Catégories :

Les albums

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 8 novembre 2019 | OnClassical

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 4 janvier 2019 | Glossa

Hi-Res Livret
Réconfortante méditation, Un Requiem allemand de Johannes Brahms est présenté dans la version décapante et inspirée de Daniel Reuss à la tête de l’Orchestre du XVIIIe siècle. Cet ensemble prestigieux décida, après la mort encore récente de Frans Brüggen, de suivre la dynamique de son fondateur consistant à programmer plusieurs tournées par an et à enregistrer les œuvres en concert en choisissant les meilleures prises. Voulant conserver son indépendance, la formation préfère choisir un chef selon le répertoire : l’un d’eux, Daniel Reuss, est aussi le directeur artistique de la Cappella Amsterdam, chœur ayant assidûment collaboré avec l’Orchestre du XVIIIe siècle ces dernières années. La Missa solemnis de Beethoven enregistrée par ces deux ensembles trouve son pendant protestant et humaniste dans cette œuvre sacrée mais non liturgique de Brahms. Enregistré dans la salle De Doelen à Rotterdam, ce Requiem allemand, dont les deux solistes sont Carolyn Sampson (soprano) et André Morsch (baryton), respecte le plus possible (timbres, intentions, tempi) les indications du compositeur. L’œuvre, basée sur des textes de la Bible traduits par Luther, et d’une puissance émotionnelle constante sur toute sa durée (soixante-dix minutes), a sans doute été composée en souvenir de la mère du compositeur et de son cher Robert Schumann. © Glossa
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 4 janvier 2019 | Alpha

Hi-Res Livret
Alpha et le Festival d’Aix-en-Provence poursuivent leur série « Jeunes talents » qui permet aux lauréats de l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence d’enregistrer un album. Le baryton américain John Chest mène une brillante carrière qui l’a déjà conduit au Festival de Glyndebourne ou aux BBC Proms. Associé au pianiste brésilien Marcelo Amaral, il présente La Belle Maguelone de Johannes Brahms. De toute la riche production de lieder composés par Brahms, les Romances de la "Maguelone" de Ludwig Tieck Op. 33 est le seul véritable cycle. Brahms connaissait ces contes populaires depuis l’enfance mais c’est grâce à Schumann qu’il découvrit le roman de Ludwig Tieck, intitulé "L’Histoire de la belle Maguelone et du conte Pierre de Provence", qui fut publié en 1797. L’oeuvre est représentative de cette réinvention poétique et idéalisée du Moyen-Âge, caractéristique du romantisme allemand. Des histoires d’amours contrariés, mais qui en général finissent bien... « C’est surtout l’ampleur épique du cycle - véritable opéra de poche étayé par une écriture pianistique d’une grande complexité – qui frappe l’auditeur » écrit Timothée Picard dans le livret d'accompagnement illustré par une création originale de Maia Flore, photographe lauréate de la Fondation HSBC, dont l’univers poétique avait déjà illustré le précédent opus de la série, "Black is the colour", récital d'Anna Stéphany. © Alpha Classics/Outhere
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 9 novembre 2018 | Navona

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 9 février 2018 | EPR-Classic

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Le violoncelliste Pieter Wispelwey et le pianiste Paulo Giacometti ont décidé de graver, sur six albums, l’intégrale des œuvres en duo de Brahms et Schubert. Autrement dit, des pièces écrites pour instrument et piano, l’instrument en question pouvant être le violoncelle, mais aussi le violon, l’alto etc. Car est-il possible pour un violoncelliste virtuose de ne pas vouloir tremper ses doigts dans des répertoires qui ne lui sont pas nécessairement destinés à l’origine, alors que l’on sait que les compositeurs eux-mêmes n’hésitaient pas à transcrire – ou autoriser la transcription – de leurs propres ouvrages ? Voici donc le quatrième volume de cette collection, avec en pivots centraux la Sonate Op. 78 de Brahms, initialement conçue pour violon en sol majeur, ici transcrite en ré majeur par Paul Klengel en 1897 ; ainsi que la Première Sonate originalement pour clarinette Op. 120, du même Brahms. De ce dernier ouvrage, on sait que le compositeur l’avait lui-même transcrit pour l’alto, et c’est sur la base de cette transcription que Pieter Wispelwey a établi sa propre réécriture – fort proche de la partie d’alto, dans laquelle il a seulement transposé à l’octave inférieure certains passages inconfortablement aigus. En guise d’ouverture, on pourra entendre le Rondo en si mineur de Schubert (1826), écrit à la base pour violon et piano, ici descendu d’une octave (ou parfois deux) au violoncelle, sans que cela ne change d’ailleurs quoi que ce soit à la perception harmonique. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 17 mars 2017 | Navona

