Catégories :

Les albums

CD9,99 €

Classique - Paru le 16 août 2019 | Ars Produktion

Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
CD9,99 €

Musique chorale (pour chœur) - Paru le 9 août 2019 | SWR Classic

Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Chargé de deux mille ans d’histoire, le Japon a su développer son propre langage musical avec des moyens d’expression exclusivement liés au théâtre et à la danse. La récente occidentalisation du pays a contribué à l’émergence d’un style nouveau tenant compte à la fois des racines japonaises et des influences extérieures. Cet album présente une sélection d’œuvres chorales composées après 1950, à une époque où beaucoup de compositeurs japonais se libèrent peu à peu des influences extérieures.C’est le cas de Toshio Hosokawa (né en 1953) qui commence par composer dans le style de « l’avant-garde occidentale » avant de s’inspirer de la musique traditionnelle de son pays natal. Le Lotus, d’après le Buch der Lieder de Heinrich Heine déjà mis en musique par Schumann, utilise un ensemble vocal et une percussion légère et discrète, bols sonores japonais et carillons à vent.Töru Takemitsu (1930-1996) est considéré, tant dans son pays qu’à travers le monde, comme un des plus grands compositeurs japonais. Peu nombreuses, ses œuvres chorales sont très évocatrices et font appel à des souvenirs d’enfance, des « sakura » (fleurs de cerisiers) aux chansons populaires qu’il arrange à sa manière. Sa musique est d’une subtilité fascinante.Michio Mamiya (né en 1929) s’est très tôt penché sur l’étude des chansons folkloriques, à la manière de Bartók et Kodály. Il collectionne et transcrit les chants de tradition orale qu’il introduit ensuite dans sa musique. Enfin, Jô Kondô (né en 1947) s’inspire des grands polyphonistes flamands, tel Johannes Ockeghem, en mettant en musique des textes de la littérature japonaise moderne. Sa musique, complexe, renforce et cache tout à la fois l’ambiguïté du poème, avec des constants changements de rythme dans une poly-textualité héritée de la musique du Moyen Âge occidental. © François Hudry/Qobuz
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 21 juin 2019 | CPO

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Attention révélation. Auteur de cinq quatuors à cordes composés entre 1872 et 1911, de symphonies et d’un grand catalogue de musique de chambre, Friedrich Gernsheim (1839-1916) a tout du génie solitaire ignoré. Né à Worms dans une famille juive cultivée et aisée, il se fait très vite remarquer grâce à un talent exceptionnellement précoce. À l’âge de seize ans, ses diplômes en poche, il s’en va à Paris, capitale de tous les espoirs. Il y rencontre Liszt, Lalo, Saint-Saëns, Rossini et Berlioz. Mais l’amour de son pays natal est le plus fort, il s’établit à Cologne où il devient directeur du Conservatoire. Admiré de Mahler et de Strauss, il est l’ami de jeunesse de Bruch et échange une volumineuse correspondance avec Brahms. Les deux quatuors enregistrés sur ce premier volume par l’excellent Quatuor Diogenes attirent immédiatement l’attention par leur côté effusif et tourmenté. Si leur esthétique fait penser à Brahms et à Dvořák, ils sont toutefois parfaitement autonomes et n’ont pas mérité de sombrer dans l’oubli. La montée du nazisme dans les années 1920 n’était évidemment guère propice à leur diffusion. Cet honneur revient au Quatuor Diogenes fondé en 1998 qui prépare une intégrale de ces cinq quatuors dont le présent album est le passionnant premier volume. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 14 juin 2019 | Ondine

