Catégories :

Les albums

CD31,49 €

Intégrales d'opéra - Paru le 15 août 2007 | harmonia mundi

Distinctions Diapason d'or - Choc du Monde de la Musique - 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz
« Première intégrale Cavalli aussi fidèle que réjouissante, le Xerse de René Jacobs reste incontournable. La distribution est dominée par l’extraordinaire Jeffrey Gall, secondé par son confrère français Dominique Visse, deux virtuoses du second degré ». (Diapason, May 2001)
CD45,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
Il est rare qu'un musicien puisse à ce point rejoindre par son art le compositeur qu'il entend honorer. A propos de Carlos Kleiber, on peut vraiment parler du génie de l'interprète, tant il transfigure tout ce qu'il touche. Cet homme inquiet, fantasque, éternellement insatisfait a laissé quelques perles discographiques enregistrées par la Deutsche Grammophon et réunies sur cet album. Peu de choses au fond, au regard d'une vie de musique : 2 Symphonies de Beethoven, 2 Symphonies de Schubert, la 4e Symphonie de Brahms et quatre opéras : La Traviata, Tristan, Le Freischütz et La Chauve souris qui sont autant de moments de bonheur rarissimes dans la vie d'un mélomane. L'impression d'approcher d'une certaine perfection instrumentale, du style et de l'émotion. FH
CD59,99 €

Opéra - Paru le 1 janvier 2012 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or / Arte - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
Bingo ! 4 opéras réunis dans cet album qui sont 4 totales réussite sous la direction lyrique, précise, théâtrale du grand Maestro Abbado. Teresa Berganza illumine littéralement le Barbier de Séville et Cendrillon (La Cenerentola). Il y a aussi cette étonnante découverte que fut Le Voyage à Reims, exhumé par Abbado pour le Festival Rossini de Pesaro et enregistré sur place pendant les représentations de 1984. Le livret est vraiment ahurissant de drôlerie et la prestation de Ruggero Raimondi mémorable. Autour de lui, 17chanteurs (Gasdia, Valentini-Terrani, Ricciarelli, Araiza, Ramey, Nucci...)s'affairent et s'amusent à nous amuser. L'Italienne à Alger est à l'avenant avec la rouée Agnes Baltsa et les deux basses (Dara et Raimondi) du plus haut comique. FH
CD20,49 €

Intégrales d'opéra - Paru le 1 janvier 1985 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or - Gramophone Record of the Year - Discothèque Idéale Qobuz
Cet opéra de Rossini fut la véritable révélation des années quatre-vingt. Ecrit par le compositeur italien à l'occasion du sacre de Charles X, roi de France, il met en scène une vingtaine de chanteurs, dont dix rôles principaux, qui se préparent tous pour se rendre au sacre du roi, mais sans jamais arriver à Reims à la suite de nombreuses péripéties cocasses. Cet opéra de circonstance, mais génial, fut perdu et c'est grâce à différentes découvertes dans des bibliothèques qu'on a pu le reconstituer. Une grande partie de la musique a d'ailleurs été réutilisée par Rossini pour le Comte Ory, ce qui a facilité le travail des musicologues. La première mondiale de cette reconstitution a été présentée dans le cadre du Festival Rossini de Pesaro (ville natale de Rossini) en 1984 avec un immense succès. C'est au cours de ces représentations que le présent album a été enregistré sous la baguette légère et enjouée de Claudio Abbado avec une distribution étincelante qui réunissait tous les grands chanteurs de l'époque. Un véritable régal à réécouter sans cesse. FH
CD20,49 €

