Les albums

22,49 €
14,99 €

Jazz contemporain - Paru le 26 octobre 2018 | International Anthem

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Aussi précise que sa tenue de baguettes, l’ascension de Makaya McCraven atteint une véritable cime avec Universal Beings. A 35 ans, le batteur de Chicago poursuit ses expérimentations basées sur le sampling voire le réagencement de ses propres improvisations. Une technique qu’il applique à sa culture musicale à 360°, allant du free au post-bop en passant par le hip-hop. Après In the Moment (2015), Highly Rare (2017) et Where We Come From (2018), McCraven signe une œuvre ambitieuse, fruit de sessions captées entre 2014 et 2018 à New York, Chicago, Los Angeles et Londres. Surtout, le collectif de musiciens qu’il a réuni pour l’occasion est le reflet de la connexion internationale qui existe aujourd’hui dans la tradition de la Great Black Music anglo-saxonne. Une approche dépassant les frontières des villes et des pays pour s’unir derrière une recherche artistique commune. Le premier chapitre de l’aventure Universal Beings s’est écrit dans le sous-sol du H0I0 à Ridgewood, dans le Queens. Là, Makaya McCraven improvise avec la harpiste Brandee Younger, le contrebassiste Dezron Douglas (sideman de Pharoah Sanders et Ravi Coltrane), le vibraphoniste Joel Ross et la violoncelliste Tomeka Reid. Puis au Co-Prosperity Sphere de Chicago, QG du bouillonnant label International Anthem qui publie cet Universal Beings, il joue avec le saxophoniste Shabaka Hutchings, la star de la nouvelle scène britannique de passage à windy city, ainsi que le contrebassiste Junius Paul (du groupe de Roscoe Mitchell, et membre de l’Art Ensemble Of Chicago). La troisième session se déroule à Londres, au Total Refreshment Centre, où le batteur est rejoint par la saxophoniste Nubya Garcia, le contrebassiste Daniel Casimir et le pianiste Ashley Henry. Enfin, la quatrième et ultime session a lieu dans le garage du guitariste Jeff Parker, à Los Angeles Country, où se retrouvent le violoniste Miguel Atwood-Ferguson (Flying Lotus, Thundercat), le percussionniste Carlos Niño (Dexter Story, Jamire Williams), la contrebassiste Anna Butters et le saxophoniste Josh Johnson (Kiefer, Esperanza Spalding). Ces heures de bandes sous le bras, Makaya McCraven s’attaque au travail de postproduction, collages et réarrangements en tous genres qui donnent naissance à quatre suites qu’il séquence chronologiquement. Densité du résultat (une heure et demie de musique), qualité des échanges, créativité des improvisations et solidité du fil conducteur de toutes les pièces : Makaya McCraven accouche d’un album plus que parfait. Un disque qui tend des ponts inédits entre les genres et les époques sans jamais sonner faux ou cliché. Subtilement rythmée et souvent très poétique, une œuvre pleine d’élan qui restera. © Marc Zisman/Qobuz
11,99 €
7,99 €

Jazz contemporain - Paru le 5 octobre 2018 | TRAIN FANTOME

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS
Plutôt courageux de donner un titre comme L’Odyssée à son album. Mais Fred Pallem a toujours été un véritable aventurier du jazz contemporain, empêchant le genre de tourner en rond... Et son périple 2018 n’est qu’un nouveau trip osé et dense articulé autour de rythmes costauds et d’arrangements délicieux. Ici, Pallem, épaulé par son indéboulonnable Sacre du Tympan, construit des pièces à tiroirs, souvent très funky et très cinématographiques. Rien de surprenant quand on pense à Soul Cinema !, son album de 2017 autour de la Blaxploitation, et son hommage aux BO de François de Roubaix publié l’année précédente, deux disques qui déteignent sur cette Odyssée. Ici, on déambule comme on regarderait un vrai faux film mi-thriller, mi-comédie dramatique, avec une légère saveur vintage (70's surtout). Les arrangements sont millimétrés, les compositions blindées de clins d’œil et les interventions des solistes toujours originales. © Max Dembo/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 21 septembre 2018 | Label Bleu

