc pas surpris d’entendre les cuivres étincelants du thème principal du film de George Lucas dès l’ouverture de cet album comprenant des enregistrements totalement inédits des grands succès de Williams pour des longs-métrages de Steven Spielberg, Richard Donner et Chris Columbus. Pour mettre à bien cette entreprise ambitieuse, c’est avec vigueur, subtilité et chaleur que le chef d’orchestre Gavin Greenaway dirige les 86 musiciens du LSO dans les fameux Studios Air, fondés par Georges Martin en 1969. A côté des thèmes principaux iconiques des Dents de la mer ou de E.T. l’extraterrestre, ainsi que des suites symphoniques majestueuses d’Indiana Jones ou Jurassic Park, l’auditeur aura l’agréable surprise d’entendre deux nouveautés tirées de deux succès des années 1990 et 2000 : d’une part un arrangement poignant du thème de La Liste de Schindler pour violoncelle, et d’autre part, une relecture envoûtante du Hedwig’s Theme provenant de Harry Potter à l’école des sorciers. ©Nicolas Magenham/Qobuz
30,99 €
21,99 €

Bandes originales de films - Paru le 18 décembre 2015 | Walt Disney Records

Hi-Res
Avant même d’en entendre la première note, on se doute évidemment ce que la bande originale de ce septième épisode de la saga Star Wars proposera. Certes, certes, mais il serait pourtant dommage de zapper cette partition de John Williams sous prétexte qu’on connait celles qu’il avait concoctées pour les six films précédents. On retrouve ici les valeurs propres au grand compositeur new-yorkais lorsqu’il se retrouve dans le contexte d’une super production (Korngold, Bruckner et Holst en tête) mais des valeurs qui ne l’empêche guère de trouver l’inspiration quand il s’agit de signer des thèmes nouveaux et des mélodies inédites. Comme quoi Williams reste un maître dont l’inspiration n’est toujours pas en berne à 80 ans passés. © CM/Qobuz
18,49 €
13,49 €

Bandes originales de films - Paru le 1 janvier 2013 | Geffen*

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
21,49 €
14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 1 janvier 1983 | Walt Disney Records

Hi-Res
21,49 €
14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 15 décembre 2017 | Walt Disney Records

Hi-Res
Au moment de la sortie premier épisode de Star Wars il y a 40 ans, le réalisateur George Lucas avait fait preuve d’un certain culot en choisissant pour la BO de son film une couleur clairement symphonique et un compositeur qui connaissait bien ses classiques (en particulier son Wagner). Il faut dire qu’à l’époque, la musique électronique balbutiante était quasiment obligatoire dans les films de SF. En 2017, la présence de John Williams au générique d’un épisode de Star Wars n’a plus la même saveur audacieuse, et le frisson que l’on ressent lorsque le thème principal démarre au moment du prologue provient avant tout de la dimension désormais légendaire – à la fois de la musique et de son compositeur octogénaire. D’aucuns affirment d’ailleurs que le seul et unique « dernier Jedi » du film, c’est John Williams ! Néanmoins, à l’occasion de ce huitième épisode, certaines voix se sont élevées (le critique Michel Ciment notamment) pour souligner le fait que John Williams aurait fait son temps et qu’il aurait dû laisser la place à un compositeur plus jeune. Au delà de ces considérations sur « l’âge du capitaine », il faut s’attarder sur l’essentiel et reconnaître que la musique de ce huitième opus n’est pas inintéressante. On retrouve notamment cette fascinante dichotomie entre l’aspect archétypal des thèmes musicaux (illustrant très clairement un personnage ou un concept) et l’art du développement extrêmement subtil de Williams, ainsi que son savoir-faire orchestral indéniable. Outre les nombreux morceaux épiques (The Battle of Crait, The Fathiers..), on retiendra notamment de cette BO l’aspect majestueux de Ahch-To Island, qui décrit un Luke Skywalker « retraité » et désireux de vivre le restant de ses jours avec sérénité. Par ailleurs, au sein de cette partition remarquablement écrite mais très balisée, l’auditeur sera certainement agréablement décontenancé par Canto Bight, un thème jazzy au parfum sud-américain (pastichant par moments Brazil) et interprété entre autres par des steel drums ! Un morceau qui prouve que John Williams est décidément à l’aise avec tous les genres musicaux et toutes les couleurs orchestrales. © NM/Qobuz

Le genre

Film dans le magazine