Les albums

10,43 €
6,93 €

Classique - Paru le 7 juin 2019 | Lawo Classics

Hi-Res
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 7 juin 2019 | Sony Classical

Hi-Res
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 17 mai 2019 | Farao Classics

Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 1 mars 2019 | Paladino Music

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 3 août 2018 | LPO

Hi-Res Livret
15,99 €
11,49 €

Classique - Paru le 1 août 2018 | London Philharmonic Orchestra

Hi-Res Livret
8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 11 mai 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
Attention, il s’agit bien ici des suites tirées des ballets Les Biches et Les Animaux modèles de Poulenc, et non pas de la musique de ballet complète. Les Biches, créé en 1924 par les Ballets Russes de Paris, est une partition particulièrement « facétieuse » de Poulenc, à mille lieues du musicien le plus profond ; on pourrait presque parler de musique légère, dans la veine qu’exploitera par la suite un Jean Françaix. Bien sûr, « léger » ne veut pas dire « facile » et la partition de Poulenc déborde d’imagination, de raretés harmoniques, de truculences orchestrales, de références et d’allusions allant de Chopin à Mozart, de Stravinski au music-hall. Comme dans Les Biches, le compositeur créa lui-même son argument pour le ballet Les Animaux modèles de 1942, dont voici donc la Suite. Veine identique, si ce n’est que Poulenc déploie un orchestre autrement ambitieux, mais le ton parisien prévaut. Empruntant à La Fontaine, Poulenc fait de ses animaux des personnages humains, déclarant lui-même que la sauterelle devient une vieille ballerine, la fourmi une vieille tante de province, le lion amoureux un maquereau, et que la mort est une femme élégante, sorte de duchesse masquée. Ici encore les allusions et emprunts sont légions, à lui-même mais aussi à Satie, à Saint-Saëns et bien d’autres, tandis que dans Le Lion, il insère sournoisement « Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine » dans la trame musicale, un évident pied-de-nez aux occupants de Paris qui vinrent assister à la création du ballet signé Lifar à l’Opéra de Paris. L’album se referme avec la Sinfonietta de 1947, une œuvre assez particulière dans l’œuvre de Poulenc : facétieuse et légère, certes, mais toujours teintée de ce drame potentiel qui guette derrière chaque mesure. Programme bienvenu. © SM/Qobuz
11,49 €

Oratorios profanes - Paru le 16 février 2018 | Warner Classics

Livret Distinctions Diapason d'or
Une version de référence avec un rôle en or pour la soprano française, muse de Poulenc et un orchestre dirigé de main de maître par Georges Prêtre. Un enregistrement incroyable, très bien restauré, qui n'a pas pris une ride. En bonus, "Le bel indifférent" de Cocteau avec Edith Piaf en récitante. « Poulenc empruntait à Cocteau le texte de La Voix humaine (1958), "tragédie lyrique" en un acte baignant dans l'angoisse du lendemain. L'art accompli du compositeur, lui-même plongé en dépression, ne fait plus qu'un avec celui de son interprète fétiche, son "rossignol aux yeux d'émeraude". "Petite comme un oiseau, grande comme la douleur, exactement sublime" (Clarendon/Bernard Gavoty) : aucune interprète de La Voix humaine n'a encore égalé Denise Duval. Ne raccrochez surtout pas ! » (Diapason, mars 2018 / François Laurent)
9,99 €

Classique - Paru le 5 janvier 2018 | Centaur Records, Inc.

9,99 €

Musique de chambre - Paru le 5 janvier 2018 | Paladino Music

Livret

Classique - Paru le 8 décembre 2017 | New York Philharmonic

Téléchargement indisponible
13,49 €

Classique - Paru le 27 novembre 2017 | Warner Classics

Livret
« La voix de son maître » ! Ainsi peut-on sans nul doute caractériser les interprétions que donne Gabriel Tacchino (né en 1934) des œuvres de son maître Francis Poulenc – car, oui, Poulenc eut un seul véritable disciple au piano et ce fut Tacchino, à partir de 1956. Et quand bien même il existe de nombreux enregistrements de Poulenc lui-même au piano, ainsi que de Jacques Février qui fut si souvent son partenaire en quatre-mains (et qui fut, lui aussi, le maître de Tacchino), les interprétations d’un émule, admirateur et disciple ne peuvent qu’apporter un nouvel éclairage sur cette musique parfumée, souvent spirituelle, inclassable et si puissamment personnelle qu’on la reconnaît dès les premières notes. Les présents enregistrements ont été réalisés à la grande époque, en 1966 et 1967, puis entre 1978 et 1984 à la Salle Wagram de Paris, ainsi qu’en mars 2017 pour deux pistes « en bonus », si l’on veut : Léocadia des Chemins de l’amour, et la Sonate pour piano à quatre mains avec sa jeune élève Emmanuelle Stéphan. Tout l’art de Tacchino réside dans son adoption personnelle des concepts de Poulenc, que ce soit du côté du texte ou de ce qu’il connaissait des propres exécutions du compositeur lui-même – qui déviait parfois de la lettre de ses ouvrages, ce que Tacchino ne s’autorise en aucun cas. Voilà donc des documents indispensables pour quiconque s’intéresse à la musique française de la première moitié du XXe siècle, et à l’art du piano à la française tel que transmis par le maître. © SM/Qobuz
20,24 €

