Catégories :

Les albums

HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD12,99 €

Classique - Paru le 23 août 2019 | Sony Classical

Hi-Res
Il fut comparé à Liszt, à Paganini. Pour Clara Haskil, Vladimir Horowitz était même “Satan au clavier”. Un coffret en forme d’hommage rassemble des enregistrements inédits, richement agrémentés et illustrés de conversations et de photos, qui permettent de découvrir l’homme derrière le mythe. La discographie de ce molosse ultrasensible, interprète fascinant, s’agrandit donc encore avec un coffret Sony dont trois albums sont disponibles en digital : celui de son concert come-back, après douze années de silence, à Carnegie Hall le 9 mai 1965, et ceux des deux journées de répétition, les 7 et 14 avril précédents dans la même salle. Au programme : Bach, sans concessions ni séduction sous les doigts d’Horowitz ; Schumann, irrésistible et fantastique à souhait ; mais aussi Scriabine, Chopin ou encore Debussy.Il faut imaginer Horowitz au piano, rasant le clavier de ses grandes mains dans une apparente nonchalance. Pourtant, son jeu est tout à la fois puissance, imagination et précision. L’attaque initiale, rapide, jamais hésitante, semble pesante mais capable d’une infinie palette de nuances, miraculeux pianissimo ou implacable marcato. Sa technique est irréprochable − disciple de Theodor Leschetizky à Kiev, il a appris le piano dans la tradition d’Anton Rubinstein − et lui permet de chanter librement dans un constant souci du son, généreux, et un amoureux respect du texte. Ainsi, la Träumerei des Kinderszenen, op. 15 donnée lors du concert du 9 mai, au tempo retenu, cherche dans le piano des sonorités feutrées de voyage dans le souvenir, parant la pièce d'une dimension mémorielle très touchante. Hélas, les applaudissements nourris de la salle − conservés (ajoutés ?) par Sony très (trop ?) proches des dernières notes − nous sortent violemment de ce rêve. © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD12,99 €

Classique - Paru le 23 août 2019 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD12,99 €

Classique - Paru le 23 août 2019 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 juin 2019 | BIS

Hi-Res Livret
Cet album illustre parfaitement le dynamisme de la Finlande qui est devenue un des grands pays de la scène musicale internationale. Ses nombreux conservatoires regorgent d’élèves et sont d’un niveau très élevé dans tout le pays. Au regard de sa population, la Finlande produit une quantité impressionnante de compositeurs, de chefs d’orchestre, d’instrumentistes et de chanteurs grâce à un éveil musical commencé très tôt dans toutes les écoles du pays. Les compositeurs sont encouragés par l’état qui leur octroie une bourse leur permettant de composer en toute tranquillité, alors que leurs partitions sont publiées aux frais du gouvernement. L’Ostrobotnie est une région côtière de l’Ouest du pays qui est la seule à concentrer une forte majorité de suédophones. La région entretient depuis 1972 un orchestre de chambre devenu professionnel en 1989. Dirigé entre 2013 et 2019 par Sakari Oramo, il a créé plus de cent soixante œuvres de compositeurs de Scandinavie et des pays baltes. On appréciera la qualité des cordes de l’Ostrobotnian Chamber Orchestra dans ces pages de Prokofiev (Visions fugitives) et Scriabine (Préludes) écrites originellement pour piano et habilement transcrites pour un effectif de cordes par Rudolf Barchaï et Jouni Kaipainen. Les Variations sur un thème de Tchaïkovski (d’après une de ses Seize Chansons pour enfants Op. 54) d’Anton Arensky font partie de son Quatuor n° 2 : la pièce a obtenu un succès qui a incité Arensky à en réaliser un arrangement pour orchestre à cordes. La seule œuvre à être interprétée dans sa forme originelle sur ce disque est l’Élégie pour orchestre à cordes composée par Tchaïkovski à la suite d’une demande d’Alexandre Ostrovski à l’occasion d’un anniversaire. Jamais satisfait de ses œuvres, le compositeur accepta de la publier après bien des hésitations, en lui donnant le titre d’Élégie à la mémoire d’Ivan Samarine, le philosophe et écrivain russe qui venait de mourir. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 juin 2019 | Accentus Music