Classique - Paru le 4 juin 2012 | Warner Classics

Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
L'idéalisme de Magnard éclate dans cet opéra dont le livret est écrit par lui-même. Mi-opéra, mi-oratorio, Guercoeu met en scène des personnages allégoriques incarnant la vérité, la bonté, la beauté et la souffrance. C'est le pessimisme, ou la clairvoyance, qui l'emporte dans cette lutte incessante qu'est la vie et dans laquelle l'intégrité et la pureté restent exceptionnelles. La musique admirable de Magnard (écoutez la merveilleuse scène finale) est dirigée par un Michel Plasson pleinement convaincu et en état de grâce, avec un plateau de luxe dominé par Hildegard Behrens, Nathalie Stutzmann et José van Dam. Mais quand verrons-nous Guercoeur sur une scène française... le centenaire de sa mort en 2014 restera-t-il sans lendemain ou va-t-il au contraire éclairer un des compositeurs français les plus originaux de cette époque ? FH
CD41,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Decca

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
Une nouveauté du disque qui est aussitôt couronnée dans la Discothèque idéale de QOBUZ, car c'est une véritable aubaine que de retrouver les fameux enregistrements que Clemens Krauss consacra à son ami Richard Strauss, dont il était un des interprètes préférés. C'est Krauss qui dirige, le 31 décembre 1939, le premier Concert Strauss exceptionnel au Musikverein de Vienne ; c'est lui encore qui sera le librettiste de deux opéras de Strauss, Capriccio et Die Liebe der Danae. Après la guerre, il est interdit de direction jusqu'en 1947 à cause de son attitude en faveur du régime nazi. Chef d'orchestre au prodigieux instinct, sachant entraîner solistes, chœurs et orchestre dans un élan irrésistible. Il était marié à la soprano Viorica Ursuleac, considérée comme la plus grande Maréchale de son temps. Dans le présent album figurent des interprétations de légende de Une Vie de héros (avec le violoniste Willy Boskovsky), de Don Quichotte (avec le violoncelliste Pierre Fournier) et une Salomé d'anthologie avec les grands chanteurs viennois du début des années cinquante. FH
CD33,99 €