Hi-Res Livret
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 9 novembre 2006 | Eloquentia

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 4 novembre 2016 | EPR-Classic

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Le violoncelliste Pieter Wispelwey et le pianiste Paulo Giacometti ont décidé de graver, sur six albums, l’intégrale des œuvres en duo de Brahms et Schubert. Autrement dit, des pièces écrites pour instrument et piano, l’instrument en question pouvant être le violoncelle, mais aussi le violon, l’alto etc. Car est-il possible à un violoncelliste virtuose de ne pas vouloir tremper ses doigts dans des répertoires qui ne lui sont pas nécessairement destinés à l’origine, alors que l’on sait que les compositeurs eux-mêmes n’hésitaient pas à transcrire – ou autoriser la transcription – de leurs propres ouvrages ? Voici donc le troisième volume de cette collection, avec deux monuments de Brahms que sont la Sonate pour violoncelle Op. 99, mais aussi sa Sonate pour violon Op. 100 réécrite pour violoncelle. Entre ces deux chefs-d’œuvre de la grande maturité de Brahms, on entendra la Sonate pour violon et piano D. 547 de Schubert, une œuvre de jeunesse de 1817 ; la version pour violoncelle lui conférerait presque une sorte de maturité – ce n’est, en réalité, que la maturité interne du discours, mais à laquelle la gravité de l’instrument sert d’écrin naturel. © SM/Qobuz« Une rareté dans ce troisième volume du cycle Brahms-Schubert de Pieter Wispelwey et Paolo Giacometti : la transcription de la Sonate pour violon no 2. Elle ne souffre pas de descendre au violoncelle, et s’acclimate aux sonorités mates et automnales de l’instrument de Wispelwey. L’œuvre est mise en regard [...] de la Sonate pour violoncelle et piano en fa majeur, où le musicien néerlandais approfondit ses expériences sur la diversité des timbres (on appréciera notamment les couleurs douces amères du scherzo et l’éloquence contenue du finale). Le camaïeu recherché qu’il obtient inspire à son partenaire, le pianiste Paolo Giacometti, un jeu plus sage, mais le duo trouve son point d’équilibre dans un savant contraste. Entre les deux chefs-d’œuvre brahmsiens [...] le Duo D.574 de Schubert, qu’ils avaient déjà enregistré pour Onyx en 2009. Pleine de caractère et d’ardeur, la nouvelle lecture hisse cette radieuse partition au même niveau que les autres pièces à l’affiche ; les caractéristiques très marquées de l’interprétation (opposition entre épure et bouillonnement, entre sobriété et raffinement) assurant l’homogénéité du programme.» (Diapason, janvier 2017 / Jérôme Bastianelli)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 28 octobre 2016 | Yarlung Records

