Catégories :

Les albums

CD10,79 €

Musique de chambre - Paru le 5 février 2010 | Berlin Classics

HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 12 janvier 2018 | Challenge Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« […] Aucune épice de jazz, aucune licence rythmique dans l’album de Raaf Hekkema. […] Le chemin « long, venteux et fascinant » qu’il a suivi jusqu’à cet arrangement des six Suites fut guidé par les conseils du violoncelliste (baroque) Roel Dieltens. […] Hekkema jubile, sur le terrain de jeu conquis par ses retouches ingénieuses et ses doigts gourmands de détails. Les relances et les réponses de cette polyphonie en trompe-l’œil se dessinent moins dans les nuances dynamiques que dans celles du phrasé, plus vif, plus laxe. « The Cello Suites played on historic saxophones », la formule a du piquant. Le velouté clair d’un Conn ténor de 1922 (BWV 1007) est un bonheur en soi […] Le grain plus complexe d’un Sax de 1932 sert les humeurs de la BWV 1008. Un soprano Elimona de 1991, un alto Conn de 1928, un Buescher de 1927 […], enfin un alto plus canaille de Buffet-Crampon, 1985, prennent la relève dans cette aventure musicale […] » (Diapason, février 2019 / Gaëtan Naulleau)
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 janvier 2005 | Fuga Libera

CD11,49 €

Piano solo - Paru le 11 octobre 2007 | Mirare

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
«  Il faut écouter son extraordinaire interprétation des Variations Goldberg, datée de 1990 et rééditée par Mirare, pour l’entrevoir : force et douceur, temps de réflexion et temps du rêve, virtuosité souveraine pour communier avec l’œuvre la plus accomplie et la plus étrange de toute la littérature pianistique. » (Le Figaro, le 15 décembre 2007)« Cette interprétation des Variations Goldberg, qui date de 17 ans, est de celles qui échappent à toute analyse. Aucune volonté d’originalité ici, pas de maniérisme, la pianiste s’efface derrière le texte… Avec clarté, sans lourder et des tempos souvent alertes, elle offre une image lumineuse de cette œuvre. L’humilité de cette artiste force le respect. » (Pianiste, janvier-février 2008 / Bertrand Boissard)« C'est dans la paix et la sérénité que Zhu Xiao-Mei aborde les Goldberg [...]. Avec un sens du chant déjà affirmé dans la belle Aria [... et] que l'on retrouve dès la première variation et dans bien d'autres (Var. 7, 15, 21 ou 25). La sobriété de son jeu et la limpidité de son toucher, avec une main gauche toujours présente et prompte à tisser sa propre mélodie, exploite les possibilités de couleurs offertes par le piano, sans jamais à imiter le clavecin. On passera vite sur une fugitive dureté dans l'attaque des Variations 12 et 29 [...] n'entachant pas l'ensemble de la réalisation [...], sensible et intelligente. » (Diapason / Adélaïde de Place)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Piano solo - Paru le 2 mars 2015 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 4 étoiles Classica - Qobuzissime
Rémi Geniet propose avec ce programme un portrait en raccourci de Bach au clavier et de son génial esprit de synthèse stylistique ; de la virtuosité des œuvres de jeunesse, comme la Toccata, jusqu’aux suites de danses (Partita et Suites anglaises), la vitalité à la fois mélodique, harmonique et contrapuntique de l’écriture, sa liberté aussi, ne peuvent que susciter respect et admiration. Le jeune pianiste se souvient avoir été, dès la petite enfance, particulièrement sensible à Bach. Porté par un instinct musical sans faille — style, phrasé, parfaite articulation et musicalité semblant couler de source — qui s'appuie sur un jeu clair, tour à tour puissant ou tout en finesse, il aborde le compositeur avec une sûreté sereine propre à la jeunesse mais toujours avec la sobriété des grands interprètes. « Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années » ! Rémi Geniet est de celles-là, tant sa maturité, son intelligence musicale, son engagement, son aisance et sa maîtrise impressionnent. Geniet évite soigneusement de faire du Gould-bis, du Richter-bis, du qui-que-ce-soit-bis pour dérouler son propre langage, à la fois sensuel et rigoureux, pianistique mais point pseudo-romantique. Voilà un Bach tout autant net, précis, que parfaitement construit et juste dans sa pulsation, toujours conduit avec souplesse dans sa complexe globalité où se répondent en un dosage parfaitement équilibré les deux mains qui semblent ne faire qu’une. Si le compositeur intimide, ce très jeune talent en impose aussi, à sa manière. Accueillons-le dans le monde des futurs très grands ! © Qobuz ..." Une tête d'ange en couverture vous font imaginer un premier de la classe propret ? Ecoutez ! " (Diapason, avril 2015 / Gaëtan Naulleau)
CD11,49 €

