Les albums

442 albums triés par Prix : du moins cher au plus cher et filtrés par Classique et 4F de Télérama
6,49 €

Classique - Paru le 14 septembre 2018 | La Dolce Volta

Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - Grand Prix de l'Académie Charles Cros - Choc de Classica
Inséparable de l’œuvre d’Olivier Messiaen qu’il a superbement enregistrée pour Calliope au début des années 1970 sur le grand orgue Metzler de la Cathédrale Saint-Pierre de Genève et qui est ici remastérisée et rééditée par le label La Dolce Volta, Louis Thiry fut l’élève de Jeanne Demessieux au Conservatoire de Nancy et du grand André Marchal à Paris, qui est resté son modèle. Il a également suivi l’enseignement de Rolande Falcinelli au Conservatoire National Supérieur de Paris où il obtient un premier prix d’orgue et d’improvisation. Louis Thiry est ensuite titulaire à Baccarat, à Metz et à Rouen. On ne compte plus ses nombreux élèves dont le jeune Bernard-Marie Koltès, qui se passionne alors pour la musique de Bach avant de devenir l’auteur dramatique que l’on connaît, et de nombreux claviéristes tels que Benjamin Alard ou Céline Frisch. La version de Louis Thiry (dont Messiaen lui-même a écrit : « Louis Thiry est un organiste extraordinaire. Un virtuose accompli, un musicien total, dôté d'une mémoire et d'un savoir-faire sans pareil, il peut être classé parmi les héros de la musique ! ») est frappante par son inspiration grandiose et sa spiritualité intense. Il se joue de toutes les difficultés accumulées par le compositeur. Il va encore plus loin en recréant admirablement la richesse de cette musique fortement colorée et contrastée. Son secret ? Une maîtrise absolue de l’instrument, une rayonnante chaleur humaine et peut-être, avant tout, une vision émerveillée du monde qui l’entoure. © François Hudry/Qobuz
6,49 €

Classique - Paru le 14 septembre 2018 | La Dolce Volta

Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - Grand Prix de l'Académie Charles Cros - Choc de Classica
Inséparable de l’œuvre d’Olivier Messiaen qu’il a superbement enregistrée pour Calliope au début des années 1970 sur le grand orgue Metzler de la Cathédrale Saint-Pierre de Genève et qui est ici remastérisée et rééditée par le label La Dolce Volta, Louis Thiry fut l’élève de Jeanne Demessieux au Conservatoire de Nancy et du grand André Marchal à Paris, qui est resté son modèle. Il a également suivi l’enseignement de Rolande Falcinelli au Conservatoire National Supérieur de Paris où il obtient un premier prix d’orgue et d’improvisation. Louis Thiry est ensuite titulaire à Baccarat, à Metz et à Rouen. On ne compte plus ses nombreux élèves dont le jeune Bernard-Marie Koltès, qui se passionne alors pour la musique de Bach avant de devenir l’auteur dramatique que l’on connaît, et de nombreux claviéristes tels que Benjamin Alard ou Céline Frisch. La version de Louis Thiry (dont Messiaen lui-même a écrit : « Louis Thiry est un organiste extraordinaire. Un virtuose accompli, un musicien total, dôté d'une mémoire et d'un savoir-faire sans pareil, il peut être classé parmi les héros de la musique ! ») est frappante par son inspiration grandiose et sa spiritualité intense. Il se joue de toutes les difficultés accumulées par le compositeur. Il va encore plus loin en recréant admirablement la richesse de cette musique fortement colorée et contrastée. Son secret ? Une maîtrise absolue de l’instrument, une rayonnante chaleur humaine et peut-être, avant tout, une vision émerveillée du monde qui l’entoure. © François Hudry/Qobuz
6,49 €

Musique vocale sacrée - Paru le 19 janvier 2015 | harmonia mundi

Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - 4 étoiles de Classica
L'un des disques mythiques de René Jacobs : les Lamentations de Jérémie traitées "à la française" par le plus italianisant des compositeurs du Grand Siècle. Cet enregistrement réalisé en 1982 s'est imposé au fil des décennies comme une référence incontournable dans ce répertoire. " René Jacobs et son Concerto Vocale donnèrent aux Leçons de Ténèbres de Charpentier la priorité à la musique, avant les mots : moments de grâce, perfection et pureté absolues." (Classica, mai 2015)
4,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 15 juillet 2013 | naïve classique

Livret Distinctions 4F de Télérama
4,99 €

Musique symphonique - Paru le 18 janvier 2010 | naïve classique

Livret Distinctions 4F de Télérama
Ludwig van Beethoven : Symphonie n°9 en ré mineur Op. 125 / La Chambre Philharmonique - Chœur de Chambre Les Eléments (Joël Suhubiette) - Emmanuel Krivine, direction
11,99 €
8,49 €

