Catégories :

Les albums

HI-RES31,99 €
CD27,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 16 juin 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Soutenue par la direction puissante et ardente de Carlo Maria Giulini dans la flamme de sa jeunesse (Ouverture, scène du Commandore), cette interprétation de Don Giovanni demeure l'une des plus passionnantes de la discographie. Le chant et l'intelligence d'Elisabeth Schwarzkopf sont à leur zénith, le Leporello de Taddei est un équilibre entre raffinement et bouffonnerie, le Don Giovanni de Wächter est aussi nonchalant qu'ardent. Bref, une version ... incontournable ! © Qobuz« Carlo Maria Giulini flamboie, l'orchestre sachant scintiller le giocoso, ombrer le dramma, courir vers l'abîme avec une sorte de vertige emporté, suspendre le mouvement pour soutenir l'interrogation : il est partenaire de l'action, dans le détail comme dans le geste ouvert d'un bout à l'autre, dans l'arche de l'œuvre parcourue. Et la distribution est sensationnelle, accordant à chaque personnage sa caractérisation la plus subtile, de l'Elvire calcinée d'Elisabeth Schwarzkopf, poussée au bout d'elle-même, corps et âme emportés, à l'Anna virtuose de Joan Sutherland coulée dans une fureur presque limpide, en passant par le Don Giovanni d'Eberhard Waechter, qui, avec la tranquille évidence de l'Ange dans le fameux film de Pasolini, Théorème, vient bouleverser l'Ordre sans éclat superflu, mais avec un chic admirable. Tous, ils sont tous à leur place, exactement, dans ce tableau sans cesse recolorée par Giulini, maître d'œuvre qui veille à tout, à l'intensité expressive des sentiments affrontés autant qu'à la tendresse qui passe, l'inquiétude humaine, le trouble — le tout maintenu sans répit dans cette avancée, cette progression, cette chevauchée dramatique qui, à elle seule, inscrit la vérité passionnante et passionnée de ce Don Giovanni exemplaire. » (Alain Duault, Le Guide du disque compact classique, Belfond, Le Pré aux Clercs, 1991)« Totem lyrique, version studio de référence, le Don Giovanni de Mozart enregistré en 1959 par Carlo Maria Giulini pour EMI est un plébiscite, qui valut au chef d'orchestre la rare consécration d'un Disque d'or reçu en 1992 et qui dépasse aujourd'hui les 150 000 exemplaires vendus en France (plus de 1,5 millions dans le monde). D'autres Don Giovanni ont vécu, bu, mangé et aimé, mais celui qui fut réalisé dans les studios londoniens d'Abbey Road reste insurpassable par la qualité d'une distribution somptueuse et équilibrée (Elisabeth Schwarzkopf, qui fut la grande Elvira de son temps) et par la direction incandescente et raffinée de Giulini à la tête du Philharmonia Orchestra. Aux côtés des versions de Fritz Busch (1936), Bruno Walter (1942), Wilhelm Furtwängler (1954), Josef Krips (1955), Dimitri Mitropoulos (1956) et, plus près de nous, Bernard Haitink (1984), Nikolaus Harnoncourt (1989) ou Roger Norrington (2003), la verve de Giulini, sa vitalité, sa noblesse, son sens inné du théâtre et sa frondeuse élégance font de cette version un must inégalé. » (Le Monde, 25 mars 2004, "Don Giovanni, un classique inégalé")« On ne discute pas une réalisation Legge aussi mythique que celle-ci : on l'écoute en osant à peine émettre quelques menues réserves. Giulini est au meilleur de son art, non encore statufié, pondéré mais alerte, ferme, nerveux, précis. Et puis un Italien, enfin, attentif à la pertinence du récitatif comme à la transparence orchestrale. Il faut que la magie musicale de cette direction soit enivrante pour nous faire accepter un plateau plutôt inégal. Wächter, en macho mal dégrossi, Taddei capable du meilleur comme de la charge, Alva moins mauvais qu'ailleurs, Cappuccilli maladroit et Frick exotique : il en fallait moins pour tout gâcher. Leurs conquêtes heureusement nous aguichent. Schwarzkopf encore et toujours, en Elvira, irrésistible, Sutherland seule à rendre justice à la coloratura de "Non mi dir", Scutti adorable. Et surtout l'état de grâce comme rarement dans un studio... » (Jean Cabourg, Avant-Scène Opéra N° 172, 1996)"La plus humaine, la plus émouvante, la plus complexe, la plus achevée des versions de Don Giovanni." (Diapason)
CD41,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or
Une somme et le fruit de toute une vie de musique présenté en 41 CDs, répartis en 2 volumes et classés selon la chronologie historique depuis des Symphonies de Mozart jusqu'à celles de Mahler, en passant par Haydn, Beethoven (deuxième intégrale d'Abbado avec l'Orchestre Philharmonique de Berlin), Schubert, Mendelssohn, Brahms et Bruckner. On y retrouve cet art particulier de Claudio Abbado fait de probité, de naturel, sans effets de manche, avec un grand sens du "tempo giusto", baigné d'un lyrisme lumineux. Le Maestro italien dirige les phalanges les plus prestigieuses, Berlin, Vienne, le Mahler Chamber Orchestra, le Chamber Orchestra of Europe, l'Orchestre du Festival de Lucerne et L'Orchestre Mozart, une création dont il est, à juste titre, si fier. C'est à la riche histoire de la Symphonie (ignorant toutefois superbement la France et la Finlande de Sibelius) que nous sommes conviés dans la perspective d'un seul chef dont le souci constant est de servir la musique avec éloquence et modestie. FH
CD24,49 €

