Catégories :

Les albums

CD19,99 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 14 septembre 2018 | SWR Classic

Livret Distinctions Diapason d'or
« [...] ce naturel à la fois très physique et délicat, cette éloquence qui touche sans détour, étaient sa vertu dans le lied du siècle. Déjà publié, le live du 16 mai 1965 à Schwetzingen (Dichterliebe plus les Beethoven et Schubert accoutumés) diffère peu du disque DG qui s’ensuivra, sinon qu’on y sent mieux encore un don de communication, tendu entre extraversion lyrique et retrait songeur (ou dépressif). [...]. C’est surtout le premier des trois disques du coffret qui intéresse : Volkslieder de Brahms (1955) évidents, extraits encore timides du Livre italien occultés en 1962 par quelques Mörike de Wolf (Nimmersatte Liebe !) et trois Strauss d’une tenue exemplaire.» (Diapason, décembre 2018 / Jean-Philippe Grosperrin)
CD45,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2011 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or
CD35,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Archiv Produktion

Livret Distinctions Diapason d'or
CD41,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2003 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Diapason d'or
CD11,49 €

Musique symphonique - Paru le 9 janvier 2015 | RCA Red Seal

Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or
" Le cycle Schumann de Paavo Järvi culmine dans la Symphonie n° 4 en ré mineur.[...] Elisant la deuxième version (1851), Järvi gagne en largeur sans perdre en clarté. Surtout, sa pulsation fondamentale si sûre d'elle ne cède jamais. De ce ressac ininterrompu naît un sentiment de qui-vive tenaillé par la crainte de ce qui pourrait advenir : si folie il y a, elle réside dans cette tension obsessionnelle et canalisée. La "Romance" coule, respire, mais l'inquiétude demeure. Seul le trio du Scherzo s'ouvre à une part de rêve. Cette interprétation décidément sous total contrôle, qui concentre ses forces, avance de manière quasi somnambulique dans le "Langsam" [...] Vision tout d'une pièce en un sens, mais sans conteste passionnante. " (Diapason, janvier 2015 / Rémy Louis)
CD55,49 €

Classique - Paru le 19 septembre 2014 | Sony Classical

Distinctions Diapason d'or
Quarante-trois ans… cela fait quarante-trois ans que Nelson Freire (* 1944), alors jeune et fringant nouveau-venu sur la scène pianistique, faisait son entrée fulgurante dans le monde discographique avec ses enregistrements pour la Columbia – un label parent de CBS, dorénavant propriété de Sony – on ne fait pas de la promotion, seulement un petit historique. Voici l’intégrale de ces disques Columbia, puisqu’il faut bien que les labels trouvent un argument à promouvoir de l’intégrale ! D’ailleurs, l’argument ne manque pas de cohérence artistique et chronologique. Les enregistrements datent de 1969 à 72, et l’unique orchestre utilisé pour les trois concertos (Schumann, Grieg, Tchaikovsky) est le Philharmonique de Munich dirigé par son chef titulaire d’alors, l’excellent et pourtant discret Rudolf Kempe. Le reste de la programmation couvre quelques grands standards du répertoire romantique : Schumann et Schubert, Brahms et Chopin, des compositeurs que Freire ne cessera d’ardemment défendre tout au long de son impressionnante (et pourtant tranquille) carrière. Voici sept disques en un seul coffret qui figureront dignement dans le palais idéal de votre discothèque. (SM)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Duos - Paru le 26 janvier 2018 | MUSO

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
« Le violon de David Oïstrakh est entre de bonnes mains ! Dans son premier album en solo, le lauréat du Concours Reine Elisabeth 2012 nous bluffe par sa virtuosité flamboyante, sa fantaisie, son sens du théâtre. [...] Dans un programme faisant la part belle au répertoire russe, le jeune virtuose démontre un jeu vibrant et un pathétisme particulièrement authentique dans la Sérénade mélancolique ou les deux pages lentes du Souvenir d'un lieu cher de Tchaikovski. [...] Accompagné par sa sœur qui le suit comme son ombre en épousant la moindre inflexion de tempo, Baranov possède une sensibilité capable d'atteindre la grâce (Vocalise de Rachmaninov, Clair de lune de Debussy) [...] Formidable ! »(Diapason, mars 2018 / Jean-Michel Molkhou)
CD55,99 €