Mélodies & Lieder - Paru le 17 avril 2012 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica - Hi-Res Audio
Matthias Goerne poursuit un parcours qui lui a déjà permis de s’imposer parmi les plus fantastiques explorateurs du du lied schubertien ; Goerne n’interprète pas Schubert, il vit chaque lied de l’intérieur et invite l’auditeur à partager cette intimité poétique et musicale sans jamais sombrer dans une quelconque outrance. Un sixième volume également marqué par l’interprétation inoubliable de la dernière sonate pour piano de Schubert par l’un de ses partenaires favoris : Christoph Eschenbach. Offerte en second CD, cet autre chant du cygne trouve sous ses doigts experts des résonances encore inexplorées.
8,99 €
5,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 15 juillet 2013 | naïve classique

Hi-Res Livret Distinctions Choc du Monde de la Musique - 4F de Télérama - Gramophone Editor's Choice - Hi-Res Audio
5,99 €

Classique - Paru le 15 novembre 1999 | Arion

Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Choc du Monde de la Musique - Recommandé par Répertoire - 4F de Télérama
6,49 €

Classique - Paru le 14 septembre 2018 | La Dolce Volta

Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - Grand Prix de l'Académie Charles Cros - Choc de Classica
Inséparable de l’œuvre d’Olivier Messiaen qu’il a superbement enregistrée pour Calliope au début des années 1970 sur le grand orgue Metzler de la Cathédrale Saint-Pierre de Genève et qui est ici remastérisée et rééditée par le label La Dolce Volta, Louis Thiry fut l’élève de Jeanne Demessieux au Conservatoire de Nancy et du grand André Marchal à Paris, qui est resté son modèle. Il a également suivi l’enseignement de Rolande Falcinelli au Conservatoire National Supérieur de Paris où il obtient un premier prix d’orgue et d’improvisation. Louis Thiry est ensuite titulaire à Baccarat, à Metz et à Rouen. On ne compte plus ses nombreux élèves dont le jeune Bernard-Marie Koltès, qui se passionne alors pour la musique de Bach avant de devenir l’auteur dramatique que l’on connaît, et de nombreux claviéristes tels que Benjamin Alard ou Céline Frisch. La version de Louis Thiry (dont Messiaen lui-même a écrit : « Louis Thiry est un organiste extraordinaire. Un virtuose accompli, un musicien total, dôté d'une mémoire et d'un savoir-faire sans pareil, il peut être classé parmi les héros de la musique ! ») est frappante par son inspiration grandiose et sa spiritualité intense. Il se joue de toutes les difficultés accumulées par le compositeur. Il va encore plus loin en recréant admirablement la richesse de cette musique fortement colorée et contrastée. Son secret ? Une maîtrise absolue de l’instrument, une rayonnante chaleur humaine et peut-être, avant tout, une vision émerveillée du monde qui l’entoure. © François Hudry/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 14 janvier 2014 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Hi-Res Audio
Les occasions de chanter un Te Deum à la gloire du roi et d'une victoire française n'étaient pas rare sous le règne de Louix XIV. N'oublions pas que la musique était un précieux ressort de la propagande officielle en ce temps là. Si le roi régnait à Versailles, la musique y était reine. On l'entendait partout du matin au soir, depuis le lever du roi jusqu'à son coucher, dans les cours, dans les salons, dans les jardins, créant un saisissant effet de miroir avec la pompe architecturale symbolisant la puissance du royaume. Tout au long de l'année se succédaient les carrousels, les bals, mais aussi la musique religieuse, la musique d'orgue, les petits et les grands motets. Musique encore au théâtre pour les ballets et les opéras. Cet album s'inscrit logiquement dans la continuité de cette longue histoire puisqu'il capte aussi un peu de l'esprit (et de l'acoustique généreuse !) des lieux. Enregistrés lors d'un concert donné à la Chapelle Royale du Château de Versailles, les Te Deum de Charpentier et de Lully sont réunis en une même circonstance, fait assez piquant si l'on songe au terrible Lully qui a systématiquement évincé son collègue français. Mais cet antagonisme s'efface avec les années, de même que la disparité de deux oeuvres écrites à 25 ans d'intervalle. Il nous reste le souvenir d'une époque où la France étonnait le monde par son faste et sa créativité. Ce nouvel enregistrement réussit magnifiquement à nous replonger dans ces temps révolus qui parlent tant à notre imaginaire d'aujourd'hui. FH
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 12 mars 2013 | Phi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Gramophone Record of the Month - 4 étoiles de Classica - Hi-Res Audio
Une vision très habitée du Stabat Mater écrit par un Dvorak encore jeune et détruit par la perte, coup sur coup, de trois de ses enfants. Une version intimiste qui part du drame familial de l'auteur pour atteindre à l'universel. FH
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 26 mai 2011 | Zig-Zag Territoires

