Les albums

4417 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Classique et 24 bits / 44.1 kHz - Stereo
16,49 €
11,99 €

Électronique ou concrète - À paraître le 31 mai 2019 | Bella Union

Hi-Res
17,99 €
13,49 €

Classique - À paraître le 3 mai 2019 | Neue Meister

Hi-Res
14,39 €
10,79 €

Classique - À paraître le 26 avril 2019 | Berlin Classics

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - À paraître le 12 avril 2019 | Bureau B

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - À paraître le 12 avril 2019 | Cantaloupe Music

Hi-Res Livret
25,49 €
17,99 €

Classique - À paraître le 12 avril 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
11,99 €
7,99 €

Classique - À paraître le 12 avril 2019 | Diversion Records

Hi-Res
15,99 €
13,49 €

Classique - À paraître le 5 avril 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - À paraître le 5 avril 2019 | Footprint Records

Hi-Res Livret
22,49 €
14,99 €
16+

Classique - À paraître le 5 avril 2019 | Melodiya

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 5 avril 2019 | Footprint Records

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - À paraître le 5 avril 2019 | Recursive Classics

Hi-Res Livret
29,99 €
19,99 €

Classique - À paraître le 5 avril 2019 | Rondeau

Hi-Res Livret
17,99 €
13,49 €

Classique - À paraître le 29 mars 2019 | ACT Music

Hi-Res Livret
17,99 €
13,49 €

Classique - À paraître le 29 mars 2019 | Neue Meister

Hi-Res
15,99 €
11,49 €

Classique - À paraître le 29 mars 2019 | Klarthe

Hi-Res Livret
15,99 €
13,49 €

Musique de chambre - À paraître le 29 mars 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
La recette est sans faille. Prenez les meilleurs instrumentistes français à vent d’aujourd’hui. Mélangez-les avec cet inlassable curieux qu’est leur ami pianiste Eric Le Sage et vous obtiendrez cet album splendide, dont l’un des principaux mérites est de nous donner une interprétation très subtile et engagée de l’admirable Quintette pour piano et vents Op. 8 qu’Albéric Magnard composa en 1894 et qui fut créé à Bruxelles l’année suivante. C’est une pièce pleine d’un irrésistible charme juvénile. Même si l’écriture n’est pas encore aussi complexe et achevée que dans les œuvres suivantes (notamment dans les Symphonies No. 3 & No. 4), on ne peut qu’être conquis par la transparence du traitement instrumental et par le singulier mélange de joie et de mélancolie qui s’en dégage. Le reste du programme, passionnant, pose la question de la modernité d’une oeuvre face à son temps. À celle fin de siècle de Magnard est confronté le langage du jeune Darius Milhaud (grand admirateur de Magnard) pour la génération suivante, comparé lui-même au style d’André Jolivet. Notre époque n’est pas en reste avec deux compositeurs aussi différents dans leur style que Philippe Hersant et Thierry Escaich, qui répondent ici à la commande des musiciens de cet enregistrement qui sont aussi les protagonistes du festival « Musique à l’Empéri », un rendez-vous estival, autant que musical et amical, bien connu dans le Sud de la France. À ces compositeurs français, les cinq brillants musiciens à vent que sont Emmanuel Pahud à la flûte, François Leleux au hautbois, Paul Meyer à la clarinette, Radovan Vlatkovic, au cor et Gilbert Audin au basson tendent un miroir au Danois Carl Nielsen dont le beau Quintette Op. 43, composé en 1922, est depuis bien longtemps au répertoire des quintettes à vent du monde entier. © François Hudry/Qobuz
13,49 €
8,99 €

Classique - À paraître le 29 mars 2019 | Stereo Disque

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 22 mars 2019 | Arcana

Hi-Res Livret
Johann Sebastian Bach a toujours été considéré comme l’un des plus grands transcripteurs de l'histoire. Beaucoup de ses transcriptions (et surtout celles des compositeurs italiens Vivaldi et Marcello) sont rapidement devenues des classiques, et sont encore considérées comme des chefs-d’œuvres du répertoire baroque. Bach a aussi beaucoup œuvré à la transcription de ses propres œuvres. Sa magistrale transcription de sa Sonate pour viole de gambe et clavecin n° 1, qu’il transforma en une sonate en trio pour deux flûtes et continuo, a été la source d’inspiration de cet enregistrement. Tripla Concordia et Walter van Hauwe ont décidé de transcrire les deux autres sonates pour viole, marchant sur les pas de Bach. Ainsi, les membres de l’ensemble ont réalisé leur désir d’offrir une nouvelle expérience d’écoute de cet ensemble de sonates, avec des couleurs et des textures neuves. Tripla Concordia espère sincèrement que ces nouvelles versions jetteront une lumière nouvelle sur ces œuvres, donnant ainsi à l’auditeur l’opportunité d’en découvrir de nouveaux détails et des combinaisons instrumentales inédites. La transcription de deux autres chefs-d’œuvre de Bach, la Sonate en trio (pour orgue) n° 3 (ici transcrite par Sour Cream) et la Partita pour luth BWV 997, complètent cet enregistrement. © Arcana
31,99 €
27,99 €

Opéra - Paru le 22 mars 2019 | Opera Rara

Hi-Res Livret
Étrange destin que celui de cet Ange de Nisida de Gaetano Donizetti qui figure sur aucune liste de ses opéras… et pour cause ! Voulant fuir des problèmes avec la censure italienne, Donizetti décide de faire présenter cet opéra, dans une adaptation française, à Paris. Les répétitions commencent en 1840, mais elles sont bientôt arrêtées à la suite de la faillite de la troupe. Donizetti réutilisa une grande partie de son ouvrage pour composer La Favorite. C’est un peu le même cas de figure que Rossini réutilisant Le Voyage à Reims pour le refondre dans Le Comte Ory. C’est donc une création mondiale absolue que nous proposent ici Sir Mark Elder et des solistes aux talents divers réunis autour de lui. L’enregistrement a été capté en juillet 2018 au Covent Garden de Londres, en version de concert et en collaboration avec le label Opera Rara, spécialisé dans les premières d’opéras. Le livret n’ayant jamais été imprimé, il a fallu mener un important travail de reconstitution grâce aux trois exemplaires manuscrits retrouvés à la Bibliothèque Nationale de France. C’est sur cette base, comparée au propre manuscrit du compositeur, que cette version a pu être reconstituée, Candida Mantica ayant travaillé à la manière d’une archéologue, épluchant et comparant de nombreux manuscrits. Les scènes retrouvées n’étaient pas dans le bon ordre et l’orchestration incomplète. Prévu pour la France et chanté en français, cet opéra est cependant cent pour cent italien dans son style. C’est une heureuse découverte, même si elle ne remet pas en question notre vision de Donizetti. Après cette production de concert et de disque, il ne reste plus qu’à envisager une mise en scène de cette action située au XVe siècle. C’est une histoire d’île déserte comme les aimaient les amateurs d’opéras. Le roi de Naples y séquestre sa maîtresse, mais un jeune et fougueux ténor amoureux de la belle va compliquer la situation. La suite est une série d’imbroglios auxquels le Pape sera mêlé et l’histoire, oscillant entre le tragique et le bouffe, se terminera très mal pour la pauvre Sylvia qui y laissera sa vie. Une victime de plus dans la longue histoire des femmes martyres à l’opéra. © François Hudry/Qobuz

Le genre

Classique dans le magazine