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS
14,99 €
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 21 septembre 2018 | Gaya Music Production

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Jazzman sous contrat moral avec l’héritage de Coltrane et philosophe validé par une maîtrise avec mention à la Sorbonne, Samy Thibault est l’un des saxophonistes (ténor) et flûtiste (alto) les plus en vue de la scène française. Ces précédents albums : A Feast of Friends (2015), dans lequel il relisait à sa sauce l’univers des Doors, ou Rebirth (2015), où il dialoguait notamment avec le fameux trompettiste israélien Avishai Cohen, ont prouvé son ouverture d’esprit et sa facilité à s’inspirer de cultures multiples. Aujourd’hui, il présente le fruit de son exploration en terres Caraïbes, au cœur de l’or de la pensée créole. Son aventure l’a conduite à Cuba, d’où viennent le percussionniste Inor Sotolongo et le bassiste Felipe Cabrera qui l’accompagnent ou Sindo Garay et Marta Valdes, dont il revisite des compositions, au Venezuela où a fleuri l’éminent Enrique Hidalgo, dont il interprète le Presagio, en passant par Porto Rico qui lui a inspiré Puerto Rican Folk Song ou la Guadeloupe qui a vu naître son batteur Arnaud Dolmen. Ce à quoi s’ajoute une étape au Maroc (Tanger la Negra), un hommage à l’un des premiers rastas Count Ossie (Let Freedom Reign) et une déclaration d’amour à Trinidad (Calypsotopia). Mais Samy Thiébault ne s’est pas non plus comporté en caméléon, il n’a pas oublié sa propre identité : il l’a créolisée, enrichissant sa vision généreuse du monde. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 25 mai 2018 | Vision Fugitive

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
8,99 €

Jazz contemporain - Paru le 27 avril 2018 | Heavenly Sweetness

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
14,99 €
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 27 avril 2018 | Ilona Records

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
8,99 €

Jazz contemporain - Paru le 2 février 2018 | Tricollectif

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Oubliez les clichés sur le jazz ! Oubliez le violon ! Faites simple et oubliez même tout ! Avec son Amanda Dakota, Théo Ceccaldi donne un bon coup de pied dans la fourmilière pour y planter son étendard bariolé. Le jeune violoniste atypique, membre fondateur du collectif orléanais Tricollectif, n’est évidemment pas seul dans sa fascinante entreprise de déstabilisation. Avec Benjamin Dousteyssier (saxophone alto et baryton), Quentin Biardeau (saxophone ténor et claviers), Giani Caserotto (guitare électrique), Valentin Ceccaldi (violoncelle et horizoncelle) et Etienne Ziemniak (batterie), il lance un gang explicitement baptisé Freaks. Clin d’œil au Frank Zappa de Freak Out ! ? Ou au caractère insaisissable d’un jazz-rock tendance punk ? Son disque ovni a toutes les caractéristiques de l’attentat sonore mais s’avère en réalité une invitation au voyage. A moins qu’il n’ait en fait signé un remake du Freaks de Tod Browning dans lequel on croiserait les fantômes de John Zorn, Meshuggah, Charles Mingus, Igor Stravinsky, Carla Bley (Escalator Over the Bill), Henry Threadgill (Henry m’a tuer), les Lounge Lizards, David Lynch et Gil Scott Heron. Jouissif. © MD/Qobuz
13,49 €
8,99 €

