Les albums

16,99 €
11,49 €

Jazz vocal - Paru le 16 mars 2015 | Legacy Recordings

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Sélection JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
De nombreuses chanteuses actuelles pensent prolonger l’héritage de Billie Holiday, Ella Fitzgerald et Sarah Vaughan grâce à des voix au velours rassurant, des organes sans callosité et au bout du compte totalement dispensables. Cassandra Wilson, elle, s’est toujours installée ailleurs. Déjà, la grande dame du Mississippi n’a jamais chanté QUE du jazz, relisant des pièces signées Bob Dylan, Neil Young, Hank Williams, Antonio Carlos Jobim, Joni Mitchell, Robert Johnson, Paul McCartney, Stevie Wonder, U2 ou Charley Patton. Elle embarque la note bleue sur des sentiers rarement foulés, osant des escapades blues, country, soul, gospel, funk ou folk… A l’heure où Billie Holiday souffle virtuellement ses cent bougies, Cassandra Wilson propose ici un hommage. Son hommage. Plus à l’esprit qu’incarnait celle qu’on surnommait Lady Day qu’à sa voix ou son répertoire. Sur ce sublime Coming Forth By Day, sa voix rauque et ample comme sa nonchalance singulière hantent des standards pourtant mille fois entendus comme You Go To My Head, All Of Me, These Foolish Things, Strange Fruit ou I'll Be Seing You. Enregistré à Los Angeles avec Nick Launay (grand producteur britannique notamment de Nick Cave depuis une dizaine d’années), l’album accueille plusieurs épées (venues plutôt du rock que du jazz d’ailleurs) comme T-Bone Burnett à la guitare, Nick Zinner des Yeah Yeah Yeahs, le grand Van Dyke Parks aux arrangements pour cordes, le jeune saxophoniste Robby Marshall (dans la rôle de Lester Young) et même la rythmique des Bad Seeds de Nick Cave avec le batteur Thomas Wydler et le bassiste Martyn P. Casey. Tous lui ont confectionné un superbe manteau de notes. Une symphonie mélancolique et grandiose bien contemporaine et ne jouant jamais la facilité de la carte du sépia sonore. Les cordes sont superbement chloroformées. Le piano comme la rythmique semblent échappés d’un cabaret fantôme. Et entre les chaises, Cassandra Wilson slalome en chantant les amours perdus, les déceptions et le mal de vivre avec une classe dantesque. Un disque miraculeux. © MZ/Qobuz
17,99 €

Jazz vocal - Paru le 12 décembre 2006 | Fremeaux Heritage

Distinctions Diapason d'or - Choc Jazz Magazine
Collection de référence saluée par les experts comme par le public, The Quintessence se penche avec ce volume sur la période juillet 1935 - novembre 1944 de la grande Billie Holiday. Une sélection de pièces essentielles captées entre New York et Los Angeles par celle qui reste encore aujourd'hui considérée comme la plus grande chanteuse de l'histoire du jazz. Un chant au service de la souffrance ou de l'amour, du blues comme du rêve et des séances d’anthologie au sommet desquelles trônent le sublime et terrible Strange Fruit. Essentiel. © CM/Qobuz
18,99 €

Jazz vocal - Paru le 16 janvier 2012 | Boutique

Distinctions Sélection Les Inrocks
Née au Malawi, Malia et son trio de musiciens français viennent d'enregistrer cet album coloré et volontaire en hommage à la grande chanteuse Nina Simone, au travers d'une sélection qui met particulièrement en valeur les problématiques d'amour et de partage, qui sous-tendaient les textes de Nina Simone. Malia conserve la palpitante grandeur minimaliste des mélodies. Malia décrit Nina Simone comme une "Orchidée Noire", "quelque chose de rare, belle, puissante, mystérieuse, mystique-d'un autre monde-noir et époustouflant.”
7,49 €

