Catégories :

Les albums

HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Concertos pour clavier - Paru le 26 août 2016 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Gramophone Editor's Choice - Diapason d'or / Arte - Le Choix de France Musique - 4 étoiles de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Pour l’année mozartienne de 1783 – cela fait deux ans qu’il est à Vienne, enfin délivré de l’emprise paternelle autant que salzbourgeoise et archiépiscopale – le compositeur mit sur le marché trois concertos pour piano, dont il annonça qu’ils pouvaient être joués autant avec accompagnement d’orchestre qu’accompagnement au quatuor à cordes. Cette indication était plus un coup de marketing qu’une réalité musicale, car le contenu musical appelle un vaste public bien plus qu’une simple réunion entre amis amateurs. Et sans les vents, les partitions de ces trois concertos seraient singulièrement appauvries ! Mais bon, les affaires sont les affaires. C’est sur un forte-piano copie d’un instrument de l’époque de Mozart que le fortepianiste sud-africain Kristian Bezuidenhout, accompagné par le très versatile Freiburger Barockorchester, nous propose de redécouvrir ces trois œuvres moins souvent jouées que tant d’autres des concertos de Mozart, hormis le grand Concerto en ut majeur, K. 415, l’un des plus imposants chefs-d’œuvre du compositeur. La tendre sonorité du fortepiano présente un net contraste avec l’orchestre de grande dimension, là où le piano moderne serait peut-être trop sonore. © SM/Qobuz« Une fête des timbres ! Dans les trois concertos de 1783, l’effervescence du dialogue rebondissant entre Bezuidenhout et les Freiburger ouvre la voie aux Noces de Figaro. [...] Bezuidenhout s’impose par son invention autant que par son charme.» (Diapason, septembre 2016 / Gaëtan Naulleau)
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Concertos pour clavier - Paru le 26 janvier 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik - Preis der deutschen Schallplattenkritik
« Voici un couplage original qui associe deux œuvres dissemblables que cinq années séparent. D'un côté, le volubile et héroïque Concerto n° 25 (1786) à la solide charpente symphonique, de l'autre le Concerto n° 27 (1791) au climat serein, surligné par une orchestration légère. Après quelques enregistrements mozartiens, notamment les remarquables Concertos n° 21 et n° 24 avec le Sinfonia Varsovia, le pianiste polonais confirme avec ce nouvel album qu'il appartient à la lignée des grands musiciens capables de maîtriser l'art du clavier et de la direction d'orchestre. [...] Ces interprétations éblouissantes renouvellent notre écoute de ces œuvres pourtant si connues et se placent au côté des grands témoignages, comme ceux d'Anda (DG), Brendel (Philips)... [...] » (Classica, février 2018 / Jean-Noël Coucoureux)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 2 septembre 2016 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« Qualifiées à juste titre de pasticcios, ces pages juvéniles empruntent leurs thèmes à divers compositeurs, tels CPE Bach, Raupach, Schobert [...] Mozart y réalise des exercices de transcription et d'admiration, derrière lesquels filtrent cependant de belles qualités d'écriture et un talent dans l'art d'agencer et d'orchestrer le matériau emprunté. [...] Brautigam et Willens ne cherchent jamais à parer ces partitions d'un voile de sérieux, préférant éclairer leurs facettes insouciantes, joyeuses et rêveuses. [...] La subtilité de la direction de Willens crée un tissu orchestral raffiné et coloré, luxueux écrin au sein duquel les sonorités délicates du pianoforte s'épanouissent librement. » (Classica, décembre 2016 / Jean-Noël Coucoureux)
HI-RES9,89 €16,49 €(40%)
CD6,59 €10,99 €(40%)

Concertos pour clavier - Paru le 23 septembre 2016 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
L’alliance de l’ancien et du moderne, voilà ce qu’offre ce très vivant enregistrement de trois concertos de Mozart – l’un de jeunesse, le deuxième de la période intermédiaire, le troisième de la grande maturité, si l’on peut ainsi parler d’un musicien de trente ans… – sur un piano moderne, mais accompagné par un orchestre cherchant à transfigurer les sonorités de l’époque : effectif modéré, vibrato retenu, cuivres et bois aux tons « de l’époque ». Et ça marche, ça marche même du tonnerre. Rinaldo Alessandrini à la tête de l’orchestre Divertissement, le pianiste Olivier Cavé à la tête de son Steinway & Sons, nous offrent une lecture qui n’est ni dogmatique, ni bêtement « classique », mais d’une immense sensibilité musicale tout en explorant toutes les possibilités des sonorités orchestrales à l’ancienne. Étonnant et détonant. © SM/Qobuz« D’un côté, une petite formation attentive aux rebonds, au dynamisme de ces musiques souvent joviales, qui se distingue par des cuivres très volontaires et des cordes plutôt acidulées [...]. De l’autre, un pianiste volubile, tout en rondeur et en fluidité, mais assez sobre, si l’on excepte quelques appoggiatures bien serrées. Mis à part un même élan et un goût partagé pour la légèreté, les deux approches semblent difficiles à unir. Et pourtant, au fil de l’écoute, on se laisse séduire par cette interprétation singulière et contrastée, dans laquelle le piano apparaît comme un papillon passant en revue un détachement de chevau-légers. [...] (Diapason, octobre 2016 / Jérôme Bastianelli)
CD9,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 1 avril 2016 | BIS

Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
« [...] Ce nouveau volume séduit d’emblée par l’énergie et la cohérence de l’interprétation. Les amateurs d’instruments d’époque apprécieront le choix effectué par Brautigam d’une copie d’un Anton Walter de 1792 pour rehausser la brillance des Concertos pour piano nos 5 et 6 utilisés par Mozart dans ses tournées de concert. Les allegros du Concerto n° 5 retentissent avec netteté, respectant un équilibre souverain entre le pianoforte et l’orchestre. [...] Willens met en lumière la profusion des détails de l’instrumentation, notamment les nombreuses petites touches de couleurs des bois et des cors naturels. Peu à peu, apparaît un Mozart sans fard, enjoué et impertinent [...] Cette approche vivante et raffinée fait également merveille dans le Concerto n° 6. [...] » (Classica, mai 2016 / Jean-Noël Coucoureux)
CD47,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 29 septembre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or
CD6,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 26 juin 2017 | Les Indispensables de Diapason

Distinctions Diapason d'or
CD29,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 5 janvier 2018 | APR

Livret Distinctions Diapason d'or
« Ceux qui goûtent peu ses Debussy évanescents et ses Mozart des années 1950 seront surpris en trouvant Gieseking, deux décennies en amont, si charismatique et chantant ! [...] Un superbe enemble concertant, assorti de quelques bonus solo loin d'être négligeables : deux Pièces lyriques de Grieg qui nous laissent bouche bée (1937), et une Sonate KV 570 de Mozart contemporaine du "Jeunehomme" (1936). » (Diapason, octobre 2018 / Laurent Muraro)
CD7,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 28 mai 2013 | ICA Classics

Livret Distinctions 5 de Diapason
Il s'agit en l'occurrence des richissimes greniers des radios allemandes. Voilà des enregistrements précieux de deux Concertos de Mozart (15 & 20) enregistrés lors d'un concert donné à Ludwigsburg, en 1956, dans le cadre de l'année du bicentenaire de la naissance du compositeur autrichien. Les témoignages mozartiens de l'illustre pianiste italien sont rares. Son interprétation est stricte, presque hautaine, mais il s'en dégage un mélange de rigueur (le mot est à la mode) et, paradoxalement, de liberté de ton, due à une virtuosité ailée. Le Concerto en ré mineur (K. 466) perd ainsi sa grandeur tragique en gagnant une sorte d'innocence. On a rarement entendu le Concerto en si bémol (K. 450) filant ainsi comme le vent; un tempo que Mozart aurait certainement adoré, lui qui trouvait que sa musique n'était jamais assez rapidement jouée. FH
CD9,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 6 novembre 2015 | BIS

Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
CD7,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 18 avril 2006 | Naxos

Livret Distinctions 5 de Diapason
Mozart : Concerto pour piano n°9 "Jeunehomme" - Beethoven : Concerto pour piano n°1 - Liszt : Concerto pour piano n°1 / Walter Gieseking, piano - Direction Hans Rosbaud, Henry Wood (Enr. 1932, 1936, 1937)
CD77,49 €

Concertos pour clavier - Paru le 21 août 2006 | Sony Classical

HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 17 octobre 2014 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Lang-Lang et Harnoncourt, une rencontre attendue mais qui demeure assez improbable tant les conceptions de ces deux artistes sont opposées et peu complémentaires. Très intéressant mais assez déroutant, car Mozart peut émouvoir chacun de nous d'une manière tellement plus simple... SH
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Concertos pour clavier - Paru le 6 octobre 2017 | CAvi-music

Hi-Res Livret
CD55,49 €

Concertos pour clavier - Paru le 11 avril 2014 | Sony Classical

Livret
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Concertos pour clavier - Paru le 5 mai 2017 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Concertos pour clavier - Paru le 5 mai 2017 | Sony Classical

Hi-Res
CD9,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 25 mars 2016 | Accent