Jazz contemporain - Paru le 10 novembre 2017 | Vision Fugitive

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Partenaires à la scène depuis dix ans, et tous deux à l’origine de la création du label Vision Fugitive qui a déjà publié leurs albums respectifs, le clarinettiste Jean-Marc Foltz et le guitariste Philippe Mouratoglou concrétisent pour la première fois au disque depuis Steady Rollin’ Man (2012), un dialogue qui a l’élégance de rebattre complètement les cartes de leur jeu. Familier des grands écarts, aussi à l’aise dans le répertoire post-romantique, la musique contemporaine que dans le jazz le plus aventureux, Foltz est un multi-clarinettiste non-aligné, fidèle à la démarche pionnière d’un Michel Portal, capable de tirer des beautés neuves du répertoire de Gershwin. Tout aussi soucieux de ne pas figer son geste musical sous une seule bannière, Mouratoglou a su imposer sa personnalité dans le milieu pourtant plutôt « tradi » de la guitare classique — son approche de Dowland, Britten ou Brouwer en témoigne, tout comme son disque d’adaptations de mélodies de Schubert et Fauré avec la soprano Ariane Wohlhuter, tout en cultivant l’improvisation libre sur guitare à cordes acier autour de paysages sonores tour à tour étranges et familiers. Legends Of The Fall, lointainement et librement inspiré du recueil de nouvelles de Jim Harrison déroule en dix séquences, comme autant de travellings sur des paysages de fantaisie, un passionnant dialogue entre clarinette basse et guitare déjouée par un savant usage des accordages alternatifs, parfois arbitré par la ponctuation lunaire des percussions de Ramon Lopez, invité sur quatre titres. Musique sans matricule ni identité, mais pas sans mémoire, le disque tisse des lignes de force où se croiseraient la savante polyphonie des luthistes de la Renaissance et le chant vif-argent d’Ornette Coleman, le folklore imaginaire de Jimmy Giuffre et le folk lettré de Joni Mitchell. A ce degré de concentration, l’improvisation avoue qu’elle est, aussi, le premier des arts plastiques.
13,49 €
8,99 €

Jazz contemporain - Paru le 10 novembre 2017 | ZZ Productions - Music Unit

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
7,92 €

Jazz contemporain - Paru le 27 octobre 2017 | Plaza Mayor Company, Ltd.

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
13,49 €
8,99 €

Jazz contemporain - Paru le 20 octobre 2017 | Label Bleu

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
14,99 €
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 1 septembre 2017 | jazz family

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
13,49 €
8,99 €

Jazz contemporain - Paru le 26 mai 2017 | Label Bleu

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
De Daniel Goyone à Julien Lourau, en passant par Michel Portal, Henri Texier, Louis Sclavis, Aldo Romano, Daniel Humair, Marc Ducret, l'ONJ, Bojan Z, ou bien encore Enrico Rava, le catalogue de Label Bleu n'a eu de cesse de s'enrichir de petites perles jazz et de parcours artistiques hétéroclites, entre maturité et fraîcheur musicales, reflet de l'affirmation d'une sereine indépendance. Pour souffler ses 30 bougies, rien de mieux que de réunir la famille. Ou plus précisément de donner carte blanche à l’un des piliers de la maison, le contrebassiste Henri Texier, qui a enregistré le plus grand nombre d'albums depuis sa création en lui associant des improvisateurs incontournables de son histoire. Enregistré à la Maison de la Culture d’Amiens, le grand concert-anniversaire a ainsi rassemblé autour de Texier, l’indomptable Michel Portal, le pianiste Bojan Z, le saxophoniste Thomas de Pourquery, le batteur Edward Perraud et le guitariste Manu Codjia. Une soirée célébrant les improvisations les plus habitées en osmose parfaite avec la philosophie de Label Bleu, un label hors des sentiers battus. © MD/Qobuz
13,49 €
8,99 €

Jazz contemporain - Paru le 28 avril 2017 | Ilona Records

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Le triumvirat Brel/Ferré/Brassens n’était pas unique QUE pour ses textes. Enième preuve pour ceux qui en doutait encore avec ce beau disque de piano solo de Thierry Maillard qui réunit ici parmi les plus belles chansons des trois intouchables qu’il revisite avec la virtuosité mais surtout la subtilité qu’on lui connait. La démarche est finalement proche de celle des grands jazzmen américains qui faisaient subir un traitement identique au Great American Songbook dont ils ne gardaient que les mélodies. Lyrique sans excès, le piano de Maillard fait des merveilles sur Les Passantes et Ne me quitte pas. Son Est-ce ainsi que les hommes vivent ouvre même de nouvelles perspectives. Bref, chacune de ses relectures est un dosage parfait entre respect et inventivité. Maillard a également immiscé deux pièces personnelles nées au cœur de ce travail d’improvisation et qui sont, par leurs titres Alone et Les Trois poètes, comme des miroirs de cette expérience artistique intime. A noter enfin qu’il adjoint à son clavier le souffle de l’accordina, sorte d’accordéon proche de l’harmonica. © CM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 3 mars 2017 | Label Bleu

