Catégories :

Les albums

CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 1 mai 2002 | Mirare

Distinctions Diapason d'or - Choc de l'année du Monde de la Musique - Choc du Monde de la Musique - Recommandé par Classica - 4F de Télérama - Joker de Crescendo - Discothèque Idéale Qobuz
Sonates K535, K3, K175, K208, K54, K185, K248, K249, K310, K299, K484, K162, K199, K145, K141, K531, K177 & K492 / Pierre Hantaï, clavecin
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | Deutsche Grammophon (DG)

Livrets Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 3F de Télérama - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz - Choc Classica de l'année
Pierre Boulez se frotte pour la première fois, et sur le tard (live, 2003). Cette combinaison Pierre Boulez / Orchestre Philharmonique de Vienne donne une nouvelle fois un résultat surprenant. Vision inhabituelle et décapée, servi par une science orchestrale hors norme.Sans doute une version moderne de référence !J.B
CD11,99 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 15 juin 2015 | INA Mémoire vive

Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles du Monde de la Musique - Timbre de platine - 10 de Classica-Répertoire - Discothèque Idéale Qobuz
Non seulement ce Voyage d'hiver est, sauf erreur, la seule version "live", par Fischer-Dieskau, dont on ait connaissance, mais il est chanté par un jeune homme de tout juste trente ans. Cette version de Prades exceptionnelle, qui révèle tout l'art du baryton, le montre déjà à son sommet technique et stylistique. Admirablement épaulé par Gerald Moore, le chanteur nous donne à entendre le Voyage d'hiver le plus émouvant de sa discographie. Voilà un enregistrement inédit absolument indispensable. En plus de la "Note de l'éditeur" figure également dans le livret un entretien de Dietrich Fischer-Dieskau paru dans le journal Le Monde en juin 2000.
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 26 février 2013 | Ricercar

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles Classica - Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Difficile de ne pas voir danser devant les yeux les images à la fois cocasses et terrifiantes d’Orange mécanique de Kubrick en entendant les premières mesures de la Musique funèbre pour la reine Mary (Mary II d’Angleterre, ne pas confondre avec Mary Tudor « Bloody Mary » ni Mary Stuart, cousine puis victime d’Elisabeth I), un chef-d’œuvre absolu composé par Purcell six mois avant sa propre mort. Cela dit, il ne fut pas le seul compositeur dont la musique fut jouée pour les cérémonies funèbres : on exhuma quelques pièces de Thomas Morley, écrites un siècle plus tôt pour les funérailles d’Elisabeth – pièces qui étaient recyclées lors de cérémonies royales –, mais l’on s’aperçut qu’il manquait quelques partitions, d’où commande passée à Purcell, qui se chargea de concevoir les passages manquants dans le style ancien. Autre compositeur sollicité, ce fut Thomas Tollett, compositeur à la cour. Le déroulement précis de la cérémonie ne nous est pas connu, mais ce CD donnera une idée fort précise de ce à quoi put ressembler la partie musicale. Sachez également qu’une partie de cette musique fut donnée lors des funérailles de Purcell, qui ne se doutait pas qu’en célébrant la défunte reine il se célébrerait lui-même six mois plus tard… Un grand moment de musique sacrée, sombre et somptueuse de la Renaissance anglaise, donné par les rutilantes Trompettes des Plaisirs et les voix du parfait ensemble Vox Luminis. Si ça, ce n’est pas un enregistrement idéal, je mange mon chapeau. © SM/Qobuz
CD9,99 €

Classique - Paru le 12 février 1999 | Warner Classics International

Distinctions Diapason d'or - Choc du Monde de la Musique - 10 de Répertoire - 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 28 avril 2009 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica - Discothèque Idéale Qobuz - Prise de Son d'Exception - Hi-Res Audio
Seconde Symphonie op.57 - Suite Karadec op.34 - Tableaux de voyage op.36 / Iceland Symphony Orchestra - Rumon Gamba, direction
CD17,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1997 | Archiv Produktion

Distinctions Diapason d'or du siècle - Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
« En composant Ariodante (Londres, 1735), Handel appuie là où les défenseurs de l'art national britannique ont mal. Dans ce drame tiré du fameux Orlando furioso de l'Arioste, Il caro Sassone jubile à souligner contrastes, effets dramatiques et atmosphères descriptives, dans la plus pure tradition de l'opéra italien, mâtinée pour l'occasion de ballets à la française. Marc Minkowski trouve dans ces puissants tableaux de quoi enflammer son inépuisable verve théâtrale, faisant surgir d'extraordinaires couleurs orchestrales. Si elle aligne un aréopage de voix rompues à la science belcantiste (Lynne Dawson, Ewa Podles, Richard Croft...), la distribution offre surtout à Anne Sofie von Otter une de ses incarnations discographiques les plus abouties. Un miracle que le chef des Musiciens du Louvre rééditera avec Giulio Cesare. » (Diapason / Olivier Fourès)
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2001 | Alia Vox