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD13,99 €

Musique de chambre - Paru le 27 novembre 2015 | EPR-Classic

Hi-Res Livret
Deuxième volet d’une collection de six volumes consacrés aux duos de Schubert et Brahms pour violoncelle et piano. Les qobuzonautes les plus avisés, qui auront déjà soulevé un sourcil lors de la sortie du premier volume savent maintenant qu’entre les deux compositeurs, il n’existe en tout et pour tout que deux Sonates de Brahms et la Sonate « Arpeggione » de Schubert, si l’on veut bien assimiler l’arpeggione à un violoncelle. Qu’à cela ne tienne, le violoncelliste Pieter Wispelwey et son pianiste habituel Paolo Giacometti ont donc décidé de faire ce qui se fait depuis toujours, à savoir user de transcriptions. Et subitement, on se trouve à la tête de plusieurs fantaisies de Schubert décrochées du duo violon-piano, les sonates de Brahms pour clarinette ou alto, quelques autres pièces dérivées du duo flûte-piano. Le programme du deuxième volume comporte en particulier la Première Sonate de Brahms et la très virtuose série de variations d’après Trockne Blumen de Schubert, initialement conçue pour la flûte. © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 5 octobre 2015 | EPR-Classic

Hi-Res Livret
À cent mille lieues des interprétations lourdement romantiques et un rien sentimentales, voilà une lecture que l’on n’hésitera pas à qualifier de décoiffante du Requiem allemand de Brahms. À la tête du Philharmonique de Bruxelles et du Chœur de la Radio flamande, Hervé Niquet emprunte des tempi que d’aucuns caractériseront volontiers d’allants, alertes, vivifiants ; que d’autres considéreront avec horreur comme précipités, voire supersoniques. À l’auditeur qobuzien de se faire sa religion ! Il est un fait que Niquet revisite l’ouvrage, à sa vitesse, mais surtout avec un soin de la texture contrapuntique et de la transparence des lignes que l’on pourrait presque qualifier de « baroque ». Les solistes vocaux eux-mêmes sont sollicités de manière à ce que leur texte ne soit pas une lente litanie de paroles décousues mais bien un texte déclamé, sur des notes certes, mais surtout un discours textuel. Le résultat ne se fait pas attendre puisque l’interprétation de Niquet dure, en moyenne, vingt minutes de moins que celles des autres chefs, et quasiment quarante par rapport à Celibidache – oui, oui, Celibidache n’est pas le plus rapide des rapides… À essayer ! © SM/Qobuz
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 6 juin 2015 | Queen Elisabeth Competition

Hi-Res
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 6 juin 2015 | Queen Elisabeth Competition

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 28 mai 2015 | COBRA RECORDS

Hi-Res
HI-RES7,70 €15,99 €(52%)
CD5,50 €11,49 €(52%)

Piano solo - Paru le 20 avril 2015 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Après un CD consacré à Liszt puis un deuxième à Schubert, le pianiste français Tristan Pfaff (* 1985) nous montre qu’il ne cherche pas à être vu comme « spécialiste » de tel ou tel répertoire, compositeur ou genre. Et dans quel répertoire peut-on puiser pour montrer le mieux son éclectisme ? Dans celui des bis bien sûr, ces petits (ou parfois assez gros) bonbons tour à tour rêveurs, outrageusement virtuoses, coquins, époustouflants ou émouvants. Pfaff a choisi de ne pas choisir, de sorte qu’il surfe du quasi-jazz de Gershwin à la Tartine de beurre de Mozart, de Schubert à Rachmaninov, avec le même bonheur et toujours avec une sonorité choisie pour le genre qu’il aborde. Un fort beau choix qui saura plaire à tout le monde. © SM/Qobuz« L'art du "bis" n'est pas donné à tout le monde... Tristan Pfaff présente, avec un ordre subtil, une série de petites pièces. On en redemande ! [...] Toutes ces partitions sont suffisamment typées et caractérisées par le jeu de Tristan Pfaff pour inspirer y compris les pianistes amateurs. [...] Qui plus est, le soin apporté aux détails, à la variété des respirations est des plus convaincants. Une très belle idée qui confirme la valeur d'un artiste à la forte personnalité.» (Classica, juin 2015 / Stéphane Friédérich)
HI-RES16,99 €
CD13,99 €