Jazz vocal - Paru le 17 avril 2000 | RCA Victor

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
18,49 €
13,49 €

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 2014 | Prestige

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Don't Go to Strangers est le premier album de la chanteuse Etta Jones pour le label Prestige. Enregistré en 1960 en une seule séance, le disque fera sensation comme s'il émanait d'une nouvelle chanteuse. Ce qui n'était pas le cas d'Etta Jones qui avait édité des enregistrements sous son nom dès 1944, dont une dizaine pour RCA en 1946 et un album pour King Records en 1957. Don't Go to Strangers est rapidement devenu disque d'or, atteignant le Top 40 et s'inscrira numéro cinq des charts de R & B . Dans ce 33 tours, on trouve d'excellentes interprétations de If I Had You et All the Way. Jones teinte son chant de blues et de gospel, son phrasé est aéré, son swing imparable. Elle se ré-approprie totalement Yes Sir, That's My Baby, quel talent ! Un petit bijou. ©JMP/Qobuz
14,99 €

Jazz vocal - Paru le 4 septembre 2009 | Parlophone UK

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
13,49 €

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 1962 | Verve

Distinctions Qobuz Référence
16,99 €
11,49 €

Jazz vocal - Paru le 3 avril 2015 | Columbia - Legacy

Hi-Res Livret
Enregistré en fin de vie, ce disque de celle que Lester Young avait surnommée Lady Day sera son avant dernier. Beaucoup reprochèrent la voix un brin moins sûre, les arrangements empoulés de Ray Ellis noyés par les violons, etc. Mais avec le temps, ce disque a pris toute son ampleur et sa mesure. Un très bon enregistrement, une voix troublante au possible, un répertoire passé à la postérité, une émotion a fleur de peau, le disque est devenu un classique, peut-être le plus célèbre de la chanteuse. Certes, les arrangements sont mièvres, en complet contrepoint de l'émotion et de la gravité d'une Billie Holiday qui nous laisse ici un nouvel exemple d'une interprétation juste et intègre, sans fioriture ni cliché. Un classique vous dit-on !
6,99 €
6,99 €

Jazz vocal - Paru le 22 décembre 2014 | BnF Collection

Hi-Res
77,49 €

Jazz vocal - Paru le 22 octobre 2001 | Columbia - Legacy

16,49 €
11,99 €

Jazz vocal - Paru le 14 février 2012 | Motema

Hi-Res
La voix dont le nom circule un peu plus chaque mois. Car Gregory Porter est avant tout « une voix ». Une vraie de vraie. Rien de factice ni de taxidermiste dans ce chant qui jongle brillamment avec le patrimoine soul et jazz. Be Good, impeccable deuxième album que publie ce Californien entré dans sa quatrième décennie, s’inscrit dans ce mouvement actuellement que vit la soul et le funk. Comme un retour aux vraies sources du genre. En cela, Porter ne s’embarrasse d’aucune enluminure jeuniste et n’enveloppe ses chansons que dans les simples et purs apparats d’une instrumentation raffinée. Comme ses maîtres Nat King Cole, Joe Williams ou bien encore Donny Hathaway. © MD/Qobuz
84,49 €

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 2005 | Verve

16,99 €
11,49 €

Jazz vocal - Paru le 3 avril 2015 | Columbia - Legacy

Hi-Res
Enregistré en fin de vie, ce disque de celle que Lester Young avait surnommée Lady Day sera son avant dernier. Beaucoup reprochèrent la voix un brin moins sûre, les arrangements empoulés de Ray Ellis noyés par les violons, etc. Mais avec le temps, ce disque a pris toute son ampleur et sa mesure. Un très bon enregistrement, une voix troublante au possible, un répertoire passé à la postérité, une émotion a fleur de peau, le disque est devenu un classique, peut-être le plus célèbre de la chanteuse. Certes, les arrangements sont mièvres, en complet contrepoint de l'émotion et de la gravité d'une Billie Holiday qui nous laisse ici un nouvel exemple d'une interprétation juste et intègre, sans fioriture ni cliché. Un classique vous dit-on ! © JMP/Qobuz
29,99 €

Jazz vocal - Paru le 27 septembre 2010 | Fremeaux Heritage

9,99 €

Jazz vocal - Paru le 25 septembre 2012 | Efor, S.L

9,99 €

Jazz vocal - Paru le 10 octobre 2007 | BDMUSIC

4,99 €
4,99 €

Jazz vocal - Paru le 8 août 2014 | BnF Collection

Hi-Res
5,99 €

Jazz vocal - Paru le 8 décembre 2014 | My Favorite Things

15,49 €

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 1989 | Verve

29,97 €

Jazz vocal - Paru le 2 octobre 2012 | TPX

Le genre

Jazz vocal dans le magazine