Classique - Paru le 19 octobre 2009 | Warner Classics

Livret Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
CD39,49 €

Piano solo - Paru le 27 avril 2018 | Fondamenta

Livret Distinctions Diapason d'or
« C'est en 1981, après un récital à Amsterdam, qu'Emil Gilels (1916-1985) fut victime d'une sévère attaque cardiaque qui devait le laisser fortement diminué. L'histoire avec le Concertgebouw était pourtant belle jusque-là, invitations régulières et public conquis, comme en témoigne le présent coffret glanant le meilleur des concerts donnés par Gilels aux Pays-Bas dans la seconde moitié des années 1970. [...] Tout cela est joué avec un art consommé, sur un instrument superbe [...] Le dernier Gilels, épris de quintessence et orfèvre du clavier, rayonne dans six heures d'archives inédites, aux prises de son splendides. [...] (Diapason, juillet-août 2018 / Laurent Muraro)
CD21,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 29 mai 2015 | La discothèque idéale de Diapason

Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique
CD25,99 €

Classique - Paru le 1 mars 2013 | RCA Red Seal

Distinctions Diapason d'or
CD38,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or
CD27,99 €

Opéra - Paru le 7 juillet 2017 | Warner Classics

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
Qui dit Glyndebourne dit Mozart, car c’est bien dans ce légendaire festival, créé en 1934 dans les vertes collines du sud de l’Angleterre, que se déroulèrent de magnifiques représentations de ses opéras. Le premier directeur musical du Festival de Glyndebourne était Fritz Busch, fraîchement exilé de son Allemagne natale. Ces enregistrements révolutionnaires, captés pour la plupart dans le théâtre original de Glyndebourne, datent de la saison inaugurale et jusqu’à l’année de la disparition de Busch, 1951. Les Noces de Figaro et Cosi fan tutte sont même les tout premiers enregistrements jamais réalisés d’intégrales d’opéras de Mozart ! Dans une remastérisation magistrale, ces interprétations classiques de la Trilogie Da Ponte (ainsi que des extraits d’Idomeneo et d’autres passages de Cosi) sont donc offerts dans un son d’une extraordinaire fraîcheur. Fritz Busch (1890-1951) fut l’un des plus considérables chefs d’orchestre allemands de la première moitié du XXe siècle, reconnu pour ses interprétations d’une exquise limpidité – ainsi que pour l’éthique parfaite de sa vie publique. Dès ses jeunes années, il s’était fait un nom en programmant des ouvrages plus rares ou même des créations mondiales, en particulier de Hindemith et Pfitzner. Et lorsqu’en 1922 il fut nommé directeur musical de l’Opéra de Dresde, il créa rien moins que Intermezzo et Die Ägiptische Helena de Strauss, Cardillac de Hindemith, Doktor Faust de Busoni et Der Protagonist de Weill. Mais son mépris affiché pour le régime nazi dès 1933 lui valut d’être licencié de Dresde, bien qu’il ne fût pas juif. C’est alors qu’un riche propriétaire terrien anglais, John Christie, l’invita à devenir le premier directeur musical de son tout nouveau festival d’été qui allait s’ouvrir à Glyndebourne. L’endroit devint rapidement un des plus prestigieux festivals qui soient, renommé pour sa préparation musicale méticuleuse et ses distributions judicieuses. Mozart en était l’un des incontournables piliers. Dès le début de la Guerre, qui mit la clef sous le paillasson de Glyndebourne jusqu’en 1945, Busch se retira plus particulièrement en Amérique du Sud, même s’il fit de fréquentes apparitions au Philharmonique et au Metropolitan de New York ; en 1950 il renoua avec Glyndebourne mais devait s’éteindre l’année suivante, en 1951. Le premier lever de rideau du festival eut lieu le 28 mai 1934. Ce n’était pas « le mieux que nous