Musique de chambre - Paru le 20 avril 2015 | EPR-Classic

Hi-Res Livret
Premier volet d’une collection de six volets consacrés aux duos de Schubert et Brahms pour violoncelle et piano. Comment-comment, rétorqueront les qobuzonautes les plus avisés, mais entre les deux compositeurs, il n’existe en tout et pour tout que deux Sonates de Brahms et la sonate « Arpeggione » de Schubert, si l’on veut bien assimiler l’arpeggione à un violoncelle. Le reste… Eh bien qu’à cela ne tienne, le violoncelliste Pieter Wispelwey et son pianiste habituel Paolo Giacometti ont donc décidé de faire ce qui se fait depuis toujours, à savoir user de transcription. Et subitement, on se trouve à la tête de plusieurs fantaisies de Schubert décrochées du duo violon-piano, les sonates de Brahms pour clarinette ou alto, quelques autres pièces dérivées du duo flûte-piano. En complément de ce premier volet qui comporte en particulier la Deuxième Sonate de Brahms pour clarinette et la phénoménale Fantaisie en ut majeur transcrite de son violon-piano initial, quelques pièces de Max Reger (ici des extraits de Suites pour violoncelle solo) servent de référence postromantique. Alors n’hésitez pas à suivre nos deux compères dans ce beau voyage auquel Brahms et Schubert auraient bien évidemment souscrit des deux mains. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 mars 2015 | OnClassical

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 février 2015 | OnClassical

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 30 septembre 2014 | Claves Records

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 août 2014 | First Hand Records

Hi-Res Livret

Le genre

Classique dans le magazine
  • Alexandre Tharaud | One Cover One Word
    Alexandre Tharaud | One Cover One Word Rencontre avec le grand pianiste pour la sortie de "Versailles", son album consacré au répertoire français du XVIIe. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Trifonov/Rachmaninov, destination finale
    Trifonov/Rachmaninov, destination finale Avec l’Orchestre de Philadelphie dirigé par Yannick Nézet-Seguin, le virtuose russe boucle sa belle intégrale des concertos pour piano de Rachmaninov...
  • Cosma fait des Caprices !
    Cosma fait des Caprices ! Le mandoliniste Vincent Beer-Demander publie les "24 Caprices pour mandoline solo" du grand Vladimir Cosma...
  • Lucas Debargue | One Cover One Word
    Lucas Debargue | One Cover One Word Rencontre avec le jeune pianiste français pour la sortie de son album consacré aux sonates de Scarlatti. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Les Hanson sur la tombe d'Haydn
    Les Hanson sur la tombe d'Haydn Qobuzissime pour le splendide premier album du jeune Quatuor Hanson consacré à Joseph Haydn...
  • Il était une fois Jessye Norman...
    Il était une fois Jessye Norman... Aussi renversante dans la mélodie française que le lied allemand, les opéras de Wagner ou Strauss, la grande soprano américaine s'est éteinte à l'âge de 74 ans...
  • Focus Nouvelles Musiques 2019
    Focus Nouvelles Musiques 2019 Du 30 septembre au 4 octobre 2019, l’Institut français, le Bureau Export, la FEVIS, Futurs Composés, l’ONDA et la SACEM organisent un Focus consacré aux musiques de création. Ce parcours de repérag...
  • Florian Noack au pays de Baba Yaga
    Florian Noack au pays de Baba Yaga Tôt séduit par l'âpreté de la musique de Prokofiev, dont le piano percussif sied à l'adolescent bouillant qu'il est, le maintenant presque trentenaire Florian Noack enregistre le compositeur... mai...
  • Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité
    Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité Patricia Kopatchinskaja fait ce qu'elle veut. Chaque album est pour elle l'occasion d'emprunter un nouveau chemin. Loin d'être frivole, sa virtuosité au contraire est arrimée à un grand courage grâ...
  • Ainsi parlait Richard Strauss
    Ainsi parlait Richard Strauss Après Igor Stravinsky, Riccardo Chailly a choisi Richard Strauss pour l'Orchestre du Festival de Lucerne. Les œuvres du maître ès orchestration sont à cet ensemble éphémère, connu pour son art cons...