Catégories :

Les albums

HI-RES105,99 €
CD91,99 €

Piano solo - Paru le 11 septembre 2015 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Oubliez les fantasmes déversés sur cet immense musicien ! Gould était visionnaire quant à la relation d'un artiste avec son public et son époque. S'il avait connu Facebook, ou Twitter, gageons qu'il s'en serait assez bien servi. Une intégrale permet toujours de surprendre ses souvenirs. Et quand elle est réalisée, remastérisée et éditée avec un tel soin, il faut saluer le travail des équipes techniques de Sony Classical sous la direction de Michael Stegemann pour un corpus dont dès l'origine la qualité d'enregistrement et de montage était assez inégale – c’est le moins qu'on puisse dire – et dont ils ont tiré de toute évidence le meilleur. Dans cette intégrale phénoménale de tous les enregistrements de cette icône de la musique classique au XXe siècle (figure tutélaire de l’écurie Columbia/CBS), vous trouverez vraiment tout. Bien sûr tous ses Bach. On peut d’ailleurs se demander ce qu'il reste de Gould en dehors de ses gravures dédiées à l'œuvre de J. S. Bach. Ses incursions dans le répertoire classique et romantique (Mozart, Haydn, Beethoven, Schumann, Brahms) sont souvent discutées, parfois même rejetées. C'est sans doute là la marque du véritable artiste, d'une personnalité musicale inépuisable, qui, dès lors que ses doigts touchaient le clavier, et son esprit (l'un des plus clairvoyants et intelligents de son époque) analysait les partitions de ces maîtres tant vénérées, rayonnait, irradiait, presque malgré nous. En dépit de sonorités totalement différentes, et d'une conception du son presque contraire à la sienne, on pourrait presque le rapprocher d’un Claudio Arrau. Glenn Gould, c'est un univers. C'est un son. Et ses chemins de traverse le confirment. Qui, dans les années 1960 et 1970, aurait pris la peine, et le temps, de défendre les œuvres pour piano de Sibelius ? ou de Bizet ? ou de Hindemith ? Cette somme complétissime est avant tout celle d’un créateur. © Qobuz
CD69,99 €

Musique de chambre - Paru le 13 octobre 2017 | SWR Classic

Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
En 1990, la Radio de Stuttgart et l'éditeur Hänssler se lançait dans une longue campagne d'enregistrements que résument deux coffrets complémentaires de 7 CD. La redécouverte débutait par des anthologies instrumentales, confiées aux solistes de l'orchestre de la SWR.« Ce coffret propose des pages de musique de chambre dont l'écriture modale ciselée investit un univers de beauté unique, tranquille et paradisiaque, malgré de rares épisodes d'angoisse (Sonate pour alto). Michael Korstick est le fédérateur d'interprètes aussi engagés qu'excellents : son timbre rond et moelleux met superbement en valeur la poésie des Paysages et Marines, des Heures persanes ou de L'Ancienne Maison de campagne : il a trouvé la clé de ce monde sonore étrange, fondé sur la résonance du piano, et il sait comme nul autre nous en faire partager les songes psychédéliques.» (Classica, mars 2018 / Michel Fleury)
HI-RES119,99 €
CD79,99 €

Piano solo - Paru le 8 janvier 2005 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
CD74,99 €

Quatuors - Paru le 11 novembre 2014 | Music and Arts Programs of America

Livret Distinctions Diapason d'or
Pendant des décennies, le violoniste Alexander Schneider (né Abram Sznejder ; 1908 – 1993) fut l’un des plus considérables solistes de son temps ; soliste, mais encore plus chambriste, aux côtés par exemple de Casals, de Stern et tant d’autres de la même eau. Il fit partie du Quatuor de Budapest, du New York Quartet, et naturellement du Schneider Quartet dont voici quelques-uns des plus beaux enregistrements de Haydn, réalisés entre 1951 et 54. Car Schneider joua plus ou moins toute la musique que Haydn consacra à tant de formations de chambre, ce qui représente un corpus phénoménal. Parmi ce corpus, les quatuors à cordes sont sans doute le plus abouti de sa production ; on a tendance à les négliger un peu, serait-ce devant leur nombre impressionnant (soixante-huit, écrits tout au long de l’existence du maître) ? Toujours est-il que sans les quatuors de Haydn, point de quatuors de Mozart ni de quatuors de Beethoven ni de quatuors de Schubert, car le bonhomme a entièrement défriché le terrain pour fonder, tout seul comme un grand, le format, l’écriture spécifique, le langage intime de cette formation la plus idéale qui soit. Notez qu’en plus des quatuors à cordes, le Quatuor Schneider offre les Sept dernières paroles du Christ en croix, l’un des sommets de l’art de Haydn. Très soigneuse remastérisation à partir des matrices originales, pour une sonorité exemplaire. (MT)
CD239,99 €