Classique - Paru le 1 août 1999 | Warner Classics

Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
Voilà réédité un enregistrement qui créa l'événement lors de sa publication en 1999, car jamais n'avait-on entendu Szymanowski sous un éclairage aussi luxuriant. Ne serait-ce que pour Le Roi Roger, Simon Rattle en a signé, sans aucun doute, la version de référence. Mais le reste du programme est du même acabit, dont la magnifique Symphonie concertante avec Leif Ove Andsnes au piano. " Rattle fut l'un des premiers à faire grand cas de la musique de Karol Szymanowski. Enregistrée en 1998, son interprétation sensuelle du Roi Roger demeure une référence grâce à son plateau homogène et à la superbe incarnation de Thomas Hampson. Couplage tout sauf anecdotique avec une très stylisée Sinfonia concertante sillonnée par Leif Ove Andsnes au piano." (Classica, mai 2015)
HI-RES31,99 €
CD27,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 16 juin 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Soutenue par la direction puissante et ardente de Carlo Maria Giulini dans la flamme de sa jeunesse (Ouverture, scène du Commandore), cette interprétation de Don Giovanni demeure l'une des plus passionnantes de la discographie. Le chant et l'intelligence d'Elisabeth Schwarzkopf sont à leur zénith, le Leporello de Taddei est un équilibre entre raffinement et bouffonnerie, le Don Giovanni de Wächter est aussi nonchalant qu'ardent. Bref, une version ... incontournable ! © Qobuz« Carlo Maria Giulini flamboie, l'orchestre sachant scintiller le giocoso, ombrer le dramma, courir vers l'abîme avec une sorte de vertige emporté, suspendre le mouvement pour soutenir l'interrogation : il est partenaire de l'action, dans le détail comme dans le geste ouvert d'un bout à l'autre, dans l'arche de l'œuvre parcourue. Et la distribution est sensationnelle, accordant à chaque personnage sa caractérisation la plus subtile, de l'Elvire calcinée d'Elisabeth Schwarzkopf, poussée au bout d'elle-même, corps et âme emportés, à l'Anna virtuose de Joan Sutherland coulée dans une fureur presque limpide, en passant par le Don Giovanni d'Eberhard Waechter, qui, avec la tranquille évidence de l'Ange dans le fameux film de Pasolini, Théorème, vient bouleverser l'Ordre sans éclat superflu, mais avec un chic admirable. Tous, ils sont tous à leur place, exactement, dans ce tableau sans cesse recolorée par Giulini, maître d'œuvre qui veille à tout, à l'intensité expressive des sentiments affrontés autant qu'à la tendresse qui passe, l'inquiétude humaine, le trouble — le tout maintenu sans répit dans cette avancée, cette progression, cette chevauchée dramatique qui, à elle seule, inscrit la vérité passionnante et passionnée de ce Don Giovanni exemplaire. » (Alain Duault, Le Guide du disque compact classique, Belfond, Le Pré aux Clercs, 1991)« Totem lyrique, version studio de référence, le Don Giovanni de Mozart enregistré en 1959 par Carlo Maria Giulini pour EMI est un plébiscite, qui valut au chef d'orchestre la rare consécration d'un Disque d'or reçu en 1992 et qui dépasse aujourd'hui les 150 000 exemplaires vendus en France (plus de 1,5 millions dans le monde). D'autres Don Giovanni ont vécu, bu, mangé et aimé, mais celui qui fut réalisé dans les studios londoniens d'Abbey Road reste insurpassable par la qualité d'une distribution somptueuse et équilibrée (Elisabeth Schwarzkopf, qui fut la grande Elvira de son temps) et par la direction incandescente et raffinée de Giulini à la tête du Philharmonia Orchestra. Aux côtés des versions de Fritz Busch (1936), Bruno Walter (1942), Wilhelm Furtwängler (1954), Josef Krips (1955), Dimitri Mitropoulos (1956) et, plus près de nous, Bernard Haitink (1984), Nikolaus Harnoncourt (1989) ou Roger Norrington (2003), la verve de Giulini, sa vitalité, sa noblesse, son sens inné du théâtre et sa frondeuse élégance font de cette version un must inégalé. » (Le Monde, 25 mars 2004, "Don Giovanni, un classique inégalé")« On ne discute pas une réalisation Legge aussi mythique que celle-ci : on l'écoute en osant à peine émettre quelques menues réserves. Giulini est au meilleur de son art, non encore statufié, pondéré mais alerte, ferme, nerveux, précis. Et puis un Italien, enfin, attentif à la pertinence du récitatif comme à la transparence orchestrale. Il faut que la magie musicale de cette direction soit enivrante pour nous faire accepter un plateau plutôt inégal. Wächter, en macho mal dégrossi, Taddei capable du meilleur comme de la charge, Alva moins mauvais qu'ailleurs, Cappuccilli maladroit et Frick exotique : il en fallait moins pour tout gâcher. Leurs conquêtes heureusement nous aguichent. Schwarzkopf encore et toujours, en Elvira, irrésistible, Sutherland seule à rendre justice à la coloratura de "Non mi dir", Scutti adorable. Et surtout l'état de grâce comme rarement dans un studio... » (Jean Cabourg, Avant-Scène Opéra N° 172, 1996)"La plus humaine, la plus émouvante, la plus complexe, la plus achevée des versions de Don Giovanni." (Diapason)
CD29,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1978 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
De la poésie à l'état pur. L'image est certes très utilisée, mais tel est l'art de Claudio Arrau. Sous ses doigts, les Nocturnes de Chopin retrouvent leur dimension intime, avec ce sens vraiment unique de la rêverie, comme si nous assistions à une suite d'improvisations sans cesse renouvelées par la grâce du disque. Le lyrisme intérieur et une maîtrise très subtile du rubato font de cet enregistrement un moment infiniment précieux à partager en amoureux ou dans un égoïsme béat. © FH/Qobuz
CD24,49 €

Classique - Paru le 19 octobre 2009 | Warner Classics

Livret Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
HI-RES41,99 €
CD29,99 €

