Catégories :

Les albums

CD45,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - Choc de Classica
Dietrich Fischer-Dieskau demeure l’un des plus grands chanteurs de la deuxième moitié du XXe siècle. Il a révolutionné l’approche du lied allemand, et ses Schubert, Beethoven, Schumann, Brahms sont autant de témoignages de sa suprême intelligence. DGG réédite sa grande œuvre, son intégrale des Lieder de Schubert, qui marqua fortement les musiciens comme les mélomanes.
CD33,99 €

Classique - Paru le 15 février 2001 | Warner Classics

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Voilà une version d'anthologie, non seulement par l'éblouissante brochette de chanteurs, mais par la densité, le souffle, la conviction et l'émotion profonde de la direction de Klemperer et des intervenants en général, jusqu'au somptueux chœur du Philharmonia. Dès les premières notes de l'introduction à la vaste architecture, on est plongé dans la dimension tragique et douloureuse du drame à portée universelle qui va suivre, renforcée par le rythme pointé de la basse continue qui martèle inexorablement l'annonce des futures souffrances du Christ. Une mention spéciale pour l'évangéliste de Peter Pears, engagé et poignant, et le magnifique Jésus de Dietrich Fischer-Dieskau, d'une justesse de ton et d'une noblesse souveraine. Exceptionnelle qualité de la prise de son pour un enregistrement de 1961. © Qobuz / GG« Un temps d'adaptation une fois écoulé, on succombe à l'écoute de sa Passion selon saint Matthieu dont l'épaisseur orchestrale serait aujourd'hui impensable, mais témoigne d'une ferveur, d'une intensité et d'un luxe vocal (Pears, Fischer-Dieskau, Schwarzkopf, Ludwig, Gedda, Berry !) resté inégalé par aucun baroqueux » (Classica, juillet 2015)
CD41,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1976 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
Enregistré à Berlin sous la direction fervente et solennelle de Eugen Jochum, c'est une des versions mythiques de l'unique comédie écrite par Richard Wagner. Une distribution de rêve avec le Hans Sachs pétri d'humanité, de ruse et d'humour de Dietrich Fischer-Dieskau, le Walter ensoleillé de Placido Domingo, la Magdalena charmante de Christa Ludwig. FH
CD24,49 €

Classique - Paru le 8 mars 2010 | Warner Classics

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Un timbre superbe. Une intelligence du texte incomparable. Une diction irréprochable de la langue allemande. Par une sélection des compositeurs qu'il a défendus ardemment sa vie durant, Haydn, Mozart et surtout Beethoven, ce coffret d'enregistrements inédits et réalisés entre 1959 et 1984 dresse un portrait irrésistible du grand Liedersänger. Indispensable !"Beaucoup d'inédits dans ce beau choix d'enregistrements de Dietrich Fischer-Dieskau s'étendant sur 25 ans. Des Lieder rares de Beethoven (cette délicieuse "Marmotte" sur un texte mi allemand mi français de Goethe !), Haydn et Mozart chantés avec rigueur, humour et tendresse par un des très grands artistes du XXème siècle dont on a probablement pas fini de découvrir les perles rares. FH"
CD41,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1966 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
La vision dramatique de Solti alliée à l'extraordinaire noirceur du Philippe II incarné par Nicolai Ghiaurov font de cette version une réussite quasi absolue. A cela on peut ajouter l'humanité pathétique du Posa de Fischer-Dieskau et la méchanceté inique de Martti Talvela en Grand Inquisiteur. Le reste de la distribution fait entendre les plus grandes voix de l'époque : Carlo Bergonzi, Renata Tebaldi et Grace Bumbry. Chaque enregistrement d'opéra suscite des débats passionnés entre lyricomanes, mais celui là fait souvent consensus à juste titre. FH
CD29,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1982 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
C'est le seul opéra de Wagner que Carlos Kleiber ait dirigé, à Bayreuth, à Vienne, à Milan, le marquant à jamais du sceau du génie de l'interprète. C'est un Tristan flamboyant, urgent, vénéneux, brûlant de sensualité. René Kollo, Margaret Price, Brigitte Fassbaender, Dietrich Fischer-Dieskau semblent hypnotisés, portés par le feu de Kleiber. Tout ici n'est que poésie et drame. Un des enregistrements les plus indispensables de toute l'histoire de l'enregistrement. FH
CD23,99 €