puissions faire, mais le mieux qui se peut faire où que ce soit dans l’absolu », pour reprendre les termes du fondateur John Christie, qui avait fait construire un théâtre d’opéra de trois cent places, et avec sa fosse, une régie technique et lumière de première classe. La première saison dura deux semaines, avec six représentations des Noces de Figaro et de Cosi, un ouvrage alors très négligé et que Busch avait largement contribué à remettre sur l’avant-scène. Le niveau artistique était extraordinairement élevé, même s’il n’y avait pas de « grandes stars » dans les distributions – cela dit, on y compte quand même Heddle Nash, Sena Jurinac, Erich Kunz, Blanche Thebom, Richard Lewis et tant d’autres de la même renommée. L’on se préoccupait surtout de réunir un plateau d’une parfaite cohésion et aux grandes capacités théâtrales, sans égos de « prima donna », avec des artistes recrutés en Allemagne, en Autriche, en Tchécoslovaquie, en Finlande, en Italie, aux Etats-Unis et bien sûr à travers tout le Royaume-Uni. Les Noces furent enregistrées en juin 1934 et en juin 1935 – de sorte que la présente interprétation, bien sûr complète, est une sorte de « best of » des deux productions –, Cosi en juin 1935, Don Giovanni en juillet 1936, tandis que quelques extraits de Cosi et de Idomeneo datent de 1950 et de 1951, l’an. Tout a été capté par la BBC dans le théâtre du festival, hormis les extraits d’Idomeneo – enregistrés dans les célèbres studios d’Abbey Road de Londres.
CD47,99 €

Musique de chambre - Paru le 24 janvier 2014 | Sony Classical

Distinctions Diapason d'or
CD47,99 €

Piano solo - Paru le 29 septembre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or
CD35,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1955 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
L'enregistrement n'est certes pas tout jeune (1955), mais il représente un sommet du style mozartien viennois. A la tête de l'Orchestre Philharmonique de Vienne, Erich Kleiber dirige souverainement avec une constante préoccupation théâtrale, grâce à des tempi très vifs et une tension permanente. Lisa della Casa est une Comtesse noble et touchante, Suzanne Danco (venue par hasard dans cet enregistrement) campe un espiègle et coquin Cherubino, Hilde Guedden est la Susanna rouée que l'on attend et Alfred Poell un Comte avec une belle présence... mais un italien assez rudimentaire. Ce que l'on entend avant tout, c'est le style inimitable de musiciens pour lesquels Mozart était l’indispensable pain quotidien. Miraculeux ! FH
CD35,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or
Voici réunis en 50 CD (2 volumes de 17 CD, 1 de 16) les enregistrements les plus emblématiques du Philharmonique de Berlin avec Deutsche Grammophon, en cent ans de collaboration ; le choix du contenu a été soumis au vote de 37 000 personnes invitées à sélectionner, sur une période de deux mois (de mars à mai 2013) vingt de leurs enregistrements préférés, avec pour seule contrainte l'équilibre chronologique. Ont été rassemblés ainsi les grandes pages symphoniques, 10 grands concertos, les œuvres chorales majeures, les chefs-d'œuvre du 20e siècle et les meilleurs moments de l'opéra. Entre la Cinquième de Beethoven par Arthur Nikisch en 1913 et le Strauss de Gustavo Dudamel enregistré en 2013, on retrouve tous les enregistrements studio de Wilhelm Furtwängler, 15 albums de Herbert von Karajan, 7 de Claudio Abbado, puis Leonard Bernstein, Pierre Boulez, Karl Böhm, Carla-Maria Giulini, Ferenc Fricsay, Rafael Kubelik et bien d'autres ; côté solistes : Wilhelm Kempff, Geza Anda, Shura Cherkassky, Martha Argerich, Pierre Fournier, Mstislav Rostropovitch, Maurizio Pollini, Krystian Zimerman, et plus encore...
CD47,99 €