Distinctions Diapason d'or - Choc du Monde de la Musique - 9 de Répertoire - Discothèque Idéale Qobuz
Un enregistrement dont les nombreuses récompenses ont souligné l'importance. Jordi Savall imprime à cette musique une densité expressive forte et intemporelle. Sous sa direction le "thème Royal" prend une dimension quasi mystique et hisse l'Offrande Musicale au niveau d'abstraction de l'Art de la Fugue. FH
CD8,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 21 août 2007 | naïve Opus 111

Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles du Monde de la Musique - Diamant d'Opéra - Discothèque Idéale Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 27 juillet 2010 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz - Prise de Son d'Exception
En 1958, Heitor Villa-Lobos compose une grande fresque superbe, Floresta do Amazonas (Forêt de l’Amazonie), où éclate son amour pour le Brésil et ses grandes forêts fluviales. Poème pour soprano, chœur d’hommes et orchestre, cette partition témoigne de la maîtrise totale du compositeur à la fin de sa vie. Une œuvre magnifique à découvrir ! Initialement, Villa-Lobos fut engagé pour composer la musique du film Vertes demeures avec Audrey Hepburn et Anthony Perkins. Mais le vieux patriarche n’avait pas grande connaissance des habitudes hollywoodiennes et composa, composa, composa sans se préoccuper du script ni du déroulement, estimant probablement que le cinéaste adapterait son film à la musique. Patatras… la production prit possession de la partition « à la Hollywood », faisant adapter par un arrangeur-maison les séquences musicales selon le bon vouloir du réalisateur. Fureur de Villa-Lobos qui s’offrit le luxe de recycler toute sa musique – seule la partition cinématographique était sous rigoureux copyright des Studios MGM, le reste était propriété du compositeur – en une sorte d’immense fresque-cantate Forêt amazonienne, en vingt-trois numéros musicaux, avec passages chantés, percussions brésiliennes à foison, et l’habituel orchestre extravagant de Villa-Lobos. Il fit même appel, en cette année 1959 –l’année de sa mort donc – à un singulier instrument électronique, le Solovox de la firme Hammond inventé une dizaine d’années auparavant, pour doubler la partie vocale d’une sonorité intrigante et fantomatique. Voici donc l’œuvre complète, soigneusement restituée dans son intégralité – le manuscrit de Villa-Lobos présentait quelques problèmes de lecture, d’enchaînements et de corrections – dans la somptueuse interprétation de l’Orchestre d’Etat de Saõ Paulo. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Quintettes - Paru le 5 avril 2011 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz - Choc Classica de l'année
Ce disque propose des interprétations subtiles et colorés des grandes pages concertantes avec violon de Max Bruch. Le Concerto connait ici une vision d'un naturel éblouissant, et le violon de Gluzman, poétique, magnifiquement chantant, obtient un soutien expressif sans limites du chef Andrew Litton. Un enchantement ! En vérité, que connaît-on vraiment de l’œuvre de Max Bruch, hormis son premier concerto pour violon (et, dans une moindre mesure, Kol Nidrei pour violoncelle et orchestre) ? Pratiquement rien… cette semaine Qobuz vous proposera donc de dépasser les frontières de ce premier concerto de 1866, qui connut d’emblée un succès éclatant et planétaire à telle enseigne que le compositeur en conçut quelque amertume et déclara bientôt qu’il était lassé de voir débarquer chez lui des violonistes qui voulaient absolument le lui jouer. Voici donc, en plus de l’inévitable concerto joué par le violoniste né soviétique en 1973 – dorénavant citoyen israélien – Vadim Gluzman, la Romance op. 85 initialement conçue pour alto mais ici jouée au violon, suivie du bien trop rare quintette à cordes de 1918, un ouvrage conçu certes au début du XXe siècle mais que l’on imaginerait également à sa place cinquante ans plus tôt… la malédiction de Bruch à qui l’on a souvent reproché de n’être pas en phase avec son temps : qu’importe, si la musique est belle ? © SM/Qobuz
CD31,49 €

Intégrales d'opéra - Paru le 15 août 2007 | harmonia mundi

Distinctions Diapason d'or - Choc du Monde de la Musique - 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz
« Première intégrale Cavalli aussi fidèle que réjouissante, le Xerse de René Jacobs reste incontournable. La distribution est dominée par l’extraordinaire Jeffrey Gall, secondé par son confrère français Dominique Visse, deux virtuoses du second degré ». (Diapason, May 2001)
CD8,99 €

Classique - Paru le 15 septembre 2002 | Arion

Distinctions Choc du Monde de la Musique - 4F de Télérama - 10 de Classica-Répertoire - Discothèque Idéale Qobuz
Voilà une intégrale de référence de l'œuvre pour violon et piano de Gabriel Fauré. Gérard Poulet et Noël Lee formaient un véritable duo et non une association éphémère constituée pour un festival ou un enregistrement discographique. Ils réalisèrent ensemble plusieurs disques pour le même éditeur avec un rare bonheur, celui de la complicité et de l'écoute mutuelle. Leur Fauré chante tout en sachant être viril et tendre à la fois. FH
CD19,49 €