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Effaré par la pauvreté de la musique liturgique à Kiev, Tchaikovski, baigné par le chant orthodoxe dès son enfance, avait rédigé en 1875 un Bref manuel d’harmonie adapté à l’étude du chant religieux en Russie pour une institution moscovite. Peu après, il commence à réviser les œuvres complètes de Bortnianski en vue d’une nouvelle édition de « l’Orphée de la Neva » qui avait su renouveler la musique sacrée russe en combinant les styles orientaux et occidentaux. Quelquefois critiquée pour son hésitation entre plusieurs styles, la Liturgie de Saint-Jean Chrysostome de Tchaikovski veut redonner un nouveau souffle au culte orthodoxe. Elle a ouvert la voie à une pléiade de compositeurs purement religieux ou attirés par la tradition de l’Église russe, le plus génial étant Rachmaninov qui parviendra à réellement concrétiser le rêve de Tchaïkovski. Basé à Riga, le Chœur de la Radio Lettone (en anglais, le « Latvian Radio Choir ») est un ensemble de professionnels de très haut niveau possédant un répertoire particulièrement vaste et varié. Il fait souvent office de laboratoire de création en encourageant par sa qualité les compositeurs à écrire de nouvelles œuvres qui repoussent sans cesse les limites de la voix humaine. Fondé en 1940 par Teodors Kalniņš, un musicien légendaire dans son pays, le Chœur de la Radio Lettone est aujourd’hui co-dirigé par Sigvards Kļava, son chef principal et par Kaspars Putniņš. © François Hudry/Qobuz
CD9,99 €

Classique - Paru le 14 juin 2019 | haenssler CLASSIC

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 14 juin 2019 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
La percussioniste Vivi Vassileva fait partie des solistes classiques les plus remarquables de sa génération. Singin’ Rhythm est le premier album qu’elle enregistre pour Alpha Classics. Née en 1994 dans une famille de musiciens bulgares – sa mère est pianiste, son père, son frère et sa sœur sont violonistes, et elle-même a commencé par apprendre le violon –, Vivi a été fascinée dans son enfance par des musiciens qui jouaient des percussions sur une plage déserte de la mer Noire, à proximité de la maison de ses parents, ce qui l’a conduite à échanger le violon contre les instruments à percussion. Vivi répand une joie communicative par son jeu dynamique, qui ne se limite nullement au développement de rythmes ou au déploiement d’un feu d’artifice sonore. Elle cherche plutôt à toucher l’auditeur, à raconter des histoires qu’elle traduit avec beaucoup de sensibilité en mélodies, harmonies et rythmes. C’est la variété des timbres et des couleurs sonores qui la pousse et l’inspire, lui donnant la conviction que les percussions sont l’instrument du XXIe siècle. Comme le répertoire pour instruments à percussion est plutôt limité, Vivi Vassileva ne se contente pas de commander des œuvres, d’en arranger ou d’en composer, elle est toujours en quête de nouvelles formations musciales et dirige plusieurs ensembles de musique de chambre. La plupart des œuvres de Guillo Espel, Éric Sammut, Oriol Cruixent et Keiko Abe enregistrées ici sont ainsi des créations, mais on y entend aussi des arrangements rares ou originaux ainsi que des pièces composées par Vivi Vassileva elle-même. © Alpha Classics
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique chorale (pour chœur) - Paru le 14 juin 2019 | haenssler CLASSIC