Musique de chambre - Paru le 16 mars 2018 | Haenssler Classic

Distinctions Diapason d'or
« L'intégrale à douze mains, gravée en 2000, partagée entre instruments modernes et anciens, revient à prix cassé. On n'a pas fait mieux pour avoir d'un bloc toute l'œuvre pour clavier de Bach [...] excepté L'Art de la fugue qu'avait enregistré Robert Hill pour cette série. Oubli fâcheux, passons, et fêtons un ensemble incontournable tel quel : sans équivalent pour son exhaustivité scrupuleuse comme par l'éventail des instruments convoqués d'une œuvre à l'autre (piano moderne, pianoforte, clavicorde, luth-clavecin...). Robert Hill, avec neuf CD à lui seul, se taille malgré tout la part du lion dans ce monument. [...] Les textes de présentation ont passé à la trappe, et le misérable nouveau livret ne prend pas la peine d'identifier les instruments. Diapason d'or ? Car la valeur de l'ensemble dépasse, selon l'expresssion consacrée, la somme de ses parties.» (Diapason, avril 2018 / Gaëtan Naulleau)
CD55,99 €

Piano solo - Paru le 29 septembre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or
CD55,99 €

Musique de chambre - Paru le 29 septembre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or
CD69,99 €

Musique de chambre - Paru le 5 octobre 2018 | BIS

Livret
À une époque où hélas l’idée de l’Europe se détricote toujours plus, l’on ne peut que saluer la quête de rassemblement européen – certes musical, mais c’est toujours ça ! – de l’ensemble London Baroque. Le propos est d’offrir des Sonates en trio au cours de deux siècles pendant l’époque baroque, dans les quatre principaux pays musicaux d’alors que sont l’Angleterre, la France, l’Allemagne et l’Italie. Pour mémoire, la sonate en trio se joue à peu près à trois musiciens, ou du moins à trois parties principales : deux voix mélodiques supérieures (le plus souvent, dans cet album, deux violons ; parfois aussi violon et alto, ou même plus rarement violon et basse de viole) et une partie de basse confiée à un instrument à cordes – basse de viole, violoncelle – que vient compléter un instrument de basse continue, clavecin ou orgue. Toujours pour mémoire, cette basse continue au clavier est systématiquement improvisée, à partir de la ligne de basse et un chiffrage indiquant les accords à développer. L’influence principale de ce modèle vient d’Italie, car au début de l’ère baroque, la France, l’Allemagne et l’Angleterre vivaient encore dans le monde des consorts de violes, stricts et plus dogmatiques, alors qu’en Italie on développait déjà le bien plus brillant violon au détriment de la sombre et peu sonore viole. Et ce violon se voyait confier des parties toujours plus virtuoses, solistes. Les trois autres pays suivraient bien vite, d’autant qu’au fur et à mesure de l’avance du temps, la musique s’infiltrait dans les strates bourgeoises de la société, et rien n’amusait plus les bons bourgeois que de jouer de la musique moderne et entraînante. Au long des quatre immenses volets de cet magnifique enregistrement qui offre pratiquement dix heures de musique, on (re)découvre des chefs-d’œuvre de compositeurs toujours célèbres – Telemann, Tartini, Corelli, Purcell, Lully, Buxtehude, Vivaldi, Leclair, Couperin, Marais, Haendel, Gibbons – et une impressionnante quantité d’œuvres plus ou moins inconnues et pourtant d’un fascinant intérêt, musical autant qu’historique. © SM/Qobuz
CD53,99 €

Piano solo - Paru le 1 janvier 2001 | Decca

CD53,99 €

Piano solo - Paru le 1 janvier 2003 | Decca Music Group Ltd.

CD54,99 €

Piano solo - Paru le 5 septembre 2011 | Cambria

CD59,99 €

Musique de chambre - Paru le 20 avril 2018 | Haenssler Classic

Livret
CD119,88 €

Musique de chambre - Paru le 5 octobre 2018 | Profil

Livret
CD79,99 €

Musique de chambre - Paru le 15 juin 2018 | Profil

Livret
CD59,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 novembre 2010 | Tactus

CD89,91 €

Musique de chambre - Paru le 2 novembre 2018 | CapriccioNR

CD69,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 janvier 2004 | Dynamic

Livret
CD99,90 €

Musique de chambre - Paru le 1 avril 2012 | Music and Arts Programs of America

Livret

Le genre

Classique dans le magazine