Catégories :

Les albums

CD11,49 €

Musique symphonique - Paru le 9 septembre 1994 | Sony Classical

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Voilà un programme comme Claudio Abbado savait les faire. Un choix aussi intellectuel que musical et qui fait aujourd'hui le casse-tête des disquaires et des mélomanes qui ne savent pas comment le classer. Ce qui compte, c'est cette aptitude qu'avait le grand chef italien disparu à sortir de la banalité pour offrir une thématique, ici le mythe de Prométhée, ayant inspiré les compositeurs à travers les siècles et les styles. Interprétation de très haut niveau et découvert garanties. FH
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1995 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Voilà plus de 50 ans que la pianiste Martha Argerich nous ensorcèle. Réalisé à une époque où elle était encore peu sûre d'elle (c'est son ami Nelson Freire qui l'a poussée a accepter d'enregistrer pour DG), ce disque révélait d'emblée la puissance, la virtuosité et l'originalité d'une artiste qui a marqué la deuxième moitié du 20e siècle et dont chaque apparition publique nous fascine toujours aujourd'hui. FH
CD8,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1996 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Kenneth Riegel, ténor - Boston Symphony Orchestra - Leonard Bernstein, direction / Enregistrement réalisé à Tanglewood, en 1976
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Une adéquation rare entre une œuvre et son interprète. Richter nous fait complètement oublier l'orchestration de Maurice Ravel, tant son piano est imaginatif et coloré. Un enregistrement pour meubler l'éternité... FH
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2001 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Sonate pour piano en si mineur - 10 Harmonies poétiques et religieuses, S.173 - 2 Etudes de Concert, S.145 - Première année de Pèlerinage : Suisse, S.160
CD18,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2001 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
C'est une grande rencontre que celle de Sviatoslav Richter et du grand Kirill Kondrachine. C'est même le luxe suprême d'avoir un tel chef pour accompagner les Concertos de Liszt. L'équilibre entre le piano et l'orchestre est idéal et l'héroïsme de Richter est parfaitement adoubé par le chef et par l'Orchestre Symphonique de Londres répondant à la moindre inflexion. Voilà une virtuosité transcendée par le génie des interprètes et qui donne à ces pages quelquefois un peu trop rutilantes, pour ne pas dire ronflantes, un éclat particulier. C'est de cette virtuosité combinée que provient notre propre jubilation, l’auditeur se trouvant entraîné dans ce torrent romantique. FH
CD35,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1977 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Réalisé en 1977 à Munich, cet enregistrement a été couvert d'éloges par une presse unanimement enthousiaste dès sa sortie. Il faut dire qu'on avait rarement entendu une telle personnalité dans le vaste recueil de Franz Liszt, composé sur plus de cinquante ans. La poésie, le grand sens de la couleur, l'invention sont ici constants et nous font comprendre combien ce recueil a enfanté Debussy et Ravel à la génération suivante. Pas loin de quarante ans plus tard, cette interprétation n'a rien perdu de son pouvoir de séduction et cet album constitue toujours une des meilleures références en la matière. FH
CD8,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2003 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Cet album regroupe les premiers enregistrements de Tamas Vasary pour la Deutsche Grammophon, après avoir fui l'écrasement de l'insurrection hongroise par les chars soviétiques en 1956. Un enregistrement presque manifeste avec la Marche de Rakoczy revue par Liszt ! Ce disque avait fait grand bruit à l'époque en révélant le jeune pianiste hongrois dont la virtuosité exceptionnelle était d'une clarté et d'une légèreté absolument nouvelles. Jamais d'esbroufe ni de démonstration, mais une fluidité montrant la filiation de Liszt avec les impressionnistes français. FH
CD45,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2004 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En recevant l'enseignement de sa mère, elle même élève de Karol Mikuli, l'un des meilleurs disciples de Chopin, Stefan Askenase, nous transmet sans aucun doute un peu de la sonorité et du style du compositeur polonais. Mikuli avait en effet conservé toute sa vie le culte de Chopin et c'est celui qui a oeuvré le plus activement à transmettre la tradition de son maître. Après avoir sillonné l'Europe avec succès, il s'établit à Lwów, ville natale de Stefan Askenase. Qu'il s'agisse (en priorité) des Nocturnes, des Études, des Préludes, des Valses, des Mazurkas ou des Concertos, on puisera virtuellement avec bonheur dans cet album qui regroupe la presque totalité des enregistrements du pianiste polonais. Son art est un art du passé mais nullement dépassé. On y parle, on y chante, on y respire, on y entend des chants ineffables, un toucher clair et sans aucune lourdeur, des rubati subtils, toute une culture qui s'exprime en demi-teintes, en non-dits qu'Askenase a heureusement pu transmettre à ses élèves Martha Argerich ou Mitsuko Uchida. FH
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1972 | Decca (UMO)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Alfred Brendel, piano, Bernard Haitink et l'Orchestre Philharmonique de Londres, enregistré en 1972
CD12,49 €

Classique - Paru le 15 février 2001 | Warner Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD41,99 €

Classique - Paru le 26 février 2010 | Decca Music Group Ltd.

