Les albums

17,49 €
12,49 €

Musique symphonique - Paru le 7 décembre 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica
L’originalité de cet enregistrement, qui présente quand même des œuvres plus qu’archi-présentes au disque, est que l’orchestre Les Siècles joue sur instruments de l’époque, en l’occurrence l’époque à laquelle Debussy écrivit ces chefs-d’œuvre. La remarque est plus particulièrement pertinente pour les bois et les cuivres, dont les mécanismes et les sonorités aux alentours des années 1900 étaient réellement différentes, plus incisives peut-être, plus différentiées en tous les cas, ce qui pour une musique boisée comme celle de Debussy offre un véritable plus dans l’équilibre orchestral. Par ailleurs, le nombre de cordes reste raisonnable, de manière à ne jamais engouffrer les vents comme c’est hélas assez souvent le cas pour de grands orchestres internationaux. L’auditeur pourra ici entendre cette musique comme Debussy l’entendait, ou du moins aurait sans doute souhaité l’entendre car en son temps, les orchestres et les chefs n’avaient pas toujours la compréhension de son langage ou de l’infinie palette de ses couleurs. © SM/Qobuz
15,99 €
11,49 €

Chœurs sacrés - Paru le 21 septembre 2018 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
Excellente idée que voilà : présenter des œuvres chorales sacrées du XXe siècle français, précédées des antiennes ou répons grégoriens qui leur ont servi de base, de près ou de loin. Duruflé et Poulenc, tous deux profondément impliqués dans la vie et/ou la musique religieuse à divers titres, ont confié quelques-unes de leurs pièces les plus émouvantes au chœur a capella ; on entendra donc les Quatre motets sur des thèmes grégoriens (1960) de Duruflé, un ouvrage qui ne peut que faire regretter que le compositeur nous ait légué si peu d’œuvres. Ce sont ensuite les Quatre motets pour un temps de pénitence de Poulenc (1939), datant du début de sa veine religieuse et sacrée – après les Litanies de la vierge noire et la Messe, un retour au « sérieux » pour ce compositeur longtemps plongé dans les orgies (sonores, s’entend) de la frénésie de l’entre-deux-guerres et qui, comme tout un chacun, sentait sans doute les noirs et bruns nuages s’amonceler sur l’Europe. L’alternance entre grégorien et XXe siècle français offre à chaque fois une sorte de « remise à zéro » de l’oreille, tout à fait bienvenue. L’album se referme avec Messiaen, en l’occurrence O sacrul convivium de 1937, une des trop rares œuvres chorales a capella du compositeur qui, après 1950, ne recourut plus jamais au format de chœur sans accompagnement. Dommage… L’ensemble estonien Vox Clamantis, formé initialement au chant grégorien, évolue désormais dans toutes les sphères chorales, avec une excellence qui se confirme d’album en album. © SM/Qobuz
17,49 €
12,49 €

Musique symphonique - Paru le 13 avril 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Enregistrer les œuvres de Ravel sur instruments d’époque pourrait prêter à sourire si la facture instrumentale n’avait pas autant évolué en moins de cent ans : c’est le retour des cordes en boyau, timbales et percussions en peau, bassons français (et non fagott allemand aujourd’hui dans tous les orchestres du monde), tailles des anches, trompettes et trombones de facture française. À la tête de son orchestre Les Siècles, François-Xavier Roth donne une nouvelle version historiquement renseignée, selon le terme orthodoxe, de Ma Mère l’oye (ballet intégral), du Tombeau de Couperin et de Shéhérazade, cette « ouverture de féérie » longtemps négligée et qui est déjà du pur Ravel. Ce retour aux sources est évidemment plus aisé et plus sûrement authentique pour cette période de l’histoire de la musique puisque, contrairement aux œuvres des époques précédentes, nous en possédons des enregistrements datant des années 1920, et même avant, pour nous renseigner sur le style, les couleurs, les phrasés et les tempi. Il ne suffit pourtant pas d’avoir en mains toutes ces données historiques pour être intéressant. Ce qui rend cet enregistrement passionnant c’est d’abord parce que tous les musiciens des Siècles sont excellents et que François-Xavier Roth est lui-même un interprète de talent, connaissant parfaitement cette musique. À cet égard, son enregistrement intégral de L’Oiseau de feu de Stravinski nous avait déjà frappés par sa qualité. Ce Ravel retrouvé sonne avec clarté et finesse, c’est un régal de timbres bien définis qui tranchent avec le côté « beau son international » qui prévaut aujourd’hui dans les orchestres du monde entier. © François Hudry/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Duos - Paru le 8 décembre 2017 | Melodiya