Classique - Paru le 25 novembre 2005 | Warner Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD45,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1994 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Exagéré pour certains, exact pour d'autres, l'art de Dietrich Fischer-Dieskau n'en finit pas de diviser les esprits et de susciter la contestation. Disons qu'il est ici à son zénith et qu'on se demande bien qui pourrait rivaliser avec ce savant mélange d'intelligence, de compréhension du texte poétique en adéquation parfaite avec la musique de Schumann. Tout ici respire le bonheur de se vautrer dans cet univers poétique où il est constamment question d'amour et d'illusions. Le chanteur trouve en Christoph Eschenbach un partenaire à sa hauteur, épousant ses moindres intentions et jouant de son clavier comme sur du velours. FH
CD33,99 €

Classique - Paru le 25 juillet 2011 | Warner Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD38,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or
CD38,69 €

Classique - Paru le 2 août 2013 | Parlophone Label Group

Distinctions 5 de Diapason
CD33,99 €

Classique - Paru le 5 mars 2012 | Warner Classics

Distinctions Choc de Classica
« L’étourdissante distribution de Capriccio, portée par la Comtesse Madeleine d’Elisabeth Schwarzkopf, d’une intelligence et d’une splendeur sans égale, en fait la version idéale pour découvrir et approfondir le testament lyrique de Strauss, que Sawallisch mène à l’incandescence.» (Classica)
CD33,99 €

Classique - Paru le 28 juin 2013 | Warner Classics

Distinctions Diapason d'or
Les cantatrices aimaient autrefois commencer leurs récitals par une série "d'airs anciens". C'est un bonheur que de retrouver l'immense Dame Janet Baker dans des pièces de Dowland, Purcell, Arne, mais aussi de Standford et Britten. Le pouvoir ensorcelant de cette voix au timbre unique opère à chaque réécoute. FH
CD38,69 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 28 juin 2013 | Parlophone Label Group

Distinctions Diapason d'or
CD20,24 €

Intégrales d'opéra - Paru le 1 janvier 1962 | Berlin Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
HI-RES33,49 €
CD23,99 €

Classique - Paru le 1 avril 1973 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
Lorsqu’il enregistre Parsifal en studio, en 1972 – trois années après Pierre Boulez – Sir Georg Solti dispose encore de toutes les gloires vocales de l’époque. Après son enregistrement magistral du Ring, voilà que Decca réunit autour de lui un aréopage exceptionnel : Dietrich Fischer-Dieskau, Hans Hotter, Gottlob Frick, René Kollo, Zoltán Kelemen, Christia Ludwig, Robert Tear et, excusez du peu, les meilleurs filles-fleurs possibles qui ont pour noms Popp, Te Kanawa, Howells et Knight. C’est aussi l’époque des mythiques prises de son du label anglais, où l’équilibre entre les voix et l’orchestre est quasi idéal, avec une spatialité particulièrement réussie et une somptuosité sonore envoûtante grâce à un Orchestre Philharmonique de Vienne d’une sensualité sans égale. En studio, tout est pensé, calculé, idéalisé, loin de la scène et de ses prises de risques mais le résultat est une réussite absolue. On ne sait qu’admirer le plus entre la Kundry incroyable, monstrueuse, éperdue de Christa Ludwig ou le Parsifal empli d’une douceur encore adolescente de René Kollo, sans parler de la direction ciselée et particulièrement chatoyante de Solti. Une référence à (ré)écouter d’urgence, surtout dans la magistrale remastérisation en haute-définition que nous offre aujourd’hui l’éditeur. © François Hudry/Qobuz
HI-RES33,49 €
CD23,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 8 mars 1959 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
C’est un grand classique de l’histoire du disque qui nous revient ici dans un son restauré avec soin. Réalisé dans l’acoustique généreuse de l’église Jesus-Christus de Berlin en 1958 par Deutsche Grammophon, cet enregistrement venait juste après celui de Josef Krips (Decca) et avant celui de Giulini (EMI), qui sont passés tous deux à la postérité au panthéon des meilleurs enregistrements de Don Giovanni. Le héros principal de cet enregistrement est bel et bien Ferenc Fricsay. Le chef hongrois, mozartien de grande classe, donne à cette version une grande vivacité théâtrale grâce à des tempi acérés et rapides. La prise de son stéréophonique est d’une grande clarté. La distribution réunit de grandes voix de l’époque, Dietrich Fischer-Dieskau, Sena Jurinac, Irmgard Seefried, Maria Stader, Ernst Haefliger, et le style (et la prononciation) de cette version en italien restent germaniques. C’est donc avant tout pour l’extraordinaire direction musicale qu’il faut saluer cette réédition, témoignage précieux de l’art d’un immense chef d’orchestre fauché prématurément par la mort. © François Hudry/Qobuz
CD39,99 €