Classique - Paru le 21 février 2011 | Warner Classics

Distinctions Diapason d'or
CD19,49 €

Classique - Paru le 2 juin 2008 | Warner Classics

Distinctions Diapason d'or
Œuvres de Mozart, Strauss, Beethoven, Wagner, Schumann, Mendelssohn, Hindemith, Berkeley, Dittersdorf, Haydn, Ibert, Jacob & Dukas / Dennis Brain, cor – Chefs & orchestres divers
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1992 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Diapason d'or
CD11,49 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 16 novembre 2012 | Sony Classical

Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles Classica - Prise de Son d'Exception
Christian Gerhaher s'impose de plus en plus comme un des grands barytons d'aujourd'hui. Chacun de ses disques est bouleversant. Après Schubert, Schumann, Mahler, Wolf et Schoeck, le voici dans un très bel enregistrement avec orchestre, sous la direction attentive et soignée de Daniel Harding. Un choix judicieux qui, à côté de deux extraits fameux de "Tannhäuser" de Wagner, propose des airs absolument splendides, extraits d'opéras méconnus de Schubert, Schumann et Nicolaï. Le moelleux de la voix, la souplesse de la ligne mélodique, la beauté de l'expression procurent un rare moment de bonheur. FH
CD38,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or
CD11,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1982 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or
Los Angeles Philharmonic Orchestra - Carlo Maria Giulini, direction / Enregistrement réalisé en 1982
CD33,99 €

Classique - Paru le 7 avril 2008 | Warner Classics

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Cet album regroupe tous les enregistrements réalisés par le pianiste russe pour EMI. A chacune de ses apparitions, Youri Egorov semblait touché par la grâce, un sentiment encore exacerbé par sa disparition à l'âge de 34 ans. Son sens de la couleur, le charme poétique qui se dégageait de ses interprétations font de lui un artiste à part, bien loin d'une prétendue Ecole Russe de piano qui serait commune à tous les ressortissants de ce pays. Son Debussy est rêveur à souhait, son Schumann fébrile et impatient, son Chopin révolté. Le sombre Concerto en ré mineur de Mozart et le Concerto de l'Empereur de Beethoven trouvent en Wolfgang Sawallisch un partenaire de choix. Un album qui comblera durablement les amoureux du piano. FH
CD33,99 €

Classique - Paru le 6 février 2012 | Warner Classics

Livret Distinctions Diapason d'or
Disparu en 1956, Guido Cantelli avait été adoubé par Toscanini comme son fils spirituel. Ses gravures de studio stupéfient par leur maîtrise technique et la magie des timbres.
CD13,49 €

Classique - Paru le 17 avril 2015 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

Distinctions Diapason d'or
Une réédition d'enregistrements de la fin des années 1970 plus que bienvenue car ils sont une pure merveille. « La discographie engrangée pour Decca par quatre archets de la Philharmonie de Vienne tardait à revenir en CD. Et pourtant, par la perfection du style et la verve, ils tutoient les sommets. (Diapason, septembre 2015 / Jean-Michel Molkhou)
CD89,91 €

Classique - Paru le 2 octobre 2012 | SWR Classic

Livret Distinctions Diapason d'or
Quelle joie de retrouver le grand Carl Schuricht dans ces précieux enregistrements réalisés pour la Radio allemande de Stuttgart. L'orchestre est de bonne qualité et les prises de son (mono ou stéréo) tout à fait convenables. Schuricht avait accepté d'être le premier chef-d'orchestre invité de ce jeune orchestre formé dès la fin de la guerre. Une aubaine pour ces musiciens que de pouvoir travailler le grand répertoire avec un chef de cette dimension pendant 125 enregistrements en une quinzaine d'années. Ce généreux deuxième volume contient des Symphonies de Beethoven, de Brahms, de Schumann et des oeuvres de Strauss, Wagner, Reger et même La Mer de Claude Debussy. L'art naturel, clair et vif de Carl Schuricht reste intact jusqu'au grand âge dans ce témoignage émouvant de toute une vie de musique qui culmine avec sa dernière répétition quelques mois seulement avant son rendez-vous avec la mort... FH
CD9,99 €

