Les albums

7,92 €

Musique de chambre - À paraître le 4 janvier 2019 | Nimbus Records

9,99 €

Musique de chambre - Paru le 16 novembre 2018 | Intense Media GmbH

29,99 €
19,99 €

Musique de chambre - Paru le 16 novembre 2018 | Cedille

Hi-Res Livret
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 16 novembre 2018 | Intense Media GmbH

9,99 €

Musique de chambre - Paru le 16 novembre 2018 | TYXart

Livret
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 16 novembre 2018 | Delos

Livret
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 9 novembre 2018 | Navona

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 2 novembre 2018 | ACOUSENCE Classics

Hi-Res Livret
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 19 octobre 2018 | ArcoDiva

Livret
8,99 €

Musique de chambre - Paru le 19 octobre 2018 | Da Vinci Classics

16,99 €
12,99 €

Piano solo - Paru le 5 octobre 2018 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Après plusieurs enregistrements consacrés à Bach (Partitas, Variations Goldberg) et Beethoven (dernières sonates et Variations Diabelli), voilà que le pianiste germano-russe sort un nouvel album qui pourrait passer à première vue comme étonnement narcissique si l’on ne creusait pas un peu plus loin ses motivations. Frappé par la mort d’un ami cher il publie, sous le titre : Lifew, un récital en forme de « tombeau » d’autrefois, en hommage à cette cruelle disparition. Le contenu dépasse cet acte amical en proposant une intense réflexion musicale sur la perte, le chagrin, le désespoir et la résignation, débouchant sur le réconfort en compagnie de Bach, revu par de puissants transcripteurs : Liszt, Brahms, Busoni, jusqu’à la Peace Piece de Bill Evans en passant par la Marche solennelle vers le Saint Graal de Parsifal et le Liebestod de Tristan de Richard Wagner. On y trouve aussi une brève pièce extraite des Dreams du compositeur américain Frederic Rzewski, très proche de l’interprète. Pianiste atypique, Igor Levit aime les défis complexes et c’est dans une grandeur sombre et mélancolique qu’il nous invite à le suivre au cours d’un périple personnel qui touche pourtant à l’universel. Des moments contemplatifs mêlés à une sensualité fascinante et assez envoûtante. Un hommage résolument captivant qui abolit les frontières et le temps en nous offrant de nouvelles perspectives. © François Hudry/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 14 septembre 2018 | Glossa

Hi-Res Livret
Les sonates pour violon et piano de Brahms furent soumises à un dur criblage d’autocritique qui n’en laissa passer que trois, datant d’un âge mature et contemporaines, respectivement, du Concerto pour violon, du Trio pour piano en ut mineur et de la Sonate pour violoncelle No. 2. D’autres échos, intimes, y résonnent, provenant de lieder sur des poèmes de Klaus Groth. Cette atmosphère romantique d’un Brahms amoureux se reflète dans le jeu des interprètes de ce nouvel enregistrement Glossa : la violoniste Leila Schayegh et le pianiste Jan Schultsz. Schayegh joue sur une copie d’un violon d’époque avec un archet original du milieu du XIXe, tandis que le piano de Schultsz est un Streicher original de 1879. Les deux instrumentistes se proposent de récupérer la tradition interprétative que Brahms, évidemment, connaissait. Schayegh et Schultsz ont travaillé avec Clive Brown et Neal Peres da Costa afin de recréer « l'esprit au-delà de la lettre morte de la partition », en se focalisant avec le plus grand soin sur les questions interprétatives de la musique de cette époque. Et bien entendu, tout en nous offrant une réponse émotionnelle intuitive au lyrisme des deux premières sonates et au climat plus sombre de la Troisième qui imprègnent la musique de la fin du XIXe siècle. © Glossa
8,91 €

Musique de chambre - Paru le 13 septembre 2018 | Antarctica Records

29,99 €
19,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 septembre 2018 | OnClassical

Hi-Res
29,99 €
19,99 €

Musique de chambre - Paru le 17 août 2018 | Cedille

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 3 août 2018 | Claudio Records

Hi-Res Livret
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 20 juillet 2018 | Orfeo

Livret
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 20 juillet 2018 | Orfeo

Livret
7,19 €8,99 €
4,79 €5,99 €

Musique de chambre - Paru le 13 juillet 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
16,99 €
11,99 €

Musique de chambre - Paru le 22 juin 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
Si le Divertimento pour orchestre à cordes de Bartók, écrit en 1939 chez et pour Paul Sacher en Suisse, est bel et bien conçu pour un ensemble de cordes, le Quintette Op. 111 de Brahms, de 1890, est initialement destiné à cinq solistes, mais l’Amsterdam Sinfonietta le joue ici en formation d’orchestre de chambre. Sans doute est-ce là pour en souligner l’aspect orchestral et la richesse d’écriture, et en effet l’ensemble le prouve avec brio. La juxtaposition de ces deux chefs-d’œuvre n’est pas due au hasard : Brahms déroule un idiome « faux-hongrois », hérité des tziganes des cafés de Vienne et souvent en empruntant de véritables mélodies glanées, tandis que Bartók déroule – du moins dans les premier et dernier mouvements – un véritable idiome hongrois, si ce n’est que son folklore est largement imaginaire. La deuxième partie de ce Divertimento, lui, est l’une des choses les plus abyssalement tristes qui se puisse imaginer, avec cette lente et inexorable marche emplie de lourdes harmonies et de plaintes du fond de l’âme. On remarquera que le Sinfonietta, mené du violon par Candida Thompson, n’hésite pas à transformer la fin des trilles en glissandos, ce que la partition ne demande certes pas, mais qui offre un stupéfiant surcroît de lamentation au passage. Bartók, quelques semaines avant qu’éclate la Seconde Guerre mondiale, laissait-il libre cours à sa tristesse de quitter la Hongrie, l’Europe et bientôt la vie ? Le mouvement ultime, certes gai et dansant, semble presque une fuite en avant. © SM/Qobuz

Le genre

Musique de chambre dans le magazine