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason
« [...] Aylen Pritchin, Grand Prix Long-Thibaud à Paris en 2014, nous avait conquis par une personnalité attachante autant que par sa virtuosité. Son deuxième album met en lumière, chez Prokofiev, la part inventive et infiniment poétique de son inspiration, qui saisit toute l’espièglerie, l’esprit sensuel et les gestes ludiques des Cinq mélodies. Le ciel se couvre de lourdes prémonitions aux abords de la première sonate, dont il habite pleinement les accès de violence comme les déchirements. En habile complicité avec son partenaire Yury Favorin, lauréat lui aussi de nombreux prix internationaux, il construit une vision grave et intense, dont la profondeur méditative n’est pas sans rappeler celle de David Oïstrakh. [...] À l’évidence les deux interprètes parlent ici leur langue maternelle. Superbe.» (Diapason, septembre 2018 / Jean-Michel Molkhou)
24,99 €
17,99 €

Piano solo - Paru le 3 novembre 2017 | Le Palais des Dégustateurs

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Ne pas confondre le pianiste Lazar Berman (1930-2005) et son homonyme, du moins pour le nom de famille, Boris Berman (né en 1948) qui nous intéresse ici ; Berman est tout bonnement un nom plutôt répandu dans la sphère juive russe. Boris, disciple de Lev Oborin et donc descendant de la branche Igumnov de la fameuse école russe de piano, peut s’enorgueillir d’un parcours assez inhabituel puisque dès les années 60, il s’intéressa à la musique baroque au point d’intégrer, comme claveciniste, le seul ensemble de musique ancienne alors en activité à Moscou. Ce qui ne l’empêcha pas, d’autre part, de jouer souvent des œuvres d’Alfred Schnittke ou Edison Denisov, et d’assurer les créations soviétiques des raretés occidentales capitalistes décadentes de Schönberg, Stockhausen, Berio ou Ligeti. En 1973, Berman put quitter l’URSS pour Israël, pour s’installer peu après aux États-Unis où il vit toujours. Son nouvel album Debussy – un compositeur qui lui tient particulièrement à cœur, et auquel il a déjà consacré deux enregistrements – permet de découvrir une lecture des deux cahiers de Préludes puis des Estampes (et d’une poignée de morceaux isolés) que l’on pourrait caractériser de solide, à mille lieues des vapeurs plus ou moins floues, gommées et prétendument impressionnistes que l’on entend bien trop souvent ; mais une solidité sans agressivité aucune, ornée de toute la sensibilité indispensable à cette musique transparente et parfumée. © SM/Qobuz « Boris Berman, avec une autorité de maître, place le piano de Debussy sous le signe de l'intériorité et de l'effusion visionnaire.» (Classica, février 2018 / Michel Le Naour)
14,99 €
9,99 €