Opéra - Paru le 1 janvier 1966 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
On parle volontiers d'une "tension ahurissante et quasi expressionniste" en décrivant la direction musicale de Karl Böhm dans son interprétation de Tristan et Isolde. Dans cet enregistrement de légende, réalisé à Bayreuth en 1966, il faut y ajouter la voix et l'incarnation de Birgit Nilsson qui fut une des plus grandes Isolde du siècle dernier et le Tristan héroïque de Wolfgang Windgassen pour mesurer ce que cet enregistrement a d'exceptionnel. Quant à Christa Ludwig, c'est probablement la meilleure Brangäne de la discographie du chef-d'oeuvre de Wagner. Arrêtons les superlatifs et écoutons... © François Hudry/Qobuz
CD29,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | Decca Music Group Ltd.

Livret Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Dans ce coffret, Decca a regroupé toutes les gravures en solo du pianiste roumain Radu Lupu. Enregistrements célèbres (ses Sonates de Schubert comme ses Brahms sont universellement célébrées) mais dont le charme, la grâce, la beauté ne s'est pourtant pas évanouie en quarante ans. Exceptionnel !
CD20,24 €

Classique - Paru le 1 janvier 2009 | Brilliant Classics

Distinctions 5 de Diapason - Discothèque Idéale Qobuz
Musica callada, Cançons i danses, Canción de Cuna, Cants màgics, Paisajes, Préludes, Var. sur thème de Chopin, 3 Variat., Dialogues, Souvenirs de l'Exposition, Impresiones intimas, Scènes d'enfants, Charmes, Pessebres... / Federico Mompou, piano
CD23,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1985 | Archiv Produktion

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
C'est l'oeuvre que John Eliot Gardiner aimerait pouvoir emporter sur une hypothétique île déserte. A sa parution, en 1985, sa version de la Messe en si mineur faisait en quelque sorte la jonction entre les enregistrements démodées (du moins le pensait-on) de Münchinger ou de Karl Richter et celle, plus radicalement musicologique, de Gustav Leonhardt. Presque 30 ans après, ce geste de Gardiner n'a rien perdu de son attrait ni de sa vivacité. C'est une vision lumineuse, avec une distance toute anglicane, assez loin de l’expressivité luthérienne encore vivace en Allemagne. C'est un des enregistrements qui comptent et qui restent de tout ce grand mouvement baroqueux qui a totalement changé notre perception de la musique des 17 et 18èmes siècles. Gardiner a beaucoup dirigé la Messe en si durant l'année 2013 et il n'est peut-être pas impossible qu'un nouvel enregistrement vienne bientôt témoigner bientôt de sa propre évolution. FH
CD20,49 €

Classique - Paru le 11 octobre 2010 | Warner Classics

Distinctions Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
La grande référence de ce petit bijou (chef-d'œuvre !) de Bizet. Dominé par le chant merveilleux, toujours intelligent, de Nicolai Gedda, la forme exemplaire de Jacques Mars, sans oublier l'émouvant Ernest Blanc en Zurga, cette intégrale dirigée par l'excellent (encore !) Pierre Dervaux est un modèle de style. L'Orchestre du Théâtre National de l'Opéra-Comique est d'une grande finesse, et d'une belle vivacité dramatique.« Janine Micheau, Nicolaï Gedda, Ernest Blanc et Pierre Dervaux apportent aux Pêcheurs de perles de Bizet une classe et un savoir-faire qui portent haut les couleurs de l'opéra français. On n'a pas fait mieux depuis.» (Classica, octobre 2016)
CD29,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1963 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Les neuf symphonies de Beethoven ont été enregistrées par Herbert von Karajan en 1961-1962 en compagnie de l’Orchestre Philharmonique de Berlin — un des orchestres symphoniques les plus réputés au monde —, et publiées sur le label DG en 1963. Première intégrale enregistrée, parmi les nombreuses éditées par le chef d’orchestre autrichien ensuite, celle de 1963 reste la plus aboutie et la plus habitée. Techniquement remarquable, elle est un des sommets de sa discographie.
CD20,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1975 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
L'interprétation mythique de Nathan Milstein n'a pas été balayée par la vague baroqueuse, car il se dégage de son enregistrement une force expressive et un sens de la beauté qui traversent le temps et les modes. Le timbre radieux de son Stradivarius de 1716 conjugué à sa forte personnalité, qui imprime une telle intensité à l'oeuvre de Bach, font de cet enregistrement une référence durable où l'émotion l'emporte sur la philologie. FH
CD33,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 15 février 2001 | Warner Classics

