Les albums

79,99 €

Classique - Paru le 15 mars 2019 | Profil

Livret
67,99 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | Warner Classics

Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama
Warner explore en 27 CD tout Berlioz, alignant gravures légendaires, raretés et inédits ! Orchestre, mélodies, cantates, pages sacrées, opéras. À découvrir l'Hymne à la France, La Nonne sanglante laissée en plan par Berlioz.
55,99 €

Classique - Paru le 27 octobre 2017 | Decca Music Group Ltd.

Livret
149,85 €

Classique - Paru le 3 juin 2016 | Profil

97,99 €

Classique - Paru le 22 janvier 2016 | Warner Classics

Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
« Plutôt qu'une intégrale noyée sous les doublons, Warner a préféré un portrait foisonnant, au son artistement restauré, riche d'inédits par dizaines, la plupart en concerts.» (Diapason, avril 2016)
55,99 €

Classique - Paru le 22 janvier 2016 | Warner Classics

Livret
69,99 €

Classique - Paru le 1 août 2015 | Decca Music Group Ltd.

Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
« Le coffret Decca "Sibelius. Great Performances" propose une anthologie d'enregistrements (mono et stéréo) réalisés du vivant du compositeur (mort en 1957). L'Angleterre s'y révèle un pays précurseur à une époque où le Finlandais subissait un injuste purgatoire. L'occasion de réévaluer, dans un son remasterisé, l'intégrale pionnière des Symphonies par Anthony Collins et le LSO dans une interprétation peut-être pas pleinement aboutie mais d'une remarquable justesse de ton et de climat. Dans un florilège de mélodies orchestrées voisinent les grandes orgues de Kirsten Flagstad et l'acier de Birgit Nilsson, alors à son zénith. Une Symphonie n° 2 implacable, d'un hiératisme intimidant, par Pierre Monteux et le LSO [...] Excellente idée d'inclure l'impérial Ruggiero Ricci dans le Concerto pour violon et la rencontre d'Hans Rosbaud et de l'Orchestre philharmonique de Berlin avec un Tapiola lunaire de toute beauté. Un témoignage inédit de Charles Mackerras à la tête du London Proms Symphony Orchestra dans quelques pièces de musiques de scènes bouleverse moins la discographie qu'il ne complète le portrait du chef à qui l'on doit la redécouverte d'un autre géant du XXe siècle dont l'œuvre fut longtemps laissée sous le boisseau : Leos Janacek.» (Classica, novembre 2015)
97,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2011 | Decca Music Group Ltd.

Livret Distinctions Diapason d'or - Diamant d'Opéra Magazine
1950 à 1990, voilà l’impressionnante étendue de la carrière de la soprano australienne Joan Sutherland (1926 – 2010). Dès 1959 elle faisait ses débuts triomphants à Londres dans Lucia (après s’y être taillé un sérieux succès comme Reine de la nuit quelques années auparavant), ce qui la plaça d’emblée dans le cercle des plus grandes cantatrices « à l’italienne » ; car elle avait commencé sa jeune carrière en s’orientant plutôt vers la catégorie de soprano dramatique wagnérienne, mais son mari Richard Bonynge la persuada rapidement que sa voix se prêtait bien mieux aux émissions plus légères du bel canto, du répertoire baroque et des grandes opérettes. Oui, elle s’est frotté aux rôles plus dramatiques, mais seulement au disque, jamais sur scène. Dès 1959, la firme Decca lui signa un pont en or, de sorte qu’elle enregistra pour le prestigieux label jusqu’à la tout fin de sa carrière en 1990. Ce sont ces quelque vingt heures d’enregistrements en studio (on le précise, puisqu’il existe aussi des brouettes d’enregistrements de concert) pour Decca qui nous sont ici proposés. On va de Haendel à la comédie musicale états-unienne, en passant par l’incontournable Donizetti dont Sutherland fut la championne, Offenbach, Massenet et cent autres sur ces vingt-trois CD ; la voix de la star reste éclatante, émouvante et somptueuse du début à la fin, remarquable longévité sans doute due à une technique impeccable et aussi le soutien artistique et humain de Bonynge, qui dirige (et accompagne au piano, parfois) bon nombre de ces enregistrements. © SM/Qobuz
53,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2008 | Decca Music Group Ltd.

Turangalîla-Symphonie - L'Ascension - Cinq rechants - Et j'attends la résurrection des morts - La transfiguration de notre Seigneur Jésus-Christ - Poèmes pour Mi - Quatuor pour la fin des temps - Chants de terre et de ciel- Harawi - etc.Voir le Volume 2
53,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2009 | Deutsche Grammophon (DG)

53,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2006 | Decca Music Group Ltd.

96,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2005 | Decca Music Group Ltd.