Piano solo - Paru le 12 avril 2018 | Melodiya

Livret Distinctions Diapason d'or
Pianiste et pédagogue renommé, Heinrich Neuhaus était surtout un érudit d’une rare espèce. Parlant six langues, il était l’auteur d’essais et de critiques, c’était aussi un fervent connaisseur de la poésie (ami de Pasternak et de Mandelstam), de la peinture et de la philosophie. Il était un brillant représentant de la culture russe, alors même que ses origines étaient allemandes et polonaises. Son cousin, le compositeur polonais Karol Szymanowski le surnommait affectueusement « Heinrich le Grand » et Richard Strauss, qui l’avait dirigé comme très jeune soliste, l’admirait beaucoup. Ses concerts étaient suivis par une multitude de pianistes, dont Rachmaninov et Horowitz. En 1911, Neuhaus tente de se suicider en se coupant les veines du poignet juste après avoir assisté à la création de la Deuxième Sonate de Szymanowski par Rubinstein, sentant qu’il ne serait jamais un grand compositeur. Temporairement paralysé, il reprendra ses activités en 1914, année où il commence à enseigner. Son nom reste surtout attaché au grand pédagogue qu’il était en ayant eu dans sa classe des étudiants comme Sviatoslav Richter, Emil Gilels, Anatoly Vedernikov, Yakov Zak, Alexeï Lubimov, Vladimir Krainev, Vera Gornostaïeva, Igor Nikonovitch, Gérard Frémy, Radu Lupu, Elisso Virssaladze, Alexei Nasedkin, Tikhon Khrennikov ou Evgeny Svetlanov. Cette parution Melodiya, dédiée au 130e anniversaire de la naissance de Neuhaus, propose des enregistrements déjà bien connus des années 1940-1950, mais aussi des inédits comme les Préludes de Chostakovitch, le Quatuor avec piano de Beethoven et Silhouettes pour piano à quatre mains d’Anton Arensky, avec son fils Stanislav Neuhaus. Une occasion unique de retrouver le jeu poétique et raffiné de ce pianiste qui a tant marqué la musique de piano au XXe siècle. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique vocale profane - Paru le 13 avril 2018 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
Le moins que l’on puisse dire, c’est que la soprano Sandrine Piau ne se laisse ici enfermer dans aucun carcan : elle navigue avec bonheur entre le romantisme allemand de Schumann, Wolf ou Loewe, Debussy, et même jusqu’au presque-Broadway d’André Previn, en passant par Poulenc, Gurney et Samuel Barber… De sa voix cristalline de laquelle est banni tout italianisme vocal (pas de glissades, de roucoulements, de notes prises par en-dessous, de diphtongues parasites, et un vibrato soigneusement contrôlé), pour ne dégager que la musique, rien que la musique – et le texte bien sûr, parfaitement compréhensible quelle que soit la langue abordée. Est-ce sa longue expérience du chant baroque – et de la sphère mozartienne où elle excelle – qui lui ont donné cette magnifique rigueur, allez savoir, toujours est-il que son large répertoire ici présenté y trouve toute sa puissance, du pianissimo le plus suave jusqu’à l’impressionnant fortissimo. Quant à la pianiste Susan Manoff, c’est tout simplement l’une des plus incontournables accompagnatrices du répertoire du lied, de la mélodie, de la romance et du « artsong » en France, en particulier aux côtés des meilleurs voix françaises d’aujourd’hui. © SM/Qobuz« [...] Plusieurs disques récents (Mozart, Haendel) montraient déjà que la belle maturité de Sandrine Piau n'a pas altéré son rayonnement vocal ni la discipline si sensible de son phrasé, mais a développé une science de la résonance (du son, du mot) qui libère l'imagination [...] » (Diapason, juin 2018 / Jean-Philippe Grosperrin)
CD6,99 €

Piano solo - Paru le 23 février 2017 | Les Indispensables de Diapason

Distinctions Diapason d'or

Le genre

Classique dans le magazine