Musique de chambre - Paru le 29 septembre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or
CD33,99 €

Classique - Paru le 6 février 2012 | Warner Classics

Livret Distinctions Diapason d'or
Disparu en 1956, Guido Cantelli avait été adoubé par Toscanini comme son fils spirituel. Ses gravures de studio stupéfient par leur maîtrise technique et la magie des timbres.
CD47,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 29 septembre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or
CD24,49 €

Classique - Paru le 8 mars 2010 | Warner Classics

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Un timbre superbe. Une intelligence du texte incomparable. Une diction irréprochable de la langue allemande. Par une sélection des compositeurs qu'il a défendus ardemment sa vie durant, Haydn, Mozart et surtout Beethoven, ce coffret d'enregistrements inédits et réalisés entre 1959 et 1984 dresse un portrait irrésistible du grand Liedersänger. Indispensable !"Beaucoup d'inédits dans ce beau choix d'enregistrements de Dietrich Fischer-Dieskau s'étendant sur 25 ans. Des Lieder rares de Beethoven (cette délicieuse "Marmotte" sur un texte mi allemand mi français de Goethe !), Haydn et Mozart chantés avec rigueur, humour et tendresse par un des très grands artistes du XXème siècle dont on a probablement pas fini de découvrir les perles rares. FH"
CD35,99 €

Musique symphonique - Paru le 24 novembre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or
Les mélomanes ont tous entendu un jour prononcer le nom de Victor de Sabata, chef d'orchestre à l'œuvre dans la légendaire Tosca de Puccini avec Maria Callas, Giuseppe di Stefano et Tito Gobbi en 1953 produite par Walter Legge à la Scala. Grand chef italien de la première moitié du XXe siècle, Victor de Sabata (né le 10 avril 1892 à Trieste, mort le 11 décembre 1967 à Santa Margherita) fréquenta finalement peu les studios, et déployait tout son génie d'interprète avant tout en concert, entre élégance racée et flamboyance inextinguible. Un certain nombre de témoignages sur le vif ont paru depuis vingt ans, mais c'est un formidable cadeau de fin d'année que nous propose Deutsche Grammophon en réunissant des gravures réalisées à Berlin pour le label jaune et à Londres pour Decca. Le programme révèle un chef à l'aise dans le répertoire romantique (célèbre 4e de Brahms, Wagner) et inoubliable dans la modernité. Si l'on peut considérer que Respighi appartient alors, pour un chef italien de cette stature, au répertoire "national", il est plus surprenant de voir un chef italien s'attaquer à En Saga de Sibelius. Et en ce 23 mai 1946, avec un orchestre certes rompu à ce répertoire (encouragé notamment par Beecham et Boult), Sabata délivre une interprétation étonnante de vigueur et de tendresse : le résumé possible d'un artiste à redécouvrir. Une initiative discographique plus que bienvenue ! © PYL« Il y a de l’électricité dans l’air, sous la baguette du successeur milanais de Toscanini, dont DG réunit en 4 CD les gravures berlinoises et londoniennes (1939-1946) résumant (presque) son répertoire symphonique. Quel souffle ! Un éblouissement ! » (Diapason, avril 2018 / François Laurent) 
CD38,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or
CD20,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1979 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Diapason d'or
CD45,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or
Derrière le succès phénoménal du compositeur Richard Strauss se cache aussi un des plus grands chefs-d'orchestre de son époque. Ce volume est donc essentiel pour tous les passionnés de l'interprétation avec des enregistrements s'échelonnant ici sur 20 ans, entre 1921 et 1941. Strauss joue, au piano, ou dirige bien sûr ses propres oeuvres, ce qui constitue un témoignage incontournable pour les générations futures, mais aussi celles de ses illustres "confrères", Mozart, Weber, Wagner et, surtout, Beethoven, dont il grave en 1926, une passionnante Symphonie no 7 dont les tempi rapides et la légèreté rapprochent Strauss des baroqueux actuels en l'éloignant de ses confrères d'après-guerre qui ont singulièrement alourdi le langage beethovénien en lui donnant un pathos, dont l'Allemagne avait certainement besoin alors pour se relever de ses ruines, mais qui n'est plus de mise aujourd'hui. FH.

Le genre

Classique dans le magazine