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Certes, les héros des uns seront toujours les grands méchants des autres ; Ivan Mazeppa ne déroge pas à l’observation, lui qui est considéré comme un champion de la cause cosaque ukrainienne, tandis que jusqu’à ce jour, l’Eglise orthodoxe russe le frappe d’anathème pour désertion à l’encontre du tsar Pierre I ! Disons que pour Franz Liszt, il se rattache à la race des héros, et à ce titre il est dûment chanté dès 1837 sous forme d’Etude transcendentale après une lecture de Hugo qui, avec Byron, s’est laissé tenter par l’aventure romancée de Mazeppa – il faut dire que le brave Cosaque fut attaché à oilpé, enduit de goudron, sur un cheval sauvage et envoyé cavaler dans la steppe, une punition de laquelle il semble s’être relevé vivant : quelle belle matière pour un sujet poétique ravageur ! Pendant ses années weimarienne, en l’occurrence 1850, Liszt reprit certaines de ses œuvres antérieures pour les remanier et les orchestrer sous forme de poèmes symphoniques. Mazeppa est l’un de ces poèmes. En 1972, le jeune Berard Haitink enregistrait une fort belle interprétation avec le London Philharmonic Orchestra, que nous vous invitions à inviter dans votre Discothèque idéale de ce pas. L’album, de quatre CD, comporte d’ailleurs les treize poèmes symphoniques de Liszt.© SM/Qobuz
CD33,99 €

Classique - Paru le 23 novembre 2010 | Warner Classics International

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Pourquoi écouter les 9 Symphonies de Beethoven au piano ? Tout d'abord pour l'exceptionnel travail scrupuleux et respectueux de Liszt qui dédia son travail à Ingres, en remerciement du beau portrait que le peintre avait réalisé du compositeur. Ensuite pour écouter la magie de la palette pianistique de Cyprien Katsaris qui réalisa ces enregistrements à la fin des années quatre-vingt pour TELDEC. Son imaginaire sonore est tel qu'il permet d'entendre ces oeuvres si connues d'une manière absolument nouvelle avec une foule de détails que l'on entend pas dans leur version orchestrale. FH
CD8,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2011 | Deutsche Grammophon Classics

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Si l'on ne pense pas immédiatement à Wilhelm Kempff en choisissant un interprète de Franz Liszt, cet album nous prouvera le contraire, en tout cas pour les pièces choisies ici : les "Deux Légendes de Saint-François" et des extraits des "Années de pèlerinage". A-t-on entendu un piano plus fluide, plus chantant, plus timbré et annonçant ainsi l’impressionnisme ? Les oiseaux semblent avoir une conversation mystique avec Saint-François et Pétrarque est évoqué avec une éloquence sans aucune emphase. FH
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2011 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Pouvoir captiver les auditeurs dans une œuvre mille fois rabâchée est le propre de quelques rares élus. C’est le cas ici avec cette célèbre version de la Symphonie « du Nouveau Monde » d’Antonín Dvořák qui n’a pas pris une ride. Enregistrée en 1959 à Berlin dans une excellente stéréophonie, cette interprétation enfiévrée montre aussi le miracle que peut obtenir un chef invité. En quelques courtes séances d’enregistrement, Ferenc Fricsay obtient du Philharmonique de Berlin un son aux antipodes du moelleux karajanesque. Tout ici, à l’exception d’un Largo d’une irrésistible rêverie, est tranchant comme un couperet et sec comme un coup de trique, à la façon de la Philharmonie Tchèque. C’est la magie d’un orchestre sachant immédiatement s’adapter à la personnalité d’un chef qui sait être convainquant. Enregistré en 1960, mais avec l’Orchestre de la RIAS de Berlin (la radio du secteur américain de la ville) dont Fricsay était le titulaire, le poème symphonique de Franz Liszt Les Préludes est traversé par un souffle épique, encore renforcé par l’emploi d’un tempo lent et majestueux. Quant à La Moldau (Vlatva) de Bedřich Smetana qui est si chère au cœur des Tchèques, Fricsay l’a enregistrée à plusieurs reprises, notamment, en 1960, avec l’Orchestre de l’Allemagne du Sud (Südfunk Orchester) dont la répétition filmée reste un des rares témoignages visuels du grand chef hongrois. C’est au cours de cette même année qu’il a réalise le présent enregistrement à la tête du Philharmonique de Berlin. En 1948, Ferenc Fricsay avait signé un contrat exclusif avec Deutsche Grammophon, devenant un des rares artistes à ne jamais enregistrer pour un autre label. À l’occasion du centième anniversaire de la naissance du chef d’orchestre en 2014, le label jaune a publié un imposant coffret (disponible sur Qobuz) regroupant la totalité de ses enregistrements. Un trésor pour les mélomanes, car parmi des gravures restées célèbres, on y trouve toute une série d’œuvres qu’on avait un peu oubliées. Les enregistrements ont eu lieu pour la plupart au Titania-Palast à Steglitz, un quartier de Berlin, seul salle de concert épargnée par les bombes des forces alliées. © François Hudry/Qobuz
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Encore un grand musicien tombé trop tôt au cours de la Première guerre mondiale : l’hyper-prometteur Albéric Magnard, « mort pour la France » en 1914 en défendant son manoir familial, à l’âge de 49 ans. On n’a pas hésité à le surnommer, bien à tort, le Bruckner français car si, en effet, il a écrit quatre symphonies d’assez ample proportions, elles n’ont rien de commun avec celles de l’illustre Autrichien, ni en termes d’architecture, ni sous l’aspect de l’orchestration, ni de la thématique, rien, rien. De temps à autres l’on peut entendre l’une ou l’autre de ses symphonies jouées par quelque orchestre français, mais peu de grandes stars de la baguette se sont saisies de ce répertoire pourtant fascinant. Si, pourtant : Ansermet a enregistré en 1969 la troisième symphonie (achevée en 1896) avec l’Orchestre de la Suisse Romande, un CD couplé avec quelques pages orchestrales de Liszt des années 1860 – un couplage pas si aberrant, en vérité, en particulier eu égard à la comparable vigueur de langages des deux compositeurs. Ce Magnard ainsi Ansemettisé, vous en conviendrez aisément, trouvera toute sa place dans votre Discothèque idéale. © SM/Qobuz
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1980 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD9,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1982 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD9,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1987 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz