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 avril 2019 | ARTALINNA

Hi-Res Livret
Après un premier album pour Artalinna dédié à Rachmaninov paru en 2014, Vestard Shimkus nous invite aujourd’hui à un voyage au cœur de l’œuvre de Scriabine, l’un de ses compositeurs de prédilection, alternant « miniatures » (Feuillets d’album, Préludes) et grandes formes (Poème-Nocturne, Sonates). Dénuées de violence, les interprétations de Shimkus mettent l’accent sur la clarté formelle, sur la modernité harmonique du compositeur russe, non sans dévoiler par ailleurs des couleurs inédites (Sonate No. 4). Un album qui porte haut un univers expressif si singulier. © Artalinna
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 14 janvier 2019 | Signum Records

Hi-Res
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Piano solo - Paru le 23 novembre 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik - 5 étoiles de Classica
Toujours un brin provocante, la star mondiale du piano chinois Yuja Wang donnait en juin 2018 un récital à la Philharmonie de Berlin, avec un programme aux trois-quarts russe et pour un quart hongrois, mais quoi qu’il en soit, ancré dans le XXe siècle. Rachmaninov, dont les Préludes de l’Op. 23 ouvraient le siècle en 1901, encore dans les poétiques nuages à la Chopin. Scriabine et sa Dixième Sonate de 1913, dont les nuages s’éloignent du poétique pour s’aventurer dans le mystère, l’impalpable, l’inquiétant ; ce qui permet à Yuja Wang de nous démontrer combien elle sait aussi caresser le piano de la manière la plus douce qui soit. Prokofiev ensuite, dont la Huitième Sonate de 1944 est sans doute la moins violente des trois « sonates de guerre », mais suffisamment pour exiger des doigts d’acier, et Wang en a à revendre. L’album s’achève cent ans après les Préludes de Rachmaninov, avec quelques Études de Ligeti dont la dernière fut terminée en 2001. Le compositeur hongrois y allie toutes les caractéristiques développées par les trois compositeurs précédents : un certain romantisme tardif, le mystère, la férocité léonine. Voilà un programme d’une grande originalité que Yuja Wang a défendu avec ardeur. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 novembre 2018 | Chandos

Hi-Res Livret
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 19 octobre 2018 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Petit fils de la grande pianiste russe Tatiana Nikolayeva, Arseny Tarasevich-Nikolaev est né en 1993 à Moscou. Il commence le piano à l’âge de quatre ans et fait ses débuts à neuf ans avec l’Orchestre de Chambre de Bryansk. Après avoir participé brillamment à plusieurs concours internationaux, c’est sa splendide interprétation du Deuxième Concerto de Rachmaninov au Concours de Sydney, en 2016 (l’année où paraît son premier album consacré à Ravel (Gaspard de la nuit) et Debussy (Préludes, Livre I et L’Isle joyeuse), qui lui ouvre les portes de la carrière avec, à la clé, un contrat pour le label Decca. Cyrus Meher-Homji, le directeur général de la division classique et jazz de la branche australienne de Decca, voit en Arseny Tarasevich-Nikolaev « l’aristocrate ultime du piano ». Il faut dire que son exceptionnel talent, allié à son charisme naturel et un physique avantageux de jeune premier romantique lui sont des plus profitables. Fruit de ce contrat, ce premier enregistrement paraissant sous le titre « Reflections » est dédié à la musique russe avec les Six Moments musicaux de Rachmaninov, les fameuses Visions fugitives de Prokofiev, des œuvres de Scriabine, Medtner, Tchaikovski et deux Études de sa célèbre « babouchka » Tatiana dont on découvrira les talents de compositrice. Les projets d’Arseny Tarasevich-Nikolaev sont très nombreux. Entre une tournée avec le London Philharmonic Orchestra et des récitals dans le monde entier, c’est la voie royale qui s’offre à ce jeune pianiste à suivre avec intérêt. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 28 septembre 2018 | Champs Hill Records