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
Voilà une version d'anthologie, non seulement par l'éblouissante brochette de chanteurs, mais par la densité, le souffle, la conviction et l'émotion profonde de la direction de Klemperer et des intervenants en général, jusqu'au somptueux chœur du Philharmonia. Dès les premières notes de l'introduction à la vaste architecture, on est plongé dans la dimension tragique et douloureuse du drame à portée universelle qui va suivre, renforcée par le rythme pointé de la basse continue qui martèle inexorablement l'annonce des futures souffrances du Christ. Une mention spéciale pour l'évangéliste de Peter Pears, engagé et poignant, et le magnifique Jésus de Dietrich Fischer-Dieskau, d'une justesse de ton et d'une noblesse souveraine. Exceptionnelle qualité de la prise de son pour un enregistrement de 1961. © Qobuz / GG« Un temps d'adaptation une fois écoulé, on succombe à l'écoute de sa Passion selon saint Matthieu dont l'épaisseur orchestrale serait aujourd'hui impensable, mais témoigne d'une ferveur, d'une intensité et d'un luxe vocal (Pears, Fischer-Dieskau, Schwarzkopf, Ludwig, Gedda, Berry !) resté inégalé par aucun baroqueux » (Classica, juillet 2015)
CD21,49 €

Musique symphonique - Paru le 1 janvier 1951 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
« [...] Clemens Krauss est l'un des plus hauts représentants de la direction d'orchestre viennoise. Lui-même se définissait comme "musicien viennois". Il fonda en 1939, après l'Anschluss, le Concert du Nouvel An qu'il dirigea une dernière fois en 1954, quelques mois avant sa mort prématurée à Mexico-City. [...] Très bien rééditée, cette anthologie réunit les Wiener Philharmoniker (l'excellente édition Preiser de 1990 omettait les polkas Ohne Sorgen ! et Feurfest). Juste après sa Chauve-Souris, les concerts du nouvel an du fondateur Clemens Krauss sont réunis dans une publication exemplaire. [...] La première chose qui séduit est le classicisme épuré du geste. Krauss inscrit la musique dans le prolongement direct des menuets, danses et contredanses de Haydn, Mozart, Beethoven ou Schubert. Le soin et la clarté absolus avec lesquels il la détaille sont sans équivalent, joie et nostalgie mêlées. Une telle maîtrise de la respiration du trois temps viennois, de ses contrechants et contretemps, défie toute description. Ecoutez la subtilité des attaques et des nuances, le moelleux et la souplesse du rebond rythmique (Moulinet !) [...] Le génie de l'accent et de l'articulation, la variété de la longueur des traits et de la pression des archets sur les cordes donnent le sentiment que nombre de ses successeurs ont enfilé un costume de scaphandrier. Les phrasés des valses sont d'un lyrisme irrésisitible, porté par un art superlatif du crescendo-diminuendo. [...] Krauss ajoute au style propre de la musique son style personnel tout en élégance et en charme aristocratique. Un idéal. [...] Clemens Krauss délivre ici une prodigieuse leçon de direction. Il a été le premier chef du Concert du Nouvel An. Il en est resté le plus grand, et le demeurera.» (Diapason, mars 2018 / Rémy Louis)
CD38,69 €

Musique symphonique - Paru le 2 août 2013 | Parlophone Label Group

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz

Le genre

Classique dans le magazine