Catégories :

Les albums

CD7,99 €

Concertos pour violon - Paru le 22 avril 2000 | Naxos

CD7,99 €

Concertos pour violon - Paru le 31 octobre 2000 | Naxos

Livret
CD7,99 €

Concertos pour violon - Paru le 1 avril 2005 | Naxos

Livret
CD13,49 €

Concertos pour violon - Paru le 26 octobre 2007 | Berlin Classics

CD13,49 €

Concertos pour violon - Paru le 18 juillet 2014 | Berlin Classics

CD39,99 €

Concertos pour violon - Paru le 1 juin 2018 | DOREMI

Livret Distinctions 5 de Diapason
« Tossy Spivakovsky fut l’un de ces prodigieux violonistes que l’Histoire a injustement oublié. Natif d’Odessa, mais installé avec sa famille à Berlin pour fuir les pogroms, l’enfant prodige étudie avec Arrigo Serato puis Willy Hess. À vingt-six ans, il deviendra le plus jeune violon solo qu’ait jamais eu le Philharmonique de Berlin, alors dirigé par Furtwängler. [...] Fixé aux Etats-Unis à partir de 1941, il devient concertmaster de l’Orchestre de Cleveland avant de poursuivre une carrière de soliste. [...]. Sa discographie officielle, à peu près disparue du Catalogue, est providentiellement enrichie par cet ensemble de bandes retrouvées dans la collection personnelle de l’artiste. [...] L’élégance de son inspiration comme sa maîtrise instrumentale [...] impressionnent tout autant dans les concertos romantiques, dont un captivant Beethoven (avec sa propre cadence) et un Brahms survolté. Passionné par la technique d’archet, au point de lui avoir consacré un ouvrage, on entendra encore Spivakovsky dans une interprétation de la Chaconne BWV 1004 sur le fameux "Vega-Bach Bow" – une chimère que l’on croyait alors "historique", et qui favorisait le jeu polyphonique au violon. Superbe hommage [...] » (Diapason, octobre 2018 / Jean-Michel Molkhou)
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Concertos pour violon - Paru le 8 juin 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Déjà la presse s’en empare : « Le Nouveau Menuhin », « Graine de star », « L’Archet prodige »… si Daniel Lozakovich, dix-sept ans, a la tête dans les étoiles, il a les pieds bien sur terre. Avec une maturité étonnante, il sait comment gérer une carrière qu’il sent éclatante. Né en Suède dans une famille provenant de l’ex-URSS, il apprend le violon en 2007 à l’âge de six ans. Deux ans plus tard, il joue son premier concerto sous la direction de Vladimir Spivakov. Suivra la difficile quête pour trouver un professeur qui « ne changera pas ma musicalité mais qui me rendra plus fort ». Daniel Lozakovich vit actuellement à Genève où il travaille avec Eduard Wulfson, un pédagogue rencontré au Festival de Verbier et qui enseigne en privé. C’est d’ailleurs dans ce festival qui fait la part belle aux jeunes talents que l’adolescent rencontre Valery Gergiev qui le prend immédiatement sous son aile protectrice et émancipatrice. En contrat pour la Deutsche Grammophon (DG), Daniel Lozakovich va prochainement enregistrer le Concerto en ré majeur de Beethoven avec son mentor, « une œuvre dont la structure est si limpide », dit-il, « mais dont la musique est si difficile ». Daniel Lozakovich écoute beaucoup de disques pour parfaire son jeu et sa connaissance musicale. Il apprend beaucoup à l’écoute des grands maîtres du passé, notamment Bruno Walter dont il aime le sens du détail, le son qu’il obtient de son orchestre et les phrasés chantants. Un goût qui en dit long sur le goût de ce très jeune musicien que l’on découvre ici pour son premier disque, consacré à Bach. À l’écoute de la Deuxième Partita (avec sa Chaconne si bien structurée) et des Concertos en mi majeur et en la mineur, on est aussitôt conquis par la solidité de la conception, par une sonorité d’une grande beauté avec des longs phrasés et un discours sans cesse expressif. Ses parents, absolument pas musiciens, auraient souhaité qu’il devienne un grand joueur de tennis, mais le destin en a décidé autrement, car cet adolescent décidé au sourire lumineux a tout simplement reçu la grâce en héritage. © François Hudry/Qobuz
HI-RES25,19 €
CD17,99 €