Hi-Res Livrets Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - Hi-Res Audio
À la mort d'Anne de Bretagne, le roi Louis XII, son époux, lui fit des funérailles exceptionnelles qui durèrent 40 jours. En élaborant ce programme, Denis Raisin Dadre s'est rendu compte qu'au-delà du deuil officiel, mis en scène par le pouvoir royal, existait aussi une douleur muette, celle des Bretons qui perdaient leur duchesse et l'indépendance du Duché. Il a voulu faire entendre la voix du peuple en marge de la voix des chantres du Roi. Aussi a-t-il demandé des "gwerzioù" à Yann-Fanch Kemener. Ces chants solos agissent comme un contrepoint à la polyphonie complexe de Févin, qui exprime toute la pompe royale.
14,99 €
9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 18 septembre 2015 | Signum Records

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama
« Une réjouissante curiosité : les psaumes de l’Estro-poetico armonico de Benedetto Marcello (1686-1739) firent l’objet en 1757 d’une étonnante adaptation en langue anglaise, par le compositeur Charles Avison. Grâce à l’engagement des Voces 8 et l’intelligent soutien des Inventions, le travestissement linguistique offre une saveur nouvelle à ces chefs-d’œuvre, dont ils révèlent les affinités avec l’univers handélien.» (Diapason, juin 2016 / Denis Morrier)
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 5 mai 2010 | Signum Records

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
11,24 €14,99 €
7,49 €9,99 €

Classique - Paru le 2 septembre 2016 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - 4 étoiles de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« [...] Le Fauré de Lortie est délibérément dépourvu de suavités mondaines. Même dans les pièces les plus mélodiquement complaisantes comme la Pavane, il choisit la plus extrême sobriété et la retenue. Un tel parti pris présente l'avantage d'aller à l'essentiel, de respecter la pureté des lignes mélodiques, et l'originalité de l'écriture polyphonique — tout particulièrement dans certains préludes. En outre, sobriété n'est pas sécheresse et dans l'ensemble, Louis Lortie fait preuve d'un grand raffinement dans les dégradés et les effets de fluidité.» (Classica, février 2017 / Jacques Bonnaure)
7,49 €9,99 €

Classique - Paru le 3 mai 2011 | Chandos

Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Choc de Classica
Le répertoire de cet album couvre une période de plus de 45 ans, depuis l'entrée de Britten au Royal College of Music jusqu'à la fin de sa vie. On y trouve deux oeuvres vocales, notamment la cantate Phaedra d'après Racine écrite pour la soprano Janet Baker, qui est un joyau musical inspiré de Haendel et Purcell, et deux oeuvres pour alto. Le BBC Symphony Orchestra, sous la direction d'Edward Gardner, est rejoint par Sarah Connolly, l'une des meilleures mezzo-sopranos actuelles, et l'altiste prodige Maxim Rysanov.
11,99 €
7,99 €

Classique - Paru le 8 décembre 2017 | naïve classique

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
16,99 €
11,49 €

Piano solo - Paru le 7 avril 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 4F de Télérama - Gramophone Award - Gramophone Record of the Month - Le Choix de France Musique - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« [...] Ces nuances infinitésimales, dont Volodos fait son miel, il faudrait des heures pour tenter d’en décrire toute la richesse, la diversité, la beauté, la manière dont elles s’accrochent aux feutres du piano, jusqu’à l’épuisement. Rien de désincarné, d’austère ni d’étriqué, pas de tempos fatigués, contrairement à tant de lectures [...] Ce disque est une fête rare pour les oreilles. Sa réalisation tient du miracle : un instrument royal, parfaitement réglé, une prise de son ne laissant rien passer des quadruples piano et un alchimiste au clavier. Et derrière cette maîtrise de chaque souffle, chaque détail, l’évidence d’un cœur simple, chaleureux et si proche. Un envoûtement.» (Diapason, mai 2017 / Bertrand Boissard)
11,49 €

Classique - Paru le 31 juillet 2007 | harmonia mundi

Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - 10 de Classica-Répertoire
« Si vous êtes allergique aux divas de théâtre et aux virtuoses frappant du pied, il vous faudra aborder la musique de Vivaldi par son versant sacré. C'est dans ce mélange de spiritualité et d'inimitable fantaisie qu'apparaît toute la grandeur du musicien, parfois dissimulée au cœur de son œuvre profane (surtout quand on la traite trop superficiellement). La ferveur chaleureuse d'Andreas Scholl et l'équilibre funambulesque de son dialogue avec l'Ensemble 415 laissent percer le plein rayonnement du Stabat Mater, douloureuse berceuse baignée de larmes. » (Diapason / Olivier Fourès)
15,99 €
11,49 €