Classique - Paru le 3 avril 2020 | Orfeo

Livret
À partir de 1945, le jeune Dietrich Fischer-Dieskau s’est presque senti une âme de missionnaire pour défendre le genre du lied allemand du XIXe siècle, qui courait alors un grand risque de discrédit après les horreurs de la guerre. C’est ainsi qu’il abordé le lied dans toute sa diversité musicale et littéraire. Diseur autant que chanteur, Fischer-Dieskau a soutenu et enregistré ce répertoire immense pendant plus de quarante ans, créant de nombreux émules qui ont suivi, et suivent encore, sa trace lumineuse. D’Heinrich Schütz à Aribert Reimann, aucune œuvre ne semble avoir échappé à sa vigilance. Soyons reconnaissants au label Orfeo de commencer l’édition monumentale des enregistrements de concerts et radiophoniques de Dietrich Fischer-Dieskau dont le nombre et la qualité n’ont sans doute pas fini de nous surprendre. Recoupant souvent des œuvres enregistrées en studio, ces captations sont d’une nature toute différente, car elles sont souvent moins corsetées que les enregistrements réalisés en studio. Ce premier volume (l’équivalent de quatre CDs) est proprement passionnant par le répertoire proposé allant des Lieder de Carl Friedrich Zelter (le professeur bien-aimé de Fanny et de Felix Mendelssohn) et de Johann Friedrich Reichardt, tous deux amis de Goethe, ainsi qu’une sélection de Lieder de Ludwig Spohr. Avec Hanz Pfitzner et Hugo Wolf, on est entraînés dans un style et une époque bien différents qui voient briller les derniers feux du romantisme. On trouvera dans ce premier volume de nombreux partenaires exceptionnels tels Irmgard Seefried et Erich Werba dans une superbe version de l’Italienisches Liederbuch d’Hugo Wolf, enregistrée au Festival de Salzbourg 1958. © François Hudry/Qobuz
CD41,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1973 | Deutsche Grammophon (DG)

HI-RES29,99 €
CD21,49 €

Classique - Paru le 2 septembre 2016 | Deutsche Grammophon Classics

Hi-Res Livret

Le genre

Classique dans le magazine
  • Les nuits de Véronique Gens
    Les nuits de Véronique Gens Un récital de mélodies sur la nuit signées notamment Fauré, Saint-Saëns, Liszt, Berlioz et Massenet pour mieux savourer l’art de diseuse incomparable de la grande soprano française...
  • Víkingur Ólafsson | One Cover One Word
    Víkingur Ólafsson | One Cover One Word Rencontre avec le pianiste islandais qui fait converser Rameau et Debussy sur son nouvel album qui paraît chez Deutsche Grammophon. Une interview One Cover One Word pour mieux cerner l'ADN musical ...
  • Leonardo García Alarcón, baguette et plume
    Leonardo García Alarcón, baguette et plume Le chef argentin dirige "El Prometeo", un opéra baroque oublié d'Antonio Draghi, et en compose l'acte III !
  • Il est grand le petit Lu !
    Il est grand le petit Lu ! Pour son 2e album consacré à Chopin, Brahms et Schumann, le jeune pianiste américain Eric Lu décroche un Qobuzissime...
  • Joyce DiDonato est Agrippina !
    Joyce DiDonato est Agrippina ! L'ardente mezzo-soprano du Kansas brille dans la célèbre héroïne de Haendel...
  • Kate Lindsey et le mythe d'Ariane
    Kate Lindsey et le mythe d'Ariane Après un premier album consacré à Weill, Zemlinsky et Korngold, la mezzo-soprano américaine explore son autre répertoire de prédilection, la musique du XVIIIe siècle...
  • Sheku Kanneh-Mason et la montagne Elgar
    Sheku Kanneh-Mason et la montagne Elgar A 20 ans seulement, le violoncelliste de Nottingham s'attaque au mythique concerto d'Edward Elgar, épaulé par Sir Simon Rattle à la tête du London Symphony Orchestra...
  • 2020, l’année des biopics musicaux !
    2020, l’année des biopics musicaux ! D’Hollywood à Paris, on annonce déjà des films consacrés à Aretha Franklin, Bob Dylan, David Bowie et même NTM !
  • La bonne année d'Andris Nelsons
    La bonne année d'Andris Nelsons Le 1er janvier, le chef letton était à la baguette du fameux Concert du Nouvel An pour une traditionnelle orgie viennoise ponctuée par quelques petites touches bien personnelles...
  • Christina Pluhar, son cher Rossi
    Christina Pluhar, son cher Rossi La fondatrice de l'Arpeggiata magnifie des pièces de son compositeur fétiche Luigi Rossi, maître de la musique vocale du XVIIe siècle italien...