Les albums

2153 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Classique et Gustav Mahler
13,49 €
9,99 €

Classique - À paraître le 6 septembre 2019 | LSO Live

Hi-Res
29,99 €

Classique - À paraître le 9 août 2019 | SWR Classic

Livret
19,99 €

Classique - À paraître le 9 août 2019 | Dreyer Gaido

Livret
9,99 €

Classique - À paraître le 2 août 2019 | Cameo Classics

Livret
9,99 €

Classique - À paraître le 2 août 2019 | BIS

Livret
14,99 €
9,99 €

Musique chorale (pour chœur) - À paraître le 2 août 2019 | Carus

Hi-Res Livret
15,99 €
11,49 €

Symphonies - Paru le 19 juillet 2019 | London Philharmonic Orchestra

Hi-Res Livret
Ah, chouette, des glissandos à foison ! Ils nous manquaient. À l'heure où tous les chefs d'orchestre du moment, jeunes, âgés, se croient obligés d’apporter leur pierre à l'édifice malhérien quand tant de répertoires méritent la lumière, Vladimir Jurowski, qui s'est déjà illustré à plusieurs reprises, et avec bonheur dans l'univers du compositeur « tchèque » (Symphonie n° 1, Symphonie n° 2, Totenfeier), n’a pas peur de recourir à des solutions expressives qui paraissent particulièrement douteuses aujourd’hui. C’est étrange, car un bonheur, donné avec style, ne se refuse jamais... Quel Ruhevoll ici ! Jurowski poursuit ici son périple mahlérien avec la Symphonie n° 4. Et il propose une voie tout à fait originale, où les voix de Dvořák et Janáček se mêlent à celles de Bruckner et Strauss. Mahler ferait-il dans la synthèse ? En tous cas, il est moderne, justement pour cela, et Jurowski le sait. Tout ceci semble pour lui devenir un jeu. N’y cherchez pas l’éther (exit Abbado), et pas davantage l’éternité (Haitink). Car à la place, les grandes flûtes se gargarisent, les clarinettes rouspètent, les bassons rougissent, les timbales rugissent, et au-dessus de ce petit vacarme bohémien, les violons, à force de « piquer », finiront par chanter. La poétique protéiforme du Bedächtig aura rarement sonné aussi vivante, naturelle, rayonnant en majeur coûte que coûte. La scordatura du second mouvement, sera une petite idée de l’enfer, et comme un avant-goût de la Burleske de la Neuvième. Mais enfin !, ce cor ne voudra jamais arrêter de se faire entendre, et le lyrisme vaincra de tout, même au cœur de l’enfer revenu. Dans le lied final ( Sehr behaglich), Sofia Fomina, voix parfaite, fera sa danse légère, avec ce zeste d’esprit enfantin (pureté, simplicité), qui transcende le « Nulle musique sur terre n'est comparable à la nôtre » (Kein' Musik ist ja nicht auf Erden die unsrer verglichen kann werden). Et tout d’un coup, une question pointe, Seefried et Walter seraient-ils les inspirateurs de cette lecture enchanteresse de Jurowski, véritable « sacre du printemps » d’Europe centrale. À quand la Symphonie n° 6 ? © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
10,79 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | mpLive

14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 5 juillet 2019 | Genuin

Hi-Res Livret
5,39 €
4,04 €

Classique - Paru le 15 juin 2019 | iMD-Schweizer Fonogramm

Hi-Res Livret
19,98 €

Classique - Paru le 30 juin 2019 | profound

14,99 €

Classique - Paru le 28 juin 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

34,99 €

Classique - Paru le 28 juin 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

4,99 €

Classique - Paru le 15 juin 2019 | Classic

21,49 €
14,99 €

Classique - Paru le 14 juin 2019 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
Le grand écart. A l'automne dernier, Renée Fleming s'était consacrée à la comédie musicale de Broadway, sous la houlette du BBC Concert Orchestra emmené par Rob Fisher, mélangeant des pages de Jerome Kern, Richard Rogers, Andrew Lloyd Webber, Stephen Sondheim et quelques autres plus méconnus par ici. Un peu inattendu et bienvenu. Avec ce nouvel opus, la soprano américaine retourne à un répertoire plus traditionnel, et en l'occurrence propose une très belle sélection de Lieder de Brahms, puis de Schumann le cycle entier des Frauenliebe und -Leben Op. 42, et enfin, de Mahler, les Rückert-Lieder, dans leur version orchestrale où Christian Thielemann dirige pour l'occasion les Münchner Philharmoniker. Le timbre de Renée Fleming est aujourd'hui parfaitement crépusculaire, automnal, ce qui peut convenir à tous ces Lieder teintés d'une forte mélancolie. Les accompagnements d'Hartmut Höll sont très beaux (tout spécialement dans Brahms), et la direction de Thielemann souvent poétique. © Qobuz
14,99 €

Classique - Paru le 14 juin 2019 | Decca Music Group Ltd.

Livret
9,99 €

Classique - Paru le 14 juin 2019 | Genuin

Livret
14,99 €

Classique - Paru le 13 juin 2019 | Ameritz Music Ltd

Le genre

Classique dans le magazine