Trios - Paru le 13 juin 2017 | Melodiya

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
15,99 €
11,49 €

Opérette - Paru le 9 juin 2017 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Ah, voilà qui change radicalement des sempiternelles « redécouvertes » d’un n-ième navet de bel canto : il s’agit ici un bijou absolu signé Louis Beydts pour la musique, Sacha Guitry pour le livret, intitulé rien moins que La Société Anonyme des Messieurs Prudents (S.A.D.M.P.). Nous sommes le 3 novembre 1931, Sacha Guitry a concocté à l’adresse de son épouse Yvonne Printemps une immense fantaisie théâtrale comprenant rien moins que « six pièces et un opéra-bouffe », car en ces temps on n’avait pas peur de soirées longues, très longues ! Le couronnement de l’événement est l’opéra-bouffe de Beydts et Guitry, La S.A.D.M.P. qui met en scène quatre messieurs d’âges très divers qui se rencontrent sur le palier d’une dame dont ils croyaient jusque là être les seuls à bénéficier des faveurs. La dame – chantée par Yvonne Printemps – finit par se mettre aux enchères et l’arrangement final est que les messieurs se partageront la dame selon un prorata hebdomadaire, dans le cadre d’une Société anonyme… celle des messieurs prudents. Une musique truculente, tirée à quatre épingles, orchestrée à merveille, bourrée d’ensembles d’une extraordinaire tenue polyphonique, sert d’écrin au texte osé de Guitry qui, peut-être, a voulu ainsi faire comprendre à la belle Yvonne qu’il n’ignorait pas qu’elle avait déjà une affaire en cours avec Pierre Fresnay, rencontré quelques mois plus tôt, et avec qui elle finirait par s’échapper. Cela dit, l’une des petites scènes précédentes dans la soirée donnait la vedette à la jeune et pimpante Jacqueline Delubac sur qui Guitry avait déjà, disons, des vues, d’autant qu’il l’épousera peu après que Printemps l’ait quitté pour Fresnay. La musique de Beydts s’inscrit dans la très grande tradition de l’opérette à la française telle que défendue par André Messager (son maître, soit dit en passant), Reynaldo Hahn, Claude Terrasse ou encore le Honegger du Roi Pausole ; Honegger, justement, qui écrira « Je ne connais personne qui ait au même degré que Louis Beydts le respect de la facture musicale. Pour lui une œuvre d’art, qu’elle soit symphonie ou simple mélodie, est un objet rigoureusement délimité dans sa forme ... Que l’on écoute la ligne mélodique, les subtiles modulations, le raffinement sobre de l'harmonie, qui caractérisent la musique de Beydts, et l'on sentira combien il est un musicien actuel, aussi instruit que tout autre des exigences modernes, mais sachant allier une rigoureuse discipline à grâce et la science de l’esprit. » Beydts et Guitry continueront leurs aventures avec quelques autres perles comme celle-ci, tandis que le compositeur se taillera aussi une solide réputation dans le monde de la musique de cinéma, avec des chefs-d’œuvre tels que La Kermesse héroïque. L’Orchestre d’Avignon-Provence, les cinq chanteurs – Thomas Dolié, Mathias Vidal, Jérome Billy, Dominique Côté incarnant les quatre sociétaires et Isabelle Druet l’actif principal de société en question – s’en donnent manifestement à cœur joie. Pour compléter l’ouvrage, assez court – moins d’une heure –, on pourra entendre Hue! du même Beydts, qui servait de musique de scène pour l’une des pièces de la soirée du 3 novembre 1931. Louis Beydts, un compositeur français à remettre, enfin, à l’honneur. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 17 février 2017 | SOMM Recordings

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
S’il est des intégrales de l’œuvre pour piano de maint compositeur qui nécessiterait des heures de musique, celle de Vaughan Williams – hélas – tient en moins d’une heure ! De sorte que pour établir cette intégrale et l’amener à une durée raisonnable, le pianiste Mark Bebbington a complété l’album en rajoutant des adaptations telles que celle pour deux pianos de la Fantaisie sur un thème de Tallis, signée conjointement du compositeur et de Maurice Jacobson – un éditeur de musique très réputé au milieu du siècle dernier – ou celle de la Fantaisie sur Greensleeves que Vaughan Williams avait établie lui-même. Mais les pièces de résistance de l’album restent malgré tout The Lake in the Mountain pour piano solo et Introduction and Fugue pour deux pianos, deux ouvrages originaux de la grande époque, puissamment vaughan-williamsiens et dont l’ampleur du propos n’a rien à envier à celle des meilleurs moments du compositeur. On notera avec effarement qu’Introduction and Fugue est ici présentée en première mondiale discographique ! Pour les œuvres à quatre mains ou deux pianos, Bebbington (un habitué des Royal Philharmonic, London Philharmonic, Philharmonia, London Mozart Players entre autres) s’est adjoint Rebeca Omordia, qui fut pendant trois ans une des partenaires privilégiées du violoncelliste Julian Lloyd-Webber. © SM/Qobuz « [...] On entend, transcrite pour deux pianos de façon convaincante, la célèbre Tallis Fantasia de 1910, et à quatre mains la non moins célèbre Fantaisie sur Greensleeves de 1934. Et on ne peut qu'admirer la maîtrise de Vaughan Williams dans deux autres transcriptions, de musique ancienne cette fois : du Song 13 d'Orlando Gibbons (1928) à destination de la pianiste Harriet Cohen, et du choral "Ach bleib' bei uns, Herr Jesus Christ" BWV 649 de Bach, véritable recréation. Une réalisation des plus attachantes, interprétée à merveille.» (Classica, juin 2017 / Marc Vignal)
14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 2 septembre 2016 | Signum Records