Violon solo - Paru le 6 août 1997 | Sony Classical

Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Choc du Monde de la Musique - 9 de Répertoire - 4F de Télérama
« Cette jeune violoniste américaine [...] entre sur la scène discographique avec un naturel confondant, une maîtrise instrumentale et une pureté de sonorité qui la mettent d'emblée sur un pied d'égalité avec les plus prestigieux de ses aînés. [...] Hilary Hahn nous fascine de bout en bout par la justesse des tempos, la perfection absolue de son intonation, l'extrême fluidité de son discours et la maturité de sa pensée. [...] elle nous offre ici une sonate et deux partitas vivantes et lumineuses, grâce à un jeu aéré, jamais dogmatique, serein et construit avec intelligence. Bien rares ceux qui ont atteint à cet âge ce miraculeux équilibre entre la rigueur et la pureté d'expression ! Elle n'a que dix-sept ans. C'était l'âge de Heifetz lors de son premier récital au Carnegie Hall de New York. [...] » (Diapason, octobre 2018 / Jean-Michel Molkhou)
CD11,49 €

Piano solo - Paru le 27 août 2009 | Sony Classical

Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Prise de Son d'Exception
Partitas : N°1 en si bémol majeur, BWV 825 - N°5 en sol majeur, BWV 829 - N°6 en mi mineur, BWV 830 (Publication d'origine)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Duos - Paru le 26 janvier 2018 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama
La fratrie Hantaï – Marc au traverso, Pierre au clavecin – nous livre ici tout ce que Bach a « vraiment » composé pour la flûte et le clavier, car il existe aussi quelques œuvres d’attribution plus que douteuse, qui n’apparaissent donc pas sur ce disque. Comparée au violon – avec ses six Sonates et partitas pour violon seul et ses six Sonates pour violon et clavecin obligé –, la flûte traversière soliste pourrait faire figure de parent pauvre chez le cantor. Mais il ne faut pas oublier que c’était alors un instrument très récent, (re)venu de France (où on l’appelait « flûte allemande »), que Bach n’a commencé à utiliser dans ses cantates qu’à partir de 1721-1722 environ, et qui n’avait donc encore que très peu de répertoire propre. Ces quatre sonates n’ont rien d’un recueil. Il en manque deux pour parvenir au sacrosaint chiffre de six. Et elles ont été composées sur une période d’une vingtaine d’années. Bien qu’on puisse être tenté de leur prêter un équilibre et une symétrie voulus par l’Ordonnateur – deux sonates avec clavecin obligé (BWV1034 et 1035), deux avec basse continue (1030 et 1032), deux en mineur, deux en majeur, deux en trois mouvements, deux en quatre, deux en mi, et deux à distance de quinte ascendante ou descendante de ce mi central, etc. –, tout cela est sans doute purement fortuit ; elles forment plutôt une famille « recomposée » à postériori. En revanche, ces œuvres pour flûte ont en commun d’être entourées d’un grand nombre d’incertitudes – sur leur chronologie, leur date de composition, leur destinataire, leur forme et leur instrumentation premières, leur genèse. Il ne reste donc à l’auditeur qu'à les écouter, ici données sur une flûte d’après le Bruxellois Joannes Hyacinth Rottenburgh (première moitié du XVIIIe siècle) et un clavecin d’après un Mietke berlinois de 1702. © SM/Qobuz
CD11,49 €