Livret
En 1782, un certain Mozart acheta un fortepiano fabriqué par Anton Walter à Vienne. Et c’est précisément sur une copie moderne d’un Walter de 1785 qu’Arthur Schoonderwoerd a choisi de nous jouer ces deux concertos d’un certain Mozart, écrits justement en 1785, comme le monde est petit… La caractéristique principale des Walter de cette époque (ainsi que des autres fortepianos viennois) est que les marteaux sont en bois, non recouvert de cuir comme le seront les marteaux à partir des années 1800. Il en résulte bien entendu un son beaucoup plus sec, plus proche du clavecin, mais avec la capacité à jouer forte et piano. Entre les deux concertos, Schoonderwoerd nous donne à entendre le célèbre air de concert « Ch'io mi scordi di te », la partie vocale étant confiée non pas à une « grande voix » lyrique, mais à une voix bien plus confidentielle et moins surentraînée, un peu comme ce que Mozart pouvait avoir à disposition dans les salons de la bonne société viennoise. Quant à l’accompagnement, il est assuré par l’ensemble Cristofori, basé à Besançon comme ne l’indique pas son nom, et placé sous la direction de Schoonderwoerd lui-même. Les Cristofori jouent sur instruments d’époque, ce qui est particulièrement sensible pour les bois et les cuivres. On peut légitimement se demander si un certain Mozart n’a pas pu entendre plus ou moins ainsi ses œuvres, car cette interprétation va loin dans la recherche historique. © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Concertos pour clavier - Paru le 5 mai 2017 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Concertos pour clavier - Paru le 5 mai 2017 | Sony Classical

Hi-Res

Le genre

Classique dans le magazine
  • Les Hanson sur la tombe d'Haydn
    Les Hanson sur la tombe d'Haydn Qobuzissime pour le splendide premier album du jeune Quatuor Hanson consacré à Joseph Haydn...
  • Il était une fois Jessye Norman...
    Il était une fois Jessye Norman... Aussi renversante dans la mélodie française que le lied allemand, les opéras de Wagner ou Strauss, la grande soprano américaine s'est éteinte à l'âge de 74 ans...
  • Focus Nouvelles Musiques 2019
    Focus Nouvelles Musiques 2019 Du 30 septembre au 4 octobre 2019, l’Institut français, le Bureau Export, la FEVIS, Futurs Composés, l’ONDA et la SACEM organisent un Focus consacré aux musiques de création. Ce parcours de repérag...
  • Florian Noack au pays de Baba Yaga
    Florian Noack au pays de Baba Yaga Tôt séduit par l'âpreté de la musique de Prokofiev, dont le piano percussif sied à l'adolescent bouillant qu'il est, le maintenant presque trentenaire Florian Noack enregistre le compositeur... mai...
  • Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité
    Patricia Kopatchinskaja, un violon pour l'éternité Patricia Kopatchinskaja fait ce qu'elle veut. Chaque album est pour elle l'occasion d'emprunter un nouveau chemin. Loin d'être frivole, sa virtuosité au contraire est arrimée à un grand courage grâ...
  • Ainsi parlait Richard Strauss
    Ainsi parlait Richard Strauss Après Igor Stravinsky, Riccardo Chailly a choisi Richard Strauss pour l'Orchestre du Festival de Lucerne. Les œuvres du maître ès orchestration sont à cet ensemble éphémère, connu pour son art cons...
  • Imogen Cooper à l'heure espagnole
    Imogen Cooper à l'heure espagnole La pianiste britannique Imogen Cooper fêtait ce mercredi 28 août ses 70 printemps. Son nouvel album, radieux, s'aventure dans un répertoire qu'on ne lui connaissait pas.
  • Horowitz, un loup des steppes à New York
    Horowitz, un loup des steppes à New York Il fut comparé à Liszt, à Paganini. Pour Clara Haskil il est même le diable en musique. Un coffret en forme d'hommage rassemble des enregistrements inédits, richement agrémentés et illustrés de con...
  • Ivo ou le retour du pianiste prodigue
    Ivo ou le retour du pianiste prodigue Hormis quelques concerts, le pianiste Ivo Pogorelich se faisait rare ces vingt dernières années. Pour son retour au disque, il a choisi deux géants du répertoire : Beethoven et Rachmaninoff. Si son...
  • Aux grands motets, les grands remèdes (de Lully)
    Aux grands motets, les grands remèdes (de Lully) Jean-Baptiste Lully eut une influence décisive sur la musique française, en particulier sur l’opéra et le développement du grand motet, un genre emblématique du Grand Siècle. Enregistré à la Chapel...