Catégories :

Les albums

HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Symphonies - Paru le 5 avril 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique - 5 Sterne Fono Forum Klassik
CD11,49 €

Musique symphonique - Paru le 9 janvier 2015 | RCA Red Seal

Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or
" Le cycle Schumann de Paavo Järvi culmine dans la Symphonie n° 4 en ré mineur.[...] Elisant la deuxième version (1851), Järvi gagne en largeur sans perdre en clarté. Surtout, sa pulsation fondamentale si sûre d'elle ne cède jamais. De ce ressac ininterrompu naît un sentiment de qui-vive tenaillé par la crainte de ce qui pourrait advenir : si folie il y a, elle réside dans cette tension obsessionnelle et canalisée. La "Romance" coule, respire, mais l'inquiétude demeure. Seul le trio du Scherzo s'ouvre à une part de rêve. Cette interprétation décidément sous total contrôle, qui concentre ses forces, avance de manière quasi somnambulique dans le "Langsam" [...] Vision tout d'une pièce en un sens, mais sans conteste passionnante. " (Diapason, janvier 2015 / Rémy Louis)
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Musique symphonique - Paru le 8 avril 2015 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
« N’attendons de Holliger ni les abysses de Furtwängler dans Manfred, ni la souplesse de Chailly dans Genoveva. Il nous offre, comme dans les symphonies, un Schumann tonique, au son élancé mais non sans ampleur, aux contrastes assumés. Le chef varie remarquablement le caractère de chaque Ouverture tout en préservant fermement leur forme [...] Sa fièvre inquiète écarte le confort pour fouiller le détail et les implications du texte, favoriser des accents réellement dramatiques (La Fiancée de Messine, Jules César) ou presque pimpants (la citation de La Marseillaise d’Hermann et Dorothée). Très convaincue et habitée, la Symphonie « de Zwickau » trouve ici sa référence moderne. Habile à alterner tension et détente, à varier les éclairages, Holliger crée un univers envoûtant en perpétuel mouvement et évolution. Son ardeur discursive s’estompe régulièrement au bénéfice d’une austérité noble, qui aura été un des fils conducteurs de cette intégrale.» (Diapason, juin 2016 / Rémy Louis)

Le genre

Classique dans le magazine