Catégories :

Les albums

HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 19 octobre 2018 | L'Encelade

Hi-Res Livret
Que reste-t-il de nos jours de Johann Adam Reincken, si ce n’est une réputation – fausse, d’ailleurs – d’avoir vécu cent ans (alors qu’il a été baptisé en 1643, et qu’il est mort à l’âge quand même vénérable de quelque 80 ans, en 1722), et d’avoir été admiré par Bach qui le rencontra à Hambourg en 1705 ? Hélas bien peu de choses, alors que de son vivant il était l’un des musiciens les plus respectés d’Allemagne du Nord, titulaire de l’orgue de Sainte-Catherine de Hambourg (à la suite de son maître Scheidemann, dont il épousa d’ailleurs la fille) de 1663 à sa mort. Il participa à la fondation de l’opéra de Hambourg, situé alors au « Gänsemarkt », le « Marché aux oies », et dirigea même l’institution pendant plusieurs années. Il est l’un des principaux représentants de l’école nordique et son style si exubérant qu’est le « stylus phantasticus », d’apparence improvisée – il fut, d’ailleurs, improvisateur de génie, semble-t-il. Cent fois, mille fois hélas, l’écrasante majorité de sa musique est désormais perdue, de sorte qu’il ne nous reste que douze pièces pour clavecin et trois pour orgue : pour un musicien qui fut titulaire d’un important instrument pendant cinquante ans, c’est bien maigre et regrettable. La Toccata en la majeur fort longtemps attribuée à Purcell puis à Bach, avant qu’on rende à César ce qui est à Johann ; le Prélude en ut majeur est, en fait, une transcription par Bach d’une œuvre pour cordes de Reincken, preuve que le Cantor admirait son aîné. Les autres œuvres, dont certaines restent quand même d’attribution douteuse, sont de la même eau ; on remarquera en particulier le délicieux Ne me parlez pas de prendre femme ou La Meierin, une ample série de variations sur un thème d’apparence assez cocasse, surtout pour un bon vivant comme sembla l’être Reincken. Clément Geoffroy joue sur une copie d’un Ruckers de 1612, réalisée par le célèbre facteur Emile Jobin. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 19 octobre 2018 | Metier

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 26 octobre 2018 | Ricercar

Hi-Res Livret
Rien ni d’anglais ni d’anglican dans ce premier album du claveciniste Yoann Moulin, un disciple d’Olivier Baumont, Kenneth Weiss, Pierre Hantaï, Skip Sempé et Blandine Verlet – quel pedigree ! En réalité, le titre est emprunté à une pièce de Samuel Scheidt, Cantilena Anglica Fortunae, une variation sur le thème anglais Fortune, my for, autrement dit : « Fortune, mon ennemie ». L’album entier alterne entre Scheidt et Scheidemann, deux compositeurs d’Allemagne du Nord : Scheidemann resta trente ans en poste à Hambourg (et ne composa pratiquement que pour le clavier, ou du moins seule sa musique d’orgue et de clavecin nous est-elle parvenue), Scheidt vécut toujours en Saxe et en Brandebourg et écrivit dans tous les genres alors en vogue dans la région, instrumentaux, vocaux, profanes et sacrés. Leurs pièces pour clavecin représentent la fusion parfaite entre la rigueur germanique, et les nouvelles tendances plus libres et mélodiques en provenance d’Italie. Yoann Moulin a choisi un superbe clavecin, copie moderne d’un Ruckers de 1615, avec « feintes brisées », autrement dit des touches noires « doubles » permettant de mieux faire résonner les chromatismes, car en effet un ré dièse n’est pas la même chose qu’un mi bémol, et dans le tempérament ancien ici utilisé, la chose est quasiment indispensable si l’on souhaite éviter bon nombre d’accords sonnant faux ! © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 26 octobre 2018 | Sono Luminus

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 2 novembre 2018 | ACOUSENCE Classics

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 2 novembre 2018 | ACOUSENCE Classics

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | Steinway and Sons

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 16 novembre 2018 | Sono Luminus

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | Foghorn Classics

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | Solo Musica

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | Steinway and Sons

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | Dacapo

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 16 novembre 2018 | Welling-Tone

Hi-Res
HI-RES11,99 €
CD8,49 €

Classique - Paru le 23 novembre 2018 | Universal Music Italia srL.