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 juin 2019 | Orfeo

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Exclusivement féminin, le Skride Piano Quartet (du nom des deux sœurs qui en font partie) a placé son nouvel album sous la double bannière du mode mineur et de Vienne. Avant tout c’est la matière sonore qui attire aussitôt l’attention dès les premières mesures de cet enregistrement. Les cordes sont amples et généreuses, le piano sonne presque charnellement et l’ensemble déborde de générosité et d’une noble expression. Datant de 1785, le Quatuor en sol mineur de Mozart est une œuvre capitale de l’histoire de cette formation et de toute la musique de chambre. Sa tonalité sombre permet de mélanger tragédie et lyrisme et a inspiré par ailleurs au compositeur quelques chefs-d’œuvre comme ses Symphonies n° 25 et 40, ou encore le sublime Quintette à cordes K. 516. C’est la même tonalité que Johannes Brahms choisit ensuite pour le premier de ses trois quatuors avec piano dont le Finale se termine par une « tziganerie » endiablée. C’est une des œuvres majeures de Brahms, par sa complexité d’écriture, son originalité et sa construction aussi impressionnante qu’originale. Mais, comme pour toutes les grandes œuvres artistiques, c’est d’abord la beauté et l’expression que l’auditeur va percevoir immédiatement. Coincé entre ces deux chefs-d’œuvre, le mouvement en la mineur destiné originellement à un quatuor avec piano inachevé (Klavierquartettsatz) et composé en 1876 pendant ses années d’études par Gustav Mahler ne démérite pas. Son effusion romantique nous touche et l’on sent que Mahler semble étouffer dans les limites restreintes offertes par une telle formation. Bientôt il s’essayera à l’orchestre avec le bonheur que l’on sait. La volupté sonore, la puissance de jeu et l’engagement total des interprètes dans ces trois œuvres procurent un bonheur total. © François Hudry/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 7 juin 2019 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
La carrière d’Andrea Lucchesini se poursuit discrètement, à l’ombre de celle beaucoup plus médiatisée d’autres pianistes italiens. Brillant élève, comme Nelson Goerner, de la grande Maria Tipo, Lucchesini s’est beaucoup investi dans la péninsule au concert et au disque. Après s’être fait connaître pour ses interprétations de la musique de Luciano Berio, en particulier de son concerto Echoing Curves dirigé par le compositeur lui-même, il a enregistré l’intégrale des sonates de Beethoven pour le label Stradivarius. Au cours de ces dernières années, c’est Schubert qu’il a pour compagnon de route, « mon grand amour », dit-il. Ces deux compositeurs si différents de l’orée du romantisme fascinent Andrea Lucchesini qui présente ici un premier volume dédié aux œuvres tardives de Schubert, à l’époque où le compositeur de lieder se remet à composer des sonates dans le pesant voisinage d’un génie comme Beethoven, qui habitait de surcroît la même ville que lui. Pour Lucchesini, Schubert reste une énigme. L’homme ne nous laisse presque aucun écrit, il ne se fixa jamais à un domicile précis et personne ne saura jamais comprendre sa timidité, son agitation, ni son homosexualité latente. « Redécouvrir ses dernières œuvres », dit encore Andrea Lucchesini, « m’a montré la différence entre l’artiste qui a diverti ses amis et le compositeur travaillant dans la solitude, sans aucune perspective d’être publié ni joué. » Cette solitude au bord de la rupture s’entend bien dans cet album, particulièrement dans l’interprétation de l’Andantino de la Sonate D. 959 où passent d’inquiétants fantômes. © François Hudry/Qobuz
CD9,99 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | Wergo

Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Symphonies - Paru le 10 mai 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Diapason d'or / Arte - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Retour aux sources. Les Siècles ont travaillé sur les manuscrits de Budapest, Hambourg et Weimar, en étroite collaboration avec les Éditions Universal, la musicologue Anna Stoll Knecht et Benjamin Garzia, pour nous offrir, sur les instruments de la création de l’œuvre et de manière inédite, la seconde version (Hambourg/Weimar 1893-94) de la Première Symphonie de Mahler. Présenté comme un poème symphonique en deux parties et cinq mouvements, cette Titan ne cessera d’essuyer de sévères critiques au fil de ses évolutions. Cette reconstitution passionnante à bien des égards témoigne du génie de l’un des plus grands symphonistes de l’époque moderne ! © harmonia mundi« L'éveil aux sens et à la nature, remis au cœur de la symphonie par François-Xavier Roth et les coloristes des Siècles, fera se soulever de leur siège les mahlériens les plus blasés. » (Diapason, juin 2019)
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Berlin Classics