Opéra - Paru le 9 janvier 2007 | Warner Classics International

Distinctions Diapason d'or - 5 de Diapason - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
De part ses origines, Armin Jordan possédait une double culture et éprouvait une réelle passion pour les musiques "fin de siècle", un peu vénéneuses qu'il s'agisse du monde germanique (Zemlinsky, le premier Schoenberg, Mahler) ou français (Debussy, Franck, Dukas, Chausson, Lalo). On a longtemps considéré que ce Roi Arthus était une espèce de Tristan français, mais, sous la baguette raffinée et énergique de Jordan, on se rend compte que l'influence de Berlioz plane sur une partition traversée par un grand souffle lyrique et une réelle originalité. On attend avec impatience la nouvelle production que l'Opéra de Paris annonce pour 2015. FH
CD11,99 €

Musique vocale profane - Paru le 27 mai 2005 | INA Mémoire vive

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc du Monde de la Musique - Timbre de platine - Discothèque Idéale Qobuz
Tout l'esprit de Darius Milhaud est présent sur cet album où ne figure pourtant aucune œuvre de lui. Debussy et Ravel étaient les musiques de son enfance et Erik Satie l'ami et le mentor de sa jeunesse. C'est au pupitre que l'on découvre ici Darius Milhaud, lors d'un concert enregistré à Rome, en 1954, dans le cadre du Festival du XXe siècle. Il dirige Socrate de Satie avec l'objectivité voulue par le compositeur, en compagnie d'une Suzanne Danco impeccable et volontairement neutre, suivant ainsi exactement les prescriptions du Maître d'Arcueil qui voulait que l'on chante Socrate avec la même absence d'expression qu'en lisant le Code Civil. FH
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1995 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Prise de Son d'Exception - Hi-Res Audio
Gundula Janowitz, soprano - Gerhard Stolze, ténor - Dietrich Fischer-Dieskau, baryton-basse - Chor der Deutschen Oper Berlin (Chef de chœur : Walter Hagen-Grol) - Orchester der Deutschen Oper Berlin - Eugen Jochum, direction
CD8,49 €

Classique - Paru le 1 octobre 1993 | La Dolce Volta

Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
La Dolce Volta ayant repris une partie du label Calliope, revoilà disponibles en numérique l’intégrale de l’œuvre pour orgue de Bach par André Isoir, incontestablement l’une des quelques grandes versions de ces pages majeures (où l’on compte celles de Marie-Claire Alain et de Michel Chapuis en particulier). Outre le sentiment jubilatoire qui habite son interprétation, la réussite d’André Isoir, ici à l’apogée de son art, tient au choix judicieux des instruments, à l’inventivité des registrations, la souplesse de son jeu, l’expressivité de son phrasé et sa facilité technique se jouant des passages les plus difficiles. Un «must» au sommet de la discographie. GG« Incontestable et toujours radieuse, foncièrement lyrique et chorégraphique : l'interprétation d'André Isoir des Toccatas et fugues pour orgue de Bach par André Isoir reste un pur bonheur. Initialement réalisé pour Calliope en 1982, cet enregistrement reparaît sous étiquette La Dolce Volta après une remasterisation qui donne un peu plus de plénitude à l'instrument Grenzig de Saint-Cyprien en Périgord.» (Classica)
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 octobre 2012 | Passacaille

Hi-Res Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz - Prise de Son d'Exception
CD45,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
Il est rare qu'un musicien puisse à ce point rejoindre par son art le compositeur qu'il entend honorer. A propos de Carlos Kleiber, on peut vraiment parler du génie de l'interprète, tant il transfigure tout ce qu'il touche. Cet homme inquiet, fantasque, éternellement insatisfait a laissé quelques perles discographiques enregistrées par la Deutsche Grammophon et réunies sur cet album. Peu de choses au fond, au regard d'une vie de musique : 2 Symphonies de Beethoven, 2 Symphonies de Schubert, la 4e Symphonie de Brahms et quatre opéras : La Traviata, Tristan, Le Freischütz et La Chauve souris qui sont autant de moments de bonheur rarissimes dans la vie d'un mélomane. L'impression d'approcher d'une certaine perfection instrumentale, du style et de l'émotion. FH
HI-RES22,49 €
CD19,49 €

Classique - Paru le 15 février 2002 | Warner Classics

Hi-Res Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
En 1973 est annulée la session que devait réaliser Wolfgang Sawallisch pour Electrola / EMI d'un opéra de Wagner à Dresde. D'un commun accord, l'équipe technique et les musiciens décident tout de même d'honorer le contrat et ... de graver les Symphonies de Schumann. De cela naîtra un enregistrement d'une beauté à couper le souffle. Intensité des phrasés, souplesse rythmique, chaleur de l'orchestre, tout sonne ici magistral !

Le genre

Classique dans le magazine