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Choc Classica de l'année
« Salonen nous livre une splendide lecture du ballet intégral du Mandarin merveilleux. Il choisit une narration plus directe, massive et opératique que Boulez, aux frontières de la démence. [...] Le chef exacerbe la sensualité des timbres et la prise de son magistrale souligne le raffinement du primitivisme, la violence des rythmes, l'éclatement des couleurs : la dimension sordide et orgiaque de la ville et des âmes nous explose au visage. [...] Un disque magnifique.» (Classica, novembre 2016 / Stéphane Friédérich)
14,99 €
9,99 €

Concertos pour instruments à vent - Paru le 3 juin 2016 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
C'est en 1968 que Jean-Pierre Rampal demanda à Aram Khatchaturian un concerto pour flûte à l'image de celui pour violon. Ce à quoi le compositeur lui répondit qu'il n'avait qu'à reprendre la partition qu'il avait dédiée à David Oistrakh, ce qui revenait à lui donner toute liberté pour l'adapter à son instrument ! Le Concerto du finlandais Einojuhani Rautavaara, riche en couleurs orchestrales suggestives, est donné dans ses deux versions : l'une pour quatre flûtes, l'autre pour trois (la quatrième flûte, à la basse, est remplacée par l'alto). Voilà un écrin idéal pour que l'élève de Rampal, Sharon Bezaly, s'y exprime avec tout l'art dont elle est capable. « Il fallait bien la patte de Jean-Pierre Rampal pour qu’un concerto aussi populaire du répertoire pour violon semble spécifiquement écrit pour la flûte… [...] Acclimaté avec grâce dans la sphère pastorale, le résultat est du pain béni pour Sharon Bezaly. Elle trouve un nouveau défi à la hauteur de ses immenses moyens : sonorités pures et détendues jusque dans les passages les plus virtuoses, lyrisme, sens du discours, volubilité, l’ancienne élève de Rampal fait vivre cette musique comme si elle avait été écrite pour elle-même. Le tout en phase avec la direction très théâtrale d’Enrique Diemecke, au pupitre de l’Orchestre symphonique de Sao Paulo. Second concerto au programme, celui du Finlandais Rautavaara [...] Avec une riche orchestration en toile de fond, les flûtes mènent effectivement la danse à laquelle le sous-titre se réfère. [...] Servie par d’excellents interprètes, une musique du XXe siècle sensuelle et accessible.» (Diapason, janvier 2017 / Michel Stockhem)
14,99 €
9,99 €

Concertos pour violon - Paru le 26 février 2016 | Canary Classics

Hi-Res
Trois ans seulement séparent le Deuxième Concerto pour violon de Prokofiev, écrit en 1935, du Deuxième de Bartók, commencé en 1936 et achevé seulement en 1938. Trois petites années, et pourtant tout un monde lointain et musical les sépare ; là où Prokofiev, à la même époque, composait le très public et éclatant – et superbement lyrique – ballet Roméo et Juliette, Bartók s’approfondissait dans le langage plus hermétique de sa Musique pour cordes, percussion et célesta. Les deux concertos témoignent à souhait de l’état d’esprit dans lequel se trouvait chacun des compositeurs ; c’est ce que nous souligne le brillant et aventureux violoniste Gil Shaham qui a souhaité les mettre en parallèle – bien plus que seulement les « coupler ». Le Prokofiev est accompagné par le collectif orchestral new-yorkais The Knights, un jeune ensemble à géométrie variable rassemblant des musiciens passionnés et passionnants –, le Bartók par l’Orchestre de la Radio de Stuttgart. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Piano solo - Paru le 1 janvier 2016 | Timpani