Piano solo - Paru le 14 mars 2008 | Sony Classical

Partitas : N°2 en ut mineur, BWV 826 - N°3 en la mineur, BWV 827 - N°4 en ré majeur, BWV 828 (Publication d'origine)
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 11 janvier 1999 | Sony Classical

Suites anglaises : N°2 en la mineur BWV 807 - N°4 en fa majeur BWV 809 - N°5 en mi mineur, BWV 810 (Publication d'origine)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 4 mars 2011 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio
Akademie für Alte Musik Berlin - Raphael Alpermann, orgue
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Piano solo - Paru le 6 octobre 2017 | Mirare

Hi-Res Livret
« [...] Il n'y a rien à redire dans ce jeu de grand style, objectif sans être indifférent, n'était un léger manque d'abandon dans la conduite de la ligne (sarabandes) et le contrôle du toucher. Que de sérieux dans les bourrées et les gigues ! » (Classica, février 2018 / Philippe Venturini)
CD11,49 €

Piano solo - Paru le 24 août 2004 | ARTE NOVA Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Il n'y a pas que Glenn Gould dans la vie ! Cette version de la pianiste russe Ekaterina Dershavina des Variations Goldberg de Bach, souvent oubliée, reste l'une des plus belles versions de ce chef-d'oeuvre du Cantor, par la pureté de son toucher, la limpidité de la construction. A découvrir impérativement..
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 18 avril 1994 | deutsche harmonia mundi

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L'étonnant "Thème royal" avec son chromatisme si expressif n'est certainement pas de la plume du Roi de Prusse qui était un compositeur de second plan. C'est probablement son claveciniste attitré, Carl Philipp Emanuel Bach, qui l'écrivit pour l'offrir à la sagacité de son propre père invité à improviser devant le roi. C'est la genèse de cette œuvre étrange, aussi intellectuelle que musicale qui jouée ici avec une éloquence austère par Sigiswald Kuijken et ses musiciens. FH
CD11,49 €

Duos - Paru le 15 mars 2007 | Paraty Productions

Distinctions Choc du Monde de la Musique
Sonates pour viole de gambe & clavecin, BWV1027 à 1029 – Concerto italien, BWV971 – Prélude de la Suite pour violoncelle seul, BWV1011 – Siciliano de la Sonate pour flûte & clavier, BWV 1031 / Emmanuelle Guigues, viole de gambe - Bruno Procopio, clavecin
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Duos - Paru le 24 février 2014 | Paraty Productions

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 28 avril 2011 | Eloquentia

Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
Dans la lignée de la célèbre performance de Jordi Savall et Hespérion XX, l'ensemble Sit Fast nous propose sa version de L'Art de la Fugue, témoin incontournable et insaisissable de la science du contrepoint du Cantor de Leipzig. Sit Fast partage avec ses prédécesseurs une exigence de la clarté polyphonique, dans une couleur générale plus sombre, moins solaire. Bel album !
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 octobre 2018 | Aeolus

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Inutile de s’appesantir sur les mille et un secrets, réels ou supposés, de L’Art de la fugue : jouons l’œuvre, un point c’est tout. Car trop longtemps il a été considéré qu’elle était plutôt conçue pour les yeux et l’esprit que pour les oreilles, erreur, erreur ! Bob van Asperen nous le prouve ici encore une fois, à la tête de son étonnant clavecin hambourgeois Christian Zell de 1741, un instrument d’une abyssale profondeur. Van Asperen ne joue ici que quatorze des « contrapuntus » du manuscrit « mis au propre », définitif, en rajoutant un canon noté sur le même manuscrit et, lui aussi, copié au propre. Car les autres « contrapuntus » et canons de L’Art de la fugue sont des brouillons, plus ou moins corrigés, et on sait qu’une monumentale triple fugue est restée inachevée. En complément, le claveciniste a eu l’idée assez étonnante mais épatante de s’adjoindre les talents de Berhard Klapprott et un second clavecin pour jouer deux fugues en miroir provenant des autres manuscrits, et qui exigent quand même un grand nombre de doigts. La différence de sonorité d’un clavecin à l’autre permet à l’auditeur de mieux suivre les titanesques inventions contrapuntiques de Bach. Et ce n’est pas de la musique pour les yeux seuls… © SM/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Piano solo - Paru le 28 janvier 2014 | Aeon