Hi-Res
C’est lorsqu’elle devint finaliste et lauréate des concours de piano de Leeds et d’Ecosse que la pianiste russe Katya Apekisheva se fit connaître en Europe et dans le monde, jouant en soliste avec les grands orchestres internationaux. En 2008, son premier album, consacré à des œuvres de Grieg que chérissait tant Sviatoslav Richter, est distingué par la presse et le public. Née à Moscou dans une famille de musiciens, elle a étudié à l'Ecole de musique Gnessin pour enfants exceptionnellement doués sous la direction d'Ada Traub et Anna Kantor (professeur d'Evgeny Kissin) et à l'âge de douze ans, Katya a interprété le Concerto n° 17 de Mozart avec le Gnessin School Orchestra qui a été enregistré pour la radio classique de Moscou. En 1992, la jeune pianiste a poursuivi ses études à la Rubin Music Academy de Jérusalem avec Irina Berkovich. Là-bas, elle a remporté une bourse de la Fondation Amérique-Israël et a reçu le deuxième prix au Concours des jeunes talents à Jérusalem. Ce nouvel album, astucieusement consacré à l’impromptu en tant que forme musicale, permet de mettre en miroir quelques pièces de Chopin qui reste, sinon l’inventeur du terme, du moins celui qui le fit passer à la postérité, avec celles éponymes de Gabriel Fauré et des 9 Impromptus du jeune Scriabine encore tout imbibé du romantisme qui l’a précédé. Le piano limpide, presque liquide, de Katya Apekisheva donne aux pièces de Fauré et de Scriabine, quasi contemporaines, une parenté étonnante qui est celle d’une époque où la musique de salon prenait une épaisseur nouvelle avant de se propager sur la scène de la salle de concert. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 21 septembre 2018 | Willowhayne Records

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 14 septembre 2018 | Pavane Records

Hi-Res Livret
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 6 avril 2018 | Universal Music Italia srL.

Hi-Res Livret
Difficile de se faire un prénom lorsqu’on s’appelle Pollini, difficile aussi d’éviter les sarcasmes des envieux de tous poils. Daniele Pollini a évidemment été baigné d’art, d’architecture et de musique depuis sa plus tendre enfance. Milanais jusqu’au bout des ongles, il a commencé le piano presque bébé avec sa grand-mère pianiste, puis s’est passionné pour les sciences naturelles et la peinture qu’il a pratiquée en même temps que la musique. Admiratif de son père, il l’est surtout de Benedetti Michelangeli, Horowitz, Richter et Schnabel, une façon de concilier les deux aspects de sa propre nature oscillant entre cérébralité et intuition. À l’âge de 20 ans, Daniele hérite de la splendide maison de son grand-père, le célèbre architecte Gino Pollini. C’est dans ce lieu idéalement propice à son épanouissement, situé au cœur de Milan, que le jeune homme vit entouré de ses livres et de son piano. Si son amour pour sa ville natale, véritable capitale culturelle de l’art contemporain, de la musique, de la mode et du design stimule et nourrit son imagination, il ne l’empêche pas de séjourner dans ses autres villes favorites, Paris, Rome et Venise. On avait apprécié récemment Daniele Pollini à quatre mains avec son père dans la suite En Blanc et noir de Debussy. Le voici, seul désormais, pour son premier disque publié par Deutsche Grammophon (DG) avec un programme aussi intelligent qu’audacieux qui tisse les liens d’une filiation, partant des Études Op. 10 de Chopin pour arriver au célèbre Klavierstück IX de Stockhausen en passant par les œuvres ultimes de Scriabine. Passionnant voyage commencé dans le romantisme qui trouve des résonances mystiques en passant par la Russie, pour s’achever dans les non-dits d’un Stockhausen hors de toute influence germanique et qui regarde plutôt vers les compositeurs de l’avant-garde américaine comme John Cage et Henry Cowell. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Duos - Paru le 17 novembre 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« [...] le répertoire des miniatures pour violon est inépuisable. [...] Si le programme est passionnant, c'est aussi que chacune de ces partitions a pour auteur un brillantissime virtuose, totalement maître des possibilités techniques de son instrument et soucieux de mettre en valeur son propre talent. À l'exception de Paganini, Joachim et Sarasate, tous les plus grands noms du violon sont représentés. [...] Même si la jeune virtuose se montre ici ou là un peu trop théâtrale [...], le ton est toujours original et la maîtrise d'une aisance spectaculaire. José Gallardo s'avère un accompagnateur à la fois subtil, éloquent et formidablement réactif. Belle réussite.» (Diapason, janvier 2018 / Jean-Michel Molkhou)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 10 novembre 2017 | Evidence