Hi-Res Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | CPO

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Principalement connu hors de son pays pour sa très populaire Rhapsodie suédoise No. 1 (Midsommarvaka), Hugo Alfvén était un créateur aux talents multiples. Excellent aquarelliste, il avait d’ailleurs hésité à devenir peintre à part entière, il était également un bon écrivain, mais c’est finalement la musique qui l’a emporté. Né à Stockholm en 1872, grand voyageur à travers l’Europe, polyglotte, il a suffisamment étudié le violon à Bruxelles pour intégrer l’Orchestre de l’Opéra Royal de sa ville natale, avant de diriger des chœurs et des orchestres sur tout le continent européen. Alfvén est devenu l’un des principaux compositeurs de son pays aux côtés de son contemporain Wilhelm Stenhammar. Sa musique est celle d’un romantisme tardif, dans une orchestration habile et colorée à la manière de Richard Strauss. Il est souvent considéré comme le chantre de la Suède comme Sibelius l’est pour la Finlande. C’est d’ailleurs immédiatement à Finlandia que les premières mesures de la suite orchestrale du Roi de la montagne (Bergakungen) font penser, avec ce crescendo spectaculaire ouvrant la scène de ballet. Sa Troisième Symphonie, composée en 1905 durant un voyage dans cette Italie qui ensorcèle tous les Nordiques, est un véritable hymne au bonheur. Dédiée à Marie, la jeune femme qu’il aimait passionnément et qui allait devenir sa première épouse, cette partition est légère, positive, et célèbre tout simplement la joie et la reconnaissance d’être au monde. La Rhapsodie suédoise No. 2 (Uppsalarapsodi) a été écrite pour la commémoration du 200e anniversaire de la naissance du célèbre botaniste suédois Carl von Linné, le père du concept de biodiversité auquel on doit l’identification de plus de dix mille espèces végétales et animales. Comme Brahms l’avait déjà fait quelques années plutôt pour son Ouverture pour une fête académique, Alfvén emploie dans cette oeuvre joyeuse de nombreux chants d’étudiants qui sont étroitement mêlés à la trame symphonique. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Carus

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 3 mai 2019 | CPO

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Quatuors - Paru le 26 avril 2019 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Formé au Royal College of Music de Londres en 1994, le Belcea Quartet a déjà une riche discographie, dont une intégrale des quatuors à cordes de Beethoven. Pour ce nouvel enregistrement, l’ensemble a choisi d'enregistrer trois quatuors de deux compositeurs emblématiques du XXe siècle, Leos Janáček & György Ligeti. Quinze après une première gravure chez Zig-Zag et alors que la composition de l'ensemble a évolué, ils ont choisi d'enregistrer à nouveau les deux quatuors de Janáček. Le premier s'inspire de la célèbre œuvre de Leon Toslstoï, La Sonate à Kreutzer : l'oeuvre en quatre mouvements suit la chronologie de la nouvelle, jusqu'au meurtre final. Le second quatuor est surnommé "Lettres Intimes", en hommage à Kamila Stösslova avec qui le compositeur eut une importante relation épistolaire dans ses dernière années, et qui marqua sa vie et son œuvre. Enfin, le premier quatuor de Ligeti est sous-titré "Métamorphoses nocturnes" en raison de sa forme : l'œuvre est décrite par le compositeur comme une sorte de thème et variations, mais sans "thème" spécifique qui soit ensuite varié. C'est plutôt un même concept musical qui apparaît sous des formes constamment nouvelles - c'est pourquoi les « métamorphoses » sont plus appropriées que les « variations ». © Alpha Classics
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Musique de chambre - Paru le 5 avril 2019 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 5 avril 2019 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Cet enregistrement d’Anima Eterna - ici sous la houlette du violoniste Jakob Lehmann - est le tout premier à être intégralement consacré à de la musique pour ensemble instrumental. L’Octuor en fa majeur de Schubert est très certainement un des joyaux du répertoire, dans la lignée du fameux Septuor de Beethoven, mais préparant en même temps la voie à la « Grande Symphonie ». Une vingtaine d’années après son enregistrement mémorable de toutes les symphonies de Schubert, Anima Eterna aborde la musique de chambre du compositeur en lui apposant sa marque, l’explorant avec les idées et les « traits stylistiques » développés à cette occasion. À la différence de Schubert, Franz Berwald est un compositeur largement oublié – à tort, car ce talentueux Suédois a laissé derrière lui une œuvre qui est à la fois d’une modernité surprenante et d’une délicieuse originalité. © Alpha Classics
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 avril 2019 | Challenge Classics

Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 avril 2019 | Carus

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik

Le genre

Classique dans le magazine