Musique de chambre - Paru le 3 février 2017 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Choc de Classica - Choc Classica de l'année
Les Sonates en trio de Buxtehude pour violon, viole de gambe et basse continue sont une œuvre de la maturité, dont bon nombre ont été éditées à Hambourg à partir de 1694. La renommée du premier opus semble avoir vite franchi les frontières, à telle enseigne que Sébastien de Brossard en possédait lui-même un exemplaire. Il mentionne ces sonates dans son Catalogue des livres de musique, théorique et prattique, vocalle et instrumentalle de 1724, les qualifiant « d’excellentes pièces mais dont l’exécution me paraît fort difficile. » En effet, ces sonates, d’une grande virtuosité, exigent des musiciens accomplis. Buxtehude semble pourtant les avoir destinées au public amateur de Lübeck et non à des musiciens professionnels particuliers et dans l’Allemagne de Buxtehude, la musique occupe une place non négligeable dans la vie de tous les jours et dans tous les milieux. Le présent album rassemble en majorité des sonates qui n’ont pas été éditées, justement, et dont les manuscrits sont conservés à la bibliothèque municipale d’Uppsala en Suède ; pourquoi Uppsala ? Tout simplement parce que Buxtehude entretenait une correspondance assidue avec le maître de chapelle de Stockholm à qui il envoyait des partitions en quantité ! Sachons donc gré aux postes de la seconde moitié du XVIIe siècle d’avoir bien fait leur travail, car ces œuvres sont d’indispensables échelons dans la grande échelle baroque nord-allemande. Le violoniste Stephan Dudermel et la gambiste Florence Bolton sont accompagnées par divers instruments pour le continuo : orgue, clavecin, théorbe, pour une plus grande diversité de sonorités. © SM/Qobuz « D’une manière générale, La Rêveuse a le chic pour concilier détail de la prononciation et conscience de la grande forme. C’est une marque de fabrique de l’ensemble. La passacaille de la Sonate en sol mineur, illuminée de l’intérieur par une pulsation très large, est un grand moment de ce disque. Sans faire oublier la vie frémissante et l’insolente intelligence de Goebel (d’une invention et d’une énergie inouïes dans la Sonate BuxWV 273), la nouvelle proposition nous comble par des qualités rares, à contre courant d’un baroque consensuel et décoratif. » (Diapason, mars 2017 / Philippe Ramin) « On admirera tout autant la splendeur instrumentale (le violon de Stéphan Dudermel, la viole de Florence Bolton) que la liberté du geste, l’intensité de l’expression, l’équilibre sonore entre des instruments aux timbres si distincts et la mobilité du continuo. » (Classica, novembre 2017)

Le genre

Classique dans le magazine
  • Lise Davidsen, la voix royale
    Lise Davidsen, la voix royale Qobuzissime pour le premier album Strauss et Wagner de la jeune soprano norvégienne !
  • Sandrine Piau, en mélodie
    Sandrine Piau, en mélodie Avec "Si j'ai aimé", la grande soprano signe un beau récital autour de la mélodie française romantique...
  • Hilary Hahn seule avec García Abril
    Hilary Hahn seule avec García Abril Le compositeur espagnol Antón García Abril signe 6 partitas pour la grande violoniste américaine...
  • Cap au Sud pour Garanča
    Cap au Sud pour Garanča Avec "Sol y Vida", la grande mezzo-soprano lettone Elīna Garanča signe un album de chansons populaires mucho caliente !
  • Francesco Tristano à Tokyo
    Francesco Tristano à Tokyo Avec son nouvel album "Tokyo Stories", le pianiste luxembourgeois signe une œuvre fascinante mêlant son amour pour la musique minimaliste, Bach, le jazz et l'électro...
  • Vanessa Wagner, intérieur minimaliste
    Vanessa Wagner, intérieur minimaliste Avec l'envoûtant et mélancolique "Inland", la pianiste française poursuit son exploration des compositeurs minimalistes...
  • Benjamin Alard, fou de Bach !
    Benjamin Alard, fou de Bach ! Le jeune claveciniste-organiste français poursuit son impressionnante intégrale des œuvres pour claviers du Cantor de Leipzig...
  • Les Arts Flo ont 40 ans !
    Les Arts Flo ont 40 ans ! Fondé en 1979, l'ensemble baroque de William Christie et Paul Agnew magnifie depuis quatre décennies les œuvres de Lully, Charpentier, Rameau, Monteverdi, Purcell, Haendel et bien d'autres génies d...
  • Schiff et Schubert, à la folie...
    Schiff et Schubert, à la folie... Le grand pianiste hongrois András Schiff poursuit son exploration de la musique de Franz Schubert et consacre son nouveau disque aux quatre Impromptus D 899 et aux compositions datant de 1828...
  • Lang Lang, le piano de A à Z
    Lang Lang, le piano de A à Z Avec "Piano Book", le virtuose chinois revisite tous les thèmes les plus tubesques de la musique pour piano...