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Thomas de Pourquery et ses hommes de main de Supersonic comptent parmi les plus excitants empêcheurs de tourner en rond de ces dernières années. Après s’être attaqué à la montagne Sun Ra le temps d’un disque cataclysmique paru en 2014, le gang du saxophoniste-chanteur refait surface avec ces Sons Of Love. Un deuxième album de Supersonic qui n’était pourtant pas une évidence pour Pourquery. « Après avoir vécu une si belle histoire avec le Supersonic et le premier album, je n’envisageais pas retourner en studio en enregistrer un second. Je ne me voyais ni écrire de la musique pour ce groupe qui est né avec les chefs-d’œuvre de Sun Ra (je me disais « Qui suis-je, moi Thomas, pour passer après ce génie?! »), ni faire un Play Sun Ra Volume II… Je me suis presque résolu à cette idée que l’histoire s’arrêterait là… Jusqu’à cette nuit de février 2016 pendant laquelle je fis ce rêve incroyable… J'étais une toute petite souris volante et me trouvais au milieu de Supersonic qui jouait dans un immense hangar. Je pouvais voler et aller partout, presque toucher les clefs du saxophone, me lover sur une cymbale, et puis tout d'un coup sauter sur les cordes du piano, c'était fou ! Mais ce qui était encore plus fou, c'était le son et l’énergie de ce que j’entendais. J'étais stupéfait, littéralement transporté et pouvant pour la première fois entendre mes tant aimés Edward, Laurent, Fabrice, Frederick et Arnaud avec une oreille extérieure. J'avais bien conscience auparavant que mon groupe avait une énergie et une alchimie qui lui étaient propres, mais dans ce rêve, l'ADN de Supersonic est devenu une sensation physique, il s'est inscrit dans ma chair. A mon réveil, une porte s’était ouverte, grande ouverte, cela m’est apparu comme une évidence, il ne suffisait que d’écrire des prétextes, ou plutôt des pré-textes, des terrains de jeu pour mes cinq camarades, dans lesquels nous inventerions le texte, la narration, les discussions et la matière tous ensemble . Il ne me fallait dessiner que le cadre. La problématique remplie d’égo du compositeur devant « sa vie, son œuvre » et sa page blanche avait miraculeusement disparu ! Le mois suivant, béat, j’ai travaillé jour et nuit, pour écrire toutes ces idées, les transes et les mélodies qui arrivaient comme par magie ; habité seulement par l’envie de faire vibrer et sonner le groupe, comme nous l’avons fait avec tant de bonheur ces trois dernières années, en concerts à travers le monde. C’est ainsi qu’est né le tome II de l’histoire de Supersonic, oiseau parti du nid divin de Sun Ra et qui maintenant prend son envol : il s’appelle Sons Of Love. » A l’arrivée, le tango entre cet héritage de Sun Ra et le jazz singulier et protéiforme de Thomas de Pourquery accouche d’une musique hors norme qui doit tant au jazz qu’au rock, à Mingus qu’à Monndog. Cosmique et fou. © MD/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 3 mars 2017 | Drugstore Malone

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
8,99 €

Jazz contemporain - Paru le 29 janvier 2016 | Whirlwind Recordings

Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
8,99 €

Jazz contemporain - Paru le 1 avril 2016 | Whirlwind Recordings

Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
8,99 €

Jazz contemporain - Paru le 20 mai 2016 | Whirlwind Recordings

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS

Le genre

Jazz contemporain dans le magazine