Classique - Paru le 27 octobre 2017 | Brilliant Classics

Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Autour du pianiste florentin Matteo Fossi, une belle poignée de solistes italiens se relaient pour nous offrir cette intégrale de la musique de chambre de Poulenc, un genre qu’il a abordé de manière éclectique et intermittente. On y trouve des formations « classiques » telles que deux pianos ou piano à quatre mains, piano et violoncelle, flûte et piano (sans doute son œuvre la plus célèbre dans le domaine chambriste), violon et piano, clarinette et piano, puis des choses bien plus inhabituelles – et si intensément françaises – comme le trio pour cor, trompette et trombone, le sextuor pour piano et quintette à vents, et d’autres de la même eau. On ne peut que regretter que le compositeur se pencha si peu sur le format, même si la majorité des pièces sont de véritables chefs-d’œuvre (ce qui vaut toujours mieux que de produire des tombereaux de nanars…), dans lesquels simplicité, facétie, spontanéité et transparence alternent – surtout dans les ouvrages les plus tardifs – avec cette profondeur recueillie que l’on trouve dans ses grandes fresques sacrées. © SM/Qobuz
13,49 €

Classique - Paru le 12 juin 2015 | Australian Broadcasting Corp (ABC)

14,99 €

Classique - Paru le 2 janvier 1998 | Decca Music Group Ltd.

13,49 €

Classique - Paru le 2 mai 1994 | Decca Music Group Ltd.

Enregistré déjà voici plus de vingt ans, ce premier volume de la quasi-intégrale des mélodies de Poulenc rassemblent deux chanteurs francophones qui connaissaient alors une grande gloire : la Française Catherine Dubosc, qui s’était fait un nom considérable comme Blanche de la Force des Dialogues des carmélites de Poulenc, et le Suisse Gilles Cachemaille, qui commença sa grande carrière internationale lorsque Karajan l’invita pour sa Carmen de Salzbourg. Si tous deux ont quelque peu délaissé la scène, il n’en reste pas moins que leur participation à l’intégrale en question (où l’on retrouve aussi Felicity Lott et François le Roux, toujours accompagnés par Pascal Rogé) est la preuve que leurs qualités vocales étaient de toute première qualité. On retrouve, dans ce premier volume, plusieurs grands cycles parmi lesquels Le Bestiaire, Fiançailles pour rire, les Chansons gaillardes et Banalités, quelques-unes des grandes réussites de Poulenc dans le domaine de la mélodie. Une réédition à ne pas manquer ! © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 27 janvier 2017 | The Sixteen Productions Ltd.

Hi-Res Distinctions Diapason d'or
25,99 €

Classique - Paru le 14 octobre 2016 | Sony Classical

Distinctions Diapason d'or
10,99 €

Classique - Paru le 28 avril 1989 | Decca Music Group Ltd.

17,99 €
11,99 €

Musique symphonique - Paru le 2 septembre 2016 | PentaTone

Hi-Res Livret

Le genre

Classique dans le magazine
  • Lise Davidsen, la voix royale
    Lise Davidsen, la voix royale Qobuzissime pour le premier album Strauss et Wagner de la jeune soprano norvégienne !
  • Sandrine Piau, en mélodie
    Sandrine Piau, en mélodie Avec "Si j'ai aimé", la grande soprano signe un beau récital autour de la mélodie française romantique...
  • Hilary Hahn seule avec García Abril
    Hilary Hahn seule avec García Abril Le compositeur espagnol Antón García Abril signe 6 partitas pour la grande violoniste américaine...
  • Cap au Sud pour Garanča
    Cap au Sud pour Garanča Avec "Sol y Vida", la grande mezzo-soprano lettone Elīna Garanča signe un album de chansons populaires mucho caliente !
  • Francesco Tristano à Tokyo
    Francesco Tristano à Tokyo Avec son nouvel album "Tokyo Stories", le pianiste luxembourgeois signe une œuvre fascinante mêlant son amour pour la musique minimaliste, Bach, le jazz et l'électro...
  • Vanessa Wagner, intérieur minimaliste
    Vanessa Wagner, intérieur minimaliste Avec l'envoûtant et mélancolique "Inland", la pianiste française poursuit son exploration des compositeurs minimalistes...
  • Benjamin Alard, fou de Bach !
    Benjamin Alard, fou de Bach ! Le jeune claveciniste-organiste français poursuit son impressionnante intégrale des œuvres pour claviers du Cantor de Leipzig...
  • Les Arts Flo ont 40 ans !
    Les Arts Flo ont 40 ans ! Fondé en 1979, l'ensemble baroque de William Christie et Paul Agnew magnifie depuis quatre décennies les œuvres de Lully, Charpentier, Rameau, Monteverdi, Purcell, Haendel et bien d'autres génies d...
  • Schiff et Schubert, à la folie...
    Schiff et Schubert, à la folie... Le grand pianiste hongrois András Schiff poursuit son exploration de la musique de Franz Schubert et consacre son nouveau disque aux quatre Impromptus D 899 et aux compositions datant de 1828...
  • Lang Lang, le piano de A à Z
    Lang Lang, le piano de A à Z Avec "Piano Book", le virtuose chinois revisite tous les thèmes les plus tubesques de la musique pour piano...