Concertos pour violon - Paru le 15 mars 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Après un double album de sonates en duo avec Kristian Bezuidenhout, la violoniste Isabelle Faust poursuit une aventure discographique dédiée à Bach, commencée il y a neuf ans par une intégrale des Sonates et Partitas, devenue aujourd’hui référence. Isabelle Faust, Bernhard Forck et ses partenaires de l’Akademie für Alte Musik Berlin ont patiemment exploré une multitude d’autres œuvres de Bach : concertos pour clavecin, sonates en trio pour orgue, séquences instrumentales de cantates sacrées… Toutes s’avèrent parentes directes ou indirectes de ces trois monuments que sont les Concertos BWV 1041-43. Cette réalisation passionnante à tous égards nous rappelle à point nommé que l'auteur du Clavier bien tempéré était aussi un virtuose du violon ! © harmonia mundi
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Concertos pour violon - Paru le 15 novembre 2019 | SDG

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] ce disque offre, en complément des BWV 1041 et 1042, la transcription des deux premiers concertos pour clavecin. [...] Choyée par l'orchestre souvent expansif de Gardiner, dont on apprécie les basses solidement plantées et la variété prolixe des articulations, la violoniste d'origine roumaine déploie dans les deux concertos traditionnels un indéniable brio. Ses stupéfiantes arabesques (Allegro assai du BWV 1041) et sa verdeur de ton n'ont rien à envier à [...] d'autres solistes réputés. Surtout, elle atteint à un climat poétique et spirituel qui nous touche dans les deux mouvements lents, notamment l'Adagio du BWV 1042 où son archet survole avec un hédonisme intime l'ostinato de l'accompagnement.» (Diapason, janvier 2020 / Jean-Luc Macia)

Le genre

Classique dans le magazine
  • Joyce DiDonato est Agrippina !
    Joyce DiDonato est Agrippina ! L'ardente mezzo-soprano du Kansas brille dans la célèbre héroïne de Haendel...
  • Kate Lindsey et le mythe d'Ariane
    Kate Lindsey et le mythe d'Ariane Après un premier album consacré à Weill, Zemlinsky et Korngold, la mezzo-soprano américaine explore son autre répertoire de prédilection, la musique du XVIIIe siècle...
  • Sheku Kanneh-Mason et la montagne Elgar
    Sheku Kanneh-Mason et la montagne Elgar A 20 ans seulement, le violoncelliste de Nottingham s'attaque au mythique concerto d'Edward Elgar, épaulé par Sir Simon Rattle à la tête du London Symphony Orchestra...
  • 2020, l’année des biopics musicaux !
    2020, l’année des biopics musicaux ! D’Hollywood à Paris, on annonce déjà des films consacrés à Aretha Franklin, Bob Dylan, David Bowie et même NTM !
  • La bonne année d'Andris Nelsons
    La bonne année d'Andris Nelsons Le 1er janvier, le chef letton était à la baguette du fameux Concert du Nouvel An pour une traditionnelle orgie viennoise ponctuée par quelques petites touches bien personnelles...
  • Christina Pluhar, son cher Rossi
    Christina Pluhar, son cher Rossi La fondatrice de l'Arpeggiata magnifie des pièces de son compositeur fétiche Luigi Rossi, maître de la musique vocale du XVIIe siècle italien...
  • Benjamin Bernheim, ténor en or
    Benjamin Bernheim, ténor en or Pour son brillant premier album sous pavillon jaune Deutsche Grammophon, l’un des meilleurs ténors de la nouvelle génération interprète des grands airs d’opéras de Gounod, Massenet, Donizetti, Tcha...
  • Sofiane Pamart | One Cover One Word
    Sofiane Pamart | One Cover One Word Rencontre avec le pianiste préféré des rappeurs pour la sortie de "Planet", un premier album de 12 thèmes qui parlent au cœur. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Yuja Wang et Gautier Capuçon, séquence romantique
    Yuja Wang et Gautier Capuçon, séquence romantique Quand la pianiste pékinoise et le violoncelliste chambérien s'attaquent aux sonates de César Franck et Frédéric Chopin...
  • La Bartoli est Farinelli !
    La Bartoli est Farinelli ! Pour son nouvel album, la mezzo-soprano magnifie les grands airs du répertoire de l’illustre castrat en variant la pyrotechnie vocale. Magique !