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica
Bien qu’il fut l’élève de d’Indy, Antoine Mariotte (1875 – 1944 ; ce qui en fait le contemporain de Schönberg, Ravel, Rachmaninov ou de Falla) se situe en marge du style français de sa génération, fortement teinté de debussysme. D’autant que les Impressions urbaines datent de 1921, une époque à laquelle les Russes – Mossolov ou Prokofiev par exemple – commencent à définir le genre « motorique » : ces cinq pièces pour piano, en particulier Usines, Guinguettes ou Gares, déploient cet irrésistible élan pianistique qui dépasse bel et bien le debussysme du début du siècle. On découvrira aussi, par la voix de Sabine Revault d’Allonnes, les trois mélodies d’Intimité de 1925, dans lesquelles Ravel n’est peut-être pas trop loin par moments. Le pianiste Daniel Blumenthal termine cette très intéressante monographie de Mariotte, un compositeur étonnamment négligé, avec les trois Kakémonos eux aussi de 1925, fruits de la veine orientalisante alors dans l’air du temps : pour mémoire, un kakémono est un de ces tableaux japonais en rouleau, tendu entre deux baguettes de bois. © SM/Qobuz 2016 « Une nouvelle étape dans la redécouverte d'Antoine Mariotte, élève de d'Indy au style "dru et direct, volontiers dissonant" comme l'écrit Michel Fleury dans la notice. [...] Sa tragédie lyrique Salomé [...] gravée par Accord nous avait captivés par son climat délétère — que l'on retrouve dans les cinq Impressions urbaines pour piano, clou du florilège proposé par Daniel Blumenthal. [...] Curieusement, Mariotte n'a consacré que trois partitions à ce qui était pourtant son instrument. Blumenthal a écarté la Sonate de 1907 au profit de Kakemonos (1924) où les talents de coloriste et le sens des atmosphères du pianiste américain font une nouvelle fois merveille. [...] Les séductions acidulées des mélodies de 1925 demandent une voix plus souple et sensuelle que la soprano vibratile de la jolie Sabine Revault d'Allonnes : ces onze minutes n'ôtent rien à l'intérêt et à la rareté d'une monographie très soignée.» (Diapason, janvier 2016 / François Laurent)
14,99 €
9,99 €

Mélodies (France) - Paru le 1 janvier 2016 | Timpani

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
« Le Poulenc le plus sérieux, et à bien des égards le plus intense, se livre dans cette mise en musique de trente-quatre poèmes d'Eluard. [...] Ce sont tous les visages d'Eluard qui sont saisis par Poulenc, qui semble avoir trouvé la clé d'un ton, d'une voix, à travers la variété des facettes. Pierre-Yves Pruvost fait mieux que rendre justice à ces pages : il impose une vraie personnalité de conteur donnant leur identité propre à toutes les mélodies. [...] Tout cela est fait avec une franchise de ton à laquelle s'accorde pleinement le piano de Charles Bouisset. [...] Hautement recommandable.» (Classica, décembre 2015 / Sylvain Fort)
14,99 €
9,99 €

Piano solo - Paru le 6 novembre 2015 | Melodia

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica
« [...] Ludmila Berlinskaya fait partie de ces pianistes qui possèdent, dans ce répertoire, un souffle d'un naturel et d'une sincérité sans faille, et qui explore avec une sorte de gourmandise passionnée et généreuse les pulsations sonores de l'œuvre. Plus encore, elle ajoute à sa lecture une fantaisie souple sans une once de raideur. [...] À tout cela s'ajoute le talent de narratrice de l'interprète, qui aborde les œuvres avec une conception presque littéraire : elle nous raconte Anna Karénine ! [...] Ici, la lisibilité et l'art du chant magnifient ces pièces choisies pour parcourir toute l'œuvre de Scriabine. [...] On saluera aussi les pièces du talentueux Pasternak [...] et on restera bouche bée à l'écoute des préludes de Julian Scriabine*, un génie disparu à l'âge de onze ans, dont l'écriture avait assimilé l'esthétique de son époque. » (Classica, février 2016 / Stéphane Friédérich) * Fils d'Alexandre Scriabine
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 11 septembre 2015 | Academy Productions

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
La musique pour piano d'Ernesto Lecuona, l'un des plus importants compositeurs cubains du XXe siècle, né en 1895 et mort en 1963, exige la plus sérieuse des réévaluations. Ce que réalise ici le pianiste Marcos Madrigal, jeune espoir de la scène musicale cubaine vivant à Rome en Italie, et qui élabore depuis plusieurs mois maintenant, avec la musicologue Claudia Fallarero, une nouvelle édition des œuvres pour piano de Lecuona. D'une rare élégance, le jeu de Madrigal s'épanouit dans un toucher précis et coloré, et au travers d’un art des registres et des atmosphères servant à merveille l'univers de Lecuona. Un album aussi enthousiasmant que beau. © Artalinna/Qobuz
15,99 €
11,49 €