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 4 août 2017 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES12,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 24 mars 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret

Le genre

Classique dans le magazine
  • Lucas Debargue | One Cover One Word
    Lucas Debargue | One Cover One Word Rencontre avec le jeune pianiste français pour la sortie de son album consacré aux sonates de Scarlatti. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Les Hanson sur la tombe d'Haydn
    Les Hanson sur la tombe d'Haydn Qobuzissime pour le splendide premier album du jeune Quatuor Hanson consacré à Joseph Haydn...
  • Il était une fois Jessye Norman...
    Il était une fois Jessye Norman... Aussi renversante dans la mélodie française que le lied allemand, les opéras de Wagner ou Strauss, la grande soprano américaine s'est éteinte à l'âge de 74 ans...
  • Focus Nouvelles Musiques 2019
    Focus Nouvelles Musiques 2019 Du 30 septembre au 4 octobre 2019, l’Institut français, le Bureau Export, la FEVIS, Futurs Composés, l’ONDA et la SACEM organisent un Focus consacré aux musiques de création. Ce parcours de repérag...
  • Florian Noack au pays de Baba Yaga
    Florian Noack au pays de Baba Yaga Tôt séduit par l'âpreté de la musique de Prokofiev, dont le piano percussif sied à l'adolescent bouillant qu'il est, le maintenant presque trentenaire Florian Noack enregistre le compositeur... mai...
  • Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité
    Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité Patricia Kopatchinskaja fait ce qu'elle veut. Chaque album est pour elle l'occasion d'emprunter un nouveau chemin. Loin d'être frivole, sa virtuosité au contraire est arrimée à un grand courage grâ...
  • Ainsi parlait Richard Strauss
    Ainsi parlait Richard Strauss Après Igor Stravinsky, Riccardo Chailly a choisi Richard Strauss pour l'Orchestre du Festival de Lucerne. Les œuvres du maître ès orchestration sont à cet ensemble éphémère, connu pour son art cons...
  • Imogen Cooper à l'heure espagnole
    Imogen Cooper à l'heure espagnole La pianiste britannique Imogen Cooper fêtait ce mercredi 28 août ses 70 printemps. Son nouvel album, radieux, s'aventure dans un répertoire qu'on ne lui connaissait pas.
  • Horowitz, un loup des steppes à New York
    Horowitz, un loup des steppes à New York Il fut comparé à Liszt, à Paganini. Pour Clara Haskil il est même le diable en musique. Un coffret en forme d'hommage rassemble des enregistrements inédits, richement agrémentés et illustrés de con...
  • Ivo ou le retour du pianiste prodigue
    Ivo ou le retour du pianiste prodigue Hormis quelques concerts, le pianiste Ivo Pogorelich se faisait rare ces vingt dernières années. Pour son retour au disque, il a choisi deux géants du répertoire : Beethoven et Rachmaninoff. Si son...