La Mozart 250, ce n’est pas la dernière moto fabriquée à Salzbourg par une firme japonaise aux trois diapason, mais bien une collection rassemblant deux cent cinquante pistes mozartiques provenant d’un total de 22 CD, pour vingt six heures de Wolfgang Amadeus. Cette impressionnante brouette couvre des époques d’enregistrement allant de années 60 à l’an 2000, des labels anciennement séparés que furent Decca, Philips et la DGG, et des artistes aussi divers que Bernstein, des genres allant de la symphonie au concerto, de la sérénade au quatuor, de la messe (les œuvres sacrées sont proposées en entier) à l’extrait d’opéra (aucun opéra entier, attention, hein… des arias et ensembles seulement), ainsi que quelques sonates pour piano, par des artistes tels que Abbado, Harnoncourt, Karajan, Gardiner, Solti, Jochum, Mehta, Colin Davis, le Quatuor Emerson, Gideo Kremer, le Melos Quartet, Maria João Pires, Itzhak Perlman, Barenboim, Ashkenazy, Mitsuko Uchida et cent autres noms quasiment-mythiques. Autrement dit, vingt-six heures du plus grand Mozart, d’enregistrements réalisés à la grande époque discographique quand les grands labels savaient développer une sonorité spécifique, un lien privilégié avec les artistes, une politique éditoriale et artistique de haut niveau. Indispensable coffret ! Attention, cher Qobuzonaute, si vous achetez ce coffret, n’achetez PAS le coffret « Mozart Collection » qui fait assez largement doublon avec celui-ci – amical conseil de l’Ami Qobuz. © SM/Qobuz
59,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Decca

Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica
53,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Westminster

Livret Distinctions Diapason d'or
C'est une mine ! C'est une somme ! Que dis-je, c'est un monde ! que ces rééditions des grands enregistrements de Westminster. Créée en 1949 à New York sous la direction artistique du chef-d'orchestre d'origine tchèque Henry Swoboda, cette marque a tout de suite fondé sa notoriété sur des artistes de renom et sur une technologie du son très avancée, venant concurrencer les prestigieux labels Mercury (Living Presence) ou le fameux Decca Sound de ces années capitales pour la (haute) fidélité de la restitution sonore. C'est une joie sans mélange que de retrouver certaines Symphonies de Beethoven sous la baguette si originale, et si actuelle, de Hermann Scherchen ; la Neuvième dirigée par Pierre Monteux. Les fameux enregistrements de Haydn par le même Scherchen, des Symphonies de Mozart par Leinsdorf ou le célébrissime enregistrement des Planètes de Gustav Holst sous la direction de Sir Adrian Boult. Plus rares sont les enregistrement du chef polonais Arthur Rodzinski. On y trouve aussi Hans Knappertsbusch, Clara Haskil et même, le jeune Daniel Barenboim avec Laszlö Somogyi, un chef hongrois complètement oublié aujourd'hui, mais qui eut son heure de gloire. Ajouter à cela la violoniste Erica Morini et les tout premiers enregistrements du Quatuor Amadeus (1951) et vous comprendrez les trésors qui nous sont restitués. FH
99,99 €

Classique - Paru le 15 novembre 2013 | ICA Classics

Distinctions Diapason d'or
55,99 €

Classique - Paru le 2 août 2013 | Warner Classics

55,99 €

Classique - Paru le 3 juin 2013 | Warner Classics

53,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions 5 de Diapason
53,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions 5 de Diapason
Un album hétéroclite mais ô combien réjouissant puisqu'il nous permet de retrouver les premiers enregistrements du jeune Claudio Abbado pour le label DECCA. On y trouve des Symphonies de Beethoven, de Mendelssohn, la Première de Bruckner et des oeuvres de Prokofiev et Verdi. Le témoignage des débuts fulgurants d'une carrière qui se prolonge aujourd'hui avec une maturité exceptionnelle.
69,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2012 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica
Le pianiste britannique Sir Clifford Curzon n'a jamais été sous le feu des médias. Déjà en carrière à Londres dans les années vingt, il reçoit un choc quasi mystique lors d'un récital d'Artur Schnabel qui le remet complètement en question. Il arrête aussitôt de donner des concert pour suivre l'enseignement de ce Maître avant de parfaire ses études à Paris avec Nadia Boulanger et Wanda Landowska. Sa carrière, discrète, est pourtant immense. Il donne de très nombreux concerts sous la direction des plus grands chefs du moment et enregistre son vaste répertoire pratiquement pour le seul label DECCA qui vient de publier l'intégralité de son legs discographique. On y trouve des perles déjà connues, comme le légendaire enregistrement du Premier Concerto de Brahms sous la direction de George Szell, mais également deux versions antérieures de la même œuvre, des concertos de Mozart avec Benjamin Britten, beaucoup de musique de chambre (Ah ! le Quintette "La Truite" de Schubert avec le Wiener Oktett !), des concertos de Beethoven, des oeuvres pour piano seul de Liszt, Franck, Schubert, Chopin et quelques partitions quasi inconnues. Un album en 22 cd, reflétant parfaitement la curiosité de cet artiste singulier qui partageait sa vie entre la pratique musicale et de longues périodes de méditation propices à affiner son art et à trouver la quintessence de tout ce qu'il joue.FH

Le genre

Classique dans le magazine