Classique - Paru le 4 septembre 2015 | Onyx Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
« Techniquement stupéfiant, on s'en doute, incroyable si l'on compare la liberté de Mullova jouant le Concerto No. 2 à sa gravure de 1988. [...] Dans cette nouvelle gravure prise sur le vif, Mullova confirme que, tout en ayant encore magnifié sa maîtrise instrumentale, elle a découvert la liberté et développé son propre imaginaire en passant du noir et blanc à la couleur. [...] Habilement soutenue par Paavo Järvi, elle fait preuve d'ivresse (Allegro initial), rayonne dans la généreuse mélodie de l'Andante, tandis qu'elle mord à pleines dents le turbulent Finale [...] Avec une totale aisance, exploitant pleinement la lumineuse sonorité de son Stradivarius, Viktoria Mullova y démontre, une fois encore sur scène, lyrisme, virtuosité et ingéniosité. » Voilà ce qu’écrit Jean-Michel Molkhou dans Diapason de septembre 2015… Mentionnons qu’en plus du Concerto, Mullova se joint à l’excellent Tedi Papavrami pour nous donner la rare Sonate pour deux violons créée en 1932, un régal de joie et de vitalité dans lequel l’on reconnaîtra volontiers des tournures que le compositeur réutilisera dans son ballet Roméo et Juliette. Mullova revient en solo à la fin de l’album avec l’intrigante Sonate pour violon solo, une œuvre commandée en 1947 – l’ultime période de Prokofiev donc – pour servir de pièce de travail à de jeunes solistes talentueux. Qui devaient la jouer à plusieurs, à l’unisson ! D’où, sans doute, une certaine absence de virtuosité débridée qui n’aurait pas été compatible avec le propos. Mais Prokofiev en profite pour développer un poignant lyrisme, alternant avec une gaieté quasi-baroque. Étonnant Prokofiev, joué par une étonnante Mullova ! © SM/Qobuz
8,99 €
5,99 €

Duos - Paru le 5 mai 2015 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Florent Schmitt est de ces compositeurs dont il est de bon ton d’affirmer qu’on adôôôôre la musique, même si l’on n’en écoute jamais – et, d’ailleurs, que connaît-on de son œuvre hormis la Tragédie de Salomé? Certains lui trouvent, pour un Français, un ton trop germanique, d’autres estiment que pour un Lorrain (donc presque une sorte d’Allemand, ainsi que le laisserait croire son nom) il a beaucoup tâté du genre « impressionniste » à la française. Sans parler de certaines positions assez louches pendant les années trente… Inclassable donc ; et ce n’est pas forcément faux, mais cela n’en fait pas un compositeur mineur ! Découvrez ici sa musique de chambre pour violon et piano, d’une intense poésie, écrite entre le tournant du siècle et la toute fin de sa vie, tout un pan donc de son existence ponctué par ce genre à la fois intime et virtuose. On y trouve un Schmitt puissamment inspiré, surfant allègrement entre une certaine rigueur contrapuntique à l’allemande et la liberté de ton – voire la facétie, ainsi qu’en témoigne le titre Sonate libre en deux parties enchaînées – à la française. La violoniste polonaise, installée en France depuis des lustres, et qui a suivi les enseignements de Menuhin, Sandor Végh et Henryk Szeryng, se saisit avec gourmandise de cette musique hélas trop rare. © SM/Qobuz
25,99 €
19,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 mars 2015 | Solstice

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles de Classica - Hi-Res Audio
Au début des années 70, la société rouennaise Téléson convainc Pierre Labric d’enregistrer un grand nombre de pièces du répertoire, au premier rang desquelles les symphonies de Vierne et de Widor ainsi que l’oeuvre de Demessieux – trois grands ensembles qu’elle cède à la Musical Heritage Society alors basée à New York. Celle-ci les édite sous forme de trois coffrets qui vont vite devenir introuvables. Après trente ans d'absence, Solstice réédite aujourd'hui ces Vierne magnifiques d'équilibre et de sonorités.
8,99 €
5,99 €

Musique concertante - Paru le 6 janvier 2015 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
15,99 €
11,49 €

Piano solo - Paru le 6 octobre 2014 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Comme l'avait fait Chopin et, un peu plus tard, Debussy, Scriabine écrivit une série d'Etudes destinées à résoudre des problèmes techniques ou encore pour travailler la sonorité de l'instrument. Puis le langage s'amplifie et les Etudes deviennent peu à peu de véritables petits chefs-d'œuvre autonomes qui formeront la quintessence du langage scriabinien. Cette irrésistible progression entre la pédagogie et le fantasque est ici admirablement démontrée par Andreï Korobeinikov. FH

L'époque

Musique Moderne dans le magazine