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio
Attention, chef-d'œuvre ! Voilà un album de une heure quarante de musique quasi spirituelle à déguster avec une concentration soutenue et sans interruption. La somme artistique représentée par L'Art de la fugue trouve ici un interprète exceptionnel, car ce pianiste trop méconnu en France conçoit l'oeuvre comme un tout et non comme une succession de fugues et de contrepoints savants. Son interprétation est construite de manière rigoureuse et toujours sensible, grâce à un toucher très modelé et à une sonorité qui s'incarne dans la chair. Le choix d'un Steinway du début du siècle dernier et celui d'un tempérament privilégiant l'éloquence du chromatisme lui permettent de chanter, une notion essentielle chez Bach et que Cédric Pescia met en évidence tout au long de son interprétation. Ainsi la rhétorique savante de l'œuvre n'est nullement abstraite et ne prend jamais le pas sur l'expressivité inhérente à la musique du Cantor. Jouer Bach au piano, et cette œuvre en particulier, est bien sûr totalement anachronique, mais c'est un moyen d'atteindre une forme d'expression supérieure qui confine à une sorte de révélation. FH
CD11,99 €

Violon solo - Paru le 19 avril 2019 | Channel Classics Records

Livret

Le genre

Classique dans le magazine
  • Trifonov/Rachmaninov, destination finale
    Trifonov/Rachmaninov, destination finale Avec l’Orchestre de Philadelphie dirigé par Yannick Nézet-Seguin, le virtuose russe boucle sa belle intégrale des concertos pour piano de Rachmaninov...
  • Cosma fait des Caprices !
    Cosma fait des Caprices ! Le mandoliniste Vincent Beer-Demander publie les "24 Caprices pour mandoline solo" du grand Vladimir Cosma...
  • Lucas Debargue | One Cover One Word
    Lucas Debargue | One Cover One Word Rencontre avec le jeune pianiste français pour la sortie de son album consacré aux sonates de Scarlatti. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner son ADN musical.
  • Les Hanson sur la tombe d'Haydn
    Les Hanson sur la tombe d'Haydn Qobuzissime pour le splendide premier album du jeune Quatuor Hanson consacré à Joseph Haydn...
  • Il était une fois Jessye Norman...
    Il était une fois Jessye Norman... Aussi renversante dans la mélodie française que le lied allemand, les opéras de Wagner ou Strauss, la grande soprano américaine s'est éteinte à l'âge de 74 ans...
  • Focus Nouvelles Musiques 2019
    Focus Nouvelles Musiques 2019 Du 30 septembre au 4 octobre 2019, l’Institut français, le Bureau Export, la FEVIS, Futurs Composés, l’ONDA et la SACEM organisent un Focus consacré aux musiques de création. Ce parcours de repérag...
  • Florian Noack au pays de Baba Yaga
    Florian Noack au pays de Baba Yaga Tôt séduit par l'âpreté de la musique de Prokofiev, dont le piano percussif sied à l'adolescent bouillant qu'il est, le maintenant presque trentenaire Florian Noack enregistre le compositeur... mai...
  • Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité
    Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité Patricia Kopatchinskaja fait ce qu'elle veut. Chaque album est pour elle l'occasion d'emprunter un nouveau chemin. Loin d'être frivole, sa virtuosité au contraire est arrimée à un grand courage grâ...
  • Ainsi parlait Richard Strauss
    Ainsi parlait Richard Strauss Après Igor Stravinsky, Riccardo Chailly a choisi Richard Strauss pour l'Orchestre du Festival de Lucerne. Les œuvres du maître ès orchestration sont à cet ensemble éphémère, connu pour son art cons...
  • Imogen Cooper à l'heure espagnole
    Imogen Cooper à l'heure espagnole La pianiste britannique Imogen Cooper fêtait ce mercredi 28 août ses 70 printemps. Son nouvel album, radieux, s'aventure dans un répertoire qu'on ne lui connaissait pas.