Le genre

Classique dans le magazine
  • Lucas Debargue | One Cover One Word
    Lucas Debargue | One Cover One Word Rencontre avec le jeune pianiste français pour la sortie de son album consacré aux sonates de Scarlatti. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Les Hanson sur la tombe d'Haydn
    Les Hanson sur la tombe d'Haydn Qobuzissime pour le splendide premier album du jeune Quatuor Hanson consacré à Joseph Haydn...
  • Il était une fois Jessye Norman...
    Il était une fois Jessye Norman... Aussi renversante dans la mélodie française que le lied allemand, les opéras de Wagner ou Strauss, la grande soprano américaine s'est éteinte à l'âge de 74 ans...
  • Focus Nouvelles Musiques 2019
    Focus Nouvelles Musiques 2019 Du 30 septembre au 4 octobre 2019, l’Institut français, le Bureau Export, la FEVIS, Futurs Composés, l’ONDA et la SACEM organisent un Focus consacré aux musiques de création. Ce parcours de repérag...
  • Florian Noack au pays de Baba Yaga
    Florian Noack au pays de Baba Yaga Tôt séduit par l'âpreté de la musique de Prokofiev, dont le piano percussif sied à l'adolescent bouillant qu'il est, le maintenant presque trentenaire Florian Noack enregistre le compositeur... mai...
  • Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité
    Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité Patricia Kopatchinskaja fait ce qu'elle veut. Chaque album est pour elle l'occasion d'emprunter un nouveau chemin. Loin d'être frivole, sa virtuosité au contraire est arrimée à un grand courage grâ...
  • Ainsi parlait Richard Strauss
    Ainsi parlait Richard Strauss Après Igor Stravinsky, Riccardo Chailly a choisi Richard Strauss pour l'Orchestre du Festival de Lucerne. Les œuvres du maître ès orchestration sont à cet ensemble éphémère, connu pour son art cons...
  • Imogen Cooper à l'heure espagnole
    Imogen Cooper à l'heure espagnole La pianiste britannique Imogen Cooper fêtait ce mercredi 28 août ses 70 printemps. Son nouvel album, radieux, s'aventure dans un répertoire qu'on ne lui connaissait pas.
  • Horowitz, un loup des steppes à New York
    Horowitz, un loup des steppes à New York Il fut comparé à Liszt, à Paganini. Pour Clara Haskil il est même le diable en musique. Un coffret en forme d'hommage rassemble des enregistrements inédits, richement agrémentés et illustrés de con...
  • Ivo ou le retour du pianiste prodigue
    Ivo ou le retour du pianiste prodigue Hormis quelques concerts, le pianiste Ivo Pogorelich se faisait rare ces vingt dernières années. Pour son retour au disque, il a choisi deux géants du répertoire : Beethoven et Rachmaninoff. Si son...