Hi-Res
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 décembre 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
Au fil de sa carrière, George Onslow (1784-1853) composa trente quatre quintettes, autant de quatuors à cordes, dix trios avec piano, quatre symphonies, des pièces vocales ; dans l’ensemble, son œuvre couvre surtout le genre de la musique de chambre, d’autant qu’en tant que « gentleman-musicien », l’indépendance financière ne le forçait pas à composer pour vivre ; il pouvait se permettre de s’abandonner à son goût pour les concerts privés au cours desquels il jouait autant du piano que du violoncelle. Son langage embrasse deux grands courants : la musique française et l’allemande, l’un pour la clarté du propos, l’autre pour la richesse polyphonique et l’écriture instrumentale. Les deux quintettes de ce troisième volume appartiennent à l’ultime maturité du compositeur, aux alentours de 1847, comme à la sphère plus germanique d’un Mendelssohn. Comme le quintette présentait le format idéal pour des concerts domestiques, les œuvres publiées offraient une certaine souplesse quant à l’effectif exigé. En l’occurrence, il était tout à fait possible de remplacer le second violoncelliste par une contrebasse, ainsi que le suggère la partition imprimée. C’est dans cette configuration que nous le propose le Quintette Elan, dont c’est précisément l’effectif fondamental. La contrebasse apporte une sonorité opulente à l’ensemble, conférant parfois au discours un caractère quasi orchestral. Voilà bien un compositeur qu’il convient de redécouvrir sans tarder. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 25 janvier 2019 | Sono Luminus

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | OMF

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | Gramola Records

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | ART_INFINI

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | Dacapo

Hi-Res Livret

Le genre

Classique dans le magazine
  • Cosma fait des Caprices !
    Cosma fait des Caprices ! Le mandoliniste Vincent Beer-Demander publie les "24 Caprices pour mandoline solo" du grand Vladimir Cosma...
  • Lucas Debargue | One Cover One Word
    Lucas Debargue | One Cover One Word Rencontre avec le jeune pianiste français pour la sortie de son album consacré aux sonates de Scarlatti. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Les Hanson sur la tombe d'Haydn
    Les Hanson sur la tombe d'Haydn Qobuzissime pour le splendide premier album du jeune Quatuor Hanson consacré à Joseph Haydn...
  • Il était une fois Jessye Norman...
    Il était une fois Jessye Norman... Aussi renversante dans la mélodie française que le lied allemand, les opéras de Wagner ou Strauss, la grande soprano américaine s'est éteinte à l'âge de 74 ans...
  • Focus Nouvelles Musiques 2019
    Focus Nouvelles Musiques 2019 Du 30 septembre au 4 octobre 2019, l’Institut français, le Bureau Export, la FEVIS, Futurs Composés, l’ONDA et la SACEM organisent un Focus consacré aux musiques de création. Ce parcours de repérag...
  • Florian Noack au pays de Baba Yaga
    Florian Noack au pays de Baba Yaga Tôt séduit par l'âpreté de la musique de Prokofiev, dont le piano percussif sied à l'adolescent bouillant qu'il est, le maintenant presque trentenaire Florian Noack enregistre le compositeur... mai...
  • Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité
    Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité Patricia Kopatchinskaja fait ce qu'elle veut. Chaque album est pour elle l'occasion d'emprunter un nouveau chemin. Loin d'être frivole, sa virtuosité au contraire est arrimée à un grand courage grâ...
  • Ainsi parlait Richard Strauss
    Ainsi parlait Richard Strauss Après Igor Stravinsky, Riccardo Chailly a choisi Richard Strauss pour l'Orchestre du Festival de Lucerne. Les œuvres du maître ès orchestration sont à cet ensemble éphémère, connu pour son art cons...
  • Imogen Cooper à l'heure espagnole
    Imogen Cooper à l'heure espagnole La pianiste britannique Imogen Cooper fêtait ce mercredi 28 août ses 70 printemps. Son nouvel album, radieux, s'aventure dans un répertoire qu'on ne lui connaissait pas.
  • Horowitz, un loup des steppes à New York
    Horowitz, un loup des steppes à New York Il fut comparé à Liszt, à Paganini. Pour Clara Haskil il est même le diable en musique. Un coffret en forme d'hommage rassemble des enregistrements inédits, richement agrémentés et illustrés de con...